Banques canadiennes, morale ?

Demandez aux banques canadiennes de s’auto réguler est un non-sens.

Tenter de leur inculquer un sens moral à leur conduite est aussi ridicule de demander au système financier mondial de ne pas spéculer sur le cours de la matière première ou agricole, car les gens risquent d’être plus pauvres.

Tout le problème de la mondialisation, les multinationales et le système financier ne travaillent pas pour le bien commun, mais pour satisfaire l'avidité des actionnaires.

Alors, si les Canadiens ont un taux d’endettement si élevé, c’est dû :

·         à une SCHL,

·         à des banques et

·         des politiciens

en créant un environnement de crédit facile pour stimuler une économie par endettement, le peuple n'ayant peu de connaissance économique et stimuler régulièrement par la surconsommation tombe dans le panneau facilement.

Quatre articles sur le sujet, ce carnet présente deux articles ou M. Flaherty fait la morale et le deuxième article démontrant les banques se foutre littéralement du ministre et indiquant à quel point qu’il parle dans le vide, car ils sont en compétition entre elles et seul le rendement des actionnaires comptent.

Le second carnet provenant du blogue Minarchiste, démontre les liens incestueux avec la SCHL avec les banques canadiennes pour garantir des prêts douteux sur le dos du peuple.

Car cher peuple canadien, ne jamais oublier que c’est vous qui êtres responsables des 600 milliards des prêts immobiliers de la SCHL et ce sont surtout les prêts les plus à risque.


Extrait de : Flaherty n'écarte pas un resserrement des règles hypothécaires, Radio-Canada, jeudi 22 mars 2012

Le ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty, a affirmé jeudi que le gouvernement canadien est prêt à imposer des règles hypothécaires plus sévères si cela s'avérait nécessaire.

Le ministre note cependant qu'il serait préférable que les banques régulent elles même le marché.

D’une naïveté lamentable !

Selon M. Flaherty, certaines banques désirent qu'il resserre les règles hypothécaires, ce qu'il dit trouver un peu étrange, puisque ce sont elles qui prêtent l'argent.

« Elles doivent avoir oublié que ce sont elles qui accordent les prêts hypothécaires. C'est leur marché, pas le mien », a-t-il lancé.

Depuis 2008, Jim Flaherty a resserré trois fois les règles hypothécaires. D'abord en abaissant la période d'amortissement des prêts hypothécaires de 40 à 30 ans, ensuite en augmentant la somme en argent comptant nécessaire pour avoir accès à l'assurance gouvernementale, et, finalement, en obligeant chaque empruntant à devoir se qualifier à une hypothèque à taux d'intérêt fixe de cinq ans pour pouvoir être assuré.

Le rapport entre les dettes des ménages canadiens et leur revenu disponible a atteint 151,9 % l'an dernier.


Extrait de: Scotiabank joins other big Canadian banks in competitive mortgage offer, The Canadian Press, Winnpeg Free Press, 03/9/2012

TORONTO - Scotiabank has joined the race for a bigger chunk of the mortgage market, announcing that it will offer a discounted mortgage rate that brings it in step with other big Canadian banks.

The bank (TSX:BNS) says it will offer a four-year mortgage charging 2.99 per cent interest per year.

Most of its major Canadian competitors announced similar promotions earlier this week.

On Thursday, TD Bank (TSX:TD), Royal Bank (TSX:RY) and CIBC (TSX:CM) all announced special four-year mortgages charging 2.99 per cent interest per year.

Bank of Montreal (TSX:BMO) on Wednesday said it would offer a five-year mortgage at 2.99 per cent until March 28.

A similar promotion in January set off a race to the bottom with some of BMO's biggest competitors.

The new low rates came as Bank of Canada governor Mark Carney said the No. 1 risk to the Canadian economy continues to be household debt.

The central bank maintained its trendsetting overnight interest rate — which affects variable rate mortgages — at one per cent on Thursday