Le déni du peuple sur la réalité de leurs régimes à prestations déterminées.

Écoutez cette vidéo, et je ne suis absolument pas surpris, les gens vivent dans un rêve.

Pour le privé : l’insolvabilité de ces régimes va être compensée rapidement par des plus faibles prestations.

Pour le Public : même avec beaucoup de résistance, inéluctablement, les prestations seront moindres, valables pour les prestataires actuels et les futurs retraités.

clip_image002

En créant un État providence, on a enlevé une grande partie de la responsabilité individuelle, pensant que l’État était la nourrice du peuple.

Évidemment, les gens croient que leurs retraites dorées sont solvables, car ils font du simple déni, préférant regarder les matchs de Hockey ou écoutez "Occupation Double'".

Nettement plus facile, que de prendre ces responsabilités et de connaître l’enjeu du problème. Parler de déficit actuariel ou d’insolvabilité est un terme qu’il ne veut pas connaître par simple paresse intellectuelle, préférant se conforter dans des illusions.

Ce n'est pas unique au Québec, c'est l'ensemble des États-Providence, on a promis des jours meilleurs sans trop d'efforts.

Wow, une belle retraite de 30 ans payés par le peuple ou sur les générations futures qu'ils ne sont même pas encore nés, que c'est facile, un vrai bonbon, sans même chercher, si c'était économiquement viable, ce qu'ils ne savaient pas que c'était un cadeau empoisonné.

Par contre, certains pays comme la Suède et le Chili ont eu des politiciens qui ont agi en tant qu'homme d'État, non en tant que simple carriériste, ils ont changé les fonds de pension pour qu'ils soient auto équilibrée, qui a été copié multiple fois dans le monde, parce que tout le monde savait que c'était un gouffre financier, mais nos carriéristes comme d'habitude on fait ce qu'ils font depuis des décennies transporter le problème à plus tard.

Le plus tard est rendu le Maintenant, la dure vérité éclate, et richesse n'a pas suivi pour satisfaire des promesses, qui au départ était insolvable.

On a le droit de vivre dans un monde de rêve, mais un jour ou l’autre la dure vérité revient toujours, bienvenue dans la Réalité économique.

clip_image004