Civil disobedience in Greece grows over austerity

Ah ! Nos chers politiciens qui tentent de sauver l’Euro par la dette, vous oubliez un détail majeur, ce n’est pas vous qui a l’ultime pouvoir, mais le peuple.

La désobéissance civile en Grèce prend de l’ampleur.

Deux articles sur le sujet, plus un vidéo de la BBC.


Extrait de : Civil disobedience in Greece grows over austerity, By AP, Canadian Business, October 28, 2011

ATHENS, Greece (AP) — An anti-tax rebellion is brewing in Greece, where the embattled government has announced wave after wave of new spending cuts and tax hikes urged on by international creditors horrified at the bleak financial figures coming out of Athens.

The government's efforts to reduce the country's debt burden and qualify for international bailout loans have come up against mounting resistance from a population suddenly squeezed hard between cuts to their salaries, pensions and benefits on one hand, and rising costs on the other.

Now, even elected local officials are joining the fray in a seemingly random but increasingly prevalent wave of civil disobedience.

Working on the theory of strength in numbers, authorities in the sizable NeaIonia district of Athens are urging residents not to pay a much reviled new property tax being charged through electricity bills, in the hope of derailing the law.

"Our constituents can't pay, they don't have the ability to," said Nea Ionia mayor Iraklis Gotsis, whose municipality has a population of about 70,000 people.

"We consider the new tax to be illegal. But in essence,
the truth is our people just can't pay."

So, the local council held town hall meetings, pondered going door-to-door with fliers, and this week posted instructions on its website on how to pay an electricity bill without handing over the new levy. A poster on the town hall's front door bears the slogan:

"We don't owe. We don't have any (money). We won't pay. Enough!"

And Nea Ionia is not alone.

Groups of lawyers, trade unions and campaigners have also tried to derail government efforts to collect new taxes, or to suspend tens of thousands of civil servants on partial pay. State buildings have been occupied, municipalities have stalled in delivering emergency notices ordering strikers back to work, state enterprises have refused to hand over lists of employees eligible for suspension.

The backlash comes alongside strikes so frequent that everyone from garbage collectors to bakers, dentists to taxi drivers and air traffic controllers, have walked off the job at some point.

Since May 2010, Greece has been surviving on rescue loans from a euro110 billion ($150 billion) bailout package from the other 16 countries using the euro and the International Monetary Fund since it can't afford to borrow money directly from markets.

Desperate to stick to the targets set out under its international bailout agreements, the government has repeatedly urged for an end to the resistance.

"I would like to ask all those who occupy ministry buildings, choke the streets with garbage, close off ports, close off the Acropolis, if this helps us stand on our feet again. Of course it does not,"

Prime Minister George Papandreou thundered recently in parliament.

Returning from Brussels Thursday after marathon negotiations with European leaders on a new deal to contain the union's debt crisis and deal with Greece's crushing debt, Finance Minister Evangelos Venizelos pledged there would be no new measures this year or next — but only if those announced so far are implemented.

Many Greeks, however, say that after repeated spending cuts and tax hikes that have cut deep into household incomes and sent unemployment soaring to above 16 percent, they have taken all they can.

Possibly nothing has galvanized Greek public opinion against austerity measures more than the new property levy. Announced in September, it aims to raise about euro2 billion ($2.83 billion) by the end of the year. Including it on electricity bills was meant to make it easier for the state to collect — especially with the added threat of power cuts for those failing to pay.

At least that's the idea.

Furious at a plan they say turns them into backup tax collectors, state power company workers vowed to prevent people having their electricity cut off — or to reconnect vulnerable groups such as the elderly, unemployed or infirm if the company does flick off the switch.

"The fact that electricity, a social commodity, is being used as a means to collect taxes is unacceptable," said Dimitris Chagistrogilis, a technician on high-voltage power lines. "They're bringing us into conflict with our fellow citizens."

Legal help could be on hand soon too. The Athens Bar Association appealed to the Council of State this week to have the law repealed, even describing it as a form of "psychological violence" because of the threat of power cuts.

"We consider this law totally unfair," explained Christos Anamourloglou, a lawyer and member of Nea Ionia municipal council. "If it were a one-off tax, we could say 'ok, let's pay this and see if we can get out of this situation, for the good of the country.' But here we're talking of saving the country when we can't save ourselves."

In one recent — ultimately failed — bid to prevent bills with the new levy from being printed, power company workers occupied the company's billing facility in central Athens.

Occupations, in fact, have long been a favored form of protest. Nearly every ministry — including those of finance and defense — have seen their entrances picketed or barricaded, angry employees unfurling giant banners from the rooftops and waving black flags from the balconies.

"In essence, we are at war,"

said Vangelis Souzos,

picketing the finance ministry for which he has worked for more than 30 years. "We have a lawless government and it's a given that we are forced to take actions such as this."

Greece's debt inspectors have not been immune to the protests either, arriving at one ministry building earlier this month only to be greeted by locked gates and a courtyard taken over by striking employees waving black flags.

"Under other circumstances this is illegal, for sure," Souzos said. "And many people ask: 'what right do you have to shut public property?' But ... as you can understand, they've pushed us to the point of despair."


Extrait de : La révolte des “On ne paiera pas, Angelique Chrisafis, presseuro, 5 août 2011

Confrontés à la dure réalité des salaires impayés, des entreprises en faillite et du chômage de masse, les Grecs ont de plus en plus recours à la désobéissance civile. Va-t-on vers une reconfiguration du paysage politique grec ?

A Thessalonique, parmi les bars élégants qui s’alignent sur le front de mer historique, un restaurant attire les regards. "Rendez-nous notre argent !", clame une banderole accrochée à la devanture de cette franchise d’Applebee’s [chaîne américaine de restaurants-grills]. A l’intérieur, 12 salariés ont changé les serrures. Ils servent des canettes de bière de supermarché et dorment à tour de rôle sur le sol du restaurant pour protester contre des retards de salaires qui durent depuis plusieurs mois et la fermeture soudaine du restaurant. On a là un nouveau symbole de la crise financière grecque : une grève de serveurs avec occupation des locaux.

Margarita Koutalaki, une serveuse de 37 ans à la voix douce, divorcée et mère d’une fille de 11 ans, a travaillé ici à temps partiel pendant huit ans. Elle gagnait environ 6,50 euros de l’heure. Aujourd’hui, elle a installé son matelas gonflable dans une pièce à l’étage, occupant les locaux tandis que ses parents gardent sa fille.

"On me doit environ 3 000 euros de salaires impayés", explique-t-elle, rappelant qu’elle partage le sort d’une multitude de salariés dans toute la Grèce, qui ont plusieurs mois de salaire en retard, leurs entreprises étant en difficulté.

"On nous a d’abord dit qu’on nous paierait le mois suivant, puis la paie s’est arrêtée complètement et on nous a appris par téléphone que le restaurant fermait. Nous travaillons toujours, nous faisons tourner l’entreprise, nous fournissons de la nourriture et des boissons à ceux qui nous soutiennent. Nous avons davantage de clients qu’autrefois. C’est la seule action que nous puissions faire, cela s’est imposé comme une évidence."

Les serveurs proposent des boissons bon marché et des dîners à prix réduits à ces "indignés", dont le mouvement est apparu il y a quatre mois. Auparavant, cette nouvelle clientèle, souvent gauchiste, n’aurait jamais mis les pieds dans ce bastion de l’impérialisme. Une banderole en anglais appâte les touristes en proposant des souvlakis et des boulettes de viande bon marché "pour soutenir les travailleurs".

Voilà un mois que la Grèce est paralysée par une grève générale anti-austérité. Ainsi, la place Syntagma, à Athènes, a été le théâtre d’importantes mobilisations, avec des batailles rangées entre la police et les manifestants.

Le mouvement n'a pas faibli pendant les vacances d'été

Les Grecs se méfient plus que jamais de la classe politique et doutent de sa capacité à les sortir de cette crise financière sans précédent. Les sondages font apparaître un mépris grandissant envers tous les partis, ainsi qu’un discrédit du système politique. Le chômage touche 16 % de la population active, atteignant des sommets parmi les jeunes. Ceux qui ont la chance d’avoir encore un emploi ont subi de fortes baisses de salaire, ce à quoi vient s’ajouter l’augmentation des impôts.

Récemment, les médecins et les infirmières se sont mis en grève pour protester contre les coupes budgétaires dans les hôpitaux. Ces deux dernières semaines, les chauffeurs de taxi en grève ont perturbé la circulation dans toute la Grèce, protestant contre l’ouverture de leur secteur à davantage de concurrence. Ils ont notamment bloqué les accès aux ports et occupé le bureau de délivrance des billets pour l’Acropole, laissant passer les touristes gratuitement.

Fait essentiel, le mouvement de désobéissance civile n’a pas faibli pendant les vacances d’été : des citoyens lambda refusent toujours de payer les péages, les tickets, les hausses des honoraires médicaux, etc. Le mouvement "Nous ne paierons pas" se veut l’expression par excellence du "pouvoir du peuple". Ses organisateurs annoncent que l’offensive pourrait reprendre de plus belle en septembre, lorsque le gouvernement va lancer une nouvelle série de mesures d’austérité.

Sur la route principale Athènes-Thessalonique, tandis que les automobilistes regagnent Thessalonique après un dimanche à la plage, une foule de manifestants en gilets de sécurité orange montent la garde au poste de péage principal menant à la deuxième ville de Grèce. Leurs gilets sont frappés du slogan : "Désobéissance totale". Ils soulèvent les barrières rouges et blanches et invitent les conducteurs à passer sans payer les 2,80 euros de péage. Sur leurs banderoles, on peut lire : "Nous ne paierons pas", ou encore :"Nous ne donnerons pas notre argent aux banquiers étrangers". Les automobilistes passent, reconnaissants, certains adressant un signe d'encouragement aux manifestants.

Les partis de gauche ont adhéré

"Nous allons assister à un résurgence de la désobéissance civile à l’automne", nous déclare Nikos Noulas, un ingénieur civil de Thessalonique, dans un café du centre, tout en déroulant une série d’affiches appelant au refus de payer.

Dès le début de l’année, le mouvement battait son plein : les voyageurs étaient invités à resquiller dans le métro à Athènes, les manifestants ayant recouvert les distributeurs de tickets sous des sacs plastiques, et à Thessalonique, les usagers ont pendant longtemps refusé de payer le bus après la hausse du ticket imposée par des sociétés privées subventionnées par l’Etat. D’autres refusent de payer leur redevance de télévision.

Les partis de gauche ont adhéré au mouvement, lui donnant une plus grande visibilité. En mars, plus de la moitié de la population était favorable au principe du refus de payer. Le gouvernement a pourfendu ce qu’il qualifiait de "parasitisme" irresponsable, affirmant que les resquilleurs nuisaient à la réputation du pays et privaient l’Etat de sources de revenus indispensables. De nouvelles lois contre le resquillage ont été adoptées et la police a sévi.

"C’est le début d’un divorce entre les Grecs et leurs responsables politiques, affirme l’écrivain Nikos Dimou. Dans tous ces mouvements, on retrouve un même ras-le-bol de la classe politique". A Thessalonique, les esprits sont particulièrement échauffés. Fin juillet, les "indignés" ont dû replier les tentes qu’ils avaient déployées sur la place Syntagma, mais la Tour blanche de Thessalonique, située sur le front de mer, est toujours entourée de tentes et tendue de banderoles affichant "A vendre" et "Pas à vendre".

"La Grèce vit un tournant de son histoire politique"

Il faut dire que le nord de la Grèce a été particulièrement frappé par la crise. Des entreprises ont commencé à mettre la clé sous la porte avant même le début de la débâcle financière. Résultat, l’activité économique est au point mort, et la mairie de Thessalonique a même pu afficher une nette amélioration de la qualité de l’air dans cette ville jusqu’alors congestionnée. Le 10 septembre, quand le Premier ministre grec Georges Papandréou se rendra à la célèbre foire internationale de Thessalonique pour présenter ses nouvelles mesures économiques, il sera accueilli par des manifestations.

Les indignés de Thessalonique pratiquent le flash-mobbing (mobilisations éclair), notamment devant des banques ou des bâtiments publics. Leur dernière cible a été le consulat d’Allemagne, devant lequel des dizaines de manifestants ont scandé des slogans et peint les trottoirs à la bombe, exigeant de l’Union européenne un plus gros effort, tandis que des policiers en civils se contentaient de regarder.

Antonis Gazakis, professeur de langue et d’histoire, affirme qu’il est frappé de voir qu’aujourd’hui le mouvement fait de nouvelles recrues, issues de toutes les tendances politiques, certains manifestants [de la Tour blanche] n’étant liés à aucun parti et ne s’étant jamais mobilisés auparavant. Ils veulent tous participer pleinement à ce débat sur les moyens de renouveler un système politique et parlementaire qu’ils jugent corrompu."La Grèce vit un tournant de son histoire politique, assure Gazakis. C’est pourquoi je compte bien rester ici cet été. La dernière fois que le peuple est descendu dans la rue pour exiger un changement de constitution d’un telle importance, c’était en 1909. C’est une occasion idéale, un changement de modèle. La Grèce s’est réveillée."


Eurozone crisis: Will Greek debt write-off help?

clip_image002

While European banks are swallowing the news that they must write off 50% of their Greek debts, Greeks themselves have given the news a mixed reaction.

 

Many people are still suffering from enforced austerity, while others say they still do not believe the country will be able to repay the remaining debt.

 

Graham Satchell reports from Greece, 28 October 2011