Mise à jour - Update


Aucune publication pour les deux prochains jours,
mise à jour de la table des matières.


No publication for the next two days,
to update the table of contents.


 

Rate Central Bank–Inflation–State

3 interactive graphics from The Wall Streel Journal


Central bank : Global Rates

As the world-wide economy slowly heals from the Great Recession, central banks take different paths to recovery. Most countries remain in an easing cycle with low interest rates, but some are seeking to tighten policy. (Last updated: Feb. 24, 2011)

Central Bank different paths to recovery

Source : Global Rates – Central Bank, Interactive graphics, The Wall Street Journal.


Inflation : Where Are Prices Rising?

Both overall inflation and core inflation, which excludes food and energy costs, have been moving higher, but the speed at which prices are rising varies.

Below are some the items that go into the Labor Departments official measure of consumer prices, their 12-month rates of change over the past year, and a look at how January's rates compare with the 12-year average inflation for each item.

Where Are Prices Rising?

Inflation

Source : Inflation, Interactive graphics, The Wall Street Journal.


States Seek Fixes for Budget Woes

Where Things Stand

A recession and a fitful economic recovery have almost every state confronting significant budget shortfalls. Declining tax revenue and dwindling federal stimulus money are setting up confrontations between governors and legislatures over which state services and programs to pare. A look at the big picture as well as a number of standouts in a sea of red ink

States Seek Fixes for Budget Woes

Source: States Seek Fixes for Budget Woes, Interactive graphics, The Wall Street Journal.


 

Corporate Profits Soaring Thanks to Record Unemployment

The Economist Populist est un excellent blogue, pour connaître les non-dits de l’économie américaine.


Extrait de: Corporate Profits Soaring Thanks to Record Unemployment, Mark Provost, The Economic Populist,  02/25/2011

In a January 2009 ABC interview with George Stephanopoulos, then President-elect Barack Obama said fixing the economy required shared sacrifice, "Everybody’s going to have to give. Everybody’s going to have to have some skin in the game." (1)

For the past two years,

Ø  American workers submitted to the President’s appeal—taking steep pay cuts despite hectic productivity growth.

By contrast, corporate executives have extracted record profits by sabotaging the recovery on every front—

1)      eliminating employees,

2)      repressing wages,

3)      withholding investment,

4)      and shirking federal taxes.

The global recession increased unemployment in every country, but the American experience is unparalleled. According to a July OECD report, the U.S. accounted for half of all job losses among the 31 richest countries from 2007 to mid-2010. (2) The rise of U.S. unemployment greatly exceeded the fall in economic output. Aside from Canada, U.S. GDP actually declined less than any other rich country, from mid-2008 to mid 2010. (3)

Washington’s embrace of labor market flexibility ensured companies encountered little resistance when they launched their brutal recovery plans. Leading into the recession, the US had the weakest worker protections against individual and collective dismissals in the world, according to a 2008 OECD study. (4) Blackrock’s Robert Doll explains, “When the markets faltered in 2008 and revenue growth stalled, U.S. companies moved decisively to cut costs—unlike their European and Japanese counterparts.” (5) The U.S. now has the highest unemployment rate among the ten major developed countries. (6).

The private sector has not only been the chief source of massive dislocation in the labor market, but it is also a beneficiary. Over the past two years, productivity has soared while unit labor costs have plummeted. By imposing layoffs and wage concessions, U.S. companies are supplying their own demand for a tractable labor market. Private sector union membership is the lowest on record. (7) Deutsche Bank Chief Economist Joseph LaVorgna notes that profits-per-employee are the highest on record, adding, “I think what investors are missing - and even the Federal Reserve - is the phenomenal health of the corporate sector.” (8)

Due to falling tax revenues, state and local government layoffs are accelerating. By contrast, U.S. companies increased their headcount in November at the fastest pace in three years, marking the tenth consecutive month of private sector job creation. The headline numbers conceal a dismal reality; after a lost decade of employment growth, the private sector cannot keep pace with new entrants into the workforce.

The few new jobs are unlikely to satisfy Americans who lost careers. In November, temporary labor represented an astonishing 80% of private sector job growth. Companies are transforming temporary labor into a permanent feature of the American workforce. UPI reports, “This year, 26.2 percent of new private sector jobs are temporary, compared to 10.9 percent in the recovery after the 1990s recession and 7.1 percent in previous recoveries.” (9) The remainder of 2010 private sector job growth has consisted mainly of low-wage, scant-benefit service sector jobs, especially bars and restaurants, which added 143,000 jobs, growing at four times the rate of the rest of the economy. (10)

Aside from job fairs, large corporations have been conspicuously absent from the tepid jobs recovery. But they are leading the profit recovery. Part of the reason is the expansion of overseas sales, but the profit recovery is primarily coming off the backs of American workers. After decades of globalization, U.S. multinationals still employ two-thirds of their global workforce from the U.S. (21.1 million out of 31.2 million). (11) Corporate executives are hammering American workers precisely because they are so dependent on them.

An annual study by USA Today found that private sector paychecks as a share of Americans’ total income fell to 41.9 percent earlier this year, a record low. (12) Conservative analysts seized on the report as proof of President Obama’s agenda to redistribute wealth from, in their words, those ‘pulling the cart’ to those ‘simply riding in it’. Their accusation withstands the evidence—only it’s corporate executives and wealthy investors enjoying the free ride. Corporate executives have found a simple formula: the less they contribute to the economy, the more they keep for themselves and shareholders. The Fed’s Flow of Funds reveals corporate profits represented a near record 11.2% of national income in the second quarter. (13)

Non-financial companies have amassed nearly two-trillion in cash, representing 11% of total assets, a sixty year high. Companies have not deployed the cash on hiring as weak demand and excess capacity plague most industries. Companies have found better use for the cash, as Robert Doll explains, “high cash levels are already generating dividend increases, share buybacks, capital investments and M&A activity—all extremely shareholder friendly.” (5)

Companies invested roughly $262 billion in equipment and software investment in the third quarter. (14) That compares with nearly $80 billion in share buybacks. (15) The paradox of substantial liquid assets accompanying a shortfall in investment validates Keynes’ idea that slumps are caused by excess savings. Three decades of lopsided expansions has hampered demand by clotting the circulation of national income in corporate balance sheets. An article in the July issue of The Economist observes: “business investment is as low as it has ever been as a share of GDP.” (16)

The decades-long shift in the tax burden from corporations to working Americans has accelerated under President Obama. For the past two years, executives have reported record profits to their shareholders partially because they are paying a pittance in federal taxes. Corporate taxes as a percentage of GDP in 2009 and 2010 are the lowest on record, just above 1%. (17)

Corporate executives complain that the U.S. has the highest corporate tax rate in the world, but there’s a considerable difference between the statutory 35% rate and what companies actually pay (the effective rate).

Here again, large corporations lead the charge in tax arbitrage. U.S. tax law allows multinationals to indefinitely defer their tax obligations on foreign earned profits until they ‘repatriate’ (send back) the profits to the U.S. U.S. corporations have increased their overseas stash by 70% in four years, now over $1 trillion—largely by dodging U.S taxes through a practice known as “transfer pricing”.

(18)Transfer pricing allows companies to allocate costs in countries with high tax rates and book profits in low-tax jurisdictions and tax havens—regardless of the origin of sale. U.S. companies are using transfer pricing to avoid U.S. tax obligations to the tune of $60 billion dollars annually, according to a study by Kimberly A. Clausing, an economics professor at Reed College in Portland, Oregon. (18)

The corporate cash glut has become a point of recurrent contention between the Obama administration and corporate executives. In mid December, a group of 20 corporate executives met with the Obama administration and pleaded for a tax holiday on the $1 trillion stashed overseas, claiming the money will spur jobs and investment. In 2004, corporate executives convinced President Bush and Congress to include a similar amnesty provision in the American Jobs Creation Act; 842 companies participated in the program, repatriating $312 billion back to the U.S. at 5.25% rather than 35%. (19) In 2009, the Congressional Research Service concluded that most of the money went to stock buybacks and dividends—in direct violation of the Act. (20)

Ø  The Obama administration and corporate executives saved American capitalism. The U.S. economy may never recover


Espagne : Chômage et bulle immobilière – Spain : Debt

Le chômage en Espagne atteignait 20,33% de la population active fin 2010

Il s'agit de son plus haut niveau depuis le deuxième trimestre 1997 et d'un record dans l'Union européenne.

Espagne - Chomage

Le nombre d'Espagnols sans emploi était de:

 4,697 millions fin décembre

soit 121.900 de plus qu'au trimestre précédent et 370.100 de plus qu'un an plus tôt, selon l'Institut national de la statistique (Ine).

Le taux de chômage a donc repassé à la fin de l'année la barre des 20%, après n'avoir baissé en 2010 que sur un trimestre, le troisième, où il était à 19,79%.

La hausse du chomâge est quasi continue depuis l'été 2007, alors qu'il avait atteint un plancher historique à 7,95%. L'Espagne est entrée en récession fin 2008, sous le coup de la crise et de l'éclatement de la bulle immobilière. Elle n'en sort que timidement aujourd'hui.

Elle a un taux de chômage deux fois supérieur à la moyenne de l'Union européenne.

Le chômage des moins de 25 ans dépasse encore les 40%, et le nombre de foyers dont aucun membre n'a un emploi atteint 1,3 million.

Spain bond sale allays e-zone debt fear

 

The average yield on the ten-year bond was 5.446 percent when it was last sold in mid-December. On Wednesday the bond was trading around 5.3 percent, giving an indication of possible yields at Thursday's auction.

 

The 2037-dated bond was first launched in 2005 and was last auctioned a year ago. A similar 30-year bond was trading around 5.96 percent on Wednesday, source:  Spain bond sale allays e-zone debt fear, February 17, 2011

 


Extrait de : Quand les banques espagnoles souffrent de leurs origines, Les Echos, Jessica Berthereau, 06/02/11

Les résultats annuels du secteur financier espagnol témoignent de la difficile conjoncture économique, de la longue digestion de la crise immobilière et de la reconfiguration du paysage bancaire qu'impose la restructuration des caisses d'épargne.

Les caisses d'épargne espagnoles ont encore 100 milliards d'actifs toxiques

En 2010, l'économie espagnole s'est contractée de 0,1 % et le taux de chômage, qui est le plus élevé de la zone euro, a continué à augmenter (20,3 %).

Une morosité économique qui pèse directement sur les comptes des banques et caisses d'épargne opérant principalement sur leur marché domestique.

La difficulté à accéder aux marchés interbancaires et institutionnels a de plus conduit les banques espagnoles à se livrer une sanglante guerre des dépôts pour capter les fonds des particuliers, qui, en retour, a rogné leurs marges.

A ces difficultés est venu s'ajouter un renforcement de la régulation espagnole selon deux grands volets que sont la transparence et la solvabilité. Il s'agit, pour les autorités, de dissiper une bonne fois pour toutes les inquiétudes des investisseurs et des marchés sur le secteur financier espagnol.

Le premier volet consiste pour chaque entité à détailler son exposition aux secteurs de la promotion et de la construction.

Des données communiquées au régulateur boursier espagnol, il ressort que les cinq premières entités financières espagnoles concentrent près de 130 milliards d'euros de crédits aux promoteurs et constructeurs,

·         Dont 22 milliards de créances douteuses (c'est-à-dire impayés depuis 90 jours)

·         19 milliards de prêts qui pourraient le devenir.

·         Santander, BBVA, Banco Popular, Caja Madrid et La Caixa détiennent aussi 27,5 milliards d'actifs immobiliers saisis auprès de débiteurs défaillants.

Ces cinq entités concentrent ainsi la moitié des actifs immobiliers problématiques détenus par le secteur financier, qui se montent à 133,5 milliards d'euros selon les calculs effectués par les « Echos ». C'est moins que les 180,8 milliards identifiés par la Banque d'Espagne en juin dernier.

Outre le fait que certaines entités ne se sont pas encore livrées à cet exercice de transparence,

Les données actuellement exigées sont plus fines et n'intègrent par exemple pas l'activité relative aux travaux publics, fait dire à Joaquin Maudos, professeur à l'Université de Valence, que « le chiffre de 180,8 milliards va augmenter une fois que toutes les données seront connues » .


Extrait de: Housing market overhang traps Spaniards in debt, Robert Hetz and Tomas Gonzalez, MADRID— Reuters , Feb. 22, 2011

Millions of Spaniards are trapped in debt, stuck with overpriced homes that are keeping household spending low, unemployment high and international investors nervous.

The bursting of Spain’s property bubble has left few winners bar those who have scooped up a bargain at forced auctions of luxury flats in deserted housing estates on the popular coasts.

Most Spaniards have ended up feeling like losers after taking advantage of a mortgage bonanza in the housing market boom that burst in late 2007.

“There is an entire generation of young Spaniards with a millstone round their necks that will have to work their whole life to pay for houses now worth half what they bought them for,” said Enrique Quemada, head of One to One Capital Partners.

Financial markets have kept Spain under intense scrutiny since the much smaller Irish economy -- likewise crippled by a burst housing bubble -- was forced to take an international bailout last year.

Zapatero: Spain winning debt battle

Spain is winning its struggle to restore market confidence but is has a tough battle to reduce joblessness, Prime Minister Jose Luis Rodriguez Zapatero told Reuters in an exclusive interview. Joanna Partridge reports

The premium that Spain has to pay to borrow on the bond markets has since eased to around 2 percentage points more than the euro zone benchmark, from just over 3 percentage points at the height of market doubts in November. Spain’s efforts to contain its banking sector’s problems have helped.

Even so, Spain’s economy could be held back for years by the mortgage debt burden. House prices have fallen 17 per cent since late 2007, according to the Bank of Spain, which says they may have some way further to fall.

And many analysts doubt that tells the full story given that figures are based on housing valuations rather than actual sale prices. They say prices may have really fallen by 20-30 per cent so far.

“Looking at previous cycles, the experience of other countries, and indicators of affordability, the adjustment in housing prices could continue,” the central bank said in its monthly report in December.

Others are less cautious in their forecast. Broker Bernstein Research says house prices will fall by 8 per cent this year, while rating agency Fitch sees a 15 per cent divergence between offer and demand.

According to Bernstein, in 2006 Spain built 860,000 houses, more than in France, Germany and the U.K. combined.

The fall in house prices represents a “very significant“ drag on growth in Spain, according to the central bank. The country managed to escape an 18-month long recession at the start of 2010, but the economy has since failed to pick up any significant momentum.

Today there are over a million unsold properties in Spain, and that oversupply will take years to absorb given the highest unemployment rate in the European Union at 20 per cent and much tougher mortgage lending conditions.

“During the boom years a large part of the housing demand came from low income people, but unemployment has hit them more than anyone else, and they are now practically insolvent,” said Fernando Rodriguez y Rodriguez de Acuna, head of a property consultancy in Madrid.

Poorer immigrants have been shut out of the market, and the grim economic outlook has turned away wealthier foreigners who used to buy up developments on the coasts.

Then there is the large amount of unfinished property.

“The absorption of all the oversupply is going to be a long process; it will be many years before people start building again apart from in the richest areas,” said Mr. Quemada.

According to Mr. Rodriguez de Acuna, the oversupply in the market will take six years to absorb. And meanwhile house prices will likely fall even further -- up to 40 per cent from their peak, according to RBS.

The British bank said the slide in house prices could even accelerate given the mortgage lenders also need to offload the property portfolios they accumulated during the boom -- and, unwillingly, in the crash.

Indeed, many banks have already started the process of shedding their properties, offering discounts of up to 50 per cent on the original valuation.

And some warn that housing prices will not recover until the banks’ books -- especially the weaker savings banks, heavily dependent on crisis funding from the European Central Bank -- are cleaned up.

“The moment the ECB’s liquidity window closes, the cajas will have to sell at whatever price because they will need the money, and then we will truly see house prices fall,” said Mr. Quemada.


 

 

Pourquoi l'immigration ne sauvera pas le Québec

Une idée fait consensus au Québec: l'immigration peut atténuer les effets du vieillissement de la population sur les finances publiques.

Ø     Or cette proposition, qu'aucun politicien ou éditorialiste au Québec ne conteste, est une idée fausse, vigoureusement démentie par les travaux des scientifiques.

Ø     L'idée que l'arrivée d'immigrants peut résorber les pénuries de main-d'œuvre est tout aussi bancale.

Ø     Sur le strict plan économique, le Québec n'a pas besoin de plus d'immigrants.

C'est la thèse iconoclaste que défendent Benoît Dubreuil, chercheur postdoctoral en philosophie de l'UQAM, et Guillaume Marois, démographe doctorant à l'Institut national de recherche scientifique (INRS), dans un ouvrage qui paraîtra mardi et intitulé : Le Remède imaginaire - Pourquoi l'immigration ne sauvera pas le Québec

À l'automne 2007, Benoît Dubreuil fut frappé par la consultation publique sur la politique d'immigration du Québec menée par la ministre l'Immigration et des Communautés culturelles, Yolande James. «Il y avait un décalage entre ce que les gens disaient et ce que nous, on lisait dans la littérature», raconte-t-il.

Deux points communs ressortaient des 70 mémoires reçus: d'une part, le Québec devait investir fortement dans l'intégration des immigrants et, d'autre part — c'est le lieu commun qui l'intéressait —, le Québec vieillit et il a besoin d'un grand nombre d'immigrants pour faire face aux pénuries de main-d'oeuvre.

C'est à la suite de cette consultation que le gouvernement Charest haussa de 43 000 à 55 000 par an le seuil d'admission des immigrants pour 2008-2010.

Il est vrai que les nouveaux arrivants peuvent rajeunir la population puisque leur âge moyen est inférieur à la moyenne. Mais l'effet est marginal, calculent les démographes.

En passant de 43 000 à 60 000 immigrants, par exemple, selon les calculs des démographes du ministère en 2008, on ne retrancherait en 2030 que deux personnes âgées par 100 habitants (44 plutôt que 46 par 100), un effet négligeable.

En 2008, Jean Charest répétait que d'ici 2011, c'est 700 000 emplois au Québec qui devront être comblés en raison des départs à la retraite des baby-boomers, rappellent les auteurs. Or, penser que les immigrants vont occuper ces postes est simpliste, soulignent les auteurs.

Ø  Le problème, c'est que le marché du travail est complexe; rien n'indique qu'un départ à la retraite va mener à de nouvelles embauches.

Ø  Impossible de savoir combien de ces 700 000 emplois ont été comblés par des immigrants.

La réalité, c'est que l'écart entre les taux de chômage qui touchent les immigrants et les natifs s'est élargi depuis les années 1980.

À cet égard, le Québec fait moins bien que le reste du Canada. Même chose pour les salaires. Et la situation s'est dégradée depuis 30 ans. En 2005, les immigrants récents avaient un revenu inférieur de 20 % à celui des immigrants récents en 1980. De plus, les immigrants au Québec paient en moyenne 61 % des impôts payés par les natifs.

Un effet nul sur le PIB

L'immigration fait accroître la population, cela va de soi, et, conséquemment, le produit intérieur brut (PIB). Mais les études convergent: l'effet de l'immigration est nul sur la croissance du PIB par habitant, celui qui compte, signalent les auteurs. Tout porte à croire que sur le plan des finances publiques, l'immigration a un «effet modestement négatif», avance Benoît Dubreuil.

Dans les démocraties libérales, l'immigration est un phénomène normal, mais «l'augmentation de l'immigration ne saurait être une finalité en soi», écrivent-ils.

«Il faut s'attendre au Québec d'avoir des populations assez nombreuses qui, de manière durable, vont avoir des difficultés d'intégration en emploi», croit Benoît Dubreuil.

Et accueillir au Québec plus de 50 000 immigrants en période de récession peut engendrer bien des désillusions. «Ils vont en porter les stigmates pendant plusieurs années. Les inégalités, les insuccès, c'est quelque chose qui nourrit la rancoeur.

Évidemment, ça peut nuire à la cohésion sociale», prévient le philosophe.

Pourquoi cette idée que l'immigration pourrait sauver le Québec s'est-elle imposée?

1)      «Le premier facteur, c'est que l'idée à la base est quand même séduisante et intuitive: les immigrants sont plus jeunes, donc ils vont faire rajeunir la population si on en a beaucoup. En plus de ça, c'est que le Québec a toujours été un pays d'immigration.»

2)      Il y a aussi une question de «rectitude politique», croit-il. «Les chercheurs n'ont pas tendance à intervenir dans le débat. C'est un sujet sensible».

C'est sans doute cette rectitude politique qui a entraîné «l'adhésion du Parti québécois au mythe de l'immigration miracle», soulignent les auteurs.

Pour le Parti libéral, la perspective est tout autre. «Malgré la francisation relative de l'immigration, l'appui au Parti libéral du Québec demeure proportionnellement plus fort chez les immigrants que chez les natifs.

Le gouvernement a donc un intérêt objectif à faire diminuer la part relative des natifs dans la population», jugent Benoît Dubreuil et Guillaume Marois.

Source : Le miracle de l'immigration n'aura pas lieu, Robert Dutrisac, Le Devoir, 26 février 2011


 

Vers un choc économique

Commentaires à l’intérieur.


Extrait de : Vers un choc économique, Claude Picher, La Presse, 26 février 2011

 «Vers un choc à la pompe.» Telle était la manchette de La Presse de mercredi, alors que les prix pétroliers s'envolaient, dans la foulée des événements qui bouleversent le monde arabe.

Ce titre n'est aucunement exagéré: les automobilistes québécois doivent s'attendre à de mauvaises nouvelles au cours des prochains jours, et très probablement tout au long de 2011.

Mais, derrière les déboires des automobilistes se dessine une tragédie autrement plus grave. C'est toute l'économie québécoise qui subira le choc des prix pétroliers, ce qui risque de se traduire au bout du compte par un nouvel appauvrissement collectif. C'est bien la dernière chose dont on a besoin!

Le Québec est lourdement dépendant de ses importations pétrolières. En fait, le pétrole brut est, de loin, le principal produit d'importation. En 2010, selon des chiffres que vient de publier l'Institut de la statistique du Québec (ISQ), les importations québécoises de pétrole ont atteint 11,1 milliards de dollars, en hausse de 22% par rapport aux 9,1 milliards observés en 2009. Le deuxième produit d'importation est l'automobile, avec 7,2 milliards.

L'ensemble des importations québécoises frise les 76 milliards. Autrement dit, la dépendance des Québécois envers leurs voitures représente à elle seule 24% de leurs importations, ce qui n'est quand même pas rien.

Dans ces conditions, on comprend que la hausse des prix pétroliers est la principale cause de la détérioration rapide de la balance commerciale. Historiquement, le Québec a toujours dégagé d'importants surplus dans ses échanges internationaux.

Pour la première fois de son histoire, en 2004, il a dégagé un déficit de 600 millions. Puis, ce fut la dégringolade: déficit de 6 milliards en 2005, le double deux ans plus tard, près de 17 milliards en 2008. La situation s'est quelque peu améliorée en 2009, avec un déficit de 12 milliards. Il faut dire qu'en 2008, le prix du baril de pétrole a grimpé jusqu'à 145$US, alors qu'en 2009, il s'est maintenu entre 40$US et 80$US. Ces quelques chiffres montrent à quel point la balance commerciale est liée aux prix pétroliers.

En 2010, les exportations frisent les 59,2 milliards, en légère hausse de 2% par rapport aux résultats de 2009. Cette progression est largement insuffisante pour compenser la hausse de 8% des importations. Il en résulte un déficit de 16,4 milliards. C'est légèrement inférieur au record de 2008, mais attendons voir, avec la flambée des prix, ce qui s'en vient en 2011.

L'abrupte dégradation de la balance commerciale a des conséquences graves.

Le poids du Québec comme puissance exportatrice est en constante érosion. En 2009, le Québec représentait 16,1% des exportations internationales du Canada; l'an dernier, cette proportion est tombée à 14,8%. Quand on sait que le Québec compte pour près de 22% de la population canadienne, il apparaît de plus en plus saugrenu de parler de «puissance exportatrice»!

Comment tuer l’économie Québécoise, relativement simple

Créé un environnement d’affaire qui est inférieure aux provinces ou États avoisinantes, ce que le Québec a très bien réussis depuis des décennies (59 e position).

Attire de moins en moins les compagnies à valeur ajoutée.

Alors que ces investissements ont augmenté de 30 % de 2004 à 2007, ils ont diminué de 42,1 % de 2007 à 2009.

La crise économique a brisé la tendance qui s’était installée en diminuant fortement l’attraction d’investissements étrangers.

De plus

Beaucoup plus grave sera l'impact des prix pétroliers sur le niveau de vie des Québécois. Le calcul du produit intérieur brut (PIB) tient compte du commerce international. Chaque dollar de produit exporté contribue à créer de la richesse au Québec; à l'inverse, chaque dollar de produit importé équivaut à utiliser l'argent des Québécois pour créer de la richesse ailleurs. Un déficit commercial de 16,4 milliards, cela représente dans les comptes nationaux 16,4 milliards de moins au PIB. C'est déjà énorme (5% du PIB), mais cette proportion est certainement appelée à prendre de l'importance à mesure qu'augmenteront les prix pétroliers. Tout

cela est de bien mauvais augure.

Terminons sur une note plus optimiste.

Une chance, une chance qu'il y a les États-Unis!

Malgré les pénibles difficultés économiques au sud de la frontière, malgré le chômage élevé et les millions de propriétaires qui perdent leur maison, les États-Unis demeurent, très très loin devant tous les autres, le premier client du Québec. L'an dernier, à eux seuls, les Américains ont acheté pour plus de 40 milliards de produits québécois, exactement le même montant que l'année d'avant. Ce chiffre représente 68% de toutes les exportations québécoises. C'est considérable. Comme les exportations américaines au Québec se situent à 22 milliards, il en résulte un surplus de 18 milliards.

Oui, mais attention, les États-Unis sont aussi dans un sérieux pétrin, pour chaque dollar qu’il a produit, il s’est endetté de 3 $,  lui aussi, il est au bout du rouleau.

Ajouter le mode protectionniste américain, plus la valeur de notre dollar, plus la mondialisation, on risque bientôt d’exporter que de la matière première.

Oui, mais il nous reste des avions !

Exacte,  mais  il faudrait savoir combien de contenus réellement  Canadien que nous avons, ou ce n’est qu’un simple «packaging canadien».

En fait, nous exportons de la matière première aux autres
pour qu’ils produisent des biens dont l’on a besoin.

Sans ce surplus, le commerce international du Québec serait dans une situation désespérée. Avec pratiquement tous ses autres partenaires, il accumule les déficits: 5,7 milliards avec la Chine, 3,4 milliards avec l'Algérie, 3,2 milliards avec le Royaume-Uni, 2,1 milliards avec le Mexique et le Kazakhstan. À l'exception de la Chine, tous sont des fournisseurs de pétrole. Ça promet pour 2011.