La génération sandwich pris en sandwich

Au Canada, la génération sandwich fait bien des sacrifices pour soutenir parents vieillissants et enfants

Credit Canada et Capital One Canada proposent des solutions dans le cadre de la cinquième année de la semaine de l'éducation sur le crédit

TORONTO, le 31 oct. 2011 /CNW/ - Les Canadiens qui font partie de la population croissante dite « génération sandwich » sont obligés de faire des sacrifices de plus en plus importants pour assurer le soutien financier non seulement de leurs enfants, mais aussi de leurs parents vieillissants. Selon un récent sondage mené par Credit Canada et Capital One Canada pour la semaine de l'éducation sur le crédit, quatre Canadiens sur dix (39 %) de la génération sandwich ne sont pas sûrs de pouvoir payer les études de leurs enfants parce qu'ils soutiennent financièrement leurs parents. Pour régler ce problème financier potentiel, 40 % de ces Canadiens affirment qu'ils devront emprunter de l'argent de leurs amis et membres de la famille.

Chez les Canadiens qui assurent déjà le soutien financier de leurs enfants et de leurs parents, 25 % d'entre eux estiment que leurs enfants ont été désavantagés par l'attribution à un parent vieillissant d'argent et de temps qui auraient pu leur être consacrés.

« L'élément le plus préoccupant est l'ampleur des dépenses que ce groupe de Canadiens doit assumer à une période de leur vie où ils devraient épargner en vue de leur retraite », explique Laurie Campbell, directrice exécutive, Credit Canada. « Notre plus récent sondage indique également que le fardeau financier de deux tiers des Canadiens de la génération sandwich est considérablement alourdi par les problèmes qu'engendrent ces responsabilités accrues. Par conséquent, plus de la moitié de ces Canadiens (55 %) devront probablement prendre leur retraite plus tard pour essayer de se rattraper sur le plan financier. »

Le stress associé au soutien financier d'un enfant et de parents vieillissants est lourd de conséquences d'ordre financières, mais aussi relationnel pour la génération sandwich. Plus de 70 % des Canadiens qui sont en couple et dont le revenu familial est inférieur à 50 000 $, et qui participent au soutien d'un parent vieillissant, affirment que l'aspect sentimental de leur relation a souffert.

Le sondage demandait aux Canadiens de préciser le genre de sacrifices qu'ils ont dû faire pour soutenir les enfants et parents à leur charge. Voici ce qu'ils ont répondu :

  • 30 % prennent moins de vacances;
  • 43 % mangent moins souvent au restaurant;
  • 36 % ont dû puiser dans leurs épargnes;
  • 37 % ont dû travailler des heures supplémentaires;
  • 38 % ont dû réduire les dépenses liées à leur style de vie (divertissement, activités sociales, etc.).

« Il est important pour les Canadiens d'avoir une vision à long terme de leurs obligations financières et de celle de leur famille, afin qu'ils puissent prendre des décisions éclairées en matière d'épargne et de dépenses », explique Rob Livingston, président, Capital One Canada. « Nous croyons qu'il est important pour tous les Canadiens de connaître à fond les outils et les ressources à leur disposition pour prendre ces importantes décisions financières. C'est pourquoi nous appuyons ces initiatives d'éducation financière. »

Credit Canada et Capital One Canada sont les commanditaires fondateurs de la semaine de l'éducation sur le crédit au Canada (du 15 au 18 novembre), qui s'inscrit dans le cadre du premier mois de la littératie financière au Canada. La semaine de l'éducation sur le crédit en est à sa cinquième année d'existence et se veut une campagne de sensibilisation du public au sujet du crédit afin de permettre aux Canadiens de prendre leurs finances en main. La campagne de cette année vise la génération sandwich et leur pression financière.

Credit Canada et Capital One Canada offrent les conseils suivants à la génération sandwich :

  • Parlez à quelqu'un - consultez votre agence locale de crédit-conseil ou un conseiller financier pour connaître vos options.
  • Épargnez pour les imprévus - la vie nous réserve parfois de mauvaises surprises, alors il est prudent de mettre de l'argent de côté pour faire face aux imprévus.
  • Respectez votre budget - évitez de puiser dans vos économies, car on ne sait jamais quand un membre de la famille aura besoin d'aide.
  • N'attendez pas pour vous préparer - commencez à préparer votre retraite dès que vous le pouvez et si vous avez des enfants, établissez un REEE pour eux dès leur jeune âge.
  • Donnez l'exemple à vos enfants - encouragez vos enfants à travailler à temps partiel pour contribuer au financement de leurs études. Ils apprendront ainsi à épargner, faire un budget et apprécier la valeur du travail.
  • Renseignez-vous - il existe des programmes gouvernementaux et communautaires pour vous aider à gérer vos nouvelles responsabilités financières et celles de votre famille.

Au sujet du sondage
En septembre 2011, Credit Canada et Capital One Canada ont mené un sondage auprès de 830 Canadiens faisant partie de la génération sandwich afin de mieux comprendre les défis et le contexte financiers de ce groupe. Les répondants étaient équitablement répartis entre les quatre grandes régions du Canada (Ouest, Ontario, Québec et Est) et la marge d'erreur était de +/- 3,4 %, 19 fois sur 20.

Source : Génération sandwich, Credit Canada, CNW, Octobre 31, 2011


Extrait de : La situation financière des parents vieillissants préoccupe, Argent, 10 novembre 2011

Les Québécois qui font partie de la «génération sandwich» ne peuvent subvenir aux besoins de leurs parents vieillissants et ils s'en inquiètent beaucoup.

C'est la principale conclusion tirée d'une sondage mené par Credit Canada, une organisation sans but lucratif qui offre des services-conseils en matière de finance, et la société financière Capital One.

Plus de sept Québécois sur dix (71%) qui ont encore des enfants à charge et qui s'occupent de leurs parents âgés ne peuvent assurer le soutien de ces derniers. Ils sont donc pris en sandwich entre deux obligations.

Le taux de 41% est le plus élevé parmi les provinces canadiennes. Qui plus est, 55% des Québécois de la cette même génération sandwich n'ont pas discuté avec leurs parents de leur capacité de subvenir à leurs besoins financiers.

Environ 40% des membres de la génération sandwich ont peur de ne pas pouvoir payer pour les études de leurs enfants. 22% indiquent qu'ils sortent moins souvent au restaurant et 20% se servent déjà de leurs économies pour financer leurs dépenses.

«Les deux tiers des répondants ont indiqué qu’ils ont dû emprunter pour soutenir financièrement leurs parents vieillissants et leurs enfants», ajoute Pascal Bricault, chef du marketing pour le Québec chez Capital One.

«Il est clair que ces Québécois ressentent une pression réelle qui affecte divers aspects de leur vie, explique Laurie Campbell, directrice exécutive de Credit Canada. Cela veut dire qu'un trop grand nombre de Québécois n'ont pas encore parlé à leurs parents de leur inquiétude au sujet de leurs économies en vue de la retraite.»

«En fin de compte, ajoute-t-elle, la génération sandwich doit assumer des coûts inattendus à une période de leur vie où la priorité devrait être d'épargner pour les études des enfants et la retraite.»

Afin d'assurer une gestion responsable de leurs finances, M. Bricault encourage «fortement» les personnes qui vivent cette situation à consulter un expert.

Le sondage a été effectué auprès de 830 Canadiens en septembre dernier. La marge d'erreur était de 3,4%, 19 fois sur 20.