Nouvelles visions du corps humain

Les techniques d’imagerie médicale font découvrir l’organisme dans ses plus infimes détails.

Des visions fascinantes du corps humain

Les pouvoirs de pénétration du CT-scan. Osman Ratib: «En jouant sur les contrastes et les phénomènes de transparence que permet la technologie très puissante du scanner CT (scanner à rayons X), on peut faire apparaître, à l’aide du logiciel OsiriX que nous avons développé, différents éléments du corps humain, de sa peau à ses muscles, jusqu’à son squelette.» (A. Rosset, avec le logiciel OsiriX)

 

Nouvelles visions du corps humain - 1

La quête de l’image réaliste. Osman Ratib: «La recherche se concentre sur les nouvelles techniques de visualisation des images en 3D permettant aux observateurs de mieux percevoir la structure et la topologie des organes et des structures anatomiques. Les images obtenues des scanners (Ct, ultrasonographie, IRM ou PET) sont en niveaux de gris et ne contiennent aucune couleur. Les techniques de reconstruction d’images en 3D permettent d’attribuer des couleurs et des degrés de transparence à différents niveaux correspondant à des tissus différents. Ces techniques d’infographie fortement inspirées des techniques d’imagerie virtuelle largement utilisées en animation et en arts graphiques sont aujourd’hui accessibles sur des ordinateurs courants.» (A. Rosset, avec le logiciel OsiriX)

 

Nouvelles visions du corps humain - 2

Donner à voir ce qui est utile. Osman Ratib: «Il s’agit ici d’une reconstruction tridimensionnelle d’un bassin réalisée par un chirurgien orthopédiste, permettant de mettre en évidence par le jeu de la transparence et des couleurs le matériel métallique d’ostéosynthèse utilisé pour la réparation d’une fracture complexe des os du bassin. J’aime cette image, car elle répond à un besoin: elle a été réalisée par des chirurgiens qui veulent voir autre chose que les radiologues; elle leur permet de mettre en évidence graphiquement ce qu’eux veulent voir.» (Dr R. Peter)

 

Nouvelles visions du corps humain - 3

Les détails infinis de la complexité. Images du cœur et des vaisseaux obtenues par angiographie cardiaque sur un scanner ultrarapide à multisource et reconstruit sur le logiciel de reconstruction Siemens. (Stephan Achenbach, Université d’Erlangen-Nurenberg)

 

Nouvelles visions du corps humain - 4

Les circuits sanguins de la tête. Variante de transparence d’images 3D des vaisseaux du cou et de la tête obtenue à partir d’une angiographie IRM. (Osman Ratib)

 

Nouvelles visions du corps humain - 5

Le câblage du cerveau. Osman Ratib: «L’imagerie par résonance magnétique (IRM) ainsi que des techniques d’enregistrement des courants électromagnétiques par l’électroencéphalogramme permettent de reproduire des cartes tridimensionnelles des flux électriques du cerveau et des nerfs périphériques.» (CIBM)

 

Nouvelles visions du corps humain - 6

La cinquième dimension. Osman Ratib: «Le corps est bien sûr construit en 3 dimensions. La quatrième dimension peut être attribuée au fait qu’il bouge. Et depuis peu, on y ajoute une cinquième dimension: des molécules marquées par des atomes radioactifs (appelées radiotraceurs) peuvent être suivies par des appareils spécifiques (PET). Il est ainsi possible de repérer visuellement ce «nuage» de radiotraceurs dans les tissus et les organes (dans cette image, en jaune dans un cœur), et ainsi de suivre les phénomènes physiologiques et radiochimiques de notre corps. Cette technique apporte un nouveau regard sur l’étude des effets des traitements appliqués, comme l’évaluation de l’efficacité d’une chimiothérapie.» (Osman Ratib)

 

Nouvelles visions du corps humain - 7

L’image comme carte GPS du corps. Osman Ratib: «La chirurgie devient de moins en moins invasive: il arrive que des opérations soient effectuées à travers un seul «trou». Une idée consiste alors à projeter sur le corps du patient des images virtuelles des structures anatomiques qu’il ne pourra pas facilement voir par endoscopie lors de l’opération. Au Japon, le professeur Maki Sugimoto utilise cette technique pour visualiser la topologie des organes avant l’intervention, et ensuite mieux se guider, comme avec un GPS.» (Maki Sugimoto)

 

Source : Nouvelles visions du corps humain, 2011