Vous êtres pauvres à cause de l’équilibre budgétaire, hum …

Tolérance zéro aujourd’hui, pour les niaiseries surtout provenant des économistes.

Je publie ce texte juste à cause du commentaire idiot de l’économiste de la banque Laurentienne.

Après, on se demande pourquoi, ils n’ont plus de crédibilité.


Extrait de : Les détaillants québécois affichent la pire performance du pays en décembre, Yannick Clérouin, les affaires.com, 22-02-2013

Le père Noël aura été moins généreux pour les détaillants québécois en décembre. Les ventes au détail ont fléchi de 2,5 % dans la province au cours du mois le plus important pour les commerçants. Si on exclut les territoires, c'est le pire score au pays.

C’est le quatrième recul en cinq mois des recettes enregistrées par les détaillants québécois, selon les données compilées par Statistique Canada.

Les ventes enregistrées par les détaillants québécois ont totalisé 8,50 G$ en décembre, comparativement à 8,72 G$ en novembre. Sur une base annuelle, les recettes des détaillants ont baissé de 2,8 %. Elles étaient de 8,75 G$ en décembre 2011.

«Il n’est pas surprenant que ce soit le Québec qui ait enregistré les résultats les plus décevants en 2012 (0,8%). La deuxième hausse d’un point de pourcentage de la TVQ au 1er janvier 2012 y est pour quelque chose de même que la hausse d'autres tarifs ayant pesé sur la croissance du revenu disponible des Québécois, mais c’est le prix à payer pour que le déficit budgétaire soit éliminé l’an prochain»,

écrit dans un bulletin Marie-Claude Guillotte, économiste à la Banque Laurentienne.

Parfait imbécile, ça fait plus de 20 ans, que ne nous sommes pas en équilibre budgétaire, on n’a pas arrêté de magouiller les chiffres.

À la place de dire n’importe quoi, lis donc, les 346 pages du vérificateur général.

·         De plus, comment veux-tu que les gens consomment, quand les gens sont taxés comme des imbéciles pour maintenir un État obèse, inefficace et imputable de rien.

·         54.5 % de la population fonts moins de 30,000 $, pensez-vous qu’ils peuvent consommer, quand on les taxe sans arrêt.

Par hasard, chères banques canadiennes, à combien de gens canadiens que vous avez accordé une marge de crédit sachant qu’ils avaient un prêt garanti par la SCHL ?

Vous avez endetté les Canadiens à plus de 162 %, en leur accordant des marges de crédit sachant très bien que s’ils ‘pètent au fret’ vous allez récupérer votre marge en reprenant la maison, et comme la moitié des prêts immobiliers canadiens sont garantis par la SCHL, donc, par nous le peuple.

Belle future merde pour nous, si la bulle éclate !

Demandez aux Espagnols, ce qu’ils pensent de leurs banques?

Évidemment, les banques espagnoles ont fait des milliards durant la bulle immobilière, comme les nôtres d’ailleurs, maintenant, le peuple espagnol se suicide, pour empêcher l’éviction de leurs familles.

Dans l’ensemble du pays, les ventes au détail ont reculé de 2,1 %, après avoir progressé au cours des cinq mois précédents.

Les ventes des marchands d’appareils électroniques et d’électroménagers ont particulièrement été faibles, ayant chuté de 12,1 %.

Les ventes des magasins de meubles et d'accessoires de maison ont diminué de 1,3 %. Les baisses des ventes des magasins de meubles (-1,0 %) et des magasins d'accessoires de maison (-1,6 %) n'ont pas atténué les hausses enregistrées en novembre.

Les résultats trimestriels dévoilés jeudi par Groupe BMTC, exploitant des chaînes Brault et Martineau et Ameublements Tanguay, témoignent de la période trouble que vivent les commerçants d'électroménagers et d'électroniques. Lisez notre texte Le bénéfice de Brault & Martineau fond de 16 %.


CANADA’S 2012 FISCAL ACCOUNTABILITY RANKINGS

C.D. Howe, February 21, 2013 – Colin Busby and William B.P. Robson

Pinocchio indexCanada’s senior governments have regularly missed budget spending and revenue targets during the last decade, according to a report released today by the C.D. Howe Institute.

In “Canada’s 2012 Fiscal Accountability Rankings,” authors Colin Busby and William B.P. Robson find the combined spending overruns of federal, provincial and territorial governments have surpassed $53 billion in the last 10 years.

If budget targets were met more accurately, they point out, current taxes, deficits and debt loads would be lower and more manageable.

Concluding Remarks

Canada’s 2012 Fiscal  Accounting RankingsCanada’s good fiscal standing today is the result of sound management on many levels – some of it as straightforward as competent, consistent accounting. Yet a close investigation of Canadian senior governments’ fiscal results shows that there is still plenty of room for improvement.

Some of those improvements go beyond those we have discussed explicitly. Transparency with regard to what governments plan to do and why, as well as reasons for changes in direction, are an ongoing challenge with many dimensions – and are not getting easier as the economy gets more complex and the range of government activity widens. As we noted at the outset, however, consistent and meaningful presentations of budget projections and results, although not sufficient by themselves to ensure accountability, are a necessary condition.

The past decade’s cumulative revenue and spending overshoots, and the emerging understanding that a lack of fiscal transparency undermines good management of public money, should inspire Canadian senior governments to improve their financial reporting and their adherence to targets, and for legislators and voters to hold them more closely to account.