Québec gère à l'aveugle en santé


Extrait de : Québec gère à l'aveugle en santé, Argent, 3 novembre 2011 | 15h51

Le président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec estime que le gouvernement du Québec n'a pas les outils nécessaires pour améliorer la gestion du système de santé.

Selon Gaétan Barrette, le gouvernement ne gère pas de façon rigoureuse parce qu'il n'a pas les informations pour le faire. « Le jour où le gouvernement voudra gérer ça correctement, il mettra en place les balises nécessaires pour faire en sorte que le système soit administré adéquatement », affirme-t-il

« Les ministres de la santé que l'on a eu y vont pour leur carrière politique et non pas pour gérer le système de santé. Lorsqu'on y va pour la carrière, on ne prend pas nécessairement les meilleures décisions », affirme M. Barrette.

Selon lui, la hausse des coûts du système de santé est en grande partie attribuable à la bureaucratie. « Il y a beaucoup plus de gestion et de frais d'administration au Québec qu'ailleurs, des personnes essaient de changer cela, mais elles se font toujours critiquer. »

En termes de coûts du système de santé, la croissance des frais bureaucratique excède largement celle des soins aux patients. « Au Québec, nous sommes devenus des champions dans la création de direction », indique M. Barrette.

Il soutien que le Québec perd de l'argent en raison de sa mauvaise gestion du système de santé.

« Le Québec, croyez-le ou non, ne dispose même pas d'un système d'information suffisamment précis pour déterminer le prix unitaire de quoi que ce soit. On ne sait même pas combien coûte ce que l'on administre »,

 indique-t-il.

Malheureusement, il a raison, tous les lobbyistes refusent le changement y compris sa propre fédération, tout le monde se graisse la patte et personne n’est imputable de rien.

Santé: financement fondé sur l’activité.

 

Dans le financement fondé sur l’activité, les ressources des établissements ne sont plus fixées a priori par le gouvernement. Elles sont fonction des activités médicales réellement effectuées.

 

Le financement selon l’activité vise à fonder l’allocation des ressources aux établissements de santé publics et privés sur la nature et le volume des activités réalisées.

 

Comparativement au système de la dotation globale (sur une base historique ou populationnelle), le financement selon l’activité donne aux établissements plus de liberté et de responsabilité en allégeant les contraintes et les procédures et en les incitant à optimiser l’utilisation de leurs ressources.

 

Le financement selon l’activité est déjà utilisé dans plusieurs pays développés, dont la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni et les Pays-Bas. L’adoption de ce mode de financement nécessite cependant un changement radical de culture.

 

Source : Santé: financement fondé sur l’activité

« On ne gère pas le système de santé comme on le devrait, c'est-à-dire comme n'importe quelles autres organisations. Par exemple, un propriétaire de magasin sait à quel prix il doit vendre ses produits pour faire des profits, ce que ne font pas les gestionnaires du système de santé de la province », conclu M. Barrette.