L’insolvabilité de tels régimes

Cahier spécial:       L’aristocratie contre son peuPle
                                      Jamais le peuple n’a donné son accord pour supporter des retraites pyramidales


Savez-vous pourquoi on emploie le terme pyramidal ?

Car on ne sait jamais qu'elle va être le coût réel dans les années à venir, c'est comme un chèque en blanc que les futurs contribuables doivent assumer?

Ce qui est totalement inéquitable pour les créateurs de richesse et la jeune génération, c'est pour cela qu'il faut la considérer comme illégale.

Prestations totales

            Note : En excluant le coût de l’intérêt du FARR

Et ce coût va constamment augmenter à cause des pauvres rendements du marché, de la longévité et de la démographie. (4)

C’est la problématique majeure de ces régimes :

On garantît des déboursés, mais le rendement n’est pas garanti
pour subvenir à ces déboursés.


Une fraude pyramidale

Bill Tufts a passé sa vie à gérer des régimes de retraite pour des entreprises. Cet Ontarien de 52 ans en connaît un chapitre sur le sujet, et son jugement est lapidaire : le système actuel du secteur public n'est rien de moins qu'une fraude pyramidale.

Dans Pension Ponzi (Wiley, 2011), un essai en anglais qu'il cosigne avec un journaliste, il explique que «les rendements attendus n'étant pas au rendez-vous, de plus en plus d'argent public est utilisé pour payer les régimes de retraite. Nos services publics sont menacés.

Dans son blogue, Bill Tufts observe la «crise des pensions publiques », qui s'accentue en Occident depuis l'effondrement des marchés boursiers, en 2008.

Selon lui, les mêmes aléas financiers et démographiques pendent au bout du nez du Canada s'il n'est pas vigilant. « Le point de bascule est atteint. Il est urgent de faire quelque chose. »

Durant la Révolution tranquille, dans les années 1960, les syndicats ont négocié pour les travailleurs du secteur public des régimes de retraite à prestations déterminées dans leur rémunération globale. Ces régimes garantissent une rente fixe jusqu'au décès, peu importe les soubresauts des marchés financiers.

La plupart des retraités des administrations municipales, provinciales et fédérale peuvent recevoir jusqu'à 70 % de leur salaire, ou plus, jusqu'à la mort... voire au-delà: une rente partielle est souvent versée à leur conjoint survivant.

Car un régime à prestations déterminées est coûteux : en plus d'assumer au minimum 50 % du coût (l'autre partie est payée par l'employé), l'employeur est responsable de faire fructifier la caisse et, surtout, de la renflouer en cas de déficit.

A l'heure des crises économiques mondiales, cet engagement à long terme — une promesse de rente peut s'échelonner sur 80 ans ! — est devenu très risqué.


Public sector's 'Madoff-style' pensions pyramid

Public sector's 'Madoff-style' pensions pyramid will spark crisis, warns Centre for Policy Studies

Britain's civil servants must be weaned off their gold-plated final salary pensions to avert a "fiscal calamity", a new report into the looming pension crisis has warned.

Public-sector retirement promises have become a "Madoff-style pyramid, now collapsing under the weight of insufficient contributions, rising longevity and an ageing workforce.

Without reform, the divisions will be entrenched between the generations, he added, warning of "looming generational inequality [that] manifests itself as a rising tax burden on today's workers, who then save less for their own retirement".

To build a sustainable system, he urged the Government to begin the process of closing final salary schemes and moving towards defined contribution plans unrelated to salaries and depending on the performance of investments.

However, Mr Johnson pointed to the spiralling cost of the existing pensions as "robust evidence that the [unfunded schemes] are unsustainable. (5)

Fausse prémisse économique

Les régimes de prestations déterminées sont basés sur une fausse prémisse économique.

On ne peut garantir une prestation, si le rendement n’est pas garanti.

Celle-ci est fondamentale, supposons que vous donnez à un fonctionnaire une prestation à sa retraite de 70 % de son salaire, donc, une prestation fixe, par contre, il faut trouvez un rendement dans le marché financier capable de supporter une telle prestation, malheureusement ça n'existe pas.

Allez voir, un banquier et dîtes lui, je vous passe 100,000 $ mais tu dois me garantir un rendement de 7 % pour les 30 prochaines années, il va vous demander sur quelle planète vous vivez, d'où les déficits actuariels.

Pendant longtemps, tous comptaient sur les rendements de 10 % de la Bourse pour financer les promesses de retraite, explique Michel St-Germain, de l'Institut canadien des actuaires. Mais depuis 11 ans, les rendements sont à peu près nuls!

Et 2011 pourrait être pire que 2008: les taux d'intérêt n'ont jamais été aussi bas depuis 50 ans. En une décennie, ils ont chuté de 7 % à 4 %. Or, une baisse de 1 % des taux augmente le coût des régimes de retraite de 15 % à 20 %, poursuit Michel St-Germain.


Longévité

L’avantage du système de répartition par rapport au système de Ponzi, était que la mort des vieux retraités déblayait le terrain et que les contributions des nouveaux cotisants pouvaient donc faire face aux demandes des nouveaux retraités.

Mais, funeste circonstance, les vieux se sont mis à survivre plus longtemps et les créations d’emplois n’ont pas suivi. Le système de répartition est bâti sur l’idée d’une croissance des emplois au moins égale à la croissance du nombre des retraités, hypothèse manifestement fausse pour les prochaines décennies.

Depuis les années 1950, l'âge de 65 ans fut retenu comme âge normal de retraite afin de permettre aux travailleurs d'avoir quelques années d'inactivité et de repos au terme de leur vie de dur labeur, ce qui donnait en moyenne un rapport de 1 :1 entre les prestations du cotisant et celui de l’État.

Puisque, vous ne mourez pas entre 60 à 70 ans, malheureusement, vous n'avez pas assez cotisé pour vous donner une retraite dorée jusqu'à 81 ans.

Que peu de gens ont vu venir (Faux )

Un autre élément que peu de gens ont vu venir: l'augmentation de l'espérance de vie, qui atteint 81 ans au Canada, contre 72 ans en 1970.

Les rentes doivent être versées plus longtemps, ce qui gruge les fonds de pension.

Un autre exemple de désinformation, ça fait très longtemps que l'on savait la problématique de la longévité, mais nos politiciens et notre noblesse l'ont auscultée dans les débats publics pour camoufler les véritables déficits actuariels.


Démographie

La démographie joue contre ces régimes : en effet, le nombre de retraités augmente en flèche alors que la population active diminue comme peau de chagrin.

PyramideIl y a donc de plus en plus des gens qui encaissent et de moins en moins des gens qui paient.

Puisque c'est un système pyramidal, ça va toujours bien, s'il y a plus de gens qui cotisent, on renfloue l'insolvabilité.

Par contre, quand la pyramide s'inverse tout, le système s'effondre, et c'est exactement ce qui se passe, on comptait 211 000 retraités de l'État en 2003, ils étaient 302 000 en 2010, de plus en plus de prestations et aucune augmentation substantielle de cotisants.

Donc, le peuple ne peut être tenu responsable, devant ce manque flagrant de responsabilité et d’imputabilité provenant de nos politiciens et copinant avec les syndicats.

Nombre de participants au régime

Source : Régimes de retraite de l’État est illégitime


Relever l'âge de retraite

C’est une solution temporaire, mais ça ne résout pas le problème d’iniquité et d’insolvabilité des régimes de prestations déterminées, on ne fait que retarder l’échéance de l’inévitable, peut-être une solution acceptable pour les politiciens, mais non suffisante pour le peuple.

En Occident, c'est dans l'air du temps. L'État britannique veut hausser l'âge de la retraite de ses employés de 60 à 66 ans d'ici 2020, et l'État de la Californie de 55 à 67 ans pour ses nouveaux employés. Au Québec, les fonctionnaires prennent leur retraite à 59 ans en moyenne.

Depuis 2011, Québec a haussé le plafond des années de service servant au calcul des rentes de la plupart de ses employés, le faisant passer de 35 à 38 ans. Travailler trois ans de plus garantit une rente maximale plus élevée, soit 76 % du salaire moyen au lieu de 70 %. Ainsi, les employés cotisent plus longtemps au régime et le versement de leur rente est retardé, ce qui ménage les caisses de retraite.

Dans les Villes, l'âge moyen de départ est de 58 ans. Des sanctions plus incisives liées aux départs hâtifs doivent être négociées à la pièce. L'Union des municipalités du Québec souhaiterait que le gouvernement fixe un âge minimum, soit 62 ans.


Allons faire un petit tour en Europe

Retraites réformes OCDE

Examiner la troisième colonne, même en France, un pays fortement social-démocrate, ça prend 40.25 ans de contribution pour obtenir une pension complète.

Ici à la ville de Montréal, 32 ans de service et la province 35 ans de service, un autre exemple classique de ce détestable copinage entre les politiciens et les syndicats.

Même avec la nouvelle négociation sur le plan provincial, ils n’ont même pas eu assez de courage d’imposer 38 ans de service, sans faire un compromis en leur accordant 76 % au lieu de 70 %.

Dans le contexte, il y a quelque chose d'indécent à refiler la facture de la retraite au peuple qui se demande comment ils vont assurer leurs vieux jours.

Parlons dans les faits, même si c'est hors contexte, la plupart des États-Providence sur le bord de l'insolvabilité, beaucoup d'entre, eux s'en sortent en imprimant ou en donnant du crédit à coups de centaines de milliards à leurs banques locales pour qu'ils rachètent leurs obligations.

Inévitablement, on va arriver à seule conclusion, les convertir en cotisation déterminée, pour ne pas être responsable du rendement tout en maintenant une équité entre les contribuables du privé et les futures générations.


Retraite trop tôt, liberté 55

« Et la fameuse "liberté 55", ça coûte cher au Québec ! » dit le maire de Rimouski, Eric Forest, aussi président de l'Union des municipalités du Québec. «Nos gens partent en moyenne autour de 58 ans, alors qu'on avait prévu 61 ans. » Encore quelques années supplémentaires de rentes à verser...


Public prenne leur retraite plutôt

«En effet, travailler dans le secteur public peut mener à une prise de retraite plus hâtive, grâce, notamment, à la présence d’un régime de retraite qui comporte de meilleures caractéristiques (CIRANO, 2010; Kieran, 2001; ISQ, 2010).

On constate ainsi que 60 % des nouveaux retraités québécois âgés de 50 ans et plus du secteur public ont pris leur retraite alors qu’ils avaient moins de 60 ans en 2008 et 2009, comparativement à seulement 32 % dans le secteur privé (incluant les travailleurs autonomes).

Le résultat dans le secteur public au Québec diffère toutefois nettement de ce qui est observé en Ontario et dans les provinces de l’Ouest alors que 6 nouveaux retraités sur 10 provenant de ce secteur n’ont quitté leur dernier emploi qu’à 60 ans ou plus.

Par contre, peu de différences sont notées dans le cas du secteur privé entre le Québec et les autres régions du Canada. » (6)


Change the retirement age for the public sector

According to a 2008 StatsCan study, Federal Public Service Retirements: Trends in the New Millennium, Canada's public sector employees retire earlier than elsewhere in the world. The study notes that while the average age of retirement within the Canadian labour force in general is close to 62, in the public sector 58 has been the average age of retirement over the past decade.

A major recommendation of the Independent Public Service Pensions Commission, known as the Hutton Report, from the U.K. was that the public sector and the general population should have a similar retirement age.

Hutton concluded that the age at which public sector workers are entitled to draw their pensions be raised, as people are living longer. In Canada the CPP standard age for retirement is 65.

The Ontario Municipal Employees Retirement System estimates that the cost of early retirement is 16.14% of the total retirement pensions costs of a retired employee. The average new federal pension last year was $35,000 and the average Canadian who reaches age 65 now lives another 19.8 years, close to age 85.

A federal employee retiring with this average pension at age 55 will collect close to $1.4-million in lifetime pensions. The early retirement portion of this is estimated then at $227,000. Considering there are 317,088 federal employees enrolled in the pension plan, the cost savings would be $72-billion over the next 30 years. The savings for this program would be split 50/50 between taxpayers and employees. (7)


Lord Hutton in his report on public sector pensions (England)

In short, workers will have to work longer, contribute more to their own pension pot and take a lower income in retirement.

England Public Service PensionsMr Alexander said that it was "unjustifiable" that the taxpayer should work longer and pay more tax so that public sector workers could retire earlier and collect more than those in the private sector.

The first plan is for public sector workers to draw their pension later in life. Mr Alexander says that private sector workers will have to work past 65 and that it should be no different for public sector workers. This means that from 2015 many will not be able to retire at 60.

Instead they will have to wait until the state retirement age before they receive their pension.

Petite note en passant, même si l’Angleterre modifie sérieusement son système de retraite, elle a un avantage que le Québec n’a pas, elle imprime de l’argent.


L'aristocratie contre son peuple (onglet)Table des matières

Introduction

Les retraites des fonctionnaires vont-elles couler l’État ?

Conflit social entre deux classes

Une monarchie des temps moderne

Lutte des classes

Secteur privé vs secteur publique

Les deux arguments classiques du secteur public

Rapport de l'ISQ sur la rémunération

En combinant, les deux AVANTAGENT :

“Haves and have nots”

L’illégitimité des retraites dorées

L’illégitimité des retraites dorées

La royauté politique copine avec la noblesse du secteur publique

L’iniquité entre le peuple et la noblesse du secteur public

10 milliards et beaucoup plus …

Ce «pelletage par en avant»

“Double whammy” for workers not in DB plans

L’insolvabilité de tels régimes <==

Une fraude pyramidale

Fausse prémisse économique

Longévité

Que peu de gens ont vu venir (Faux )

Démographie

Relever l'âge de retraite

Allons faire un petit tour en Europe

Retraite trop tôt, liberté 55

Public prenne leur retraite plutôt

Change the retirement age for the public sector

Lord Hutton in his report on public sector pensions (England)

Certains énoncés dans l’article sont absurdes

58 % des Québécois doivent se débrouiller seuls (Faux) !

On ne peut modifier ce qui a déjà été promis (Faux !)

Il a une source de revenus éternelle: les impôts (Faux) !

Appauvrir tout le monde en modifiant ces régimes n'est pas la bonne solution (Faux) !

Le FARR, c'est en effet un peu l'équivalent d'un emprunt REER, (Faux) !

La problématique pour le gouvernement fédéral

La règle d’or de nos agences de notation

Ce passif serait plutôt supérieur à 200 milliards

Falsifier les chiffres

Market value of assets

L’art d’oublier les obligations actuarielles

La dette brute totale d'Ottawa à quelque 1695 milliards

Canada must address economic threats: TD chief

La problématique pour le gouvernement du Québec

Des constats troublants

Le camouflage du gouvernement du Québec et des sociétés d’États

Hydro-Québec.

La nouvelle technique : Hors du périmètre comptable

Régime de retraite des CPE

La problématique pour les villes

Ratio de partage entre cotisants et employeurs

Municipale

Les pertes actuarielles en taxe directe

Des constats troublants

Régimes de retraite - Labeaume craint les compromis

Montréal

Montréal un rapport de 30/70 entre cotisants et employeurs

Peut-être une loi spéciale

Montréal : 578,9 millions pour 2012

Des constats troublants

Le diable se cache dans les détails

La CDP a dégagé un rendement de 4.7% en 2011

75 milliards

Rendements fantaisistes

FARR 42 milliards , hum …

La rentabilité du FARR très douteux

Une cagnotte pour le FARR ? Laisse donc, faire !

Inflation qui peut coûter cher

Les salaires qui augmentent

Longévité sous-estimé

Mortality improvements are being understated

Je l’ai payé ce fonds de pension, c’est à moi ! (Pas sûr :  16 exemples)

Le rendement des prestataires

Rendement/Peuple

Pourquoi, un tel dérapage ?

Facteur de longévité au cours des derniers siècles.

Régime à prestations déterminées depuis 1924

Oui, quel beau merdier !

Gouvernement du Québec : la survie du FARR ?

Les graphiques des médias

Selon le Plan Budgétaire

Historique du FARR

Des constats troublant pour le FARR

Tableau du FARR

Le coût des retraites dorées par secteur

Le coût globale des retraites dorées  de l’ensemble du  Secteur Public

Recommandations :

Retraite dorée : 0 % de risque Pour le peuple : 76 % de risque d’être pauvre

Écart flagrant entre le privé et le public

Iniquités

Exemple d’écart

REER a-t-on les moyens ?

Utopie de l'épargne personnelle pour le peuple

Nous aurons des joyeux naufragés à la retraite

Le RRQ sa survie

Solution pour la survie du RRQ

Les alternatives

Le déni sur la réalité de leurs régimes à prestations déterminées

10 à 20 ans trop tard

Saskatchewan une province responsable

Modèle Chilien

Le système suédois de retraites par points

Conclusion

Solution proposée :

Négociation :

Conséquence légale d’un modèle Ponzi

Un avertissement

Source


 

  1. gravatar

    # by William (Bill) Tufts - 1 mars 2012 à 08 h 34

    This is an excellent post. We need more people like you in tune with the issues.
    This is only the first year of the baby boomers turning age 65. It will continue on like this for another 20 years.
    Pensions are uniform across the public sector and the détestable copinage entre les politiciens et les syndicats is unsustainable. No union wants to be the first to make a move but when it does the whole system will come down.
    Maybe something positive will come in the federal budget.
    Keep up the great work.
    Author of the Pension Ponzi