Un débat économique, où es-tu ?

Une chance que les blogues existent, car les débats de fond ne sont pas vendeurs où ne correspondent pas aux attentes de l'oligarchie qui contrôle les médias traditionnels.


Extrait de : Halte à la morale économique !, Laurent Pinsolle, Manisfeste libre-échange et Euro, 25 mars 2012

Influence des mathématiques ? Conformisme intellectuel ? Dogmatisme borné ?

Il est incroyable de voir à quel point le débat économique est aujourd’hui fermé. Seuls des experts qui pensent tous pareil ont accès aux grands médias, qui se privent du talent des Sapir,Gréau ou Lordon.

Les 10 commandements économiques

1.      L’euro et l’Europe tu ne critiqueras pas.

2.      La fin de l’euro aux plaies d’Egypte tu compareras.

3.      Les capitaux circuler sans la moindre restriction tu laisseras.

4.      Le commerce des biens tu n’entraveras pas.

5.      Le protectionnisme, responsable de la crise de 1929 tu feras.

6.      L’indépendance de la banque centrale tu sanctifieras.

7.      La création monétaire tu condamneras (sauf si elle se fait pour les banques privées).

8.      L’excès de dépenses publiques tu dénonceras.

9.      Le déficit public à la hache tu réduiras.

10.  Aux dettes souveraines la responsabilité de la crise tu attribueras.

On pourrait continuer la liste longtemps. Le fait de s’arrêter à dix commandements est bien évidemment arbitraire. Pourtant, les sujets à controverse ne manquent pas.

On se plaint de la crise financière, mais il est incroyable que si peu de personnes viennent à remettre en cause la liberté de circulation des capitaux, qui a pourtant permis à la crise de traverser si vite l’Atlantique.

On dit que les banques sont trop grosses pour faire faillite, mais personne ne propose de réduire leur taille.

Il est aussi proprement incroyable que le prêt de 1000 milliards d’euros par la Banque Centrale Européenne aux banques privées entre décembre et mars n’ait pas occasionné un débat plus important. Mais non, la BCE peut créer l’équivalent de 10% du PIB européen de monnaie en trois mois et pas grand monde ne songe à lui demander des comptes ou à se demander s’il est bien raisonnable de le faire ainsi.

Et je ne parle même pas de l’état du débat sur l’euro

Une nouvelle guerre des religions

·         Pourtant, sur tous ces sujets, d’innombrables experts et économistes défendent des thèses inverses. Pas moins de 5 « prix Nobel » d’économie (Friedman, Allais, Sen, Stiglitz, Krugman) ont expliqué ou expliquent que la monnaie unique ne marche pas.

·         D’autres économistes ont démontré que la fin d’une union monétaire est quelque chose de courant (plus de 100 cas au 20ème siècle) et que ce n’est pas un drame.

·         Les soutiens du protectionnisme sont également très nombreux.

Pourtant, le débat public reste toujours aussi peu ouvert à la parole des alternatifs qui ont le plus grand mal à exprimer leur opinion.

Au pire, M6 n’invite que Marine Le Pen, la plus mauvaise avocate possible de ces idées pour les discréditer, ignorant tous les autres… Cette fermeture du débat public est proprement insensée après une crise qui devrait au contraire ouvrir le débat et donner l’opportunité de débattre de ces sujets de manière ouverte et sereine.

Mais non, Jean Arthuis fait un rapport sur la zone euro pour le premier ministre en prenant bien soin de n’interroger aucune personne qui critique la monnaie unique !

Les partisans de toutes ces idées mettent la tête dans le sable, refusent de réfléchir plutôt que de remettre en cause toutes les idées qu’ils ont défendues depuis 20 ou 30 ans.

Difficile de savoir s’ils le font par conformisme idéologique, par ignorance, ou alors tout simplement par malhonnêteté intellectuelle.

Espérons que le débat public finisse par se libérer. Car cela devrait être le propre d’une démocratie que de pouvoir débattre sereinement et librement d’alternatives différentes. Pourtant, dans le débat économique, une seule parole semble pouvoir s’exprimer aujourd’hui.