Les nouvelles du 02/07/2013

L’économie américaine est un bordel complet et total.

Si vous connaissez quelqu’un qui croit réellement que l’économie américaine va mieux, montrer lui les statistiques présentées dans  cet article. Le pourcentage d’Américains qui sont des travailleurs indépendants est à son plus bas record, et le pourcentage d’Américains qui dépendent du gouvernement est à un niveau record. L’économie américaine est un bordel complet et total, et il est temps que nous fassions face la vérité.

# 1 En 1980, la dette nationale américaine était de moins d’un billion de dollars . Aujourd’hui, il se rapproche rapidement de 17 billions de dollars …

# 2 Pendant le premier mandat d’Obama, le gouvernement fédéral a accumulé plus de dettes que  sous les 42 premiers présidents américains combinés .

# 3 La dette nationale américaine est maintenant plus de 23 fois plus grande qu’elle ne l’était lorsque Jimmy Carter est devenu président.

# 4 Si vous aviez commencé à rembourser uniquement la nouvelle dette que les Etats-Unis ont accumulé avec  l’administration Obama et ceci à raison d’un dollar par seconde, cela prendrait plus de 184.000 années à rembourser.

# 5 Le gouvernement fédéral américain continue de voler plus de 100 millions de dollars à ses  enfants et à ses  petits-enfants chaque heure de chaque jour qui passe. (Suite)


The consequences of monetary union on the destruction of French manufacturing industry.

Since the launch of the euro, French and German industrial productions have extremely diverged. French manufacturing production decreased while German manufacturing industry very strongly increased. The decrease or stagnation of exports of French products contrasts with the strong increase of German exports. France lost market shares on the foreign markets. This evolution is a direct consequence of the flaws of the monetary union as it has been organized. Also, due to sharp differences in the average degree of sophistication of French products, sharing a common currency with Germany inevitably had to lead to a loss of competitiveness of France on foreign markets. (Suite)


Fiscalité : ce qu'en pense Ron Paul              

Il n'y a pas de petit impôt. L'État ne fait qu'augmenter la taxation et multiplier les justifications à l'impôt - services publics, santé, enseignement, dépenses militaires. Il en va de notre liberté de ne pas associer taxation et civilisation.

Extrait de Liberty Defined, Ron Paul, 2011. Traduction : Thierry Falissard

« Les impôts sont le prix que nous payons pour la civilisation », affirme Oliver Wendell Holmes [1] Voilà une affirmation qui nous a coûté bien cher. La civilisation découle du développement économique, moral et social. La liberté en est une condition préalable. Les impôts et le pouvoir de taxation sont destructeurs de la civilisation et de tout progrès. Régir l'économie, dominer le monde et faire financer tout cela, sous la contrainte, par des individus productifs, est un viol du principe des droits naturels ; poussé à l'extrême, ce système détruit les moyens de production et la richesse du pays. (Suite)


Les 21 pays auxquels Edward Snowden a demandé l’Asile

Une nouvelle carte du monde se dessine.  Cette liste de 21 pays représente t’elle les derniers pays libres du monde, ou pour le moins ceux qui refusent les relations incestueuses avec  Oncle Sam désormais (Big) Brother Sam ?

Pour mémoire, ces pays sont :

  -  La république d’Autriche

  -  La Bolivie

  -  Le Bresil

  -  La République Populaire de Chine

  -  La  République de cuba

-  La  Finlande

-  La France

-  L’Allemagne

-  L’Inde

-  L’Italie

-  L’Irlande

-  Les Pays Bas

-  Le  Nicaragua

-  La Norvège

-  La Pologne

-  La Fédération de Russie

-  L’Espagne

-  La  Suisse

 -  Le  Vénézuela

 -  L’Equateur

 -  L’Islande

Les pays du Commonwealth, Grande Bretagne, Canada, Australie, Nouvelle Zélande font partie des grands absents, tout comme le Japon.  

Dans son dernier communiqué, Edward Snowden déclare :  

« Au bout du compte, l’administration Obama n’a pas peur des dénonciateurs comme moi, comme Bradley Manning ou Thomas Drake.  Nous sommes bannis, emprisonnés, sans le moindre pouvoir.   Non.  L’administration Obama a peur de vous.  Elle a peur d’un peuple informé, en colère, qui demande le respect des garanties constitutionnelles qui lui appartiennent de droit, comme cela devrait être.

Je reste ferme dans mes convictions et impressionné par les efforts de tant de personnes pour m’assister ». (Suite)