Apple, Lenovo et HP relocalisent aussi aux États-Unis

Bonne nouvelle pour les Américains.

Mais encore là, il faut déterminer le nombre d’emplois créés et à quel salaire ?

Mais, c’est mieux que rien, après avoir subit des délocalisations massives de la production et du savoir, il est normal, qu’un équilibre se fasse, car le peuple devient de plus en plus impatient.

Difficile, de garder la paix sociale, quand le peuple devient de plus en plus pauvre… et les politiciens le savent très bien.


Extrait de : Dans l’ombre d’Apple, Lenovo et HP relocalisent aussi aux États-Unis, Anouch Seydtaghia, Le Temps, 11 décembre 2012

Les annonces de Tim Cook ont fait réagir ses concurrents. Les ouvertures d’usines se suivent sur sol américain

HP n’a pas apprécié les propos tenus par le directeur d’Apple jeudi dernier dans BusinessWeek . Le fabricant américain de PC a réagi aux paroles de Tim Cook, lequel annonçait sa volonté d’investir 100 millions de dollars (93,4 millions de francs) aux Etats-Unis pour y produire à nouveau. «HP fabrique depuis toujours des ordinateurs aux Etats-Unis», écrivait le concepteur de PC sur son blog officiel, chiffres à l’appui. Plus discret, le chinois Lenovo envisage lui aussi de relocaliser davantage sa production sur sol américain.

En évoquant les 100 millions de dollars, Tim Cook n’a pas parlé de produit spécifique et n’a rien dit sur le nombre d’emplois créés. A priori, il s’agira de quelque 200 postes de travail, si Apple conçoit ses usines de la même manière que Lenovo et LG, selon une économiste basée au Michigan et citée par Bloomberg. Le ratio entre les millions investis et le nombre d’emplois créés est fortement lié à l’automatisation de la production, avec des robots. L’usine pourrait, selon elle, produire un million d’unités par an, certainement des ordinateurs, estime un analyste cité par le New York Times. «Tim Cook cherche à donner des bonnes nouvelles sur Apple. Il ne veut pas que les gens pensent qu’Apple est sur le déclin […]», selon Rob Enderle.

HP a immédiatement voulu mettre en avant son label «US made»: le fabricant américain a écrit sur son blog que 36% des ordinateurs pour les professionnels et 100% des stations de travail vendus aux Etats-Unis sont déjà fabriqués sur sol américain. «En 2012, nous prévoyons de fabriquer 2,9 millions de PC aux Etats-Unis», a écrit Tony Prophet, responsable des opérations chez HP, ajoutant qu’«être proche de nos clients nous permet de répondre à leurs besoins avec vitesse et précision».

Et Tony Prophet d’ajouter au site spécialisé CNet: «Nous servons mieux nos clients en étant proches, plutôt que de fabriquer en Chine et d’expédier par la mer. Le coût de la main-d’œuvre n’est pas vraiment un facteur important.» Et d’aller plus loin: «Nous relocalisons même marginalement l’assemblage de PC pour particuliers en Amérique du Nord.» HP possède déjà une usine à Indianapolis (Indiana) avec Foxconn, où travaillent 1300 employés. Selon le New York Times, sur un ordinateur portable, le coût du travail correspond à 4 à 5% du prix final, soit très légèrement plus que le coût de l’expédition depuis l’Asie.

Apple et HP ne sont pas les seuls à relocaliser aux Etats-Unis, à cause de la hausse des coûts de la main-d’œuvre en Chine, et pour améliorer leur image auprès des administrations publiques américaines.

Lenovo, le fabricant chinois qui avait repris la division PC d’IBM, se développe aussi sur sol américain. Vendredi soir, un responsable de Lenovo confirmait au site spécialisé ITProPortal sa volonté de créer une usine à Greensboro (Caroline du Nord), avec une centaine d’emplois à la clé, pour fabriquer plusieurs types d’ordinateurs et des tablettes. A terme, Lenovo envisage de fabriquer localement la moitié des produits vendus aux Etats-Unis.