CAQ sondage: je ne suis pas surpris !

Mes commentaires à la fin.


Extrait de : Sondage CROP: PQ premier, CAQ troisième, Jean-Marc Salvet, Le Soleil, Le Soleil, 23 février 2012

Selon le sondage CROP-Le Soleil-La Presse, le Parti québécois est en pleine ascension. De décembre à aujourd'hui, la formation politique dirigée par Pauline Marois est passée de 18 % à 30 % dans les intentions de vote des Québécois.

 (Québec) Voilà un vrai et gros revirement en politique québécoise! Après avoir atteint les bas-fonds, la chef du Parti québécois (PQ), Pauline Marois, mène dans les intentions de vote au Québec. En tête depuis des mois, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, pique du nez.

L'alpiniste Legault dévisse, selon un sondage CROP-Le Soleil-La Presse effectué du 17 au 21 février. L'ensemble des données laisse penser qu'on aurait «probablement un gouvernement du Parti québécois au pouvoir, mais qu'il serait très certainement minoritaire», analyse le vice-président de la firme, Youri Rivest.

La Coalition avenir Québec est passée de 39% d'appuis en décembre à 26 % aujourd'hui. Une perte vertigineuse de 13 points de pourcentage en deux mois. La CAQ affichait 31 % le mois dernier.

«Les attentes à son endroit étaient très grandes, constate Youri Rivest. En plus, ils [les caquistes] ont été attaqués de toutes parts.»

«Je ne pense pas qu'ils ont réussi à avoir un message cohérent», ajoute le sondeur. Les déclarations du transfuge François Rebello sont pour quelque chose dans ces résultats, «mais c'est l'ensemble de l'oeuvre» qu'il faut montrer du doigt, précise-t-il.

Les malheurs actuels de la Coalition avenir Québec réjouiront le Parti québécois; particulièrement les fidèles de Pauline Marois, qui ont dû combattre des adversaires venant autant de l'extérieur que de l'intérieur ces derniers mois.

De décembre à aujourd'hui, le Parti québécois est passé de 18 % à 30 %. Il se rapproche du palier où il s'était hissé au printemps, soit avant la série de démissions de juin et les querelles qui l'ont miné par la suite.

«C'est comme si sa traversée du désert était terminée, commente Youri Rivest. Le Parti québécois est retombé sur ses deux pattes»: la gauche, avec l'abolition de la taxe santé, et la souveraineté, projet pour lequel Pauline Marois paraît se montrer plus volontaire depuis quelque temps.

Le PQ prend des intentions de vote à la Coalition de François Legault et chez Québec solidaire. Le parti d'Amir Khadir glisse à 8 %.

Le Parti libéral de Jean Charest, lui, se maintient depuis l'automne dernier à 29 %. Il est deuxième, derrière le PQ.

CAQ-Sondage


Est-ce que je suis surpris du sondage? Absolument pas !

C’est typique des États-Providence qui n’ont pas encore subi la pression du secteur financier pour implanter des programmes d’austérités.

Souvenez-vous, plus de 75 % de la population vivent aux dépens de l’État

·         54.4 % ne paie pas d’impôts nets.

·         Où sont des employés du secteur public.

·         Où sont des retraités du secteur public.

Tous ces gens jouissent de ces privilèges sans être les générateurs de richesse, alors, pensez-vous qu’ils vont voter pour des réformes qui modifierait leurs conforts, absolument pas, la majorité l’emporte.

Même si tous savent que l'on s'en va dans un mur, ils vont préférer étirer l'élastique au maximum, au lieu de prendre des décisions responsables, typiques du comportement humain dans un État-Providence.

Si on est capable de pelleter la dette sur le dos des jeunes depuis 20 ans, pourquoi pas une couple d'année de plus ?

Selon le sondage qu’avons-nous ?

PQ - 30 % : Évidemment le PQ couche avec les syndicats, tous les fonctionnaires, qui ont peur de leurs emplois, vont voter pour eux. Par contre, un des problèmes fondamentaux du Québec est une présence syndicale trop forte au Québec, et nuit sérieusement à sa productivité et la rend peu compétitive par rapport aux Provinces- États de proximité.

Libéraux - 29 % : Imaginé, depuis cinq ans, on démontre que ce parti est pourri jusqu'à l'os, et, pourtant, il y a encore 29 % qui voteraient pour eux. Une bonne partie de ceux qui votent pour les libéraux veut garder le statu quo, pour maintenir l'éternel ‘copinage, corruption et collusion’, comme on dît : ’business as usual’

CAQ - 26% : Imputabilité et efficacité impliquent du changement, ce concept n’est pas très accrocheur, pour les 75 % qui ne payent pas la véritable facture.

·         Il y en a toujours 26 % sachant très bien que ça ne peut pas continuer comme cela, par contre, ils n’ont pas la majorité. Peut-être changer la forme du discours, parlez plutôt de la corruption et moins de performance, mais rendu au pouvoir, faire des changements.

·         Pour tous ceux qui veulent un véritablement un changement, c'est le seul parti qui peut avoir de la crédibilité, il est jeune et n'a pas encore subi tous les conflits d'intérêts avec les groupes d’intérêts, qui est un véritable virus dans nos démocraties.

·         Ne pas oubliez chers concitoyens, c'est grâce à ces deux vieux partis que l'on est rendu à plus de 248 milliards de dettes publiques.

Ajouté notre mode de scrutin uninominal qui est totalement dépassé et ne donne pas la pluralité d’opinion. Chaque vieux parti avait promis de le changer en proportionnel, mais, malheureusement,  ils ont tous été atteints de la maladie d'Alzheimer quand ils sont revenus au pouvoir.

Souvenez de ce paragraphe clé (1):

Règle d’or : Réduire la dette publique en réduisant les dépenses publiques est incompatible avec le système démocratique contemporain si cette réduction des dépenses publiques frappe l’électeur médian.

Qu'arrive-t-il si l'électeur médian représente plus des 75% des votes et vit aux dépens de l'État? voyez-vous le problème ?

En fait, il faudrait faire une étude sur le sujet, puisque l'université de Sherbrooke a l'habitude depuis quelque temps de faire des études insignifiantes, ex : Les garderies à 7 $ sont rentables, pourquoi, il ne ferait pas une étude intelligente cette fois-ci.

Tel que : Combien de pays on put instaurer des programmes d’austérités sans avoir à subir la pression du marché.

Au moins, elle serait nettement plus utile qu'une propagande d'État, je me demande, si l'Université de Sherbrooke a besoin plus de subventions provenant de l'État ?

Je dois, quand même féliciter la CAQ et les ex-ADQ d’essayer de changer l’État-Providence, mais on part de très loin, quand le peuple a été acheté par des cadeaux empoisonnés par endettement, il n’a pas tendance à vouloir les perdre, même si ces privilèges ont été acquis par endettement, donc, par un comportement immoral.

Si ça peut vous consoler, regarder actuellement le débat présidentiel français, ça parle du chien écrasé, mais jamais, de réformes majeures nécessaires, car eux-aussi, se dirige tout droit dans le mur.

La seule personne politique qui veut sérieusement changer les choses, c’est Marie Le Pen par contre, changement veut dire : Sortir de notre confort, mais le comportement humain n'aime pas se projeter dans le temps, surtout à moyen terme, alors, il préfère faire du simple déni en espérant que les problèmes vont disparaître de lui-même.

Donc, bonne chance à la CAQ et à tous ceux qui croient que l'on peut encore changer la trajectoire du Québec, par contre, comme je dis on part de TRÈS TRÈS loin …