The American Political Parties Are Breaking Down

Un texte intéressant sur le comportement des politiciens aux États-Unis.


Extrait de: The American Political Parties Are Breaking Down, Walter Russell, Mead, October 31, 2011

The decay of American political parties continues as the real money and power in politics shifts inexorably away from party organizations to informal and ad hoc groups. 

The combination of:

1.      citizen grassroots movements,

2.      decentralized party structures and

3.      the vast sums of money short-circuiting the official party structures is changing the way politics works. 

As this story in the New York Times details, the real conversation among Republican-affiliated power brokers now takes place outside party structures.

American political parties are increasingly being reduced to flags of convenience; party organizations and party institutions have little influence over events.  That didn’t use to be true.  Party leaders and officials once exercised significant power over the choice of nominees, over the careers of aspiring pols, and over patronage.  These days, outside Chicago and a handful of other places, we no longer think of party “bosses”.

The weakness of political parties is one thing that foreigners often don’t grasp about the United States.  Elected officials are usually much more worried about their popularity among voters than about their popularity with party officials. Party organizations are only one among many sources of funding; most US politicians raise pots of money on their own, rather than relying solely on subsidies from party HQ.

This makes American politicians much more independent of party control than are politicians in many other democratic countries.  Members of parliament and representatives in many countries know that their careers depend on their parties and leadership; they vote against their parties much less often than their American counterparts.

The results can be paradoxical. 

·         On the one hand, American politics is more populist than politics in many countries, with politicians scrambling to respond to strong feelings in the public. 

·         On the other, money plays a greater role as individual politicians are more easily influenced by the prospect of campaign contributions than large party organizations would be.

Plutocracy and populism are often thought to be polar opposites. 

In American politics today they are two sides of the same coin.  The same forces that allow insurgent candidates and movements to rise up in our politics also create the conditions that allow donors outsized influence.

With a few exceptions, voters today are no longer content to think and vote in blocs; they are less likely to belong to one of the two major parties, are more likely to split their ballots, and they are not easily swayed by endorsements from powerful political figures. 

That works for two kinds of candidates:

1.      insurgency candidates with strong and committed grass roots support,

2.      and candidates who can buy the advertising time to make an impression on the voters.

American politics today occupies a space that is institutionally weak.  A candidate with a lot of money (his own or raised from donors) can make an instant name and reputation; a movement that energizes the public can push aside established party figures to anoint its own candidates for public office. 

President Obama’s victory in the 2008 campaign for the Democratic nomination was a triumph over the pro-Clinton party establishment as surely as the surprising Tea Party victories in GOP senatorial primaries showed the weakness of the Republican establishment.

Barack Obama takes the oath of office

At the same time, the absence of strong party structures (and the large war chests the parties used to command) means that candidates must seek out more donors on their own.  This obviously provides many opportunities for alert lobbies, individual donors and others to impress their views on candidates.

Money and populism don’t always work at cross purposes.  GOP money people boosted some Tea Party candidates and themes; big liberal anti-war and anti-Bush donors supported the center-left populist surge that delivered Congress to the Democrats in 2006 and put President Obama in the White House a year later.  Nevertheless, a political system that is increasingly driven by both populist mobilizations and big money donations is not going to be particularly stable.

The appearance of unconventional figures in politics is one reflection of this trend.  Strong party machines tend to produce dull and forgettable candidates.  A candidate selected by a party machine might have to tell voters that “I am not a crook;” such a candidate would probably not need to make a television commercial to explain to voters that “I am not a witch.” Populist politicians tend to be more flamboyant; they have to be able to mobilize their followers.  From Jesse Ventura to Al Franken and Sarah Palin, we are seeing more politicians whose ability to command attention and mobilize the base counts for more than their ability to rise patiently through the ranks of a party machine.

Our weak party structures also contribute to one of the worst features of contemporary American politics: the rise of political dynasties. While these were not unknown in the country’s past, ever since the Kennedy clan made its bid for permanent political power, we have seen more sons and daughters of politicians try to carry on the family trade.  In general, organized political parties try to fight that trend; advancement in politics is given to the loyal as a reward for long service, not to glamorous upstarts as a reward for their genes.

Family candidates flourish in an era of weak parties; the high name recognition and celebrity status of political heirs combines with a ready made fundraising network.  Daddy can make the introductions and the calls.

While I cannot call the age of Boss Tweed a golden age of American political virtue, populism, plutocracy and dynasticism have traditionally been seen as signs that a republic is in trouble.  The rise of populism means that a gap has opened up between the leadership elite of a society and ordinary voters.  Alienated from a system that is no longer seen to be working, populist voters believe that the system and the establishment are the enemy.  Clearly, an establishment which allows such a climate to flourish is an establishment without the skills or the character to lead.

Plutocracy is traditionally seen as the result of a loss of restraint by society’s elite.  Not content with mere wealth, plutocrats seek immense fortunes and then want to buy power and influence.  Whether they enter political life themselves or stand contentedly off to one side, paying proxies to fight their battles, they corrupt and degrade the political process.  The combination of the power of private wealth with the power of the state — something that Silvio Berlusconi has done so effectively in Italy — undermines the health of a republic.

Add dynasticism to that mix, and you have the potential for a serious erosion of republican values and institutions.

For these and other reasons, the Founding Fathers believed that populism and plutocracy were the enemies of republican government.  In this, they were in the mainstream of world political thought; back to the ancient Greeks populists and plutocrats have been considered dangerous to the health of democratic societies — with plutocrats generally seen as the more insidious danger.

Historically, the common sense of the American people and the public spirit of American wealth have helped keep our politics on a relatively even keel.  We still have plenty of patriotic and generous, spirited rich people, and the American people continue to have a healthy respect for laws and the limits of democracy.

Also, the diversity of the country means that no single “brand” of populism is likely to sweep the whole country at the same time.  The anti-Iraq war movement, the Tea Party, and the OWS movement are all examples of popular mobilizations that the Founders would have considered populist, but none of them was or is likely to be strong enough to sweep the whole country.  A populist demagogue in America would face soon learn that the stirring words that bring crowds to their feet in Alabama don’t have much impact in Vermont. The populism of the Bay Area is not the populism of Cedar Rapids.

Tea Party protestors

Even so, the decline of party structures leaves our politics less coherent and more subject to rapid mood swings.  There is not much to be done about the underlying trends driving the process; Americans are becoming more individualistic and more enamored of direct democracy all the time.  But our political institutions have a lot that they need to accomplish in the next few years; as the old forms of political organization wither away our society needs to find new ways to make the political process more coherent.

Otherwise we risk something like a national version of California’s political death spiral: dissatisfaction with the status quo leading to populist interventions that make the political system more dysfunctional, increasing voter dissatisfaction, and so on down the chute.

Bringing coherence to the politics of a diverse country of 300 million is a difficult task.  The answers to our problems are seldom obvious, and even when they are, the path to achieving them is not.  And because the United States is on the cutting edge of world history, and our effort to build mass prosperity in a post-industrial era is something that has never really been tried before, we need political movements and leaders with the ability to imagine new ways forward and to inspire faith.

Business as usual isn’t good enough; our next cohort of political leaders need to think harder and engage more deeply than the current crop.  When that happens, and our parties start to stand for something less superficial and knee-jerk, party structures may regain some importance — not as channels for patronage and influence-peddling, but as living movements seeking to bring vital changes into the world.


Les blogueurs :

tom beebe st louis says: October 31, 2011 at 2:16 pm

I would hope to accelerate the irrelevance of the parties and, for that matter, all groups representing special interests. Let’s put the power with individuals.

No candidate for the Presidency or either house of Congress shall accept contributions in cash or in kind from any organization or group of persons for expenses incurred in a campaign for that office. All such contributions shall be made only by individual citizens who shall attest that the funds or other items of value are from their own resources and that they have not received, nor have they been promised, offsetting items of value from any other party in exchange for their contribution. The identity and extent of contributors to such campaigns shall be made public for a period of thirty days from receipt before being employed or used as collateral for a loan by such campaigns. Organizations of any type, {i.e. corporations, unions, gun rights advocates, environmental protection groups, even “Susie’s Flower Shop”, a theoretical small business cited in the Citizen’s United Case,} may, without restriction, expend money to advocate a position on any issue before or likely to come before the electorate insofar as no candidate’s name or description is included in their expressions of advocacy.

{The intent of the above is to bring “transparency” to campaign financing by removing any group from the process whereby that group may conceal the identity of an individual contributor as well as limiting the influence of such groups or “special interests”. It further prevents an organization from making such contributions when an individual within that organization, such as a union member or corporation stockholder, may oppose the candidate. Considering the large equity position in certain corporations that the federal government has recently taken in response to the economic crises, this is particularly important in excluding such influence. The money from “special interest” groups will then go to promote that for which they exist, their “special interest”. The media and the political parties will be directed to expositions on the issues facing the electorate, thus enhancing discussion and hopefully understanding of issues, bereft of personalities.}


 

Whirlpool to cut 5,000 jobs

Une petite récession chez Whirlpool, 5000 emplois coupés, ajouté une petite saveur de délocalisation en Pologne.

Michigan firm, whose brands include KitchenAid and Maytag,
to cut 10% of jobs in North America and Europe


Extrait de: Whirlpool Plummets as Appliance Demand Slips to 2009 Levels, Bloomberg, October 28, 2011,

Oct. 28 (Bloomberg) -- Whirlpool Corp., the world’s largest maker of appliances, sank the most since 1987 after saying it will cut 5,000 jobs and lowering an annual profit forecast by as much as 36 percent with demand in the U.S. falling back to recessionary levels.

The shares dropped 14 percent to $51.80 at 4:15 p.m. in New York for the largest decline since the so-called Black Monday stock market crash on Oct. 19, 1987. The stock has declined 42 percent this year.

The plan, which also includes reducing factory capacity by 6 million units, will cost $500 million, Whirlpool said in a statement today. Profit this year will be in a range of $4.75 to $5.25 a share, down from a previous forecast of $7.25 to $8.25, the company said.

Whirlpool Cuts 5000 Jobs, Warns of Lower Earnings

Whirlpool, the world's biggest appliance maker, cuts 5,000 jobs, closes a plant in Arkansas and slashes its full-year earnings forecast, citing recessionary demand levels and higher costs. James Hagerty has details on The News Hub.

WSJ 10/28/2011

“They are on fragile ground financially, and they’ve clearly got to do something to try to lower their cost structure to operate in this really tough consumer environment,” Jeffrey Sprague, an analyst for Vertical Research Partners in New York, said in an interview. Sprague recommends selling Whirlpool shares.

Whirlpool, which generates about half its revenue outside North America, shipped fewer appliances to every region except Asia in the third quarter. Demand declined as U.S. consumer confidence fell, the sovereign debt crisis accelerated in Europe and inflation slowed growth in emerging markets, Chief Executive Officer Jeff M. Fettig said today in a conference call with analysts.

Recession-Level Demand

Demand for major appliances in the U.S., Whirlpool’s largest market, has fallen back to the “recessionary levels” of 2009, Fettig said. Whirlpool’s shipments in North America may drop as much as 5 percent this year, down from an original forecast of as much as a 2 percent gain, the company said.

“Consumers are trading down to lower price points, housing is still dead, and the consumer is still stressed,” Sprague said, adding that reduced demand is affecting a range of big- ticket appliances, from air conditioners to fridges. “That has had an adverse effect.”

That drop in demand has hurt Whirlpool’s profit, which along with pension contributions, a legal settlement and today’s added restructuring costs, prompted the company to flip its forecast for free cash flow. The company had expected a gain of as much as $260 million in cash from operations after capital expenditures this year and now expects to consume as much as $200 million of cash by that measure.

Price Increases

Demand also dropped because Whirlpool has been raising prices to offset higher costs for materials such as resin, copper and aluminum, the company. Across-the-board price increases in North America have yet to be instituted and will begin in January, Marc Bitzer, president of North America, said on the call.

Whirlpool followed European rival Electrolux AB with a more muted outlook for the year. The Swedish company said today that it will deepen cost cuts after lowering a forecast for growth in Europe and North America this year.

Whirlpool’s reductions will be primarily within North America and Europe, where cuts will account for about 10 percent of all employees. The company has a global workforce of 71,000 at 66 manufacturing and research sites.

The plan also included the closing of the refrigeration manufacturing site in Fort Smith, Arkansas, by the middle of next year. Dishwasher production will also be moved from a factory in Germany to Poland. The measures will result in $400 million in annual cost savings by the end of 2013, Whirlpool estimates.

Third-Quarter Miss

Whirlpool’s third-quarter income excluding some items rose to $2.35 a share from $2.22 a year ago, the company said today. Analysts projected $2.47, the average of six estimates compiled by Bloomberg.

A year ago, Whirlpool gave a forecast through 2014 that called for annual sales to grow as much as 7 percent. That’s no longer the case, Fettig said.

“At the time, we certainly didn’t foresee the extraordinary material cost inflation or the weakening of industry demand levels that we’ve seen this year,” Fettig said on the call. “These challenges have certainly delayed our revenue growth and the rate of improvement.


 

St. Hubert: Beyond chicken and poutine


Extrait de: St. Hubert: Beyond chicken and poutine, Nicolas Van Praet, Octobre 28, 2011

Laval-based St. Hubert is geographically and demographically expanding. The company opened new outlets in Ontario and New Brunswick recently and is now looking to the U.S. and Asia. It is also serious about attracting younger and multi-ethnic customers. Halal and kosher food may soon be on the menu.

MONTREAL - It pioneered free home-delivery in Canada in the 1950s with its yellow Volkswagen beetles, and is now as iconic within Quebec as Bonhomme Carnaval and the Canadiens.

But the owners and management of Rôtisseries St-Hubert Ltd. don’t believe in the adage “you don’t mess with success.”

If they did, Quebec’s largest homegrown restaurant chain would not be weighing whether to add halal and kosher food to its menu of traditional roasted chicken and ribs.

Even the possibility of such a change might be seen as a betrayal of its French Canadian roots, an unnecessary pandering to Islamic and Jewish patrons at a time when so-called reasonable accommodation of religious minorities remains a simmering issue in the province.

Nor would St-Hubert be expanding outside Quebec again after a failed effort about 25 years ago. The Laval-based company has opened outlets in recent weeks in Rockland, Ont., and Bathurst, N.B., and expects to add a dozen in Eastern Canada within two years.

Going even further afield to Boston and to Asia, which is also in the growth plans, will mean a serious rethinking of the private company’s name and logo, not to mention the size of its kitchen.

St-Hubert doesn’t roll off the tongue easily for the average American. And in Hong Kong, the big chunks of real estate needed to accommodate the average Canadian restaurant don’t exist.

Started by husband and wife Hélene and René Léger in 1951, the franchise-chicken chain is so loved and ubiquitous in its home province that stars such as Vincent Lecavalier and Céline Dion don’t think twice about appearing in its TV commercials, the food is a staple on election campaign buses, its 112 restaurants are community gathering places and its 1960s jingle “put put put” is still recognizable to most Quebecers.

Daniel Cousineau, president of St-Hubert’s restaurant division since February 2010, sees no value in the company resting on its laurels. He was hired to expand and evolve the family business, not to watch it stew in contentment as its Quebec patrons dig into hefty portions of poutine and pie.

Those customers are getting older. Roughly 80 per cent of St-Hubert’s restaurant clients are 40 and over, which means even within provincial limits, the company has a major task ahead to attract younger and more culturally diverse diners.

“I’m 48. I was raised with St-Hubert. My children were not,” Cousineau said. “I think that probably one of our largest challenges is to make sure we can properly manage through the generational transitions that we’re going to see over the next 10, 20 years.”

For many people, St-Hubert is synonymous with affordable comfort food. A chicken dinner for four people with fries, beverages, buns and barbecue sauce costs $27.95. A caesar salad with chicken and mandarins is $9.75.

But the menu is changing. The idea is to use largely the same raw ingredients the chain now uses in its kitchens to cook a more contemporary meal that might appeal to more people.

This week, St-Hubert introduced six new dishes and nixed two: A soup meal and chicken soufflé are in. Chicken pot pie and vol-au-vent puff pastries, both dishes that had been on the menu for 60 years, are out.

There’s a new focus on smaller snack-sized portions to appeal to younger customers. And there is serious thinking about what the chain can do to reach beyond its traditional French-Canadian base. Both halal and kosher chicken and meat is under consideration for St-Hubert restaurants in and outside Quebec, the company said.

“It’s not just about bringing in the younger generation,” Cousineau says. “(It’s about) what else can we do to attract the multi-ethnic customers?”

St-Hubert has an estimated $420 million in restaurant sales a year, serving 35 million meals and generates about $280 million a year from sales of hundreds of different retail products – think powdered sauces and private-label sugar pies for customers such as Cora and IGA. The company has a manufacturing factory in the Laurentians.

Jean-Pierre Léger, the son of the founders, is the sole shareholder after buying out his sister several years ago.

His intention is to keep the company private, Cousineau says, although he would consider selling a minority stake to an outside investor if the company needed to finance an acquisition or an aggressive development strategy. The Caisse de dépôt et placement du Québec is one of several funds that have expressed interest in an equity partnership with Léger, Cousineau said.

The last time St-Hubert ventured beyond its borders, the effort largely fell flat. In the 1980s it opened about 20 restaurants simultaneously in Ontario, handing the franchise keys to investors who stepped back and left the daily operations to separate management. That was a mistake Cousineau vows not to repeat. Cara Operations Ltd.’s Swiss Chalet rotisserie chicken chain also did poorly when it attempted to expand from its Ontario stronghold into Quebec. It later retreated.

Is there a wall between the two provinces as far as barbecue chicken is concerned? Does the proprietary dipping sauce of Swiss Chalet in Ontario just not fly in Quebec and vice versa?

Both chains are really family institutions, argues Bill Dover, chairman of food and restaurant consultancy fsStrategy Inc. in Mississauga. “The one people start with seems to be the one they want to stick with.”

That loyalty has generated an enormous amount of emotional capital for St-Hubert in Quebec – to the point where customers forgive the company if their experience at the restaurant isn’t as good as they remember last time, says Jordan LeBel, a restaurant industry specialist at Concordia University who spent eight years consulting for food service companies in the United States.

The real question is whether the chain can re-create that loyalty elsewhere.

“That’s the problem many of these companies are in,” LeBel says. “On the one hand, you need to standardize certain things because that’s how you make money. On the other hand, you need to leave yourself the flexibility to handle different cultural environments with different operating challenges. And I don’t know if St-Hubert is set up to handle that flexibility.”

There is probably no better person than Cousineau to try. Before joining St-Hubert, he led the international wing of Michigan-based Domino’s Pizza Inc., steering a massive expansion that saw it open more than 1,000 restaurants on several continents. As European president for U.S. pizza chain Papa John’s, he also adapted that brand.

Of course, chicken isn’t pizza. And what works for Americans abroad may not work for Quebecers.

But there is no major rotisserie chicken chain that has established itself worldwide, even continentwide, in the way McDonald’s has for hamburgers. Cousineau contends St-Hubert’s formula is exportable.

Confidence in the safety of local food purveyors in China has vanished in the past five years, he says, creating a window of opportunity. The company hosted a group of investors from Shanghai recently at its 60th birthday gala.

“The beauty of being privately owned is the only pressure we get is the one we impose on ourselves,” Cousineau says. “We’re not on a mission to conquer the world. … But I do believe there is a huge opportunity outside Quebec for our product.”

This story originally appeared in the Oct. 24 edition of the National Post


Bulle immobilière: le FMI met le Canada en garde

Prudence, prudence, prudence …

Deux facteurs qui influencent une crise immobilière;

1.      Le taux d’endettement, les Canadiens ont un taux d’endettement de 120 à 180 % selon le groupe d’âge, les Américains ont sauté à 140 %.

2.      La confiance des consommateurs, les consommateurs n’achèteront pas une maison à 300,000 $, s’ils ne sont pas sûrs d’avoir un emploi l’année prochaine.

Ne vous fiez pas aux économistes des banques pour dire que tous vas bien, n’oubliez pas, c’est le peuple surendetté qui fait en sorte qu’ils font des milliards de profits.

C’est souvent au renouvellement de leur hypothèque que les gens perdent leurs maisons, car la banque vous accorde l’emprunt selon la valeur réelle du marché.

Donc, s’il y a une dévaluation sur le marché immobilier ex : 25 %, la banque réduira son hypothèque de 25 % et vous demandera de fournir la différence, pour une maison de 300,000 $ vous devez trouver vous-même plus de 75,000 $, ce qui tue actuellement les Américains, car ils n’ont pas les moyens de renouveler leurs hypothèques.


Extrait de : Bulle immobilière: le FMI met le Canada en garde, Agence France-Presse, 31 octobre 2011

L'indice a reculé de 1,7 point à Montréal, à 130,1 points. Cela signifie que le revenu disponible moyen excède de 30,1% le salaire exigé par les prêteurs hypothécaires pour financer l'achat d'une résidence au prix moyen (plus de 300 000$).

Le FMI a mis en garde lundi contre les risques que ferait courir à l'économie canadienne la croissance de l'endettement des ménages, déjà à un niveau record, et celle des prix de l'immobilier.

Un rapport préliminaire du Fonds monétaire international, publié à l'issue d'une mission au Canada, juge les perspectives à moyen terme «dans l'ensemble» favorables, alors que la croissance est devenue plus modérée après le vif redressement au sortir de la crise.

Il considère «approprié que la politique budgétaire s'oriente vers un rééquilibrage» après une relance efficace.

Cependant, «les risques de décélération dominent en raison d'une conjoncture extérieure difficile», estime le Fonds, qui prévoit une croissance de 2% en moyenne en 2011 et 2012, limitée par la faiblesse de la demande chez les partenaires commerciaux du Canada, la vigueur du dollar canadien et l'ajustement budgétaire.

Le FMI n'exclut pas que l'endettement des ménages et les prix des logements continuent à augmenter «beaucoup plus vite que le revenu disponible» et que de nouvelles mesures s'imposent «pour éviter un ajustement plus perturbateur à l'avenir».

 «Une correction du marché immobilier, déclenchée par exemple par un choc externe entraînant des pertes d'emplois significatives et/ou une forte chute des prix d'actifs, pèserait sur la consommation et sur l'activité dans la construction»,

indique le Fonds.

Pour réduire l'impact de tels événements potentiels, le FMI suggère l'augmentation de l'apport initial pour les emprunts immobiliers et un durcissement supplémentaire du ratio endettement/revenu.

Par ailleurs, «une politique monétaire accommodante restera appropriée pendant un certain temps en raison de la stabilité des anticipations d'inflation, de l'existence de capacités inemployées, du freinage budgétaire à venir et de risques externes accrus», estime le FMI, notant que le taux directeur de la banque centrale reste à 1% depuis septembre 2010.

 «Une marge subsiste pour assouplir encore la politique monétaire en cas d'affaiblissement de l'économie» et la Banque du Canada devrait «réagir rapidement à un resserrement éventuel de la liquidité dans un scénario d'aggravation des turbulences financières internationales».


Le vrai-faux sauvetage de la zone euro

Il me fait plaisir de lire des textes qui ont une certaine profondeur, une chance !, car des fois ça ne vole pas haut !

Une des raisons de ce blogue, je scrute pour vous des milliers d’articles et ceux qui ressortent sont publiés.


Extrait de : Le vrai-faux sauvetage de la zone euro, Par Marc Nexon, Le Point.fr, 28/10/2011

Le sommet du 26 octobre devait être le dernier pour résoudre la crise. Il pourrait au contraire marquer le début d'un long chemin.

Ce devait enfin être le sommet européen capable de juguler la crise. Après l'échec du plan de sauvetage du 21 juillet, celui du 26 octobre devait stopper la spirale qui menace depuis des mois l'existence même de la monnaie unique. Nicolas Sarkozy n'avait lui-même cessé d'en dramatiser les enjeux, estimant que "l'avenir de l'Europe" était en jeu.

Sur le papier, le résultat est plutôt encourageant. Les dirigeants européens se sont enfin résolus à adopter la stratégie longtemps jugée gagnante par nombre d'observateurs : ils ont desserré l'étau de la dette grecque en effaçant 50 % des créances détenues par les banques. Ils ont accepté la recapitalisation de ces dernières pour leur permettre d'encaisser les chocs. Ils ont surtout élargi le fameux pare-feu destiné à éviter que l'incendie grec ne se propage à toute la zone euro : la capacité d'action du Fonds européen de stabilité financière (FESF) doit passer de 440 milliards d'euros à 1 000 milliards. Trois mesures censées garantir qu'aucun autre pays ne demandera plus de remise de dette aux investisseurs privés. Les Européens s'y sont engagés collectivement.

Cette solution interdite

Les marchés peuvent-ils leur faire confiance ? Non, répond l'hebdomadaire britannique The Economist. "En pleine lumière, impossible de ne pas voir les failles du plan de sauvetage." Le jugement est sans appel : "Les Européens ont encore une fois échoué." Eric Dor, directeur de la recherche à l'Insitut d'Economie scientifique et de Gestion (IESEG), se montre plus prudent : "C'est un pas dans la bonne direction mais ce n'est pas suffisant." Sur le fond, le constat est toutefois le même : "L'Europe a toujours une guerre de retard (...) On a laissé la contagion se propager à l'Espagne et à l'Italie. Il aurait fallu aider davantage la Grèce dès le départ et restructurer sa dette. Maintenant, le coût sera plus élevé." La faute notamment aux traités européens qui interdisent à la BCE de racheter de la dette publique lors de leur émission, ce qui revient de fait à créer de la monnaie pour financer les États. Il suffirait pourtant qu'elle le fasse pour que "la spéculation cesse immédiatement", estime Eric Dor.

Pour remplacer la principale arme dont dispose la banque centrale des États-Unis, les Européens comptent sur le FESF et ses "1 000 milliards d'euros".

Problème, "parler de 1 000 milliards d'euros de capacité de prêts relève d'un abus de langage", souligne Christian Saint-Étienne, professeur au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM)*.

"Il s'agit d'un objectif mais les moyens d'y parvenir ne sont absolument pas donnés."

La directrice générale du Fonds monétaire international, Christine Lagarde, le reconnaît dans des termes très diplomatiques :

"Au cours de la période à venir, il importera de préciser davantage les modalités du fonctionnement de ce FESF renforcé et de la mobilisation des concours dans les proportions envisagées",

écrit-elle dans son communiqué post-sommet.

Un pare-feu encore fictif

L'idée des Européens est d'utiliser l'argent encore disponible - 250 milliards d'euros, une fois déduits les engagements pour aider les pays sous perfusion de la zone euro et du FMI - pour démultiplier sa force de frappe en garantissant une partie de la dette des États en difficulté, y compris l'Espagne et l'Italie, lors de son émission. L'autre option est de faire appel à des bailleurs de fonds internationaux (la Chine serait sur les rangs). Encore faut-il trouver des volontaires... Car, comme le souligne Christian Saint-Étienne, l'Allemagne et la France sont les deux principaux piliers du FESF. Et l'Hexagone, engagé à hauteur de 200 milliards d'euros de garanties, pourrait se révéler moins solide qu'il n'en a l'air.

S'il venait à perdre son précieux AAA, la meilleure note souveraine décernée par les trois grandes agences de notation, le FESF s'effondrerait comme un château de cartes.

L'irréductible dette grecque

Quant à la Grèce, elle est loin d'être tirée d'affaire. Selon les Européens, la dette du pays sera réduite de 100 milliards d'euros grâce à la participation accrue des banques. Mais Georges Ugeux, ancien vice-président exécutif international du New York Stock Exchange et patron d'une mini-banque d'affaires internationale, soupçonne les Européens de "maquiller les chiffres".

Selon ses calculs, les banques européennes ne détiennent que 81 milliards d'obligations grecques. Une fois déduit l'effort à fournir par les banques grecques elles-mêmes - qui devront être nationalisées pour encaisser le choc -, ce chiffre tombe à 32 milliards. Avec la décote de 50 % décidée mercredi, l'effort des banques n'est plus que de 16 milliards... sur une dette totale de 350 milliards ! Pas une goutte d'eau, mais presque !

Les autres créanciers, eux (BCE, FESF, Asset manager, hedge funds, autres banques centrales), ne participent en rien à l'effort. "Il aura fallu toutes ces discussions pour ne rien mettre sur la table ; je tombe des nues", lâche Georges Ugeux. Les Européens le reconnaissent eux-mêmes, la dette publique grecque ne devrait revenir à 120 % du PIB qu'en 2020. "Soit autant que la dette italienne actuelle, dont on nous dit déjà qu'elle est intenable", souligne Eric Dor.

Un autre risque se profile. La recapitalisation à marche forcée des banques européennes, qui doit s'achever en juin 2012 et non plus 2017, pourrait déclencher une raréfaction du crédit et amplifier le plongeon de la croissance. Car pour accroître leurs fonds propres, les banques seront tentées de conserver l'argent destiné au financement de l'économie.

Le péché originel de l'euro

Plus grave encore, "l'euro, tel qu'il est conçu actuellement, n'a plus de sens", s'inquiète Eric Dor. Pour que la monnaie unique survive, "il faut à tout le moins un fédéralisme fiscal" susceptible de combler les écarts de compétitivité qui se sont creusés au cours des années entre les différents pays, explique l'économiste.

Mais les Européens commencent à peine à effleurer le sujet. En attendant, la France va devoir relever le défi de sa compétitivité, prévient Christian Saint-Étienne. Faute de quoi, son AAA est condamné et le FESF avec. Le sommet européen a sans doute permis à Nicolas Sarkozy d'acheter un peu de temps, en calmant provisoirement les marchés. Jusqu'aux élections.


 

 

Le gouffre des finances publiques : l'échec de la démocratie représentative

Étant une personne qui a du vécu (proche de 60 ans) et j’estime à avoir une bonne analyse de synthèse durant ma carrière, j’arrive à la même conclusion que M. Yvan Blot, ce que nous avons est un problème de gouvernance.

Tous les pays occidentaux qui s’en sortent actuellement ont tous un point commun.

Une excellente gouvernance, imputabilité, transparence et efficacité sont tous des ingrédients pour gérer l’État avec maturité et responsabilité.

Un jour, nous allons avoir de vrais démocrates qui vont remettre le pouvoir au peuple, non pour satisfaire les groupes d’intérêts ou pour satisfaire certaines parties de la population, au détriment des autres, mais gérer l’État comme un bon père de famille.

Oui, M. les indignés, vous avez le droit de vous indignées, et tous ceux qui vous dénigrent, en vous collant des étiquettes simplistes, n’ont pas plus de cervelles qu’un oiseau, on a un TRÈS TRÈS sérieux problème de gouvernance.

Deux textes qui ont certainement plus de profondeurs que des milliers de titres que je lis chaque mois qui ne sert qu’à faire du bruit.


Extrait de : Le gouffre des finances publiques : l'échec de la démocratie représentative, Yvan Blot, Polémia, 31 Octobre 2011

Pour Yvan Blot la cause politique première de la dette des Etats occidentaux est à chercher dans la démocratie représentative. Celle-ci confie le pouvoir à des gérants irresponsables prisonniers de la préférence pour l’immédiat. A contrario, la Suisse faiblement endettée montre les bienfaits de la démocratie directe.

Tous ruinés dans dix ans, tel est le titre d’un ouvrage récent de Jacques Attali. Dans ce livre, l’auteur dit : « Jamais, sauf en période de guerre, la dette publique n’a été aussi élevée dans les pays occidentaux ».

La démocratie représentative : des gérants irresponsables

C’est vrai mais il ne dit pas pourquoi. La vraie raison est que la démocratie représentative pure est devenue un régime oligarchique gouverné par des gérants irresponsables : politiciens mais aussi hauts fonctionnaires des finances, dirigeants de syndicats et associations irresponsables, dirigeants des médias, etc. Attali ajoute : « Jamais l’endettement n’a fait peser autant de dangers sur la démocratie ! » Là, il se moque du monde car nous ne sommes plus en démocratie sinon formellement et c’est la démocratie directe qui permettra de sortir de cette spirale infernale de l’endettement, comme le montrent de façon différente les exemples islandais et suisse. Enfin, Attali propose, pour réduire cette crise, de réduire les dépenses publiques mais surtout d’augmenter les impôts et de réduire le pouvoir d’achat par l’inflation. Autrement dit, Attali propose de réduire les dépenses publiques mais surtout d’augmenter les impôts ou de réduire le pouvoir d’achat par l’inflation, c’est-à-dire que le contribuable paiera les fautes des gérants de l’Etat et des banques. C’est ce que les Islandais ont récemment rejeté par référendum !

« La préférence pour l’immédiat » (Hoppe)

Le livre d’Attali est superficiel. Pour comprendre pourquoi nos Etats se sont tant endettés, il faut lire les analyses du professeur d’économie Hans Hermann Hoppe, Allemand vivant aux USA, sur « la préférence pour l’immédiat ». Selon lui, conformément aux travaux de l’école autrichienne libérale (von Mises et von Hayek), seuls les propriétaires et pères de famille sont prêts à investir systématiquement à long terme. Les gérants non propriétaires veulent gagner le maximum à court terme, en raison de leur statut instable de gérant.

Or, notre société est dirigée principalement par des gérants :
les élus politiques et les managers ; ils agissent avec l’argent des autres
et perdent donc toute prudence !

C’est vrai des politiciens comme des banquiers non propriétaires de leur établissement. Le professeur d’économie Pascal Salin montre quant à lui que nous ne sommes plus en régime capitaliste car ce ne sont pas des propriétaires mais des « managers » qui dirigent et qui prennent des décisions où le court terme est l’horizon déterminant.

La préférence pour l’immédiat fait des ravages en Occident. Le comportement correspondant est celui du « je veux tout et tout de suite » des enfants mal élevés et des délinquants. Pour Hoppe, la crise démographique, la montée du crime, l’accroissement de l’endettement public et même l’invasion migratoire ont une cause commune : la préférence pour l’immédiat. Les pouvoirs publics ne défendent pas l’espace public contre les intrus avec autant d’énergie que le feraient des propriétaires privés.

Dans le secteur privé, comme dans le secteur public, les propriétaires responsables sont marginalisés par les managers irresponsables qui négligent le long terme. Il faut responsabiliser les décideurs. En politique, Hoppe préconise la privatisation du pouvoir (retour à la monarchie !) mais on peut aussi prôner la démocratie directe, les deux n’étant nullement incompatibles, comme le montre le Liechtenstein. Ses suggestions ont fait l’objet de débats passionnés aux USA mais la France est restée à côté de la discussion, politiquement correct oblige !

Supériorité de la démocratie directe en gestion des finances publiques

L’étude, censurée en France, des professeurs Feld et Kirchgässner (2008) montre que les outils de la démocratie directe:

1.      le référendum financier,

2.      le référendum veto,

3.      voire l’initiative populaire,

permettent de réduire le niveau des impôts et des dépenses de 30% et le niveau des dettes publiques de 50%. Ces résultats ont été prouvés par des études empiriques portant sur de longues périodes aux USA et en Suisse. Ils ne sont pas étonnants. Depuis longtemps, les économistes du « public choice » montrent qu’en régime parlementaire pur, les politiciens ont intérêt à faire des cadeaux à leurs électeurs et donc à augmenter les dépenses.

Le financement est assuré par des impôts frappant

1.      des minorités électorales (IRPP) ou

2.      des impôts indolores (TVA) ou

3.      l’endettement qui reporte la charge sur les générations futures.

Les socialistes sont passés maîtres pour faire ces largesses avec l’argent des autres mais ils ne sont pas les seuls !

En Suisse le référendum financier

En Suisse, au niveau cantonal ou municipal, existe une arme redoutable pour lutter contre cette dérive : le référendum financier.

Les dépenses publiques très fortes ou les dépenses récurrentes
sont en effet soumises à des référendums obligatoires.

Ainsi, les citoyens de Zurich ont refusé par deux fois la construction (très chère) d’un métro ! Ils ont préféré le tramway et le maire (socialiste) a dû se résigner.

·         Tout ce qui est palais des congrès, tours en centre-ville ou cité administrative géante est soumis au bon vouloir des citoyens qui imposent souvent le retour à la mesure et à la raison.

·         De même, l’endettement est soumis à référendum, ce qui a pour effet d’en réduire le montant.

Une autre arme est le référendum facultatif ou référendum veto.

Par pétition, les citoyens peuvent contester une décision de l’assemblée locale ou nationale et déclencher un référendum. C’est ainsi que les citoyens suisses ont par trois fois refusé la TVA. Celle-ci a fini par être adoptée mais avec un taux très faible. Quant à l’initiative populaire, elle a permis de réduire les impôts pour obliger les pouvoirs publics à réduire les dépenses lorsque l’outil du référendum financier n’existait pas : on se souvient de la Californie du temps de Reagan et de la proposition 13 !

Les citoyens et les propriétaires jouent avec leur argent,
les oligarques avec l’argent des autres

Pourquoi les citoyens freinent-ils les dépenses, les impôts et l’endettement lorsqu’on les consulte ?

C’est que leur argent à eux est en cause alors que les oligarques politiques, syndicaux ou de la fonction publique ou des banques jouent avec l’argent d’autrui.

Dans nos sociétés occidentales, les classes moyennes ont un poids électoral prépondérant. Il s’agit souvent de petits propriétaires qui n’ont pas des réflexes de gérants à court terme ! C’est pourquoi une bonne gestion exige que la démocratie des propriétaires l’emporte sur l’oligarchie des managers. C’est ce qui se passe en Suisse.

Petit fait significatif : la Suisse s’appelle officiellement, en allemand, « Schweizerische Eidgenossenschaft ». On traduit à tort (y compris en Suisse) par « Confédération suisse ». Mais le mot « Genossenschaft » signifie « association de copropriétaires » ; « Eid » veut dire « serment ». L’expression veut dire mot à mot : Association de copropriétaires unis par un serment de se défendre en commun. On est loin de l’Etat socialiste ou de l’Etat abstrait des Jacobins !


Extrait de : Le surendettement de l’État comme faillite de la volonté générale, Par Bruno Lévy, Contrepoints, 29/10/2011

Le surendettement souverain est la conséquence de la théorie de l’État comme instrument au service de la volonté générale.

Le surendettement d’un État est une véritable folie politique qui affecte durablement la prospérité de la nation. Les dirigeants de nos États sont-ils effectivement capables, comme ils le prétendent, de servir ce qu’ils appellent l’intérêt général ?

La théorie c’est que seul l’État aurait la force et la vision à long terme nécessaire pour s’élever au dessus des “intérêts particuliers”, compétence qui lui donnerait la capacité d’intervenir sur la société pour faire respecter « l’intérêt général ».

La réalité c’est que ceux qui sont désignés pour représenter les citoyens dans l’exercice de la volonté générale, se sont avérés incapables de discerner l’intérêt de la nation à voir l’État ne pas tomber dans le surendettement.

Face à cette carence, certains vont être tenté de répéter les erreurs d’avant guerre et d’imputer cet excès d’endettement à la « mollesse » des démocraties et du coup prôner le retour à un État fort. Mais la dérive des dépenses publiques  n’a pas seulement lieu dans les États démocratiques. Par exemple, l’historien Gotz Aly, dans son ouvrage « Comment Hitler a acheté les Allemands », a démontré que le régime Nazi n’a pas échappé à la règle du surendettement pour financer des dépenses sociales destinées à « maintenir le confort matériel de l’Allemand moyen ». Préserver le niveau de vie de la population était indispensable pour éviter à ce régime de perdre le soutien populaire (ou, à tout le moins, le consentement de catégories importantes de la population).

Le fait que le surendettement des États se soit produit sous des régimes de gauche comme de droite, par le fait de dirigeants exerçants depuis plus de trente ans leur fonction dans de nombreux pays Européens mais aussi de l’autre côté de l’Atlantique amène à chercher une explication générale.

Le surendettement de nos États est en fait la conséquence de leur caractère illibéral [1] : toute intervention publique est légitimée par le seul fait qu’elle est jugée conforme à « l’intérêt général ». En particulier, dans un État illibéral il n’y a pas de limites posées aux domaines de d’intervention de l’État. Bref : tout est (en apparence) possible à la volonté générale.

Cette absence de limites, permet aux dirigeants de l’État d’utiliser le pouvoir d’intervention publique pour séduire, amadouer ou en tout cas éviter de froisser l’opinion à l’aide d’une dépense publique qui est de plus en plus élevée et donc, de façon croissante, financée par l’endettement. L’endettement public n’est en effet pour les dirigeants d’un État illibéral qu’un moindre mal, bien trop souvent accepté sans scrupules, par rapport à la perte du soutien populaire.

Depuis 30 ans en France, l’endettement public a ainsi permis aux dirigeants Français de financer des politiques « séduisantes» pour une majorité de citoyens (l’abaissement de l’âge de la retraite de 65 à 60 ans, les 35 heures, l’exclusion de l’impôt sur le revenu des bas salaires, etc.), pour maintenir le statut quo (en laissant filer les dépenses de la sécurité sociale, ou en « ne touchant pas » aux retraites), pour défendre les intérêts particuliers de catégories de population particulièrement influentes (comme les fonctionnaires) ou pour tenter d’amortir certaines situations socialement difficiles comme le chômage des jeunes à l’aide de «traitement sociaux» fort dispendieux et inefficaces (comme le prouve toute la ribambelle de « plan d’emploi pour les jeunes »). Liste non exhaustive.

S’est ainsi mis en place dans notre pays un véritable machiavélisme social. Qui ne se souvient de la référence continue au « modèle social » français que la gauche, quand elle était au pouvoir (notamment quand Jospin était premier ministre), ne pouvait s’empêcher de décrire comme suscitant l’envie de toutes les autres nations ? Notre « modèle social » était en fait financé par nos enfants avant même qu’ils ne soient nés… Où s’arrêtera le cynisme ?

Mais le caractère illibéral de nos États est générateur de surendettement pour une seconde raison. Car l’intérêt des dirigeants de l’État est de rendre indispensables les prestations de l‘État. Il est donc préférable, de leur point de vue, qu’il n’y ait pas d’offres alternatives aux « solutions » collectives qu’ils nous imposent au nom de la volonté générale.

Quand la dépense publique représente 55% du PIB, l’influence de l’État dans la vie de chacun est considérable : qui d’entre nous n’a pas dans sa famille un retraité ? Qui n’a pas eu un proche qui a bénéficié des prestations de soin d’un hôpital public ? Qui ne connaît pas autour de lui un chômeur longue-durée ? Quelle famille n’a jamais connu l’école publique?

Prenons donc bien conscience que l‘immense majorité d’entre nous, personnes individuellement responsables et autonomes, dépendons ainsi de services de l’État qui ont une influence profonde sur le déroulement de nos vies.

Dans un contexte démocratique où ni la droite ni la gauche ne souhaite permettre aux citoyens d’accéder à des alternatives aux services publics, les fonctionnaires en charge de la fourniture de ces prestations se voient donc conférer un pouvoir considérable.

Ils peuvent, en effet, s’opposer durablement à la réforme de la provision de ces services, et notamment la baisse des effectifs et des coûts, par des grèves qui causeront d’autant plus de mécontentements que notre dépendance vis à vis de ces services est quasi totale. La volonté générale est ainsi prise en otage.

Le fait que, par exemple, d’employer à l’Éducation Nationale deux fonctionnaires par enseignant – situation unique d’inefficacité pour un service public dont les effectifs sont parmi les plus lourds du monde – est la conséquence directe de ce blocage. Qui serait prêt à accepter une grève de trois mois des enseignants ?

On se retrouve dans la situation absurde où le fait d’imposer les prestations de l’État dans le cadre d’un monopole (sécurité sociale) ou d’un quasi monopole (éducation nationale) empêche la réforme et la baisse des coûts de provision de ces prestations.

Bref : Le surendettement public est donc la conséquence d’une contradiction interne de la théorie de l’État comme instrument au service de la volonté générale.

Laisser une plus grande liberté apparente à l’expression de la volonté générale, lui faire croire que « tout est possible », crée les conditions de son assujettissent progressif au surendettement par un double mécanisme :

·         Inflation des promesses de dépenses publiques en vue de « séduire » la volonté générale et la rendre dépendante de l’État ;

·         « Prise en otage » de la volonté générale par ceux qui sont en charge de la fourniture des prestations publiques, ce qui rend impossible la réforme et l’abaissement des coûts des solutions collectives qui sont ainsi fournies.

Toute cela ne constitue qu’une illustration, particulièrement douloureuse, de ce que les libéraux ont toujours affirmé :

Il faut démystifier la notion d’intérêt général qui n’est bien souvent qu’un alibi cachant un phénomène d’«exploitation» du reste de la société par une caste privilégiée de fonctionnaires et bureaucrates. » (Henri Lepage)

L’État doit être neutre également vis-à-vis des intérêts particuliers de ceux qui le dirigent et notamment de leur intérêt à se maintenir à sa direction coûte que coûte, quitte à durablement ruiner le pays par l’endettement public.

Pour sortir de l’endettement ce n’est donc pas d’un État fort dont nous avons besoin, mais d’un pays fort.  La solution pour y arriver ?  Un État qui cesse de piéger la volonté générale en prétendant pouvoir tout résoudre. Un État qui accepte non seulement de limiter ses domaines de compétences mais qui laisse à la société civile et aux entrepreneurs la possibilité d’offrir des alternatives à ces prestations (y compris la sécurité sociale qui en Allemagne est par exemple partiellement privatisée), atténuant, par la même, l’effet « prise d’otage » qui rend si difficile sa propre réforme.

On revient toujours à la nécessité de cette notion, profondément libérale:

De limitation des pouvoirs de l’État qui est une garantie effective de son efficacité et… du maintien de la force et de l’indépendance économique et financière de la société.

Note :

[1] : L’expression « illibéral » a été réactualisée par l’essayiste et éditorialiste américain dans son livre « Illiberal democracies » pour dénoncer la tentation d’’une certaine forme de démocratie qui veut restreindre de façon croissante la liberté individuelle au nom de la volonté générale.