Un citoyen inquiet

Oui, M. Mongrain, vous avez raison, plus de 20 ans de dérapage.

Et il n’y aucune solution facile et je serais très embêtés de vous trouvez une.

Je crois que la société a perdu sa moralité sociale sous l’État-Providence et malheureusement on récolte ce qu’on sème.


Extrait de : Un citoyen inquiet, Jean-Luc Mongrain, Le Journal de Montréal, 18 Février 2012

Je regarde la société dans laquelle nous vivons et, honnêtement, sans vouloir être négatif, je suis inquiet. Comment pourrons-nous entreprendre les prochaines années au rythme où vont les choses ? Qui va être capable de payer pour tout ça ?

Un régime de santé sous respirateur artificiel qui ne peut fournir aux besoins grandissants de la population, un système d’éducation qui produit malgré tous les efforts un taux de décrochage incroyable, en plus de créer trop souvent une diplomation de complaisance, sans parler du sous-financement universitaire, des frais de scolarité datant d’une autre époque, d’un réseau de CPE qui n’est pas au juste prix et qui profite davantage à ceux qui pourraient payer plus qu’à ceux qui sont véritablement dans le besoin.

La liste peut facilement s’allonger. Faites l’exercice !

LA DETTE : UN BOULET

Voulez-vous que l’on parle de l’endettement du Québec pour lequel plus de 21 cennes par dollar de nos impôts vont au seul remboursement de la dette, et ce, avant même de financer quelque service collectif que ce soit ?

Que dire du montant d’impôt que l’on prélève chez de moins en moins de gens pour payer l’ensemble des services pour de plus en plus de citoyens ?

Les familles à revenus moyens frôlent de plus en plus la débâcle financière juste en tentant de joindre les deux bouts ! Nos aînés sont souvent laissés à eux-mêmes, au point de se demander si ça vaut la peine de vieillir

Les pertes d’emplois se multiplient, tant en région qu’à Montréal, sans compter depuis quelques années, l’exode de plusieurs sièges sociaux.

Où sont les entreprises d’ici qui produisent de la valeur ajoutée ? L’activité économique repose beaucoup trop sur l’État comme donneur d’ouvrage ; chantiers routiers, infrastructures en tout genre, hôpitaux, subventions, etc.

UNE IMPASSE ?

Je ne suis pas alarmiste, je cherche, j’essaie simplement d’être réaliste. COMMENT ON VA PAYER ÇA ??? Y a-t-il quelqu’un qui peut me le dire ? Sûrement pas un politicien dont l’avenir est bien plus derrière lui qu’en avant !

Je pense aux générations à venir et je ne peux pas croire qu’elles ne pourront pas bénéficier de ce que les générations passées ont essayé de mettre en place.

Je ne veux pas tomber dans le piège facile de blâmer les générations précédentes et de les rendre coupables de la situation actuelle.

Je ne cherche pas les fautifs, je cherche comment nous pourrons honorer nos obligations et conserver nos services. Quossé qu’on doit faire ?

Il n’y a rien de pire pour une société que de penser que l’avenir est bouché et que la collectivité régresse !