Le stock de capital public au Québec, (Québec vs VG, 2011-2012)

Cahier spécial : Le stock de capital public au Québec,  (Québec vs VG, 2011-2012)


Les cibles d’investissements en infrastructures d’ici 2025-2026

Au cours des dernières années, le gouvernement s’est engagé à accélérer les investissements dans les infrastructures publiques pour :

·         8,0 milliards de dollars en 2021-2022.

Malgré la réduction graduelle des enveloppes globales d’investissements, le gouvernement sera en mesure de compléter la résorption du déficit d’entretien d’ici 2022-2023 et de continuer à investir dans le maintien d’actifs, comme le prévoit la Loi favorisant le maintien et le renouvellement des infrastructures publiques.

Investissements annuels du Plan québécois des infrastructures

Source : Plan budgétaire A.25

Ces nouvelles cibles d’investissements permettront de continuer à faire augmenter l’importance du stock de capital public dans l’économie, un déterminant important de la productivité. En effet, après être passé de 22,5 % du PIB en 2002 à 26,5 % en 2010, ce ratio continuera d’augmenter jusqu’à 30,0 % en 2018, pour se stabiliser les années suivantes.

Le rattrapage effectué aura permis de retrouver le niveau qui prévalait au début des années 1980, il y a plus de 30 ans.

Investissements en infrastructures du


L’Art de dire n’importe quoi !

Accroissement du stock de capital un déterminant important de la productivité, peut-être en théorie, mais tant aussi longtemps que tu ne règles pas les problèmes fondamentaux, ce n’est que du bruit de politicien, le chômage persistant le prouve chaque jour.

 

Les trois problèmes fondamentaux des États-Providence.

 

1)     Le surendettement

 

Trop de pays appliquent la règle d’or des agences, l’art d’emprunter jusqu’à limite de l’élastique.

 

2)     Trop faible compétitivité

 

Tu pourras construire autant de viaducs, ou d’aqueduc que tu veux, les compagnies ne seront pas plus compétitives pour autant, tant aussi longtemps qu’on ne crée pas un environnement sain économiquement.

 

3)     Mauvaise distribution de richesse

 

Trop de gens consomment la richesse et pas assez de gens en crée, trop de gens sont des parasites.

 

M. Bachand et M. Charest ne sont que des politiciens carriéristes sans plus et ne voulant pas déplaire à leurs bases électorales, ils vont se comporter comme tous les politiciens des États-Providence, ils vont procrastiner en empruntant aussi longtemps que le marché va les laisser faire.


Le stock de capital public au Québec

Le stock de capital public représente la valeur économique de l’ensemble des actifs physiques du secteur public constitués par les investissements annuels des gouvernements.

Un facteur essentiel à la prospérité du Québec

Au cours des dernières années, le gouvernement du Québec a augmenté ses investissements en infrastructures.

Ces investissements soutenus sont à la base de l’augmentation du stock de capital public constatée depuis les dernières années au Québec. La décision des gouvernements d’accroître les investissements publics a contribué à renverser la tendance à la baisse du stock de capital public mesuré en pourcentage du PIB.


La grande sagesse de nos politiciens

Puisque l’État n’a pas d’argent, elle va emprunter pour des grands projets d’infrastructure pour réduire le ratio entre la dette brute et le déficit cumulé (pour avoir une meilleure dette).

Tout un bon plan de relance, que diriez-vous à la place de: réduire la masse salariale, casser la formule Rand, réduire le nombre de fonctionnaires, réduire leurs avantages sociaux et convertir les régimes de prestations déterminées en cotisations déterminées, là, ça serait du sérieux !

Dette brute et dette représentant les déficits cumulés

Le stock de capital public au Québec

En 2010, le Québec disposait au total d’un stock de capital non résidentiel de 294,8 milliards de dollars. Les entreprises6 privées et publiques détenaient 68,5 % de ce capital, soit 202,0 milliards de dollars, alors que le stock de capital public représentait 31,5 % du stock de capital total et s’élevait à 92,8 milliards de dollars.

Le stock de capital public est composé à 49,8 % (46,2 milliards de dollars) de travaux de génie comme les routes, les ponts et les aqueducs, à 39,2 % (36,4 milliards de dollars) de bâtiments comme les écoles et les hôpitaux, et à 11,1 % (10,3 milliards de dollars) de machinerie et équipement comme les véhicules et les équipements informatiques.

Stock de capital non résidentiel au Québec – 2010

Source : Plan budgétaire B.57 à B.59


Impacts des investissements publics

Une augmentation des investissements publics a des effets immédiats sur l’économie par l’impact des dépenses gouvernementales qu’elle génère.

De plus, en faisant augmenter le stock de capital public, l’investissement public entraîne, à terme :

·         une hausse du stock de capital des entreprises;

·         une augmentation de la productivité et de la production.

Ces effets combinés conduisent à une hausse du niveau du PIB réel et du bien-être de la population.

À titre d’exemple, sur la période 2009-2014, les investissements publics réels au Québec totaliseront 79,4 milliards de dollars, soit une moyenne de 13,2 milliards de dollars par année.

·         Cela représente une augmentation annuelle moyenne des flux d’investissements d’environ 25 % par rapport au niveau de 2008, soit 2,6 milliards de dollars.

·         Cette accélération des investissements publics aura pour effet direct de relever le niveau du PIB de 0,9 % en moyenne par année.

De plus, l’accélération prévue des investissements publics en 2009-2014 se traduira par une augmentation de plus de 30 % du stock de capital public réel.

Impacts des investissements publics

Source : Plan budgétaire B. 65 à b. 66

Les commentaires sur ce graphique se situe : PIB ARTIFICIELLE

Le problème avec cette approche, c’est une fausse économie, car elle se fait par endettement.

Donc, si nous avons eu un taux de croissance moyen de notre PIB entre 2009 et 2012 de 1,52 % (-0.3, 3.0, 2.0, 1.4, voir le prochain article), enlever cette fausse économie et le rendement moyen n’est que 0,62 %.