Quebec needs to move beyond simply smelting aluminum

Trois articles sur le sujet.

·         China and Russia are already shifting in a big way from primary manufacturing to higher-margin products.

·         Canada produced 2.9-million tonnes of aluminum in 2010, about 7 per cent of global capacity.

·         Setting up major value-added facilities – such as plants that make aluminum wheels – is difficult in Quebec because it is far from major centres such as Detroit and shipping costs are prohibitive.

·         La somme d'argent public dépensée par emploi à long terme a doublé à 600 000 $ depuis 30 ans.

·         77% de la production québécoise d'aluminium est exportée.

·         La transformation devrait être obligatoire, il faudra émettre des directives très claires, sous forme de loi si nécessaire.

·         Le Québec devancera les États-Unis et se hissera au troisième rang mondial des producteurs d'aluminium, après la Chine et la Russie.

·         Que l'attribution de blocs d'énergie à bas prix aux alumineries pourrait entraîner une hausse des tarifs d'électricité pour l'ensemble des consommateurs québécois.

·         Le tarif préférentiel accordé aux alumineries s'établit à environ 4,2 cents le kilowattheure alors que le coût moyen de production d'Hydro-Québec est aujourd'hui de 8,6 cent.

Donc, si je comprends bien, on donne aux alumineries le KW à 4.2 cents, on l’exporte à 5 cent et ça nous coute 8.6 cent, tout un beau modèle d’affaire, qui va payer le manque à gagner, je vous laisse deviner M. le peuple?

En plus, on emprunte des milliards pour construire des barrages non rentables, sur les futurs payeurs de taxe, ah oui ! J’oubliai, ‘ça fait des JOBS'.


Extrait de: Quebec needs to move beyond simply smelting aluminum, Bertrand Marcotte, Globe and Mail, Nov. 07, 2011

For decades, Quebec’s foreign-owned aluminum sector has been a source of pride in a province that can use all the high-powered manufacturing might it can get.

Boosted by financial backing from the government and cheap hydroelectric rates, the sector has played a starring role in the province’s economic development.

But the three major players in North America’s most aluminum-intensive region – the third largest in the world after China and Russia – struggle to make Quebec a centre of aluminum-product innovation.

Despite years of effort by the industry to update, including Alcoa’s confirmation of plans on Monday for a $2.1-billion expansion and modernization program at three Quebec facilities, the province remains for the most part a simple exporter of primary aluminum to the four corners of the world.

For the industry to continue to thrive, moving up the value chain is imperative. Powerful emerging players like China and Russia are already shifting in a big way from primary manufacturing to higher-margin products, part of a growing worldwide shift to the use of aluminum in non-traditional areas.

The lightweight industrial metal has long been a staple material in such products as window frames, juice and soft drink cans and cooking utensils. But its usage is being stretched into other areas, including building construction and aerospace.

“Aluminum is becoming a tremendous source for all sorts of applications – the auto sector for example,” says Jesus Villegas, senior analyst with Harbor Intelligence in Austin, Texas. “Cars are increasingly being made with aluminum parts.”

Companies such as Alcoa Inc. – the U.S.-based parent of Alcoa Canada – that are developing innovative uses for aluminum are benefitting to a much greater extent in foreign markets, notably Asia.

Alcoa Inc. is already working with a Chinese partner – Zhengzhou Yutang Bus Co., the country’s biggest bus manufacturer – to make environmentally friendly buses with aluminum chassis, turning out about 27,000 a year. The vehicles are 46 per cent lighter than a regular bus, so they use less fuel and emit fewer greenhouse gases.

“Why can’t we do that here?” asks Jean Simard, head of the Aluminum Association of Canada. “It’s not rocket science. It’s common sense.”

Canada produced 2.9-million tonnes of aluminum in 2010, about 7 per cent of global capacity. About 80 per cent of that is exported.

In Quebec, where 90 per cent of the Canadian industry is concentrated, aluminum production represented 10 per cent of the total value of manufactured exports last year. It employs an estimated 30,000 people directly and indirectly.

The three main players – Rio Tinto Alcan, Alcoa Canada and Aluminerie Alouette – are aware of the risks posed by more aggressive competitors. They plan to invest between $7-billion and $10-billion over the next 10 years to modernize and expand their Quebec facilities to produce more innovative, higher-margin products.

Some of that is earmarked for R&D and special projects. The companies, for example, have formed a consortium to develop a prototype for a 30-seat microbus made with aluminum parts. Aluminerie Alouette has a program to encourage its suppliers to come up with ideas for integrating aluminum in their products.

There are also plans for a public-private sector collaboration on the development of aluminum decking for bridges to replace steel.

But Lloyd O’Carroll, an aluminum-industry analyst with Davenport & Co. LLC in Virginia, says the Canadian industry faces significant challenges. Quebec’s competitive advantage has always been access to plentiful, cheap electricity – aluminum smelting requires massive amounts of electrical power – and that isn’t about to change overnight, Mr. O’Carroll said.

“Quebec and B.C. – where a major aluminum smelter is located – will always be centres of smelting because of the available and highly competitive power,” he said.

Setting up major value-added facilities – such as plants that make aluminum wheels – is difficult in Quebec because it is far from major centres such as Detroit and shipping costs are prohibitive, he said.

La même raison que le plan Nord, les coûts de transport sont élevés,
donc réduit les bénéfices.

The fact that the leading aluminum producer in Quebec – Rio Tinto Alcan – is no longer in the business of making semi-fabricated products (it has sold off those divisions over the years) doesn’t help foster a transformational attitude, he said.

Exacte, car Rio-Tinto, se concentre sur l’extraction de la matière première, donc, la valeur ajouté n’est pas leur priorité, conséquence d’avoir vendu Alcan à une multinationale, sa seule priorité est de maximiser les profits,
7.8 milliards
en six mois.

And there’s another key stumbling block – government regulations that limit the use of aluminum in construction and infrastructure projects, and thus hamper the development of homegrown expertise.

Alexandre de la Chevrotière, president and chief executive officer of Montreal-based aluminum design-and-build firm Maadi Group, finds it incredible that the provincial bidding process for infrastructure projects excludes the use of aluminum as a construction material.

Rules in the other provinces vary, but steel remains the No. 1 choice there as well, he said.

“On the one hand, the Quebec government pushes the big aluminum producers to create jobs in the transformation sector. And yet they shut out aluminum when they put out tenders,” he said.

That’s in stark contract to the attitude in Europe, where about 30 per cent of construction projects use some aluminum, says Mr. de la Chevrotière, whose company makes such products as all-aluminum pedestrian and bicycle bridges.

A spokesman for Sam Hamad, Quebec’s Minister for Economic Development, said the government is working on developing a new aluminum-transformation policy but the Minister won’t comment until the plan is completed and ready to be unveiled, some time in the next few months.

SPENDING PLANS

Rio Tinto Alcan

$1.2-billion

For the first phase of a pilot plant using its AP60 smelting technology, touted as the most environmentally friendly smelting technology available.

$228-million

To upgrade the Shipshaw power station in Quebec.

$650-million

To prepare for a $2.5-billion modernization of its Kitimat smelter in B.C.

Alcoa Canada

$2.2-billion

To improve the efficiency of its Quebec facilities.


Extrait de : Des emplois à 600 000 $ dans l'aluminium, Michel Munger, Argent, 7 novembre 2011 | 16h05

Les milliards misés sur les alumineries n'entraînent plus la création d'emplois. La vente d'électricité à bas prix aux entreprises soulève même des questions, tandis que la transformation du métal gris se fait encore attendre en région.

Tout d'abord, les 2,1 G$ investis par Alcoa à Baie-Comeau, Deschambault et Bécancour, ne font que consolider les postes existants.

«Dans l'annonce faite la semaine passée à l'aluminerie Alouette, on doublait presque la capacité avec l'embauche de 300 personnes, rappelle Jean-Thomas Bernard, professeur d'économie à l'Université d'Ottawa. Pour Sept-Îles, ce n'est pas rien, mais pour l'ensemble du Québec, ce n'est pas énorme.»

M. Bernard croit donc que les megawatts promis par le gouvernement du Québec ne sont pas utilisés avec efficacité. Pour soutenir son point de vue, il élargit le calcul à la capacité totale d'Hydro-Québec, soit de 45 000 MW. «Si on la prenait toute pour la production d'aluminium, on engagerait 30 000 personnes.»

Le professeur estime aussi que la somme d'argent public dépensée par emploi à long terme a doublé à 600 000 $ depuis 30 ans, en tenant compte des coûts croissants par kilowatt/heure au sein des nouveaux barrages.

«Si l'on veut développer les régions, je me demande s'il existe d'autres façons de faire», demande toutefois Daniel Larouche, directeur du Centre de recherche sur l'aluminium.

Transformer davantage

Ce qui peut choquer, c'est que 77% de la production québécoise d'aluminium est exportée, indique l'économiste Marc-Urbain Proulx, professeur titulaire en économie régionale à l'Université du Québec à Chicoutimi.

Le potentiel du secteur est pourtant là, souligne Daniel Larouche. «Un bel exemple est le Bixi avec le fabricant Cycles Devinci, qui utilise des procédés de transformation afin d'assembler le vélo. C'est vraiment un succès et la formule a été exportée.»

Alcan a longtemps vanté la pénétration possible du marché du transport. Pourtant, seulement 10% du poids d'un véhicule automobile provient de l'aluminium, indique selon l'Association de l'aluminium des États-Unis.

 

Remplacer l'acier ne se fait pas en claquant des doigts. La répartition du poids change et le degré de résistance n'est pas le même.

«L'automobile est une industrie assez conservatrice, ajoute Daniel Larouche. Remplacer l'acier exige des changements de conception et toute l'équipe de design est interpellée. Le démon se cache dans les détails !»

Jean-Thomas Bernard estime que l'aluminium entraîne la fabrication de beaucoup de produits ayant peu de valeur.

«L'exemple extrême est la fabrication de canettes, dit-il. Si on en assemble ici pour les vendre à New York, le camion transporte beaucoup d'air. Dans le secteur du transport, il y a la concurrence des matériaux composites et des plastiques, qui sont légers et ne rouillent pas.»

La transformation devrait être obligatoire, insiste Marc-Urbain Proulx.

«J'en ai soupé, des voeux pieux dans les 5 à 7, raconte-t-il. Il faudra émettre des directives très claires, sous forme de loi si nécessaire. Nous exportions de la pulpe au début du 20e siècle. Les Américains en faisaient de la pâte et du papier. Le gouvernement canadien a interdit l'exportation de pulpe brute et les entreprises ont investi au Québec. Trois-Rivières est devenue la capitale mondiale du papier et le Saguenay-St-Jean a eu huit papetières.»

«Si l'industrie dit non, ajoute ce professeur, un débat de société doit se faire sur l'utilisation de notre énergie. On pourra se tourner vers d'autres utilisations ou vers des clients comme les Chinois. Ils savent bâtir des alumineries et faire de la transformation.»

Quelques utilisations de l'aluminium

Infrastructure: Alcan a bâti un pont d'aluminium au Saguenay afin de le démontrer;

Transport: pièces d'auto, structures de vélo, isolation contre le bruit proche d'une autoroute, construction navale et aérospatiale;

Consommation: papiers flexibles pour les aliments, paquets de cigarettes, bouteilles rigides pour les liquides;

Maison: casseroles, électroménagers, échangeurs de chaleur pour la douche; - Électricité: pylônes pour les lignes de transport.


Extrait de : Alcoa: investissements = 2,1 G$; nouveaux emplois = 0, La presse canadienne, les affaires.com, 07-11-2011

Québec octroiera un bloc d'électricité à tarif préférentiel au géant américain Alcoa dans le cadre d'investissements de 2,1 milliards $ qui se traduiront toutefois par la perte d'emplois.

Après des mois d'études, de discussions et de travaux préliminaires, Alcoa a donné un deuxième feu vert à la modernisation de son aluminerie de Baie-Comeau, au coût de 1,2 milliard $. Cette usine pourra ainsi se débarrasser de ses vieilles cuves Svderberg, qui remontent aux années 1950 et 1970, et augmenter l'ampérage des cuves datant de 1984 et 1990.

Le projet, d'abord annoncé en 2008, a dû être revu de fond en comble parce que sa première mouture s'est finalement révélée non rentable, a expliqué lundi le président d'Alcoa Canada, Pierre Morin, en conférence de presse à Montréal.

À cela s'ajouteront des investissements de 600 millions $ pour la mise à niveau d'équipements et de 300 millions $ pour accroître la production à l'aluminerie de Deschambault et dans une autre usine (possiblement celle de Bécancour, dans laquelle Rio Tinto Alcan détient une participation de 25 pour cent).

Tous ces travaux feront en sorte que la production annuelle d'Alcoa au Québec augmentera de 120 000 tonnes (60 000 tonnes à Baie-Comeau, 30 000 tonnes à Deschambault et 30 000 tonnes à Bécancour ou ailleurs).

Il n'est toujours pas question, cependant, de réactiver avant 2016 le projet visant à doubler la capacité de production à l'aluminerie de Deschambault. Ce dernier était estimé à 1,5 milliard $ avant qu'il ne soit mis sur la glace, en 2009.

Avec ces investissements et ceux confirmés la semaine dernière par l'Aluminerie Alouette de Sept-Îles, le Québec devancera les États-Unis et se hissera au troisième rang mondial des producteurs d'aluminium, après la Chine et la Russie. À moins bien sûr que la production augmente de façon notable au sud de la frontière. Québec a consenti à Alcoa un bloc de 325 mégawatts d'électricité à tarif préférentiel pour 25 ans, soit 50 MW de moins que ce que prévoyait l'entente initiale conclue en 2008. En modifiant son projet, Alcoa a réussi à "tirer le maximum de chaque mégawatt", d'où la baisse, a expliqué M. Morin.

Mais contrairement au projet d'expansion d'Alouette, qui doit créer 300 emplois directs, celui d'Alcoa aura pour conséquence de réduire légèrement la main-d'oeuvre de la multinationale au Québec.

"Notre objectif était d'améliorer la position de nos usines sur la courbe des coûts au niveau international", a indiqué M. Morin, en précisant que la productivité des alumineries québécoises d'Alcoa allait bondir de 13 pour cent au terme des travaux.

Aucun licenciement n'est toutefois prévu. Pas moins de 40 pour cent des 3400 employés d'Alcoa au Québec atteindront l'âge de la retraite d'ici 2015, de sorte que les réductions de postes pourront se faire par attrition. En fait, le nombre de départs s'annonce si grand qu'Alcoa s'attend à devoir procéder à des embauches.

Présent à la conférence de presse, le ministre du Développement économique, Sam Hamad, a reconnu que les retombées étaient plus importantes dans le cadre d'un projet d'expansion que de modernisation. Il a cependant assuré que l'entente conclue avec Alcoa allait être bénéfique pour le Québec, notamment pour les milliers de sous-traitants de l'entreprise.

Alcoa s'est en outre engagé à verser 50 millions $, au cours des 25 prochaines années, à un fonds de développement économique, de même que 25 millions $ au Fonds pour le développement durable, au bénéfice des régions de Baie-Comeau, de Bécancour et de Deschambault-Grondines.

Interrogé sur les calculs effectués la semaine dernière par le professeur Jean-Thomas Bernard, de l'Université d'Ottawa, M. Hamad a reconnu lundi que l'attribution de blocs d'énergie à bas prix aux alumineries pourrait entraîner une hausse des tarifs d'électricité pour l'ensemble des consommateurs québécois.

Selon M. Bernard, le tarif préférentiel accordé aux alumineries s'établit à environ 4,2 cents le kilowattheure alors que le coût moyen de production d'Hydro-Québec est aujourd'hui de 8,6 cent.