La démocratie à l'ère numérique

Comment le gouvernement utilise les deniers publics est essentielle à la démocratie. Avoir une transparence des dépenses diminue la corruption, renforce la confiance du public dans le gouvernement et favorise la responsabilité financière. Initiative du gouvernement américain.

Plus qu'une commission d'enquête, le Québec a besoin d'une politique de divulgation des données gouvernementales.

Pourquoi on n’a pas instauré une telle pratique, pour la même raison, qu’il est difficile d’avoir une enquête sur la construction. Car on réduirait le copinage, la collusion et la corruption de nos politiciens face à leurs amis, qui les financent par en arrière.

Si on est capable d’avoir un budget de 69 milliards, on a les moyens de diffuser toutes informations contractuelles accordés par l’État ou les villes sur le Web.

Si vous avez le temps, examiner Transparence 2.0, qui a été implanté aux États-Unis pour les États américains, suivez l'argent des dépenses des gouvernements.


Extrait de : La démocratie à l'ère numérique, Antoine Robitaille , Fabien Deglise, Le Devoir, 5 novembre 2011

Les avancées technologiques facilitent désormais la gestion et le croisement de bases de données informatiques complexes pour plus de transparence

Le rêve est à portée de souris, mais il n'est encore qu'un rêve. Imaginez: une application Web baptisée «élus.qc» — ou «élus.ca» — qui permettrait de suivre chaque politicien à la trace... numériquement, s'entend. Clic: ici, les contrats soutenus par lui, accordés à tel ou tel entrepreneur. Clic: là, le détail de ses dépenses dans le cadre de ses fonctions, des contributions électorales qu'il a reçues, de ses déplacements, de ses rencontres... et autres informations publiques que la logique des données ouvertes (open data) et de gouvernement ouvert (open government), deux concepts en phase ascendante dans les lieux de pouvoir au Québec comme ailleurs dans le monde, se prépareraient bientôt à rendre disponibles.

«Plus que d'une commission d'enquête, c'est de politiques agressives de libération des données gouvernementales que le Québec a besoin aujourd'hui»,

lance à l'autre bout du fil James McKinney, programmeur chez Nord Ouvert, un groupe de programmeurs versés dans la promotion de la transparence dans les administrations publiques. «Dans un milieu comme celui-là, la corruption ne pourrait certainement pas survivre.»

Assainir les fondements de la démocratie par le numérique, le projet est ambitieux, mais loin d'être utopique, croient les défenseurs de la gouvernance numériquement ouverte, dont la voix porte avec un peu plus d'insistance depuis quelques mois au Québec. Les avancées technologiques qui facilitent désormais la gestion, le partage et surtout le croisement de bases de données informatiques complexes, tout comme les «affaires» et les soupçons jetés ici et là sur l'administration publique en sont en partie responsables.

«La transparence n'est pas un remède à tous les maux»,

dit Patrick Parent, du ministère des Relations internationales (MRI) et surtout cofondateur de e-Gouv Québec, un regroupement de fonctionnaires qui cherchent à encourager le partage et l'ouverture des données produites par l'appareil étatique.

«Mais il est vrai que plus il y en a, plus le gouvernement est actif dans cette voie et plus il est difficile pour quelqu'un de passer à travers les mailles du filet.»

L'idée d'une ouverture numérique plus grande des gouvernements sur les citoyens a le vent dans les voiles, poussée par les États-Unis qui, sous l'administration Obama, donnent depuis quelques années le ton en la matière.

Au Québec, le concept s'installe timidement. La semaine dernière, la Ville de Montréal a adopté officiellement une politique d'ouverture de ses données publiques. Un portail sur la Toile a été inauguré. L'administration y diffuse une poignée de bases de données à caractère pratique, pour le moment, comme l'emplacement des casernes de pompier, des informations sur les travaux en cours, des bottins statistiques sur les arrondissements, des archives photographiques, des résultats électoraux par quartier...

Le geste a été présenté par la Ville comme une première au Québec, mais il n'arrive toutefois pas à faire oublier le retard qui malgré tout se creuse ici par rapport au reste du monde et au reste du Canada, où des villes comme Toronto, Ottawa, Edmonton, Vancouver ou encore Nanaimo (C.-B.), depuis longtemps, ont pris ce virage de la transparence numérique.

À Québec, le député de Verdun à l'Assemblée nationale, Henri-François Gautrin, a été chargé par le premier ministre Charest le 19 octobre 2010 de mener des consultations et de produire un rapport sur cette question. Fait amusant, les discussions de ce groupe de réflexion, aujourd'hui baptisé groupe Gautrin, devaient initialement porter sur la gouvernance au temps des réseaux sociaux et du Web 2.0. Elles se sont rapidement déplacées sur le concept de «gouvernement ouvert» et de «données ouvertes». Le groupe se prépare d'ailleurs à recommander au gouvernement Charest d'emprunter cette route.

Pour l'ancien président de la Commission d'accès à l'information, Paul-André Comeau, la notion de gouvernement ouvert vient faire faire un pas en avant à la notion d'«accès». Déjà, le gouvernement du Québec promeut la divulgation proactive des données depuis 2006. «Mais on en est aux balbutiements», souligne-t-il.

N'empêche, la révolution de la transparence par le code binaire est en marche. Elle serait aussi irréversible, au grand dam de quelques fonctionnaires qui vont forcément essayer d'y résister. «C'est naturel», a résumé en septembre dernier Martin Lefebvre, qui a piloté le Groupe de travail de Montréal sur les données ouvertes. C'était lors d'une rencontre informelle avec un petit groupe de programmeurs à laquelle Le Devoir a participé. «Actuellement, plusieurs personnes détiennent un pouvoir dans l'administration parce qu'elles possèdent de l'information et sont les seules à y avoir accès.» Et bien sûr, pour elles, la libéralisation des données publiques est perçue négativement.

La notion de gouvernement ouvert nécessite un changement de culture pour plusieurs. Au premier chef dans la fonction publique, où il y a d'«importantes résistances», reconnaît Henri-François Gautrin. «Pour l'administration, dans le fond, ça veut dire qu'elle doit s'habituer à être en rapport direct et immédiat avec les citoyens qui ont le nez dans les données. Ça vous remet aussi en question!»

«Ça a toujours été comme ça, ajoute Patrick Parent. Et c'est pour cela qu'il faut multiplier les "hackathons"», ces événements où des programmeurs et des fonctionnaires s'unissent pour créer des applications à partir des données ouvertes. Le groupe Capitale ouverte — qui va assurer la promotion du numérique ouvert à Québec — va en tenir un justement le 12 novembre dans l'espace de travail collectif Abri.Co avec les données de la Ville. «Quand les gens voient qu'on ne leur vole pas leurs données mais qu'on les met en valeur, ils deviennent alors moins réticents.» Et il ajoute: «Ce n'est pas le travail du gouvernement de développer des applications. S'il se concentre sur la constitution de bases de données exactes, rigoureuses et complètes, d'autres vont s'en occuper pour lui et tout le monde va réussir à y trouver son compte.»

Pour M. Gautrin, le gouvernement ouvert va remettre le citoyen au coeur des affaires de l'État. «Ça va changer complètement le mode de fonctionnement de l'État», dit-il en rappelant d'une vieille promesse de son gouvernement, la gestion des urgences. «L'hôpital ouvert» permettrait de mieux gérer les temps d'attente et de savoir «automatiquement quelles sont les urgences où il y a le moins de temps d'attente et de savoir où elles sont», selon lui.

«Ça va aussi mettre un baume sur le cynisme ambiant, dit Patrick Parent.
On sait que tous les politiciens ne sont pas corrompus»,

et les politiques de données ouvertes, tout comme les applications qu'elles pourraient faire émerger, vont pouvoir en faire la demonstration.