Liberté économique 2012, le Québec se classe au 50e rang ou 60 selon le mode d’emploi, sur 60.

En incluant, la liberté économique fédérale, nous sommes en 50e position, sous le plan local, donc juridiction provinciale seulement nous tombons à la dernière position sur 60.

Un exemple classique : Agence Revenu Québec fait de l’agressivité fiscale avec des cotisations abusives en ne suivant pas  le protocole juridique pour permettre d’arrondir ces fins de mois devant l’impasse fiscale de 251 milliards de dettes.

En saisissant l’entreprise où le contribuable avant même qu’ils puissent se défendre est une atteinte directe du droit de propriété, il n’incite aucun entrepreneur à maintenir ou à un jeune entrepreneur de créer de la richesse au Québec.

Quand vous avez une province qui est sous l’emprise de la corruption, du copinage et de la collusion, le niveau de l’imputabilité et de la transparence est drôlement affectée et cette redistribution de la richesse pour favoriser certains groupes d’intérêts ne sert pas à créer de la richesse, mais plutôt à satisfaire un État parasitaire se vidant progressivement de son sang jusqu’à mort sans suivre, vers l’Insolvabilité.

En maintenant ce comportement de cancre pendant plus de 20 ans, on a détruit graduellement les entreprises, on a incité les entreprises à cesser leurs opérations, ou à se délocaliser ou empêcher des industries à vouloir investir au Québec.

Un Premier ministre devrait toujours avoir à son chevet, les statistiques de la liberté économiques par rapport à ces voisins, car l’État ne crée aucune richesse, elle ne fait que redistribuer la richesse créée par l’entreprise.

Si l’État n’est plus compétitif par rapport à ces voisins directs, elle se meurt à petit feu, elle peut temporairement utiliser le crédit de ces enfants pour maintenir le système à flot, mais à toute fin, elle devient insolvable.

Le Québec est exactement dans cette position, des politiciens carriéristes depuis 20 ans qui se sont concentré à rester au pouvoir en donnant des bonbons à tout le monde en oubliant que ça prend de la véritable richesse pour satisfaire de telle promesse non une carte de crédit au nom de leurs enfants.

Ce qui est plus grave, c’est que ça prend au minimum une décennie pour rétablir une compétitivité, malheureusement les entrepreneurs et les entreprises, ça ne pousse pas dans les arbres, et cela dans un environnement sain, loin d’être le cas localement et mondialement.

Voici dix critères reliés à la liberté économique, elles sont fondamentales pour la réussite d’un entrepreneur.

Au Québec, des facteurs tels que l'interventionnisme étatique, les impôts élevés, la puissance des syndicats ainsi que l'existence de programmes et de droits sociaux étendus ont considérablement réduit la liberté économique, nuisant ainsi aux Québécois.

Une réglementation excessive entrave la création d’entreprises et la croissance, réduit de façon significative l’entrepreneuriat, l’innovation et en définitive, les niveaux de vie.

Supposons que vous être un fermier et vous avez décidé de semer du maïs, vous devez tenir compte du choix de la semence, du type de terre, le niveau d’irrigation, de la température, l’exposition au soleil, multiples facteurs qui influenceront le résultat de votre récolte.

Donc pour avoir une récolte prospère, il ne suffit pas d’avoir des semences, mais aussi un environnement approprié.

C’est la même chose pour l’entrepreneuriat, même si vous avez des entrepreneurs en herbe avec plein de bonne idée et de bonne volonté, mais vous ne créez pas un climat sain, il y aura peu d’entrepreneur qui vont réussir, car l’environnement d’affaires ne s’y prête pas, et c’est justement le pourquoi de la notion de la liberté économique, qui détermine si le terreau est bon pour créer de la richesse.


Extrait de : Institut Fraser : Les Québécois sont moins libres sur le plan économique que la vaste majorité des Nord-Américains

Liberté économique 2012MONTRÉAL, QUEBEC--(Marketwire - 28 nov. 2012) - Le Québec est toujours aux prises avec l'un des niveaux de liberté économique les plus bas en Amérique du Nord, selon une nouvelle étude publiée aujourd'hui par l'Institut Fraser, l'organisme de recherche en politiques publiques le plus réputé au pays.

L'étude, intitulée Economic Freedom of North America 2012, révèle que le Québec ne dépasse que la Nouvelle-Écosse et l'Île-du-Prince-Édouard, parmi les provinces canadiennes. Si l'on tient également compte des États américains, le Québec se classe au 50e rang parmi 60 provinces et États.

« Le manque de liberté économique au Québec se traduit par un niveau de vie plus faible et moins d'opportunités pour les Québécois par rapport aux autres Canadiens, explique Filip Palda, senior fellow de l'Institut Fraser et professeur à l'École nationale d'administration publique.

« La province est ainsi sérieusement désavantagée par rapport à d'autres régions canadiennes dont les familles profitent d'une prospérité accrue. »

L'étude mesure l'effet de la liberté économique sur la performance et la croissance économiques dans toutes les provinces canadiennes et tous les États américains. Fondée sur des données de 2010, dernière année pour laquelle des données sont disponibles, elle analyse des indicateurs clés de la liberté économique : taille du gouvernement, fiscalité, primauté du droit et des droits de propriété, et réglementation. La version intégrale de l'étude en format PDF (en anglais seulement) est téléchargeable gratuitement à www.institutfraser.org.

L'étude mesure la liberté économique au niveau infranational et pour l'ensemble des administrations publiques (fédérales, des États/provinces et municipales/locales). Cette année, elle comprend des données pour l'ensemble des administrations publiques au Canada et aux États-Unis. Celles-ci sont tirées d'une autre étude de l'Institut Fraser, intitulée Economic Freedom of the World: 2012 Annual Report, dans le cadre de laquelle le Canada se classe au 5e rang. Dans ce même classement de 144 pays et territoires, les États-Unis figurent loin derrière, au 16e rang.

2010 Ratings at the World

At the allgovernment level, the index captures the impact of restrictions on economic freedom by all levels of government (federal, state/provincial, and municipal/local).

 

Les principes fondamentaux de liberté de choix personnel, d'échanges volontaires, de liberté de concurrence et de garantie de la propriété privée sous-tendent la liberté économique. Les études montrent que les populations bénéficiant d'une grande liberté économique jouissent d'une meilleure croissance économique, de revenus plus élevés, de plus grandes libertés individuelles et d'une durée de vie accrue par rapport aux autres.

Selon l'étude de cette année, l'Alberta se classe au premier rang en Amérique du Nord. La Saskatchewan arrive au deuxième rang parmi les provinces canadiennes et au troisième dans le classement nord-américain, où elle est suivie par Terre-Neuve-et-Labrador (9e rang) et la Colombie-Britannique (10e rang).

Suivent l'Ontario (21e rang), le Manitoba (32e rang), le Nouveau-Brunswick (45e rang), le Québec (50e rang), la Nouvelle-Écosse (56e rang) et l'Île-du-Prince-Édouard, qui se classe au dernier rang dans le classement nord-américain (60e).

L'étude montre par ailleurs que les provinces canadiennes les plus libres sur le plan économique, soit l'Alberta, la Saskatchewan et Terre-Neuve-et-Labrador, affichaient un PIB par habitant de 60 163 dollars canadiens en 2010, contre seulement 45 872 dollars canadiens dans le cas des trois provinces dont le niveau de liberté économique est le plus faible (le Québec, la Nouvelle-Écosse et l'Île-du-Prince-Édouard).

2010 Ratings at the Subnational Level

At the subnational level, it captures the impact of restrictions by state or provincial and local governments

« Il y a clairement un lien entre liberté économique et prospérité : la croissance économique des provinces privilégiant une faible fiscalité, une administration publique de petite taille et un marché du travail flexible est plus élevée, fait valoir M. Palda.

« Malheureusement, le Québec est toujours miné par un certain nombre de facteurs –

1.      lourde administration publique,

2.      fiscalité élevée,

3.      programmes sociaux inabordables

4.      et relations de travail tendues –

qui réduisent la prospérité. »

L'indice de liberté économique nord-américain est inspiré de l'indice de liberté économique mondial de l'Institut Fraser, qui est le résultat d'un quart de siècle de travail de plus de 60 universitaires, dont trois lauréats du prix Nobel.

L'Institut Fraser est un organisme canadien indépendant de recherche en politique publique et d'éducation qui possède des bureaux à Vancouver, Calgary, Toronto et Montréal, et collabore avec 85 centres d'études et de recherches dans le monde. Sa mission consiste à mesurer, à analyser et à faire connaître les effets d'un marché concurrentiel et de l'intervention gouvernementale sur le bien-être des citoyens. Afin de préserver son indépendance, l'Institut refuse toute subvention et tout contrat de recherche des Administrations publiques.


Economic Freedom of North America employs 10 components for the United States and Canada in three areas:

1.      Size of Government;

1A General Consumption Expenditures by Government as a Percentage of GDP

1B Transfers and Subsidies as a Percentage of GDP

1C Social Security Payments as a Percentage of GDP

2.      Takings and Discriminatory Taxation;

2A Total Tax Revenue as a Percentage of GDP

2B Top Marginal Income Tax Rate8 and the Income Threshold at Which It Applies

2C Indirect Tax Revenue as a Percentage of GDP

2D Sales Taxes Collected as a Percentage of GDP

3. Labor Market Freedom

3A Labor Market Freedom

3Ai Minimum Wage Legislation

3Aii Government Employment as a Percentage of Total State/Provincial Employment

3Aiii Union Density

3B Regulation of credit markets

3Bi Ownership of banks

3Bii Private sector credit

3Biii Interest rate controls/negative real interest rates

3C Business regulations

3Ci Administrative requirements

3Cii Bureaucracy costs

3Ciii Starting a business

3Civ Extra payments/bribes/favoritism

3Cv Licensing restrictions

3Cvi Cost of tax compliance

Area 4 Legal system and property rights

Protection of property rights and a sound legal system are vital for economic freedom, otherwise the government and other powerful economic actors for their own benefit can limit the economic freedom of the less powerful. The variables for Legal System and Property Rights from the world index are:

4A Judicial independence

4B Impartial courts

4C Protection of property rights

4D Military interference in rule of law and politics

4E Integrity of the legal system

4F Legal enforcement of contracts

4G Regulatory restrictions on the sale of real property

4H Reliability of police

4I Business costs of crime