Utopie de l'épargne personnelle pour le peuple

Cahier spécial:       L’aristocratie contre son peuPle
                                      Jamais le peuple n’a donné son accord pour supporter des retraites pyramidales
                                     
(Suite : Retraite dorée : 0 % de risque. Pour le peuple : 76 % de risque d’être pauvre)


Utopie de l'épargne personnelle pour le peuple

Si les jeunes ne peuvent plus compter sur les régimes complémentaires, ils ne pourront pas plus s'appuyer sur leur épargne personnelle. En effet, il est utopique de penser que l'épargne individuelle (via les REER ou autre instrument) pourrait devenir pour tous les individus le pilier du système de la sécurité économique à la retraite. Elle peut tout au plus constituer un complément. L'importance du nombre de personnes âgées qui reçoivent le Supplément en témoigne. Dans le contexte actuel où de nombreuses familles ont de la difficulté à joindre les deux bouts, comment peut-on penser qu'elles réussiront à mettre suffisamment d'argent de côté?

Avec la faiblesse des taux de rendement sur l'épargne, qui sont à peu près nuls, il faudrait épargner annuellement des proportions gigantesques de ces revenus pour espérer des revenus de retraite décents. Si certains réussissent à le faire, ce n'est pas le cas de la majorité. Les gouvernements peuvent bien tenter d'obliger les gens à épargner pour la retraite, mais leurs dettes privées augmenteront. Par ailleurs, régulièrement, les aléas des marchés financiers ainsi que les risques d'inflation viennent fragiliser et amputer la valeur réelle des épargnes en vue de la retraite.


Crise financière met en évidence la nécessité d'une réforme fondamentale

2010 Update on the State of Defined Benefit and Defined Contribution Pension Plans by the Certified General Accountants Association of Canada

La récente crise financière accompagnée d'une chaîne de faillites de haut-profil  a mis en évidence la nécessité de réformes plus larges, plus profondes et fondamentaux de la Loi sur les pensions et de l'autre côté des plans de retraite à prestations déterminées – le risque que l'employeur ne parvient pas à s'acquitter de ses obligations de retraite tel que Nortel.

·           Régime de retraite typique perdu 20 % de sa valeur, mesurée sur une base de la valeur de marché pendant les six mois à partir de septembre 2008 à février 2009.

·           Il n'est tout simplement pas possible sous les règles fiscales actuelles pour générer ou pour imiter les avantages qui sont donnés par les régimes de retraite publics DB, asymétrie fiscale.

·           Sur 12 millions de travailleurs dans le secteur privé, plus de 9 millions (2006) n’ont aucune couverture de retraite par leur employeur, les études démontrent presque que la moitié des travailleurs dans le privé risque d’être sur le seuil de pauvreté.

·           Le système actuel de retraite au Canada a produit des fonds de pension pour les :  "nantis" et "démunis" – à une extrémité du spectre sont salariés du secteur public qui aiment la sécurité du gouvernement-garanti des régimes de retraite DB (garantie par le peuple du secteur privé) et à l'autre extrémité du spectre ( 9 millions de travailleurs du secteur privé n’ont aucune système de retraite fournis par leurs employeurs ), plus du ¾ des travailleurs du secteur privé n’ont aucune garantie de revenus ou de retraite fournis par leurs employeurs.

·           Concevoir un système de retraite qui est durable à long terme, juste pour les générations présentes et futures, simples à administrer et rentables.

·           Régimes de retraite doivent être autonomes et durable. Ils ne devraient pas fonctionner de manière qui emprunte indûment aux générations futures.

·           Régimes de retraite ne devraient pas se transformer en empire de dette.


Nous aurons des joyeux naufragés à la retraite

Les Québécois veulent prendre leur retraite à 61 ans, en moyenne, mais ils n'ont pas l'épargne nécessaire afin de passer à l'acte dans le confort.

C'est la principale conclusion tirée d'un rapport publié jeudi par la Banque TD concernant l'âge de la retraite.

Par contre, 76% reconnaissent qu'ils disposent de moins de 100 000 $ d'actifs financiers. Plus troublant encore : près du quart, soit 23%, avouent n'avoir rien mis de côté pour leurs vieux jours

Ce sondage nous apprend qu’une forte proportion de Québécois veut prendre sa retraite à l’âge de 61 ans.  En soit, c’est un objectif louable.  Où le bas blesse c’est que 57 % d’entre eux possèdent moins de 50 000 $ dans leur REER.  Pire, 76 % reconnaissent que leur actif REER est inférieur à 100 000 $.

Faisons un petit calcul en supposant que notre futur retraité n’a pas accès à un régime de retraite avec son employeur comme près de 2 travailleurs sur 3, donc le peuple.

Supposons aussi que notre individu gagne le salaire moyen canadien, soit environ 50 000 $.  En planification financière, on préconise que pour maintenir son style de vie nous aurons besoin de 75 % de notre revenu durant notre vie active.  Ainsi, pour le salarié moyen celui-ci aura besoin d’un revenu annuel de 37 500 $(avant impôt).   Dès sa retraite, il pourra compter sur la RRQ mais il devra attendre pour recevoir sa Sécurité de vieillesse  l’âge de 65 ans, c’est un manque à gagner d’environ 6 000 $ par année pendant 4 ans.  Aussi il faut prévoir l’inflation, disons 2 %, l’âge de son dernier respire, 85 ans et finalement le rendement de ses actifs, soyons généreux 5 %.

Maintenant que nos hypothèses de travail sont connues, que nous donne la calculatrice… (roulement de tambour).  Au moment de prendre sa retraite notre joyeux retraité devrait avoir (environ) 400 000 $ dans ses REER.  Oups!!!

Le tout est confirmé indirectement par Statistique Canada qui publiait dernièrement les données sur les contributions REER 2010.  Saviez-vous que les canadiens ont investi seulement 34 milliards dans leur REER en 2010? Saviez-vous que les contribuables ont des droits de cotisation inutilisés qui s’élèvent à la fin 2010 à 665 Milliards!

Toujours en 2010, il y avait à peu près 23 millions de personnes éligibles à faire des contributions REER mais moins de 6 millions se sont prévalues de cette possibilité pour une contribution médiane de 2 790 $.  Dans le but d’illustrer un peu plus, supposons que vous investissez  ce montant (2 790 $) pendant 30 ans à 5 %, vous aurez accumulé 195 000 $.  On est encore loin de la retraite dorée.

Certains me diront : « il y a des personnes qui bénéficient d’un fonds de pension et n’ont pas beaucoup d’avantage à contribuer à leur REER, tel que nos employés du secteur public. ».  Juste mais sur les 17 millions qui ont pas contribué à leur REER en 2010 seulement 3 millions pouvaient compter sur un fonds de pension avec leur employeur.  Ça nous laisse environ 14 millions de contribuables sans fonds de pension…Oups !!!

Ce pourrait-il qu’il y ait un décalage entre ce que les travailleurs veulent et la réalité. 

Malheureusement, les chiffres sont clairs nous aurons des joyeux naufragés à la retraite (ou des gens sous le seuil de pauvreté).

Mr Robert Lachance,
Directeur – Investissement et retraite chez Groupe Cloutier


L'aristocratie contre son peuple (onglet)Table des matières

Introduction

Les retraites des fonctionnaires vont-elles couler l’État ?

Conflit social entre deux classes

Une monarchie des temps moderne

Lutte des classes

Secteur privé vs secteur publique

Les deux arguments classiques du secteur public

Rapport de l'ISQ sur la rémunération

En combinant, les deux AVANTAGENT :

“Haves and have nots”

L’illégitimité des retraites dorées

L’illégitimité des retraites dorées

La royauté politique copine avec la noblesse du secteur publique

L’iniquité entre le peuple et la noblesse du secteur public

10 milliards et beaucoup plus …

Ce «pelletage par en avant»

“Double whammy” for workers not in DB plans

L’insolvabilité de tels régimes

Une fraude pyramidale

Fausse prémisse économique

Longévité

Que peu de gens ont vu venir (Faux )

Démographie

Relever l'âge de retraite

Allons faire un petit tour en Europe

Retraite trop tôt, liberté 55

Public prenne leur retraite plutôt

Change the retirement age for the public sector

Lord Hutton in his report on public sector pensions (England)

Certains énoncés dans l’article sont absurdes

58 % des Québécois doivent se débrouiller seuls (Faux) !

On ne peut modifier ce qui a déjà été promis (Faux !)

Il a une source de revenus éternelle: les impôts (Faux) !

Appauvrir tout le monde en modifiant ces régimes n'est pas la bonne solution (Faux) !

Le FARR, c'est en effet un peu l'équivalent d'un emprunt REER, (Faux) !

La problématique pour le gouvernement fédéral

La règle d’or de nos agences de notation

Ce passif serait plutôt supérieur à 200 milliards

Falsifier les chiffres

Market value of assets

L’art d’oublier les obligations actuarielles

La dette brute totale d'Ottawa à quelque 1695 milliards

Canada must address economic threats: TD chief

La problématique pour le gouvernement du Québec

Des constats troublants

Le camouflage du gouvernement du Québec et des sociétés d’États

Hydro-Québec.

La nouvelle technique : Hors du périmètre comptable

Régime de retraite des CPE

La problématique pour les villes

Ratio de partage entre cotisants et employeurs

Municipale

Les pertes actuarielles en taxe directe

Des constats troublants

Régimes de retraite - Labeaume craint les compromis

Montréal

Montréal un rapport de 30/70 entre cotisants et employeurs

Peut-être une loi spéciale

Montréal : 578,9 millions pour 2012

Des constats troublants

Le diable se cache dans les détails

La CDP a dégagé un rendement de 4.7% en 2011

75 milliards

Rendements fantaisistes

FARR 42 milliards , hum …

La rentabilité du FARR très douteux

Une cagnotte pour le FARR ? Laisse donc, faire !

Inflation qui peut coûter cher

Les salaires qui augmentent

Longévité sous-estimé

Mortality improvements are being understated

Je l’ai payé ce fonds de pension, c’est à moi ! (Pas sûr :  16 exemples)

Le rendement des prestataires

Rendement/Peuple

Pourquoi, un tel dérapage ?

Facteur de longévité au cours des derniers siècles.

Régime à prestations déterminées depuis 1924

Oui, quel beau merdier !

Gouvernement du Québec : la survie du FARR ?

Les graphiques des médias

Selon le Plan Budgétaire

Historique du FARR

Des constats troublant pour le FARR

Tableau du FARR

Le coût des retraites dorées par secteur

Le coût globale des retraites dorées  de l’ensemble du  Secteur Public

Recommandations :

Retraite dorée : 0 % de risque Pour le peuple : 76 % de risque d’être pauvre

Écart flagrant entre le privé et le public

Iniquités

Exemple d’écart

REER a-t-on les moyens ?

  Utopie de l'épargne personnelle pour le peuple <==

Nous aurons des joyeux naufragés à la retraite

Le RRQ sa survie

Solution pour la survie du RRQ

Les alternatives

Le déni sur la réalité de leurs régimes à prestations déterminées

10 à 20 ans trop tard

Saskatchewan une province responsable

Modèle Chilien

Le système suédois de retraites par points

Conclusion

Solution proposée :

Négociation :

Conséquence légale d’un modèle Ponzi

Un avertissement

Source