Objectifs de principes et de valeurs, pure hypocrisie !

Le comité formule un certain nombre d’objectifs, de principes et de valeurs.

Une des sections la plus hypocrite du document.

Deux objectifs

Tous les partenaires sociaux semblent s’entendre sur deux objectifs essentiels :

·        Un système de retraite doit valoriser la sécurité financière à la retraite dans son sens le plus strict, c’est-à-dire l’assurance d’un revenu de retraite suffisant et réaliste pour le plus grand nombre lorsque l’heure de la retraite sera venue.

·        Le système de retraite doit être conçu et financé de telle sorte qu’il soit durable : l’assurance d’un revenu de retraite suffisant et réaliste doit être fournie dans le cadre de régimes dont la pérennité est elle-même protégée. Cette pérennité est indissociable de la sécurité que le système est censé assurer.

Des valeurs et des principes

Le comité d’experts a identifié trois valeurs et quatre principes au sujet desquels tout le monde devrait s’entendre. Les valeurs et les principes retenus par le comité d’experts sont le résultat d’un dosage effectué entre les différents messages que le comité a reçus.

L’équité intergénérationnelle

Au premier rang de ces valeurs, le comité d’experts a placé l’équité intergénérationnelle, sur laquelle nous sommes tous collectivement interpellés. Le système de retraite doit être pensé en songeant à la fois :

·         aux retraités dont les anciens employeurs, tant privés que publics, traversent des difficultés financières;

·         aux travailleurs actifs qui contribuent au système;

·         aux jeunes entrant sur le marché du travail avec la conviction qu’ils y resteront actifs pour plusieurs décennies.

Quelle hypocrisie, (équité intergénérationnel), déjà en commençant on leurs transferts plus de 254 milliards de dettes avant même qu’il est commencé à travailler.

La transparence et la responsabilisation

Dans l’analyse de la situation actuelle et l’élaboration de ses recommandations, le comité d’experts a retenu deux autres valeurs – la transparence et la responsabilisation.

Quatre principes

Pour ce qui est des principes, le comité a identifié des consensus et des lignes d’entente, correspondant d’ailleurs à ses propres convictions :

·         le respect de la vérité des coûts de financement des revenus de retraite;

·         la préservation de la diversification des sources de revenu de retraite;

·         l’application d’un cadre législatif flexible;

·         la promotion de la mutualisation des risques.

Aller à contre-courant de certaines tendances

Pour le comité d’experts, le retour aux véritables objectifs d’un régime de retraite implique que l’on aille à contre-courant des tendances que l’on observe aujourd’hui.

·         Il faut assurer la pérennité et la viabilité des régimes à prestations déterminées.

·         Il faut en même temps faire en sorte qu’un plus grand nombre de travailleurs bénéficient d’un régime de cette nature, et ne pas hésiter à innover à cette fin.

·         Il faut enfin aider les travailleurs dans leurs efforts pour épargner davantage en vue de la retraite, et à cet égard, les régimes complémentaires autres que les régimes à prestations déterminées ont un rôle essentiel à jouer.


Quelle belle parole ‘Transparence et responsabilisation’ tout ce document ne démontre que le contraire.

Transparence :

Quant tu omets le secteur public plus les sociétés d’États dans l’étude, ceçi démontre à quel point, qu’il n’y a jamais eu de transparence.

Responsabilisation :

Allez affirmer que leurs solutions est à contre-courant démontre à quel point qu’ils sont irresponsables.

Dans le monde entier on réduit tous les privilèges associés aux régimes de prestations déterminées, car ils sont insolvables, et eux dans leurs grandes clairvoyances, non seulement ils vont maintenir les régimes de prestations déterminées à l’ensemble du secteur public, mais ils veulent l’imposer pour le reste du privé.

Responsabilation pour le rapport d’Amours veut plutôt dire copinage avec l’ordre établi et avoir un plus gros modèle Ponzi.