Redevances minières au Québec: seulement trois inspecteurs,

Comment voulez-- vous  que les concitoyens ont confiance dans le Plan Nord, avec une réponse aussi stupide de M. Charret.

Pourquoi il n'y a pas plus d'inspecteurs pour vérifier les redevances minières ?

Rép : les redevances reçues par le gouvernement du Québec ont été beaucoup plus importantes que ce que nous avions recueilli dans les 10 années précédentes.

Je ne sais pas si en vieillissant, il est devenu de plus en plus sénile ou cynique, mais il est grand temps que l'on sort de là, pour le plus grand bien du peuple.


Extrait de : Redevances minières au Québec: seulement trois inspecteurs, Agence QMI , 27 avril 2012

Il n'y a que trois inspecteurs financiers pour les mines, une situation qui empêche le gouvernement Charest de vérifier les états de compte des compagnies minières, selon le PQ.

Il n'y a que trois inspecteurs financiers pour les mines contre 139 pour la forêt, une situation qui empêche le gouvernement Charest de vérifier les états de compte des compagnies minières, selon le Parti québécois.

La chef du PQ, Pauline Marois, affirme qu'il n'y a pas suffisamment d'inspecteurs pour vérifier les états de compte des compagnies minières.

« Le porte-parole de la compagnie ArcelorMittal prétend que cette entreprise a versé 75 % de toutes les redevances perçues au Québec en 2010 et 2011. Cela laisse entendre que toutes les autres entreprises qui exploitent nos mines n'ont pratiquement rien payé avec le nouveau régime minier », a déploré Pauline Marois en Chambre, mercredi.

« Nous n'avons aucun moyen de vérifier cette information.

·         On permet aux entreprises de ne pas divulguer leurs profits réalisés à même nos ressources.

·         On permet aux entreprises qui exploitent le fer de ne pas divulguer combien de tonnes ils prélèvent chaque année.

·         Pire encore, le gouvernement se contente des données apparaissant aux états financiers de ces compagnies pour contrôler leurs activités.

·         Aucun inspecteur du ministère ne se rendrait sur place pour valider leurs prétentions », a ajouté la chef du Parti québécois.

Selon elle, sans cette activité de contrôle du gouvernement, les Québécois ne peuvent avoir l'assurance que les ressources naturelles de la province sont correctement exploitées.

« Comment le premier ministre peut-il expliquer qu'il y a des milliers de fonctionnaires qui s'assurent que les citoyens ordinaires paient leurs impôts, mais il n'y aurait que trois inspecteurs pour vérifier les données de l'industrie? », a conclu Mme Marois.

Parce qu’il est nettement plus facile à Agence Revenu Québec de faire des cotisations abusives, sachant très bien que l’ensemble des concitoyens n’aura pas les moyens de se défendre.

Jean Charest a répliqué « que les redevances reçues par le gouvernement du Québec ont été beaucoup plus importantes que ce que nous avions recueilli dans les 10 années précédentes »