La monnaie de singe achète nos ressources naturelles non renouvelables

Un bout de texte qui mérite notre attention.

«Alors oui, incontestablement, nous faisons face à un changement majeur.

Vous l'aurez compris, les acheteurs d'or, ou pour être plus précis les vendeurs d'obligations libellées en dollars ou euros et qui sont essentiellement des titres de dettes d’États, sont les pays émergents.

La Chine, la Russie, le Brésil, bref ! Tous les grands pays qui détiennent des réserves de change importantes se délestent progressivement des titres de dettes que nous ne rembourserons jamais.

Ce simple fait condamne les pays occidentaux que nous sommes à une utilisation immodérée de la planche à billets et à une fuite en avant dans la création monétaire qui restera notre seule solution pour financer le rachat de nos dettes passées et le financement de nos dettes futures.» (1)

Alors, que fait, nos brillants politiciens canadiens aux vends aux Chinois nos ressources naturelles non renouvelables en recevant de la monnaie de singe, car ceux-ci veulent s’en départir le plus rapidement possible.

Chers politiciens au lieu de vendre nos ressources non renouvelables avec de l’argent de Monopoly, on pourrait peut-être la transformer, à moins que ça vous demande trop d’effort intellectuel pour comprendre ce minimum de bon sens économique.

Les réserves en devises de la République populaire ont suivi le mouvement et ont atteint les 2 850 milliards de dollars. (2)


Lectures supplémentaires

1.      La Chine est-elle en train de commettre un hold-up monumental sur l'or physique ?

2.      La Chine est-elle en train de racheter l'Europe ?