La dette du secteur public 113 %, (Québec vs VG, 2011-2012)

Cahier spécial : La dette du secteur public,  (Québec vs VG, 2011-2012)



La dette du secteur public comprend la dette brute du gouvernement et la dette d’Hydro-Québec, des municipalités, des universités autres que l’Université du Québec et ses constituantes et des autres entreprises du gouvernement. Cette dette a servi notamment à financer les infrastructures publiques, par exemple les routes, les écoles, les hôpitaux, les barrages hydroélectriques et les usines d’assainissement des eaux.

Les résultats préliminaires montrent que la dette du secteur public du Québec devrait s’établir à 234 710 millions de dollars au 31 mars 2011, ce qui équivaut à 74,0 % du PIB. Ces données doivent être mises en perspective, car elles ne tiennent pas compte de la valeur économique de certains actifs détenus par le gouvernement comme Hydro-Québec, la Société des alcools du Québec ou encore Loto-Québec.

Québec - La dette du secteur public - 2011-2012

Source : Plan budgétaire D.7


Hydro-Québec

En 2012, lors du basculement aux IFRS, la modification en lien avec les avantages du personnel représente 3,3 milliards et sera comptabilisée dans le bilan d’ouverture d’Hydro- Québec du 1er janvier 2011.

Or, les prévisions du gouvernement en matière de déficits cumulés pour les prochaines années, publiées à l’automne 2011 dans Le point sur la situation économique et financière du Québec, ne prennent pas en compte ces 3,3 milliards de dollars.

En conséquence, les prévisions portant sur les déficits cumulés ainsi que le ratio des déficits cumulés par rapport au produit intérieur brut (PIB) devront être revues à la hausse.

V.G. - Chap.7, p.36


Donc, selon le vérificateur il faut ajouter un autre 3,3 milliards sur la dette publique à cause des nouvelles normes comptables pour Hydro-Québec, j’y reviendrai plus en détail dans le document.


Dette publique Québécoise (Canadien) :  113 % du PIB 

Comme je n’appartiens pas à l’aristocratie et je n’essaie pas de camoufler la vérité, nous allons comparer notre dette publique par rapports au G7 et au PIIGS.

Comme j’ai déjà mentionné dans un carnet précédent :

Le Québec rejoint ainsi les pays les plus endettés du monde

·         Il faut ajouter la portion de la dette fédérale que les Québécois doivent assumer.

·         Je prendrai les chiffres publiés par la revue The Economist, pas trop compliquer et donne une bonne idée de la situation.

·         La dette nette du Canada (2012) est de 586 milliards, la population québecoise se situe à 23 % de la population canadienne, nous sommes donc responsable de 141 milliards de la dette fédérale.

·         Si on additionne les deux dettes, la dette publique des canadiens (québécois) plus celle de la province, elle se situe à 389 milliards
(141 + 248 *).

·         Par rapport à notre PIB nominal de 344 milliards pour le Québec, nous avons un taux d’endettement de 113 % du PIB, le chiffre est tellement élevé, que les aristocrates essaient de l’éviter dans toutes discussions.


Québec vs G7 vs PIIGS

Pays

Population

% Dette/PIB

Dette par habitant

 

 

 

 

Québec

8,042,000

113

48,371 $

 

 

 

 

G7

 

 

 

 

Allemagne

83,000,000

77.8

28,728 $

Canada

34,523,561

81.6

39,883 $

France

63,423,561

92.5

35,648 $

États-Unis

314,312,054

76.3

37,952 $

Italie

60,449,041

121.6

38,284 $

Japon

126,276,438

204.9

87,600 $

Royaume-Unis

63,072,602

94.6

17,911 $

 

 

 

 

PIIGS

 

 

 

 

Portugal

10,774,520

94.6

17,911 $

Irlande

4,025,479

96.7

43,222 $

Italie

60,449,041

121.6

38,284 $

Grèce

11,000,000

141

35,874 $

Spain

46,249,041

78.4

21, 972 $

 

 

 

 

   *  Nouvelle dette publique selon le budget 2012

Au départ, le cas du Japon est une exception, car une bonne partie de sa dette souveraine est détenu par les Japonais, mais dites-vous eux aussi se dirige dans un mur.

Autres que le Japon et l’Italie, nous sommes le troisième PIIGS du monde puisque la Grèce a fait défaut de paiement.

De plus, si on regarde la dette par habitant, nous sommes le deuxième plus endetté au monde.

Souvent la dette/habitant donne une meilleure indication que la dette/PIB, car certains gouvernement central n’assume pas toutes les responsabilités des dépenses, tel que Canada, où la santé et l’éducation est sur la responsabilité provinciale.

C’est pour cela, que je dis souvent, que le Canada camoufle ces déficits structurels sur le dos des provinces.

Tandis que nos voisins du Sud, Washington contrôle mal ces dépenses, par contre les États américains étant limités à ne pas faire de déficit d’opération contrôle mieux leurs déficits, d’où le pourquoi qu’il possède une dette par habitant inférieure au Canada.

Donc, par rapport au reste du monde, le Québec est en piteux état.


Alors, pourquoi on ne s’est pas fait encore décotés ?

Au départ, les agences américaines se base sur une règle d’or, qui n’est pas foncièrement viable à long terme, mais sert surtout les intérêts des financiers qui permettent aux pays de se surendettées et faire beaucoup d’argent grâce aux dettes souveraines.

Un État peut emprunter indéfiniment
aussi longtemps qu’il paie ces intérêts

En fait, ça n’a aucun sens économique, ni pour une personne ni pour un pays, Dagong a tout à fait raison de mettre en doute sérieusement l’intégrité des agences de notations américaines.

On se retrouve donc, avec des pays qui avait une cote AAA et un an plus tard, le marché privé n’ose même plus y touché, on permet au pays de tirer l’élastique au maximum, jusqu’à ce que ça pète.

Quand ?, difficile à dire, il y a beaucoup de politique là-dedans et c’est loin d’être très scientifique, surtout quand elle est basé sur une fausse prémices économique au départ.

Par contre, un jour ou l’autre, le gouvernement Québécois va être obliger d’instaurer des programmes d’austérité, il ne peut plus taxer, car nous sommes déjà hors compétitif, donc, il devra couper dans le gras, le seul problème, la population québécoise est déjà surendetté et on risque d’avoir une belle crise immobilière sur les bras.


NOTE: Ce texte a été ajouté après la publication initiale du cahier spécial

Puisque le gouvernement a accepté les nouvelles normes comptables, voici la dette publique pour 2012.

Dette publique 2012 : 248 milliards

Québec -Dette du secteur public 2012-2013

P : Résultats préliminaires.

(1) La dette brute exclut les emprunts effectués par anticipation et tient compte des sommes accumulées au Fonds des générations.

(2) Les montants correspondent à la dette à long terme contractée par les municipalités en leur nom propre. Une partie de cette dette est subventionnée par le gouvernement (3 509 M$ au 31 mars 2012).

(3) Les montants correspondent à la dette contractée en leur nom propre. Une partie de cette dette est subventionnée par le gouvernement (236 M$ au 31 mars 2012).

(4) Les montants correspondent à la dette du Fonds de financement pour financer des entreprises du gouvernement et des entités hors périmètre comptable.

Source : Québec Budget 2012-2013, D.19


  1. gravatar

    # by Bill T - 28 mars 2012 à 21 h 16

    Interesting comments on debt.
    One thing to keep in mind is the comparison of federal spending to provincial spending.
    Compare the spending by federal level of government and the provinces vs. OECD countries.
    http://www.oecd.org/dataoecd/60/2/47876217.pdf
    Any way you cut it it spending is out of control. Quebec kicked the can down road, we will see if Ontario has too?
    Bill T