Sommaire du cahier spécial : Le printemps érable une cause étudiante juste et équitable

J’ai décidé de publier le Sommaire du cahier spécial

‘Le printemps érable une cause étudiante juste et équitable’

pour vous donner un aperçu du contenu.



Quand j’entends certains commentaires :

«Vous n'avez rien à dire, ça coûte bien moins cher les frais universitaires
dans les autres provinces
».

Vous avez tout -à-fait raison, par contre attention, nous sommes une des provinces les plus pauvres, la plus taxée et juste à cause de la démographie, nous allons devenir tout probablement la plus pauvre, alors essayer de comparer les coûts universitaires, sans faire abstraction des conditions économiques actuelles et futures devient une analyse foncièrement simpliste, le Chapitre 1 - « Une population pauvre », discute de ce sujet.

Deuxième chapitre, sujet très délicat, « l’État-providence une arnaque intergénérationnelle »

L’ensemble de ce texte provient de source Européenne, pourquoi ? Quand tu es dans une vraie situation de crise, les vraies questions se posent.

«Quand j'entends dire ‘Ouais, nos enfants se sont de vrais enfants rois», pas convaincus du tout, je pourrais plutôt dire, peut-être «un peuple-roi».

Quand nous arnaquons nos jeunes de plus de 111 milliards, et nous cumulons plus de 234 milliards de dettes publiques sur le dos, on devrait regarder son nombril avant de les juger.

Les chroniqueurs à tête grise ayant un ton acide vis-à-vis des étudiants, devraient apprendre ce que c'est ‘un déficit cumulé' avant de les critiquer sévèrement.

Soyez assuré ce chapitre 2 n'apparaîtra jamais dans les médias traditionnels, car il remet en question l'État Providence et qui sont les vrais responsables.

Le Chapitre 3 - « Une austérité a sens unique », vous donnes un aperçu, ce que c'est un véritable ‘Programme d'austérité’, pas un programme d'austérité à la saveur de Charest qui vous a assommés de 10 milliards de taxes et tarifs additionnels sans rien couper, je vous donne des exemples de véritable programme d'austérité qui ont été instaurés dans différents pays.

De plus, la cause des étudiants est tout à fait légitime, quand il me dit :

«Avant de hausser, gère donc, tes finances comme du monde».

Étant moi-même un ex-entrepreneur, je suis d'accord avec cela, d'autant plus juste, la semaine précédente, on venait d'apprendre que les principales causes des déficits des universités étaient leurs vacances non payées et leurs retraites dorées.

Vous-mêmes, il y a trois ans, vous aviez la même attitude, «pas de hausse sans coupe», le problème, c'est que vous avez fait deux manifestations et vous êtres assis sur votre ‘leasyboy', tandis que les jeunes, ça fait plus de 100 jours qu'ils se battent. Bravo les jeunes !

Certains vont dires, ils sont supportés par les syndicats, oui, tout à fait d'accord, mais ça ne change pas que leurs causes soit juste, oui, mais les syndicats ont un programme caché, oui et alors, vous ne pensez pas que tous les groupes d'intérêts n'ont pas un programme caché, la Presse, Radio-Canada, Quebecor, IEDM, Conseil du Patronat ont toutes leurs idéologies propres, je n'ai pas de problème avec cela.

Québec Droite est un blogue d'économie et de BONNE GOUVERNANCE, quand une cause est juste, je n'ai pas de problème à la supporter même si les syndicats sont présents, n'oubliez pas, le 3/4 de mes lectures sont international et une chance que les syndicats existent, car vous seriez tous aux salaires d'un Chinois, en Europe une chance qu'ils sont présents, car le peuple européen serait sur la dictature de l'Oligarchie de Bruxelles ou d'Angela Merkel.

Examiner un de mes derniers cahiers spéciaux A policy vision to escape the race to the bottom provenait de la CAW (Canadian Auto Workers union), le document avait plein de bon sens même si l’origine du document est syndical.

Au Québec, nous avons des syndicats de confrontation, mais ils n'ont pas toujours tort, par contre, je vais être un féroce adversaire contre les retraites dorées quant au même moment plus de la ½ des retraités, du secteur privé se retrouve au seuil de pauvreté ou un jour ou l'autre il faudra sérieusement penser à éliminer la sécurité, permanence et l'ancienneté pour rétablir l'imputabilité et l'efficacité de l'État.

La morale facile de nos politiciens et de certains universitaires sur le dos des étudiants me laisse fort perplexe, l'art de ne pas regarder son nombril, je suis certain avec la proposition que je suggère dans le Chapitre 4 « L'aristocratie qui veut garder ces privilèges » ils vont être d'accord pour résoudre le conflit étudiant, hum …

On ne peut parler de hausse  scolaire, sans considérer les revenues futures dans une économie foncièrement incertaine et même dysfonctionnelle, le Chapitre 5 « Un marché difficile pour les futures générations » est dans ce sens, précarité et la qualité discutable de l’emploi est une réalité quotidienne de nos jeunes universitaires.

Notre économie va mal, ‘La notion de liberté économique' a été mal traitée au Québec, nous sommes un des pires endroits en Amérique du Nord pour partir en affaires, on doit remercier nos deux vieux partis pour se préoccuper plus de leurs votes, que de se préoccuper d'avoir une saine économie pour nos futures générations, sujet discuter dans le Chapitre 6 « Une croissance anémique du Québec ».

Le Québec se situe dans le jargon économique dans une ‘Trappe à Dette’, ce sujet est discuté dans le Chapitre -7 « Le défaut de paiement du Québec », bel avenir pour nos jeunes!

Donc, bonne lecture et de nouveau bravo pour les jeunes pour votre persévérance.

Q.D.


clip_image002Table des matières

Introduction

==> Sommaire

Une population pauvre

Pauvreté

Les impôts et tarifs les plus régressifs de l’Amérique du Nord

Nous allons devenir de plus en plus pauvres à cause de la démographie.

Conclusion :

L’État Providence une arnaque intergénérationnelle

Le comportement de notre politicien.

La question de la bonne ou mauvaise dette

La dette publique est immorale et anti démocratique

Une escroquerie parentale

Des règles budgétaires bafouées - Déficit zéro : Magouille comptable

Les déficits cumulés ou communément les déficits d’immoralités du Québec

D’où vient l’argent ?

Les gagnants et les perdants

Le Catch-22

Conclusion : Ma position

Une austérité a sens unique

États-Américains

Exemples de programmes d’austérités dans le monde

L’aristocratie qui veut garder ces privilèges

Deux classes moyennes

Paresse intellectuelle

Racket fiscal insoutenable

L'argument de la démocratie représentative balayé

Obligations envers les salariés publics contre obligations vis à vis des contribuables

Une sérieuse iniquité de distribution de richesse

Nos aristocrates avec leurs morales faciles

Une remise en cause ?

Trois exemples de morale facile provenant de nos aristocrates

Un avenir difficile pour les futures générations.

Les outsiders

Coupables également : les syndicats

Accéder à la propriété

Pour les jeunes un fort endettement qui frise le 180 %

Le visage de l’emploi pour un jeune

Concurrence accrue

Les statistiques trompeuses

Peu de bons emplois

«Effet boomerang»

Une mondialisation pas si heureuse que cela !

Conclusion :

Une croissance anémique du Québec

Croissance de l’État et croissance économique

Compétitivité

Fardeau fiscal trop lourd

Une économie dysfonctionnelle

Le défaut de paiement du Québec.

La politique du n’importe quoi

Vos créanciers ont changé d’attitude

La Trappe à Dette

Agence de notation

Quand ?

Conclusion

Lectures complémentaires

Vivre à crédit sur les générations à venir, est-ce un avenir ?

Le complot des générations

La démocratie directe

Vidéos et Livres

Sources :


 

  1. gravatar

    # by Anonyme - 26 mai 2012 à 10 h 27

    D'accord pour les syndicats, mais ici ils sont beaucoup plus tournés vers le corporatisme.. Mais je suis d'accord pour leur présence, sinon on se ferait manger la laine sur le dos.
    Un manque de compétition peut être?

  2. gravatar

    # by Québec de Droite - 26 mai 2012 à 12 h 01

    Exactes, au Québec, nous avons des syndicats de confrontation au lieu d'avoir des syndicats de conciliation, tel que dans les pays scandinaves ou en Allemagne.

    Il est évident que la masse salariale et les privilèges accordés aux secteurs publics (sens large) sont au-dessus de la capacité financière de la province, de plus, cet argent qui devrait être utilisé pour stimuler l’économie (tel que : baisse d’impôts) sert à maintenir un monstre étatique.

    Peu de solutions à court terme, à moins qu'il y ait un politicien qui joue le rôle de Don Quichotte, et le peuple veut embarquer.

    Par contre, il est probable que l'on va se comporter comme l'ensemble des États-Providence, on va attendre aussi longtemps que le marché obligataire ne nous dicte pas leurs lois.

    Malheureusement, le calibre de la tronçonneuse va être d’un tel niveau que les répercussions vont se sentir sur des multiples générations, la Grèce est un exemple, et il ne sera pas le seul dans les années à venir.

    C’est pour cela que je dis : Donnez un ‘Break aux jeunes’ car ça ne va pas être rose dans les années à venir.

    Q.D.

  3. gravatar

    # by Anonyme - 27 mai 2012 à 09 h 14

    «Avant de hausser, gère donc, tes finances comme du monde».

    Oui, sauf que la devise des étudiants c'est :

    «Avant de hausser, va taxer les autres»

    Discours et mentalité socialiste qui nous a mis dans le trou à la hauteur de 250 milliards de dollar


    http://www.iedm.org/fr/e

  4. gravatar

    # by Anonyme - 27 mai 2012 à 21 h 25

    Je suis un jeune, mais en même temps, je ne veux pas que ce soit mes enfants qui payent à cause d'une non-augmentation. Je sais qu'il y a beaucoup de travail à faire dans les coupures,privilèges, subventions, etc. Dans un monde idéal ça se ferait, mais j'ai bien peur que non ici...

    D'une manière ou d'une autre la meilleure solution pour un jeune c'est de partir...

  5. gravatar

    # by Anonyme - 27 mai 2012 à 23 h 26

    Si c'est cela la droite, je suis de droite!

    Félicitation, l'endettement légué à une génération doit cesser.

  6. gravatar

    # by Québec de Droite - 28 mai 2012 à 05 h 54

    Vous avez tout probablement raison M.IEDM beaucoup de jeunes ont une mentalité de faire payer les autres, mais voyez-vous, je suis journalièrement confronté avec les programmes d’austérités de l’Europe et ce sont les jeunes qui écopent le plus, dû à l’irresponsabilité des vieux.

    Alors ma position est une position morale pas une position économique, si on n’avait pas dépensé outrancièrement le CRÉDIT de nos jeunes, on ne serait pas dans cette situation.

    Mettez-vous dans la position d’un jeune, quel est son avenir à rester au Québec ?

    Q.D.