Camaro production to Michigan : could cost 9,000 jobs

Voici un exemple d’une dure réalité

Je vous l’ai dit et je vous le répète :

Les américains sont nos principaux clients
mais aussi notre principal compétiteur.

Alors, tous les moyens sont bons pour rapatrier des emplois aux États-Unis.

D’autant plus, les nouvelles conditions américaines de l’emploi sont désastreuses.

US: leading the OECD in low-wage workers

The issue here can be summed up with this question:

If someone in the U.S. economy is a law-abiding citizen who works full-time for a period of years, can they earn a level of wages that let them afford a slice of middle-class standard of living?

If you are earning $10/hour and working 2,000 hours per year, your annual earnings of $20,000 would put you below the poverty line of $22,891 for a single parent with three children. Réf: (1)

U.S. labor law offers workers remarkably few protections.

U.S. workers, for example, have the lowest level of employment security in the OECD and

·         no legal right to paid vacations,

·         paid sick days, or

·         paid parental leave.

Donc, si le peuple n’est pas prêt à assumer une baisse de salaire, il y aura forcément une délocalisation, un moyen moins douloureux serait de dévaluer notre monnaie.

Si, ça vous intéresse lire le carnet spécial : A policy vision to escape the race to the bottom


Extrait de: General Motors Canada to move new Camaro production to Michigan plant, Dec 19, 2012 Craig Wong, The Canadian Press   

General Motors is moving production of the next version of its Camaro sports car from its Oshawa operation in Ontario to a plant in Michigan, a move the union says will cost 1,000 jobs at the massive factory east of Toronto.

The Canadian Auto Workers estimated the move, which could also affect parts companies, could cost as many as 9,000 jobs in the region after all the spinoff affects are included.

The decision, which will affect workers in late 2015 or early 2016, caught union president Ken Lewenza completely by surprise and left him feeling angry and betrayed.

“We are outraged by this decision,” he said. “This is about thousands of jobs in our community.”

Lewenza called on the company to replace the roughly 100,000 vehicles a year worth of production in an effort to protect the jobs at the plant once the Camaro moves.

“We’re going to save these jobs come hell or high water,” Lewenza said.

In a statement, General Motors Canada said Wednesday that “lower capital investment and improved production efficiencies were key factors” in the move.

Que c’est facile, l’investissement avec de la monnaie de singe et faire du chantage aux peuples américains, si vous n’acceptez vos nouvelles conditions de travail, on va produire au Mexique et bien sûr, ça se répercute sur la viabilité des emplois canadiens.

The current version of the Camaro has been produced since 2010 at GM’s Oshawa flex plant, which employs some 2,200 people and also produces the Buick Regal and Cadillac XTS.

The CAW’s most recent contract with GM, which was ratified in September, guaranteed production of the Camaro in Oshawa only until the end of the current generation.

GM said the Camaro is the only rear-wheel drive vehicle assembled at Oshawa.

Production of the next generation of Camaro will be consolidated with the production of Cadillac CTS and ATS, also rear-wheel drive vehicles, in Michigan in a bid to improve efficiency, the company said.

The CAW said the decision will cut production in Oshawa by as much as one third.

The move follows a decision by GM to invest $185 million in connection to the addition of the Cadillac XTS at the plant and the launch of a new version of the Chevrolet Impala next year.

The U.S. automaker also said it will add a third shift at the flex plant in connection with the new Impala.

The consolidated line in Oshawa will continue to produce the current generation Chevrolet Impala and Equinox until June 2014.

Lewenza, who said he spoke with the Prime Minister’s Office and Ontario Premier Dalton McGuinty about the GM decision, said the government needs an industrial strategy like other countries.

“Without it, then these kind of crisis will be more regular than not regular. I can’t speak for the federal government, but I do know that Premier McGuinty understands the importance of the auto industry,” he said.

“Talking to both levels of government today, at least on the phone call they were equally as frustrated as I am. So all they have to do now is use the tools of government to stop this nonsense.”

GM said it will continue to meet production targets agreed to with the federal and Ontario governments in 2009.

Ontario Economic Development Minister Brad Duguid said the province expected a greater level of commitment by the automaker.

“As such, we expect GM to move quickly to bring new product mandates to the facility and also stand by its commitment to add a third shift on the Oshawa Flex Line, creating 900 jobs, as announced in October,” Duguid said in a statement.

“We will carefully review GM’s obligations and ensure they are accountable for those commitments.”

NDP Finance critic Peggy Nash said the federal government needs to do more.

“We need the government of Canada to put some pressure on General Motors to replace the lost production in Oshawa,” Nash said.

“We need to make sure we’re maintaining those jobs in Oshawa, that we’re using our equity stake in GM to give us a voice in the future of production in Oshawa.”

The Camaro, along with the Firebird muscle car, were once produced at a GM plant in Quebec until it was shut down in 2002.

Ottawa and Ontario contributed $13.7 billion to help bail out North American automakers GM and Chrysler more than three years ago and combined own about nine per cent of GM’s common shares.

In its most recent deal with GM, the CAW agreed to a plan that would see new employees take longer to reach the top of the pay scale as well as receive a hybrid pension plan.

The deal will also GM commit to creating, maintaining or extending 1,750 jobs.


 

L’Alberta en déficit, mes pronostics se sont avérés juste

Tel que j’avais mentionné dans le carnet : Le pétrole de schiste une sérieuse menace économique canadienne, il y avait un fort risque que le pétrole albertain subisse une sérieuse baisse devant l’ampleur de la production américaine.

Alors, la vache de lait du Canada commence à avoir un goût de surette, non seulement des projets d’investissement s en Alberta sont mis sur la glace, mais les baisses de revenu du gouvernement affecte son équilibre budgétaire.

On se retrouve dans les beaux draps, notre Ministre Harper favorisant les gaz bitumineux croyant à la solution miracle a délaissé le ‘manufacturing’ de se débrouiller tout seul en acceptant une surévaluation de notre monnaie, on se retrouve donc, avec deux économies distinctes.

Il semble, qu’il a parié sur la mauvaise vache …


Extrait de :  Red sea: oil-price squeeze may force Alberta to run deficit in operating budget, Dean Bennett, The Canadian Press, Canadian Business, Dec 19, 2012

EDMONTON – The price squeeze on heavy oil is gutting Alberta’s bottom line and Finance Minister Doug Horner says it’s now all hands on deck to cut spending and shelve projects.

“I’m very, very concerned about where those (oilsands) numbers are headed,” Horner said outside his legislature office Wednesday.

“This is a situation that is actually affecting the Canadian GDP. It’s that much of an impact on the Canadian economy.”

Horner said everything except higher taxes or new taxes is being explored. Key projects such as Premier Alison Redford’s proposed 140 new family-care clinics are still a priority but could also be up for review.

“Yesterday at cabinet I made the comment to all of our cabinet colleagues that they’re going to have to make some very tough choices,” said Horner. “They’re going to have to ensure that we are being very aggressive in reining in and restraining our spending for us to meet our targets.”

But even with emergency austerity measures, the budget may not only end up in the red on the capital spending side, as previously announced, but also on the operating side.

“My role is to do everything in my control to make sure that we meet the targets (of a balanced budget) that we have for next year,” said Horner.

“Are you still confident you can meet that target?” he was asked.

“Today, I’m very concerned,” he replied.

The province runs a $40-billion budget with a quarter of its revenue from non-renewable resources.

Alberta is on track this year to run up a $3-billion deficit, which will be covered by the rapidly depleting Sustainability Fund.

Put simply, said Horner, Alberta is caught in a price vise.

Oilsands bitumen was selling for $US47 a barrel Wednesday, about US$40 a barrel less than the Northern American benchmark West Texas Intermediate.

The reason is demand is falling from Canada’s main customer, the United States due in part to that country’s struggling economy and a boom in light oil in North Dakota.

As a result, said Horner, Alberta is being forced to sell at a comparative discount just to stay competitive.

Alberta desperately needs access to new customers in the roaring economies of China, Mexico and Brazil, Horner suggested.

“All of those jurisdictions are going to have fairly significant growth.”

The province has been lobbying to get extended pipeline access to the Gulf Coast in the United States and to get a line built to B.C. ports to ship oil to China.

The economy has become a thorny political problem for Redford. She won a majority government in the April election on a promise to balance the budget and begin running surpluses.

Opponents called it the “Alison in Wonderland” budget based on unattainable oil revenue forecasts.

“It was a fudge-it budget to begin with,” said Liberal Leader Raj Sherman.

“They can’t balance the books or deliver the services they promised because the finance minister overestimated revenues and lacks the necessary financial control.”

Last month, Horner began stepping back from the balanced budget promise. He announced the government would begin taking on debt to pay for roads, schools and hospitals, but said the operating budget would be balanced.

“We will not deficit finance the operations of this government,” Horner told the house on Nov. 26.

The Tories likened it to the family budget: debt is OK for big-ticket items such as a mortgage as long as you have a plan to pay it off and you aren’t borrowing to pay for day-to-day necessities.

So much for the grocery budget, said Wildrose finance critic Rob Anderson.

“At the very least you would think they would not borrow to pay for groceries, and it looks like they’re going to have to,” said Anderson.

“It’s right back out of the (high deficit) 1980s of (former premier) Don Getty,” he said. “It’s eerie.”

The cuts have already begun.

On Monday, Alberta Health Services said it was reducing the time allotted to seniors for home care.

On Tuesday, Education Minister Jeff Johnson told school boards the government may not be able to deliver on its promise for new education grant funding of one per cent next year and two per cent in the second and third years.

Anderson said that’s typical of a government that spends billions of dollars on “corporate welfare” carbon capture and storage projects and this summer flew cabinet ministers to London for the Olympics on a tab that included $114,000 for unused hotel rooms.

“Look at the waste,” said Anderson. “The premier has tripled the size of her communications staff. That alone right there is enough to fund the cut for seniors.”

NDP Leader Brian Mason pointed to six-figure payouts to former health executives. 

“It seems that some people do get looked after by this government, but it’s not the people who depend on home care and it’s not special needs kids in schools,” said Mason.

The Tories have only themselves to blame, he said.

Because of the cuts that they’ve made to taxes for wealthy Albertans and to corporations, and because we have some of the lowest royalties in the world, we don’t have the revenue stream to support our program expenditures,” Mason said.

“Since (the Tories) have refused to fix that problem, they’re now left with a situation of either going into debt or cutting programs — and I think they’re going to do both.


 

Dévaluons notre monnaie, une solution au Dead Money

Le ministre Flaherty s’est plaint que les entreprises canadiennes gardaient leurs argents au lieu de créer des emplois. Il faut se regarder dans un miroir. C'est son gouvernement qui a créé ce triste état ​​de choses.

Mark Carney, Banque du Canada (ex. Goldman Sack, qui ne connaît rien en économie réelle, sauf de créer de l’économie artificielle par endettement)  a maintes fois exhorté les entreprises canadiennes à réinvestir le montant qu’ils ont en caisse, estimée à plus de 500 milliards de dollars en ce qu'il a appelé "dead money".

Flaherty dans sa grande sagesse de politicien a tout simplement dit :

«À un certain moment, il n'est pas à gouvernement pour stimuler l'économie", a t-il déclaré. "Il appartient au secteur privé et ils ont beaucoup de capital."

Exacte, mais voilà as-tu créé un environnement d’affaire sain, pour que les compagnies canadiennes se sentent en sécurité pour avoir un retour de l’investissement ?

Typique du politicien qui fait du bruit sans régler les problèmes de fonds.

À un certain niveau, les plaintes du couple Carney-Flaherty constituent un admirable et futile tag-team pour convaincre les entreprises à agir contre leurs propres intérêts à court terme.

Pour être juste envers le gouvernement conservateur, sa première réaction à la crise de 2008 était louable.

Le Premier ministre Stephen Harper a avalé ses propres préférences idéologiques, a accepté le consensus international et délibérément passé l'argent du gouvernement pour stimuler l'économie et créer des emplois.

Sur le plan monétaire, la Banque du Canada a abaissé les taux d'intérêt dans le but d'encourager l'investissement et l'emploi. Sur le plan budgétaire, le gouvernement a injecté des liquidités dans l'économie afin de stimuler la demande des consommateurs pour des choses qui fait des affaires.

Fiscalement, Ottawa s'est concentrée sur la réduction des impôts sur les sociétés.

L'hypothèse ici est que si les entreprises étaient autorisées à conserver une plus grande partie de leurs profits, ils les investir de manière productive.

Mais dans le monde réel, les entreprises n'investissent pas lorsque les perspectives économiques semblent sombres. Pourquoi embaucher des travailleurs si vous n'êtes pas sûr, vous pouvez vendre ce qu'ils produisent?

Au lieu de cela, les entreprises ont pris des bénéfices supplémentaires fournis par le gouvernement et se sont assis - que ce soit sous forme de trésorerie ou les équivalents de trésorerie à court terme.

Cela laisse la position du gouvernement canadien dans une position peu enviable, ils sont sensés d’attaquer au ralentissement économique, mais non rien fait pour attaquer le problème de fonds.

Au départ, notre monnaie canadienne est trop élevée, ce qui rend nos compagnies exportatrices peu compétitives.

D’autant plus, les Américains en imprimant constamment de l’argent, fausse l’économie réelle, cette transgression permet de dévaluer leurs argents tout en transportant l’inflation aux autres pays.

Si on ne veut pas se faire saigné à blanc, il faudra agir aussi durement avec les Américains, et faire comme les Suisses quand ils ont arrimé le franc suisse à 1.2 de l’€, car ces pays voisins qui sont foncièrement des cancres économiques, se sont retrouver dans une situation ou leur argent devenait une valeur de refuge, et cette hausse de leur monnaie affectait la compétitivité de leurs entreprises.

Comme j’ai déjà mentionné, il y plus de six mois, il faut arrimer notre argent, idéalement à .85 à .90 à celle de l’US, pour donner un signe encourageant aux entrepreneurs.

N’oubliez jamais, nous sommes dans une situation unique au monde, notre seul voisin de proximité sont les Américains, donc, quand il imprime l’argent, il rend précaire tout investissement canadien, ajoutez une main-d’œuvre américaine qualifiée peu chers, rend tout entrepreneur canadien nerveux.

Si, nous ne trouvons pas une parade efficace, contre cette impression de monnaie de singe, les entrepreneurs ne bougeront pas, bienvenue dans cette réalité économique.

Pour le Québec, le chat est mort, on aurait dû réagir il y a dix ans, pour remettre notre compétitivité au moins égale à celle de l’Ontario, malheureusement M. Charest a préféré de faire de la petite politique au lieu de gérer à moyen long terme, c’est plate à dire, mais on part de trop loin, attendez-vous d’avoir des rendements négatifs pour très longtemps.

Ne croyez pas que cette solution est farfelue, les Japonais, le Royaume-Uni, la Corée du Sud et la BCE n’arrêtent pas d’imprimer de l’argent ou du crédit.

Si on se contente juste d’avoir de beaux principaux, il ne restera plus de compagnies au Canada, car ils vont tous simplement se délocaliser ou fermer leurs opérations.

Donc, c’est un sérieux avis, l’entrepreneur ne bougera pas si vous ne trouvez pas une parade efficace.

Juste le cas du Japon cette semaine, vous indique la gravité de la situation, on imprime pour se faire dévaluer et rester compétitif, le problème au Canada, si les politiciens laissent le train passé, et on risque d’obtenir un pauvre PIB avec la pauvreté qui s’en suit.

From: EWallstreeter : 1:47am - December 20, 2012

The Bank of Japan (BoJ) has increased its quantitative easing (QE) program by another ¥10 trillion ($118 billion) in an effort to stem persistent deflation. 

The easing program has now expanded to nearly $1.2 trillion (¥101 trillion).  According to the Financial Times, Japan may also raise its inflation target from its current 1% target.  Both increased QE and a higher inflation target have been pushed by incoming prime minister Shinzo Abe.


 

Carney able to speak out of both sides of his mouth at once

Mish est un des meilleurs blogueurs d’économie dans le monde, et nous sommes deux d’accord que Mark Carney va foutre plus le bordel que de stimuler l’économie réelle.


Mark Carney, Incoming Governor of the Bank of England, Dives Straight Into Monetarist Loony Bin

Mark Carney, Bank of Canada governor and surprise pick to replace Mervyn King as incoming governor of the Bank of England, dove straight into the monetarist looney bin today with policy proposals.


The Telegraph reports Mark Carney hints at need for radical action to boost ailing economies 

       Mr Carney, the current Bank of Canada governor who takes over from Sir Mervyn King next June, said central bankers should consider committing to low interest rates until inflation and unemployment met “precise numerical thresholds”, or even changing “the policy framework itself” to stimulate a desperately weak economy.

His words were directed at the Bank of Canada but will be seen as a hint that he will push for radical action in the UK, where the economy has been stagnant for two years. On his appointment, he said that he would be going “where the challenges are greatest”.

Addressing the Chartered Financial Analyst Society in Toronto, Mr Carney said that in major slumps: “To achieve a better path for the economy over time, a central bank may need to commit credibly to maintaining highly accommodative policy even after the economy and, potentially, inflation picks up. 

“To 'tie its hands’, a central bank could publicly announce precise numerical thresholds for inflation and unemployment that must be met before reducing stimulus.”

He added: “If yet further stimulus were required, the policy framework itself would likely have to be changed. For example, adopting a nominal GDP level target could in many respects be more powerful than employing thresholds under flexible inflation targeting.” 

The proposals would be anathema to Sir Mervyn, who has publicly refused to abandon the inflation target or commit to long-term low rates.

Economic Lunacy

Only arrogant fools think they can overpower markets without causing even more severe problems down the road.

If fiscal and monetary stimulus worked, Japan would be a glowing success today instead of having a debt to GDP ratio approaching 250%.

The US housing bubble is another case in point. 

By holding interest rates too low, too long Fed chairman Alan Greenspan bailed out banks then deep in hock with nonperforming loans to South America and dotcom companies going bust. The end result was a housing bubble far bigger than the dotcom tech bubble that preceded it.

Indeed, Fed policy has spawned bubbles of ever increasing amplitude over time. The only beneficiaries of those bubbles have been the banks and the already wealthy.

Carney the "Talented" Speaker

Carney is a  talented speaker, able to speak out of both sides of his mouth at once, each saying opposite things.

In light of Carney's "radical action" statements, please consider
Bank of Canada warns of low-rate risk.

The Bank of Canada says low-interest policies that it and other central banks have put in place are adding another layer of risk to the already stressed global financial system.

The Canadian central bank says that the near record level interest rates that have been in place since the 2008-09 recession are taking their toll on insurance companies and pension funds.

Low rates, it adds, are even increasing the appetite of investors to take risks in search of higher returns.

Bank governor Mark Carney has warned about the dangers of low interest rates — which most Canadians consider a good thing — sporadically in the past.

Also consider these December 11, snips from the Globe and Mail.

“Our current guidance indicates that some policy action may be necessary, encouraging a degree of prudence in household borrowing,” Mr. Carney said in his speech, echoing the warnings of the Bank of Canada’s last policy statements.

As it has said in the past, the biggest domestic threat to financial stability “continues to stem from the elevated level of household indebtedness and stretched valuations in some segments of the housing market.”

Nothing like warning about debt and low interest rates, while pledging to keep interest rates low until artificial central planning targets are met. 

Carney stated the central bank "would clearly say we are doing so" if it chose to act on consumer debt. 

Yep, I don't doubt that. Indeed, I suggest that Carney would notify banks in advance of any major policy moves.

Goldman Sachs Background

Let's back up a bit and look at Carney's background as listed on Wikipedia.

Carney spent thirteen years with Goldman Sachs in its London, Tokyo, New York and Toronto offices. His progressively more senior positions included co-head of sovereign risk; executive director, emerging debt capital markets; and managing director, investment banking. He worked on South Africa's post-apartheid venture into international bond markets, and was involved in Goldman's work with the 1998 Russian financial crisis.

Goldman's role in the Russian crisis was criticized at the time because while the company was advising Russia it was simultaneously betting against the country's ability to repay its debt.

From a Goldman Sachs and JP Morgan standpoint, Carney is the perfect candidate to head the Bank of England. Who could possibly be better than a currency crank promising clear signals, with a background of advising Russia while betting against it?

As a practical matter, however, should Carney actually implement his "radical action" policies, I suggest the UK would quickly be in ruins.
 


Mike "Mish" Shedlock
http://globaleconomicanalysis.blogspot.com



Toronto : une gigantesque bulle immobilière

La hausse de l’endettement des ménages continue

Évidemment, grâce au laxisme du gouvernement  conservateur en facilitant le crédit facile, en permettant aux banques canadiennes d’accorder des emprunts sans risque financier par l’entremise SCHL.

Je suis convaincu, si les banques avaient été responsables des prêts immobiliers inscrits à la SCHL, nous n’aurions certainement pas eu cette  bulle immobilière.

Chers politiciens, plus que vous jouez à l’apprenti sorcier en économie, plus vous foutez le bordel.

La hausse de l’endettement des ménages continue

La principale source de préoccupation demeure le crédit hypothécaire. Ce dernier a atteint 1 080 G$ au troisième trimestre, et sa variation sur un an reste au-dessus de 7 %.

L’essentiel de la hausse du ratio d’endettement des ménages par rapport à leur revenu disponible est donc attribuable au crédit hypothécaire. Visiblement, les signes d’apaisement au sein du marché immobilier ne se font toujours pas sentir sur le crédit hypothécaire.

Comme le ralentissement du marché immobilier devrait se poursuivre au cours des prochains trimestres, ce n’est vraisemblablement qu’une question de temps avant que le crédit hypothécaire ralentisse à son tour.

La clé du processus de désendettement des ménages passe inévitablement par le marché immobilier.

La hausse de l’endettement des ménages continue

La hausse de l’endettement des ménages continue (1)

Réf : La hausse de l’endettement des ménages continue, Desjardins Études –Économiques, 13 décembre 2012


Extrait de : TORONTO: The Epicenter Of The Gigantic Canadian Housing Bubble, Lucas Kawa, businessinsider, Dec. 11, 2012, 10:40 AM

 

TORONTO The Epicenter Of The Gigantic Canadian Housing Bubble

 

TORONTO The Epicenter Of The Gigantic Canadian Housing Bubble (2)

 

TORONTO The Epicenter Of The Gigantic Canadian Housing Bubble (3)

 

TORONTO The Epicenter Of The Gigantic Canadian Housing Bubble (1)

 

TORONTO The Epicenter Of The Gigantic Canadian Housing Bubble (6)

 

 

Les failles démocratiques à l’origine du surendettement de l’État

La sociale – démocratie à l’origine du surendettement de l’État

Ce sont nos failles démocratiques qui ont surendettés les États.

Par contre, il y a un pays et de loin a su contenir ce piège du surendettement .

Les Suisses grâce à une saine démocratie :

·         La démocratie directe.

·         Plus une gouvernance sans partie.

Au cours des deux dernières décennies, ils ont maintenu de véritables équilibres budgétaires tout en respectant leurs générations futures (carnet à suivre).

La Confédération helvétique devrait finir l'année 2012 sur un excédent de ses finances de 1,5 milliard de francs suisses (1,25 milliard d'euros).


Équilibre budgétaire avec une règle d’or

Selon la tradition classique, dont les grands penseurs sont notamment Smith, Ricardo et Mill, l'Etat ne doit en effet intervenir dans l'économie que pour garantir les conditions-cadre nécessaires au bon fonctionnement du marché.

Toute autre intervention serait nuisible et retarderait le  retour naturel à l'équilibre économique.

·         Le respect de l'équilibre budgétaire est fondamental, dans la mesure où il permet de contenir la taille de l'Etat dans des dimensions qui lui permettent uniquement de remplir la mission qui lui incombe.

·         L'emprunt doit donc être proscrit, car il permettrait à l'Etat de dépenser plus que nécessaire pour assumer ses fonctions. En outre, le recours à l'emprunt produit un phénomène d'illusion fiscale, dans le sens où il fait oublier aux citoyens-contribuables le coût réel des prestations fournies et plus largement des dépenses publiques, puisque la charge  liée à l'emprunt sera supportée ultérieurement par les futurs contribuables.

·         Emprunter représente donc un réel danger, dans la mesure où les décisions budgétaires se joueraient "à guichet ouvert".

·         La dette constitue de plus un fardeau pour les générations futures, car ce sont justement elles qui auront à assumer le service de la dette à travers les impôts de demain. Partant, leur marge de manœuvre en sera d'autant réduite.

Certains néoclassiques, à l'image de Buchanan (DAFFLON, 2005 : 10), estiment que le recours à l'emprunt peut être admis dès lors qu'il sert à financer des investissements productifs, qui bénéficieront aussi aux générations futures.

De ce fait, le cercle des bénéficiaires et  celui des payeurs tendent à se chevaucher favorablement. La distinction entre dépenses de consommation courante (dépenses d’épiceries) - ou  de fonctionnement - et dépenses d'investissement trouve ici toute son importance.

Note : Le Québec fait des déficits budgétaires depuis plus de 20 ans, nos supposément équilibres budgétaires ne sont en fait que de la magouille comptable, l’art de mettre des dépenses ‘hors du périmètre comptable’ est un exemple classique employé par nos politiciens en toute impunité, évidemment si ceux-ci auraient été dans le privé, il aurait été emprisonné pour fraude fiscale.


Les failles démocratiques

Tous les gouvernements sont libres de limiter ou de diminuer les dépenses publiques, mais, depuis 35 ans, ils ne le font pas.

Pourquoi ? Le mode de fonctionnement des sociales-démocraties est en cause : si, dans un marché libre, la concurrence entre entreprises fait baisser les prix.

La concurrence entre partis politiques
fait monter les dépenses.

Or c'est bien ce dernier terme, l'avenir, qui fournit la clef du dispositif. Tous les gouvernements sont libres de limiter ou de diminuer les dépenses publiques et de fixer un niveau d'imposition qui garantit l'équilibre budgétaire. Ils peuvent le faire et pourtant, depuis 35 ans, ils ne le font pas. Pourquoi ? Nous touchons là au mode de fonctionnement des sociales-démocraties en général.

Dans notre système, l'État ne peut pas faire baisser ses dépenses.

En effet, un gouvernement qui le ferait s'attirerait les foudres de sa clientèle électorale, qui à tort ou à raison, croit vivre aux dépens de la clientèle électorale du parti adverse. De plus, et c'est le point crucial, en baissant ses dépenses un parti au pouvoir offre au parti adverse la possibilité de les rétablir.

Toute somme économisée devient une arme pour l'opposition puisque cette dernière peut promettre de la dépenser à nouveau en faveur de sa propre clientèle électorale.

Cela signifie que le parti qui déciderait vraiment de réduire les dépenses publiques se sacrifierait pour au moins deux mandatures.

1.      D'abord il perdrait le pouvoir sous le double effet du mécontentement de sa propre clientèle et de l'accroissement de la capacité de dépense offerte à l'adversaire.

2.      Puis, pendant sa première mandature, la nouvelle majorité rétablirait ou dépasserait le niveau de dépense de son adversaire trop vertueux, ce qui aurait pour conséquence de satisfaire sa base électorale.

Donc cette majorité serait probablement réélue pour une deuxième mandature.

Dans un marché libre et bien informé, la concurrence entre les entreprises fait baisser les prix et seules les ententes peuvent maintenir des prix hauts.

Mais dans le marché politique d'une sociale démocratie, c'est le contraire : la concurrence entre les partis ne fait pas baisser les dépenses, elle les fait monter.

Il faut donc une entente entre les partenaires de l'oligopole politique pour tenter de juguler cette hausse inexorable.

La règle d'or est un essai de mise en place d'une telle entente.

Par contre, elle doit avoir des dents, si des politiciens déroges de cette règle d’or, le vérificateur général a le droit de refuser le budget, et demande au gouvernement de lui soumettre un nouveau budget tout en respectant la règle d’or, sinon de nouvelle élection aura lieu.

Cette règle a deux fonctions :

·         Se protéger des politiciens irresponsables économiquement en ayant recours en l’emprunt pour payer des dépenses d’épiceries pour gagner des votes.

·         Et aussi, de se protéger du peuple présent qui aurait tendance à se permettre des privilèges sans avoir les moyens tout en transférant le fardeau fiscal sur les futures générations.

On l'aura compris cette règle d'or est une espèce de bricolage destiné à sauver un système social-démocrate ayant des failles démocratiques.

Un système totalement déresponsabilisant

Toutes les dépenses de toutes les sociales-démocraties mondiales croissent inexorablement depuis le début du siècle précédent. On est passé d'une fourchette de dépenses de 8 à 14% du PIB en 1913 pour les pays de l'OCDE à 35 - 56% aujourd'hui. Quelques rares pays - Suède, Canada - ont réussi à inverser la tendance pour quelques années mais la moindre instabilité politique, le moindre ressentiment d'un parti trop longtemps écarté du pouvoir peut provoquer une rechute. Ce sont bien les "contradictions internes" du système social-démocrate qui sont la cause de cette dérive.

Dans cette organisation, les politiques ont une emprise extravagante sur l'économie, quelques hommes peuvent très simplement décider de prélever des sommes colossales par la voie de l'impôt coercitif pour les affecter à quoi bon leur semble. L’État social-démocrate n'est pas le jardinier qui prépare le terrain pour que l'économie puisse croître dans les meilleures conditions, il est aussi l'architecte industriel et le redistributeur présumé des richesses produites - avec le succès que l'on connait - et il s'est érigé en objet central de toutes les revendications.

C'est ce système totalement déresponsabilisant où les hommes politiques ne risquent rien, où les erreurs ne sont pas sanctionnées, où l'on peut faire carrière sans avoir jamais mis un pied dans l'économie réelle, où l'exercice du pouvoir consiste à satisfaire les revendications des plus violents ou des plus influents qui est en cause aujourd'hui.

La meilleure démocratie au monde, ce sont les sages Suisses qui l’ont instauré sachant très bien les défaillances de la nature humaine, en limitant le pouvoir de l’emprunt du politicien et du peuple, qui aurait tendance à se satisfaire à courte vue.


Une partie de ce carnet provient du texte d’origine : Règle d'or budgétaire et sociale-démocratie