Le Québec en manchettes dans le monde pour notre corruption !

Notre corruption fait jaser dans le monde, un article dans la revue Der Spiegel (l'Allemagne) qui parle de notre ultime transparence sur l'attribution des contrats dans le domaine de la construction.

À la fin de l'article du Journal à Québec, j’ai inclus l'article original paru dans Spiegel en utilisant le traducteur de Google.

Il n'y a rien de mieux d'avoir une publicité internationale sur le phénomène de la corruption pour démotiver tout investisseur étranger, enfin …


Extrait de : Le Québec en manchettes!, Geneviève Lajoie, Journal de Québec, 11/10/2011

Au grand dam du premier ministre Jean Charest, le piteux état des infrastructures québécoises et la corruption qui y est associée fait même la manchette dans certains pays européens.

C’est le cas en Allemagne, où le Der Spiegel, un influent hebdomadaire allemand d’investigation diffusé à plus d’un million d’exemplaires, compare l’état des routes au Québec à celui « d’un pays en voie de développement ».

Le malheureux épisode du viaduc de la Concorde, dont l’effondrement a fait cinq morts en 2006, occupe une place de choix dans l’article signé par Mathias Weber. Ce dernier signale d’ailleurs que le nœud du problème, c’est la corruption dans l’industrie de la construction.

Toujours en réflexion

Malgré les attentes gigantesques des Québécois, Jean Charest reste convaincu qu’une commission d’enquête publique à grand déploiement ne servirait pas l’intérêt public.

Cela prend du temps pour faire disparaître toutes les preuves de copinage, donc, il va encore tergiverser pour prendre aucune décision, même si le peuple le réclame depuis belle lurette.

Mais le peuple, c’est quoi ?

Un groupe d’individu qu’on donne la permission de voter à chaque 4 ans, en espérant qu’ils ont la mémoire courte.

« Une commission d’enquête publique, c’est une fausse piste,
ça ne sert pas l’intérêt public »,

continue-t-on de répéter dans l’entourage du premier ministre, malgré la grogne populaire qui a repris de plus belle depuis le dévoilement du rapport de Jacques Duchesneau, le patron de l’Unité anticollusion (UAC).

La décision d’opter pour la nomination d’un procureur spécial, pour une commission d’enquête à huis clos, publique ou mixte, n’est pas encore arrêtée. En déplacement en Espagne, le premier ministre a dit être toujours en réflexion sur les mesures que son gouvernement devra prendre dans la foulée du rapport de Jacques Duchesneau.

Selon un proche de Jean Charest, le premier ministre n’a pas le choix de répondre aux attentes des Québécois, mais ce ne sera certainement pas en lançant une enquête publique.

La population souhaite voir défiler des coupables devant les caméras, qui seront enfermés ensuite derrière les barreaux, mais ce n’est pas ce que va leur offrir une enquête publique, insiste-t-on. « Il faut quelque chose qui lui permette de répondre aux aspirations de la population, mais qui fait en sorte qu’on ne donne pas le show. »

Congrès

L’échéance du congrès du Parti libéral du Québec (PLQ), qui réunira quelque 3 000 délégués les 21, 22 et 23 octobre, et la pression qui commence à se faire sentir à l’intérieur du caucus libéral, commande toutefois que le gouvernement agisse.

Même si les problèmes de corruption et de collusion qui touchent le secteur de la construction au Québec seront finalement abordés à cette occasion, les militants libéraux n’auront pas à se prononcer formellement sur cette question puisque aucune résolution n’est au menu, enfin à ce jour.


Traduction par Google de :  Land der zerbröselnden Straßen

Extrait de : Terre de routes s'effritent – Québec, Mathias Weber, Spiegel On Line, 10/10/2011

Autoroutes bloquées, l'effritement des ponts, des tunnels s'effondrent: L'état des routes dans la province canadienne du Québec n'oubliez pas de pays en développement. Les conducteurs locaux d'entraînement de longs détours pour contourner assez sûre. Leur colère est grandissante.

Québec la peur de l'abîme

Pont s'est effondré sur l'A19: L'accident quitte le Québec frémir à nouveau chaque année. Cependant, non seulement parce que les victimes - beaucoup craignent qu'une telle chose pourrait se reproduire à tout moment.

Manifestation contre la corruption

Manifestation contre la corruption: que le plan de rénovation lancé aujourd'hui apporte réellement quelque chose à croire les habitants très peu. En revanche, la crainte est grande que l'argent fait s'infiltre dans les canaux disponibles sombre

L'accident est le québécois à l'esprit, comme il était arrivé hier: En fait, il est arrivé le 30 Septembre 2006, sur un pont enjambant l'autoroute 19 dans la province canadienne, au nord de Montréal. A eu lieu vers 12h30 heure de l'horloge sur un pont de fissures, affaissements un peu plus bas de la route. Les experts en sécurité sont appelés dans la Patrouille de route, mais les professionnels ne vois aucune raison d'agir.

Une erreur de calcul fatale: Un peu plus tard dissout une route complète et s'écrase sur l'autoroute. Deux voitures sont écrasées, cinq personnes meurent immédiatement. Ci-dessus, sur le viaduc, plusieurs pilotes ne freine pas à temps et tomber dans l'abîme qui s'ouvre soudainement en face d'eux. Six pilotes de graves blessures. Une scène comme un tremblement de terre.

Cependant, non seulement en raison de la rappeler morts et des blessés des journaux et des stations de télévision de façon régulière à la catastrophe. Les images apocalyptiques d'illustrer un peu plus impressionnant que n'importe quel autre, avec un énorme problème dont la province de Québec doit se battre: avec un état ​​misérable de toute l'infrastructure.

En tant que pays en développement

Grâce à des fissures et des nids de poule dans les rues pendant une longue période personne n'est surpris. Mais l'état des ponts, tunnels et viaducs sont carrément effrayant: Sous le plâtre s'effrite dans beaucoup d'endroits sont déjà corrodé les poutres en acier pour voir les messages tortiller rambarde rouillée, toutes les dalles de béton lâche du plafond et les murs. Un lecteur à travers la ville de Québec semble comme si vous étiez dans un pays en développement.

«Les gens ont peur de leurs propres rues ont», dit un journaliste de locale Andy Riga, qui a le drame des années. «Je me sens gêné, et il les met en colère. Beaucoup d'automobilistes seraient leurs itinéraires plus comme les conditions de la route sont la planification afin d'éviter que des embouteillages et des bâtiments dangereux. Il a dû promettre à sa femme, sur le trajet quotidien au travail est un danger d'effondrement du pont de ne pas balade. Un sondage en ligne a récemment confirmé que la description Rigas non seulement sur les impressions de son environnement immédiat est fondée. Il a donné 88 pour cent de Montréal, elle est "préoccupé" par l'état des routes, a été la moitié des utilisateurs même «peur» .

Le Livre des Secrets

Mais c'est un autre accident spectaculaire dernière Juillet finalement conduit au fait que quelque chose bougeait sur le côté politique. Dans un tunnel, avait un morceau de 15 tonnes de béton détaché du plafond et est tombé sur la route. Miraculeusement, le conducteur sont repartis avec les horreurs. Pour augmenter la pression sur le gouvernement provincial, le maire de Montréal Gérald Tremblay a publié un rapport interne sur l'état structural de toutes les routes, les ponts et viaducs de Montréal. C'est un livre d'horreur.

Sur les 520 structures route 81 "chute" que, 38 comme «inférieurs» et 44 «statique instable" classés. Douze bâtiments sont fait dans un «critique»: Dans certains cas, ils ne peuvent plus être conduits, doivent être démolis et reconstruits. La publication du rapport a été une sensation politiques étaient désormais des rapports internes sur l'état des infrastructures toujours gardé sous le boisseau - d'être effrayant, embarrassante pour les autorités ont probablement été les résultats.

Un phénomène unique

Comment at-il en arriver là? Enfin, le mauvais état des infrastructures est un phénomène unique de la province de Québec. Si vous conduisez sur la frontière en Ontario ou aux États-Unis dans le Vermont, peuvent maintenant s'attendre à des routes bien entretenues.

"Il ya deux problèmes majeurs ici", a déclaré à Riga. «C'est l'un de la bureaucratie incrustés. De nombreux bâtiments sont gérés par deux autorités différentes, qui ne seront même pas parler à l'autre souvent." Le pont Mercier sur le fleuve Saint-Laurent est d'environ la moitié de la ville de Montréal, puis, au fil de l'eau, de l'Etat. Parce que les autorités compétentes de ne pas refuser les réparations, d'un côté est dans un état bien pire et plus dangereux que l'autre.

Le plus gros problème: la corruption

Mais le plus gros problème - et il est connu dans la ville de Québec au Canada - est la corruption. La plupart des ponts en ruine aujourd'hui, les routes et les tunnels ont été construits durant le grand boom économique des années soixante et soixante-dix. Puis atterri beaucoup de l'argent qui était destiné à des projets de construction dans les poches des gangs et des politiciens. La construction bâclée suivi des années de négligence dans l'entretien. Maintenant dépassé le passé, le gouvernement.

Et il reste donc le ministère des Transports n'avait pas le choix que de prendre autant d'argent pour des réparations dans la main. Rénovation et construction des ponts, des échangeurs et d'autres parties de l'infrastructure cette année seulement dévorent quatre milliards de dollars canadiens. Néanmoins, il faudra des décennies avant que le pire des défauts sont corrigés. Reporters et Riga reste sceptique que tout ce qui va fondamentalement changer au Québec.

«La corruption et l'incompétence ont toujours été là et sera toujours»,"

dit-il, résigné.

Il demande:

«Combien cela va réellement être investi dans les rues de l'argent et
disparaître aussi bien dans les sacs?
»


 

  1. gravatar

    # by Francois2028 - 19 octobre 2011 à 12 h 28

    Suite à votre écrit, dois-je vous dire que je suis déçu où le Québec est rendu. Ma famille (Labrecque) nous sommes sur le territoire (Amérique- Nouvelle-France) depuis 1658.
    Je suis plus qu'insulté de voir ce que certain individu on fait du Québec. À mes yeux, ils sont des ennemis. Hâte que la justice se fasse. Un pour tous, tous pour un.