Incidence financière de la dette brute due au déficit actuariel, (Québec vs VG, 2011-2012)

Cahier spécial : Incidence financière de la dette brute due au déficit actuariel, (Québec vs VG, 2011-2012)


Comme je ne fais pas partie de l’aristocratie et ne subissant aucune pression de certains groupes d’intérêts, parlons de vraies choses.

Quel est vrai déficit actuariel des retraites dorées de la fonction publique ?

Puisqu’elle a une incidence directe sur la dette brute, car elle est incluse dans celle-ci.

« State and local governments around the country have long underfunded their pension funds, covering the gap between what they have and what they have obliged themselves to pay by making unrealistic assumptions about the rate of return they expect from their investments.

States have over promised, under invested, overestimated rates of return and are now losing money in generally weak market conditions. Worse is going to come; after years of pandering, denial, evasion and distortion, some ugly truths can no longer be ignored.

The Boomers will not get all the pension payments they expect; other generations will pay more toward those reduced Boomer pensions than they want to pay or think is fair. None of this will be pretty, and there are no easy solutions to be found. ».  (1)


Hypothèse du taux de rendement réel

Selon le vérificateur (2010)

 

À ce chapitre, soulignons qu’il peut arriver que des changements économiques soient d’une ampleur suffisamment importante pour que des ajustements soient apportés dans les hypothèses.

 

De fait, le gouvernement du Québec a revu son hypothèse du taux de rendement réel à long terme dans ses dernières évaluations actuarielles ; il l’a diminuée de 0,25 p. cent pour l’établir à 4,50 p. cent, (9.104).

 

Le gouvernement explique principalement ce changement par les éléments suivants :

·         la crise financière de 2008 ;

·         la révision à la baisse des prévisions de rendement réel quant aux catégories d’actifs les plus importantes, notamment la catégorie « Obligations »

 

Le gouvernement a revu son hypothèse du taux de rendement réel dans ses états financiers au 31 mars 2010

 

Hypothèse du taux d’actualisation à long terme

Comme il a été mentionné précédemment, le gouvernement du Québec a choisi d’utiliser une hypothèse du taux d’actualisation basée sur le taux de rendement nominal des actifs qui serviront à payer les prestations de retraite. D’autres gouvernements au Canada ont aussi fait ce choix. Il convient de rappeler qu’il s’agit bien d’un choix, puisque les normes comptables qui lui sont applicables ne sont pas prescriptives à cet égard, (9.129)

 

Pour notre étude, le coût d’emprunt du gouvernement n’a pu être établi au prix d’un effort raisonnable.

 

Toutefois, il est hors de tout doute inférieur au taux de rendement nominal de ses actifs, qui est de 7,37 p. cent, (9.130). (18).  (2)


Des rendements fantaisistes, un écart minimum de 3 %

Au départ, j’estime qu’il y a un minimum de 3 % d’écart entre la réalité et les estimations de (rendement + inflation) par rapport aux projections du gouvernement, un tel écart a des incidences majeures sur la dette brute.

 

Voici, certains commentaires de différents spécialistes

 


«As a result, while states recognize that their public-employee pensions are underfunded, the situation is far worse than their accounting demonstrates.

 

Without taking proactive steps now, taxpayers will be made to cover an enormous shortfall when the bills come due.

 

·         Public-sector pensions use accounting methods that are incompatible with economic theory, the practice of financial markets, and the accounting standards required for private sector pensions.

 

·         These methods fail to account for the risk of public-sector pension investments or the fact that, unlike corporate pensions or Social Security benefits, public-pension benefits are effectively guaranteed to be paid.

 

·         Current pension accounting methods report plans’ funding shortfalls assuming that pension investments in stocks, bonds, hedge funds, and private equity will produce forecasted rates of return with certainty.

 

·         Market valuation methods account for the uncertainty inherent in such investments by recognizing that risky investments cannot produce a guaranteed return. While many steps must be taken to put public pensions on a sustainable track, it will be difficult to achieve these steps until the plans incorporate accurate accounting.

 

·         Current state pension accounting practices are inaccurate and outmoded. Private pension plans would not be allowed to use such methods.

 

·         Market valuation of pension shortfalls more accurately shows the risk to state budgets and taxpayers.

 

·         Pension contributions, benefits, and retirement ages must be reformed, but this will be difficult until states adopt accurate accounting methods.» (3)

 

Liability under Alternative Discount Rates

Note: The $3.5 trillion figure is the value of the liabilities for plans in our sample,
which on average – are discounted at a rate of about 8 percent.


«Pendant longtemps, tous comptaient sur les rendements de 10 % de la Bourse pour financer les promesses de retraite, explique Michel St-Germain, de l'Institut canadien des actuaires. Mais depuis 11 ans, les rendements sont à peu près nuls!

 

Et 2011 pourrait être pire que 2008: les taux d'intérêt n'ont jamais été aussi bas depuis 50 ans. En une décennie, ils ont chuté de 7 % à 4 %. Or, une baisse de 1 % des taux augmente le coût des régimes de retraite de 15 % à 20 %, poursuit Michel St-Germain.» (4)

Déficit actuariel selon le rendement


Dette brute de 231 milliards

Si on ajoute la valeur marchande du FARR au lieu de la valeur comptable, + 7 milliards.

Et un rendement de 4 % pour les régimes de prestations déterminées, + 41 milliards.

Dette brute du Québec -2011-2012

On obtient une dette brute de 231 milliards avec un rendement de 4 %.

Le Québec a un très sérieux problème:

·         Une des plus faibles compétitivités en Amérique du Nord

·         Le deuxième plus important problème démographique au monde.

·         Notre  seul pays de proximité sont les États-Unis ayant une des plus hautes productivités du monde et qui impriment de l’argent.