Le diable se cache dans les détails

Cahier spécial:       L’aristocratie contre son peuPle 
                                     Jamais le peuple n’a donné son accord pour supporter des retraites pyramidales


Le diable se cache dans les détails

Ça se corse en ce qui concerne la moitié des coûts à la charge de l'Etat. Plutôt que d'être versées dans une caisse extérieure, « les cotisations sont gérées à l'interne », explique Bernard Turgeon, sous-ministre associé au financement, gestion de la dette et opérations financières au ministère des Finances. «Le gouvernement reconnaît chaque année les prestations de retraite qu'il devra verser dans l'avenir, qui sont du salaire différé. Gérer sa cotisation d'employeur à l'interne lui permet de conserver ses liquidités, ce qui réduit ses besoins de financement. Mais cette somme est clairement inscrite à son passif.»


La CDP a dégagé un rendement de 4.0% en 2011

Reste qu'un rendement de 4,% est insuffisant pour faire face aux engagements des déposants qui sont des caisses de retraite comme le Régime des rentes du Québec ou le Régime des employés du gouvernement (RREGOP). Il faut 6,5%.

Le rendement moyen des cinq dernières années est d'à peine 0,5% car il est grevé par la contre-performance de -25% de 2008. Sur 10 ans, le rendement annuel moyen est de 4,7%. (17)

Les dirigeants de l'institution admettent que les caisses de retraite feront face à des défis majeurs au cours des 10 prochaines années, compte tenu de la faiblesse historique des taux d'intérêt obligataires et du déplacement géographique des pôles de croissance.


75 milliards

Autrement dit, les obligations futures de l'État en matière de régimes de retraite sont ajoutées à la dette du Québec.

L'État cumule aujourd'hui 75 milliards de dollars de promesses de rentes. Mais Québec est en train de constituer une cagnotte pour payer cette facture astronomique.


Rendements fantaisistes

Vous devez comprendre que les obligations actuarielles de :  

75 milliards n’est qu’une simple approximation

Ils sont bâtis sur des hypothèses de rendement de 6,5 %  à 7.5 % par année, un niveau qui ne peut que faire rêver les investisseurs par les temps qui courent.

Si le rendement n’est pas  présent, le déficit actuariel risque d’augmenter drastiquement, un seul 1 % d’écart le fait augmenter d’une dizaine de milliards.

Or, une baisse de 1 % des taux augmente le coût des régimes de retraite de 15 % à 20 %, poursuit Michel St-Germain.

Ce que le vérificateur en pense :

Comme il a été mentionné précédemment, le gouvernement du Québec a choisi d’utiliser une hypothèse du taux d’actualisation basée sur le taux de rendement nominal des actifs qui serviront à payer les prestations de retraite. D’autres gouvernements au Canada ont aussi fait ce choix. Il convient de rappeler qu’il s’agit bien d’un choix, puisque les normes comptables qui lui sont applicables ne sont pas prescriptives à cet égard, (9.129).

La détermination d’un coût d’emprunt pertinent en pourcentage est complexe.

Afin d’obtenir ce taux, il faudrait établir celui qui serait négocié par le gouvernement quant à une dette similaire d’une même durée représentant chacune des sorties de fonds futures.

Pour notre étude, le coût d’emprunt du gouvernement n’a pu être établi au prix d’un effort raisonnable.

Hypothèse du taux d’actualisation à long terme

Toutefois, il est hors de tout doute inférieur au taux de rendement nominal de ses actifs, qui est de 7,37 p. cent, (9.130). (18)

Évidemment, le vérificateur avait raison, la CDP n'a fait qu'un rendement de 4.0 %, et dîtes-vous, c'est encore beau, car certain fonds de placement ont fait des rendements négatifs.

Avez-vous remarqué la différence entre le rendement qui est véhiculé dans les médias, il est de 6.5 % pour faire face aux engagements des déposants, tandis que le vérificateur l'estime à 7,37 %, hum…, peut-être on ne calcule pas le taux d'inflation de la même façon, enfin …

Ce sont des résultats tout à fait respectables pour la Caisse de dépôt et placement du Québec avec un rendement en 2011 de 4 %. Le « bas de laine des Québécois » fait mieux que la moyenne des caisses de retraite au Canada qui ont affiché un rendement moyen de 0,5 %. (19)

Mais, devant la conjoncture économique actuelle, les rendements de 6.5 à 7,5 % sont totalement farfelus, évidemment en surestimant les rendements, au lieu de dire que vous avez un déficit actuariel de 105 milliards, on le camoufle en 75 milliards.

Maintenant vous voyez le problème, une baisse de 1 % des taux augmente le coût des régimes de retraite de 15 % à 20 %, donc, 2 % d’écart représente plus de 30 milliards.

Il est drôlement difficile de prédire l’avenir surtout dans une économie totalement dysfonctionnelle, le seul souci à cause de ces régimes, c'est le peuple qui est responsable s'il manque de l'argent, le seul problème, il est déjà cassé…


Le déni, la fraude et la distorsion

Les américains sont beaucoup plus ouverts à dire la vérité, car les États ne peuvent pas faire des déficits d’opérations, donc, ne peuvent camoufler les déficits actuariels sur la dette contrairement à nos provinces et le fédéral qui le font depuis des années.

State and local governments around the country have long underfunded their pension funds, covering the gap between what they have and what they have obliged themselves to pay by making unrealistic assumptions about the rate of return they expect from their investments.

Now that the wave of Boomer retirement is starting to hit, the gaps are beginning to hurt. Cities and states all over the country are having to choose between paying for desperately needed services or making up the deficits in their pension plans.

The latest news from the New York State pension funds points to the next dimension of this unfolding crisis. Given the financial market turbulence of recent years, pension funds aren’t even growing at modest rates. In many cases, they are shrinking due to losses on investments. In the third quarter of 2011, New York pension funds lost more than 7 percent of their value.

States have over promised, under invested, overestimated rates of return and are now losing money in generally weak market conditions. Worse is going to come; after years of pandering, denial, evasion and distortion, some ugly truths can no longer be ignored.

The Boomers will not get all the pension payments they expect; other generations will pay more toward those reduced Boomer pensions than they want to pay or think is fair. None of this will be pretty, and there are no easy solutions to be found. (20)

Rendements de 7 % trop risqués sur le dos du peuple

Supposons que vous êtres un gestionnaire de fonds de retraite et vous devez obtenir un rendement moyen de 7 %, et selon la loi, vous devez maintenir un rapport de 50/50 (investissement sécuritaire/marché volatil), puisque les bonds souverains rapportent, en moyennes 2 à 3 %, ajouter l'inflation et vous devez avoir un rendement moyen de 11 à 15 % sur le marché volatil pour compenser la faiblesse du marché sécuritaire, il y a de grandes chances que ça dérape, et c'est exactement ce qui s'est passé avec la Caisse de Dépôt.

Plus de 40 milliards de pertes pour satisfaire des rendements irréalistes des régimes de prestations déterminées où le risque de l'investissement malheureusement est assumé par le peuple.


Fantasies of higher returns

WSJ 'Intelligent Investor' Jason Zweig visits Mean Street to discuss the rosy - and in many cases, unrealistic - pension fund projection corporations announce based on stock returns.

These expectations for future stock returns at major companies remain stubbornly high—often between 12% and 16%, or nearly twice what Mr. Buffett himself seems to believe the pension plan he oversees can earn on stocks. Such rosy hopes may not survive the collision with reality.

The median expected rate of return on pension-plan assets at companies in the S&P 500 has dropped from 9.1% a decade ago to a still-high 7.8%, Mr. Zion says.

Corporations aren't the only bulls. Among major public-employee pension plans, the median assumed return is 8%, according to data from the National Association of State Retirement Administrators.

These numbers tell you what pension plans expect to earn on their entire mix of assets—stocks, bonds, cash and "alternatives" like real estate, hedge funds, private equity and other investments—combined. With the Federal Reserve announcing this week that it is determined to keep short-term interest rates near zero through 2014, stocks will have to provide the bulk of those returns.

Consider a corporate plan projecting a long-term average annual rate of return of 8% and holding 50% stocks and 50% bonds.

With the Barclays Capital U.S. Aggregate bond index yielding around 2.2%, a 50% allocation to bonds contributes 1.1% annually to the portfolio's overall return.

Stocks have to make up the remaining 6.9% for the entire portfolio to hit the 8% target. If stocks gain 10% annually, a 50% allocation to them will provide 5% of return, not the 6.9% needed. For this hypothetical portfolio to return 8%, stocks need to gain an average of 13.8%.

You should leave the fantasies of higher returns to the professionals
who probably won't achieve them anyway
. (21)


L'aristocratie contre son peuple (onglet)Table des matières

Introduction

Les retraites des fonctionnaires vont-elles couler l’État ?

Conflit social entre deux classes

Une monarchie des temps moderne

Lutte des classes

Secteur privé vs secteur publique

Les deux arguments classiques du secteur public

Rapport de l'ISQ sur la rémunération

En combinant, les deux AVANTAGENT :

“Haves and have nots”

L’illégitimité des retraites dorées

L’illégitimité des retraites dorées

La royauté politique copine avec la noblesse du secteur publique

L’iniquité entre le peuple et la noblesse du secteur public

10 milliards et beaucoup plus …

Ce «pelletage par en avant»

“Double whammy” for workers not in DB plans

L’insolvabilité de tels régimes

Une fraude pyramidale

Fausse prémisse économique

Longévité

Que peu de gens ont vu venir (Faux )

Démographie

Relever l'âge de retraite

Allons faire un petit tour en Europe

Retraite trop tôt, liberté 55

Public prenne leur retraite plutôt

Change the retirement age for the public sector

Lord Hutton in his report on public sector pensions (England)

Certains énoncés dans l’article sont absurdes

58 % des Québécois doivent se débrouiller seuls (Faux) !

On ne peut modifier ce qui a déjà été promis (Faux !)

Il a une source de revenus éternelle: les impôts (Faux) !

Appauvrir tout le monde en modifiant ces régimes n'est pas la bonne solution (Faux) !

Le FARR, c'est en effet un peu l'équivalent d'un emprunt REER, (Faux) !

La problématique pour le gouvernement fédéral

La règle d’or de nos agences de notation

Ce passif serait plutôt supérieur à 200 milliards

Falsifier les chiffres

Market value of assets

L’art d’oublier les obligations actuarielles

La dette brute totale d'Ottawa à quelque 1695 milliards

Canada must address economic threats: TD chief

La problématique pour le gouvernement du Québec

Des constats troublants

Le camouflage du gouvernement du Québec et des sociétés d’États

Hydro-Québec.

La nouvelle technique : Hors du périmètre comptable

Régime de retraite des CPE

La problématique pour les villes

Ratio de partage entre cotisants et employeurs

Municipale

Les pertes actuarielles en taxe directe

Des constats troublants

Régimes de retraite - Labeaume craint les compromis

Montréal

Montréal un rapport de 30/70 entre cotisants et employeurs

Peut-être une loi spéciale

Montréal : 578,9 millions pour 2012

Des constats troublants

Le diable se cache dans les détails <==

La CDP a dégagé un rendement de 4.7% en 2011

75 milliards

Rendements fantaisistes

FARR 42 milliards , hum …

La rentabilité du FARR très douteux

Une cagnotte pour le FARR ? Laisse donc, faire !

Inflation qui peut coûter cher

Les salaires qui augmentent

Longévité sous-estimé

Mortality improvements are being understated

Je l’ai payé ce fonds de pension, c’est à moi ! (Pas sûr :  16 exemples)

Le rendement des prestataires

Rendement/Peuple

Pourquoi, un tel dérapage ?

Facteur de longévité au cours des derniers siècles.

Régime à prestations déterminées depuis 1924

Oui, quel beau merdier !

Gouvernement du Québec : la survie du FARR ?

Les graphiques des médias

Selon le Plan Budgétaire

Historique du FARR

Des constats troublant pour le FARR

Tableau du FARR

Le coût des retraites dorées par secteur

Population active dans le secteur public

Décortiquons les retraites dorées selon les paliers du secteur public

Le coût globale des retraites dorées  de l’ensemble du  Secteur Public

Recommandations :

Retraite dorée : 0 % de risque Pour le peuple : 76 % de risque d’être pauvre

Écart flagrant entre le privé et le public

Iniquités

Exemple d’écart

REER a-t-on les moyens ?

Utopie de l'épargne personnelle pour le peuple

Nous aurons des joyeux naufragés à la retraite

Le RRQ sa survie

Solution pour la survie du RRQ

Les alternatives

Le déni sur la réalité de leurs régimes à prestations déterminées

10 à 20 ans trop tard

Saskatchewan une province responsable

Modèle Chilien

Le système suédois de retraites par points

Conclusion

Solution proposée :

Négociation :

Conséquence légale d’un modèle Ponzi

Un avertissement

Source