La problématique pour le gouvernement fédéral

Cahier spécial:       L’aristocratie contre son peuPle
                                     Jamais le peuple n’a donné son accord pour supporter des retraites pyramidales


La problématique pour le gouvernement fédéral


Les États-Providence ont tous un dénominateur commun, des politiciens qui ont un mode opératoire relativement simple, l’art de dépenser la richesse et le crédit de son peuple pour gagner des votes.

Alors, on accorde des retraites dorées à des groupes d'intérêts qui font beaucoup de bruit et prennent souvent la population en otage ainsi, on maintient la paix syndicale tout en gagnant leurs faveurs.

On sait très bien à la fin que ces privilèges sont insolvables, mais l’odieux ne sera pas pour eux, mais les vilaines agences de notation qui n’ont pas de cœur.

Entre temps, on falsifie les chiffres ou tout simplement on les oublie pour ne pas trop mal paraître devant les agences de notations.

Remarquer, ceux-ci sont fort conciliants aussi longtemps que l'on satisfasse leurs règles d'or démontrant à quel point que notre système financier est corrompu.

Dagong a bien raison de s’inquiéter !


La règle d’or de nos agences de notation

Règled'or - agences de notation - 1


Ce passif serait plutôt supérieur à 200 milliards

La FCEI demande à Ottawa d'opter pour des régimes à cotisations déterminées pour les nouveaux employés. «C'est notre avenir qui est en jeu», dit-elle, en rappelant que les 146 milliards de dollars d'engagements du fédéral envers ses retraités gonflent la dette du Canada.

Ce passif serait plutôt supérieur à 200 milliards, selon l'Institut CD. Howe, un organisme de recherche indépendant de Toronto. « N'importe quel régime de pension du secteur privé ainsi sous-capitalisé serait tenu de faire un plan de redressement, dit Martine Hébert. C'est aberrant que le gouvernement soit exempt d'une telle obligation !


Falsifier les chiffres

Il y a une Joke sur les actuaires :

‘Dis-moi quel chiffre tu veux obtenir, et je m’arrange pour l’obtenir’

On sait tous que les fonds pensions du secteur public sont insolvables, par contre vous avez deux entités qui refusent de l’admettre.

·        Les syndicats qui veulent que le fardeau de l’insolvabilité passe
sur le dos du peuple.

·        Et les politiciens qui couchent avec les syndicats.

Par contre, dans d'autres pays, on commence à l'admettre et à corriger le tir, y a-t-il quelqu'un d'assez responsable politiquement pour commencer à discuter du problème, où l'on va attendre d'être au pied du mur, et là le pauvre prestataire va se retrouver à une réduction massive de ces prestations.

Si au moins, on avait la décence d’appliquer les mêmes règles actuaires que le secteur privé, ça serait un début.


Market value of assets

A recent issue of The Economist highlighted “the public-sector pensions scandal” on its cover, and speculated that US sovereign defaults might spark the next financial crisis.

·           In the private sector, pension plan liabilities must be measured and funded on a “solvency” basis, using the market value of assets and discounting liabilities using yields based on long-term Government of Canada bonds.

·           Taking the same fair-value approach to public-sector plans typically reveals their costs – and hence the exposure of taxpayers, who may have to cover unfunded obligations – to be more volatile and much higher than government financial statements show.

Net Federal Pension Obligation

The government’s net pension obligation under the fair-value approach thus stands at almost $208 billion – some $65 billion larger than reported in the Public Accounts. This raises the net public debt by an equivalent amount.

And, because the gap between reported and fair-value pension obligations has grown over time (Figure 1), these adjustments also change the annual budget balances.

The fair-value approach to pensions, by contrast, shows a cumulative deficit over that period of $72 billion. In 2009/10 alone, the annual deficit would have been not the $55 billion reported, but $63 billion. (8)


L’art d’oublier les obligations actuarielles.

Plusieurs pays n’incluent même pas les déficits actuariels dans leurs budgets, les politiciens savent très bien qu’ils ne pourront pas tenir leurs promesses, alors, à quoi ça sert de traumatiser le marché financier inutilement !


La dette brute totale d'Ottawa à quelque 1695 milliards

Les avoirs financiers du système public de pensions réduisent considérablement la dette nette du Canada qui est de fait, et de loin, la plus faible des pays du G7.

Telle est la conclusion de Marc Pinsonneault, économiste principal à la Banque Nationale, après avoir homogénéisé les données canadiennes des comptes nationaux et comparé à celles des autres pays du G7.

La prise en compte des déficits des caisses de retraite des employés de l'État gonfle de 240 milliards de dollars la dette brute totale d'Ottawa, des provinces et des administrations locales pour la porter à quelque 1695 milliards.

«Ainsi exprimée, la dette brute du gouvernement central ou celle de l'ensemble des administrations publiques du Canada sera surestimée par rapport à celle des pays où le passif net des caisses de retraite des employés de l'État n'est pas inclus dans le calcul», précise l'économiste. (9)

Soyons réaliste, nous sommes seulement 34 millions d’habitants et possédons une dette publique de 1.7 trillions.

·        Ou seulement 40 % paient des impôts.

·        La population a un taux d’endettement moyen de 140 à 160 %.

·        Les deux provinces les plus populeuses sont en déficits structurels.

·        Un problème de démographie à venir et un particulièrement grave
celui du Québec.

·        Plus deux superpuissances qui se battent comme chat et chien, le Canada subira les dommages collatéraux de ces deux belligérants, car notre seul pays de proximité est les États-Unis.

C'est bien beau être optimiste, tel que certains professeurs d'économies au Québec ayant foncièrement un agenda personnel, ne perdre aucun privilège.  

Mais il faudrait avoir un minimum de décence pour assumer nos responsabilités, ce que le président de la TD a dit d’ailleurs.


Canada must address economic threats: TD chief

Mr. Clark, CEO of Canada’s second largest bank, used the opportunity to discuss his views on how pressing the world’s economic problems are, not just in the United States and Europe, but potentially in Canada as well. (10)

After decades of growth that helped fuel social programs, countries around the world now face the reality of not being able to deliver on those same promises

Which have become too politically sensitive for governments to discuss, even though the mathematic reality suggests such programs will be impossible to fund in the future at present levels, Mr. Clark said.

“In simple terms, in too many countries in the Western world, promises have been made that cannot be kept. Promises around health care, pensions and support systems, which seemed affordable at the time”

“Once you start to live in a world of 1 or 2 per cent interest rates, you run [that] through pension plans – defined contribution plans – and you change retirement incomes of people pretty dramatically.”

While Canada is better off than the U.S. and Europe, these are issues that all governments must start coming to terms with now.

“We should not assume we can avoid a crisis of potential broken promises in the future,” Mr. Clark said. “The same demographic trends that helped grow incomes and government revenues are beginning to work in reverse in Canada too.

We have long-term structural imbalances
between government revenues and expenses.”


L'aristocratie contre son peuple (onglet)Table des matières

Introduction

Les retraites des fonctionnaires vont-elles couler l’État ?

Conflit social entre deux classes

Une monarchie des temps moderne

Lutte des classes

Secteur privé vs secteur publique

Les deux arguments classiques du secteur public

Rapport de l'ISQ sur la rémunération

En combinant, les deux AVANTAGENT :

“Haves and have nots”

L’illégitimité des retraites dorées

L’illégitimité des retraites dorées

La royauté politique copine avec la noblesse du secteur publique

L’iniquité entre le peuple et la noblesse du secteur public

10 milliards et beaucoup plus …

Ce «pelletage par en avant»

“Double whammy” for workers not in DB plans

L’insolvabilité de tels régimes

Une fraude pyramidale

Fausse prémisse économique

Longévité

Que peu de gens ont vu venir (Faux )

Démographie

Relever l'âge de retraite

Allons faire un petit tour en Europe

Retraite trop tôt, liberté 55

Public prenne leur retraite plutôt

Change the retirement age for the public sector

Lord Hutton in his report on public sector pensions (England)

Certains énoncés dans l’article sont absurdes

58 % des Québécois doivent se débrouiller seuls (Faux) !

On ne peut modifier ce qui a déjà été promis (Faux !)

Il a une source de revenus éternelle: les impôts (Faux) !

Appauvrir tout le monde en modifiant ces régimes n'est pas la bonne solution (Faux) !

Le FARR, c'est en effet un peu l'équivalent d'un emprunt REER, (Faux) !

La problématique pour le gouvernement fédéral <==

La règle d’or de nos agences de notation

Ce passif serait plutôt supérieur à 200 milliards

Falsifier les chiffres

Market value of assets

L’art d’oublier les obligations actuarielles

La dette brute totale d'Ottawa à quelque 1695 milliards

Canada must address economic threats: TD chief

La problématique pour le gouvernement du Québec

Des constats troublants

Le camouflage du gouvernement du Québec et des sociétés d’États

Hydro-Québec.

La nouvelle technique : Hors du périmètre comptable

Régime de retraite des CPE

La problématique pour les villes

Ratio de partage entre cotisants et employeurs

Municipale

Les pertes actuarielles en taxe directe

Des constats troublants

Régimes de retraite - Labeaume craint les compromis

Montréal

Montréal un rapport de 30/70 entre cotisants et employeurs

Peut-être une loi spéciale

Montréal : 578,9 millions pour 2012

Des constats troublants

Le diable se cache dans les détails

La CDP a dégagé un rendement de 4.7% en 2011

75 milliards

Rendements fantaisistes

FARR 42 milliards , hum …

La rentabilité du FARR très douteux

Une cagnotte pour le FARR ? Laisse donc, faire !

Inflation qui peut coûter cher

Les salaires qui augmentent

Longévité sous-estimé

Mortality improvements are being understated

Je l’ai payé ce fonds de pension, c’est à moi ! (Pas sûr :  16 exemples)

Le rendement des prestataires

Rendement/Peuple

Pourquoi, un tel dérapage ?

Facteur de longévité au cours des derniers siècles.

Régime à prestations déterminées depuis 1924

Oui, quel beau merdier !

Gouvernement du Québec : la survie du FARR ?

Les graphiques des médias

Selon le Plan Budgétaire

Historique du FARR

Des constats troublant pour le FARR

Tableau du FARR

Le coût des retraites dorées par secteur

Le coût globale des retraites dorées  de l’ensemble du  Secteur Public

Recommandations :

Retraite dorée : 0 % de risque Pour le peuple : 76 % de risque d’être pauvre

Écart flagrant entre le privé et le public

Iniquités

Exemple d’écart

REER a-t-on les moyens ?

Utopie de l'épargne personnelle pour le peuple

Nous aurons des joyeux naufragés à la retraite

Le RRQ sa survie

Solution pour la survie du RRQ

Les alternatives

Le déni sur la réalité de leurs régimes à prestations déterminées

10 à 20 ans trop tard

Saskatchewan une province responsable

Modèle Chilien

Le système suédois de retraites par points

Conclusion

Solution proposée :

Négociation :

Conséquence légale d’un modèle Ponzi

Un avertissement

Source