Les québécois moins pauvres grâce aux transferts fédéraux

LE RÔLE DE LA FISCALITÉ FÉDÉRALE DANS LA RÉDUCTION DES ÉCARTS DE POUVOIR D’ACHAT ENTRE LES PROVINCES.

Prospérité2012Le gouvernement fédéral impose plus lourdement les contribuables les plus riches tout en redonnant davantage aux ménages les plus pauvres.

Par le jeu de ses propres impôts et transferts personnels, le gouvernement fédéral se trouve donc à redistribuer les revenus non seulement des ménages les plus riches vers les ménages les plus pauvres, mais aussi des provinces où la moyenne des revenus est la plus élevée vers les provinces où la moyenne des revenus est la plus faible.

Prospérité2012-5

C’est ainsi que la fiscalité fédérale vient réduire l’écart de niveau de vie qui sépare les Québécois des citoyens de ces deux provinces. Sans ce transfert fédéral, l’écart serait beaucoup plus grand.

Donc, on impose un régime fiscal plus lourd aux gens qui ont une plus grande productivité pour compenser notre manque de productivité.

Si la péréquation est de plus en plus contestée, ce n’est pas le principe de la péréquation qui est contesté, mais ce que nous en faisons.

En plus de temps 30 ans, nous n’avons jamais réussi à améliorer notre compétitivité, on s’est juste permis de l’utiliser pour avoir la vie encore plus facile.

C’est comme ci quelqu’un reçoit un chèque de BS toute sa vie et ne veut pas s’en sortir, même s’il est apte à travailler, difficile à accepter.

 Même chose pour les gens du ROC qui se font imposer plus de 8.5 milliards, pour démontrer qu’une province se la coule douce avec des programmes sociaux qui eux-mêmes n’ont même pas les moyens de se permettre.

Ontario is suffering under an ineffective system of wealth redistribution that threatens the economic well–being of the entire country.

Canada's productivity already lags behind other industrialized nations and, as economies become more globalized, governments should be doing all they can to encourage and reward it.

Transfer program leads to labour immobility, encouraging people to remain where the jobs aren't. Labour–force mobility will become a major issue for businesses as Canada continues to move out of the recession.

Exacte, et ils le savent très bien, quand, ça va allez très mal au Québec, les jeunes vont voter avec leurs pieds, et la péréquation actuellement les maintient dans un confort aux dépens des autres Canadiens.

The time is right for change.

 In 2015, the federal government is due to discuss and renegotiate its principal fiscal arrangements, which includes transfer payments. (1)


SOURCES DES ÉCARTS BRUTS ET NETS DE REVENUS ENTRE L’ONTARIO ET LE QUÉBEC EN 2009

Prospérité2012-6

Donc, sans les transferts fédéraux, l’écart de richesse serait plus de 7 039 $, et ce transfert fédéral est de plus en plus contesté par les autres provinces,
surtout quand ils sont tous à peu près en déficits.


Prospérité2012-7