Précarité de notre liberté et notre prospérité

La liberté en danger

La crise de la dette que nous traversons actuellement va provoquer un changement politique, économique et social majeur.

Le risque de défaut souverain et de faillite bancaire justifie potentiellement tous les abus.

Si nous n’y prenons garde, les mesures transitoires et exceptionnelles d’aujourd’hui deviendront l’ordinaire des générations futures.

Il est essentiel d’ouvrir un débat national sur la dette publique avant que celle-ci ne dévore ces acquis civilisationnels majeurs que sont la liberté individuelle, la propriété privée et la démocratie libérale.

Cessons donc de considérer la crise de la dette comme un problème financier complexe et incompréhensible.

Il s’agit d’un problème politique qui nous touche tous et qui nécessite un large débat démocratique afin de sauvegarder notre liberté et notre prospérité.

L'état peut tout

Plus personne ne peut prétendre posséder quelque chose, car, désormais, l’État peut s’en saisir à tout moment. L’usage de vos biens ne dépend, in fine, que de son seul bon vouloir.

·        Un glissement des pouvoirs depuis une quinzaine d'années en faveur de l'ARQ à mesure que les objectifs de récupération fiscale se sont accrus par des cotisations abusives et infondées.

·        L'ARQ tente d'épuiser financièrement et psychologiquement les cotisants, en utilisant le système judiciaire où les coûts judiciaires sont hors portés pour des PPE ou PME.

A national problem that has exasperated some of the country’s most senior judges, including Supreme Court of Canada chief justice Beverley McLachlin: More and more civil defendants, especially those of limited means, face the prospect of legal fees exhausting their financial resources before they even reach a trial.

“Such a state of affairs reflects an unacceptable failure on the part of our civil justice system.” (Suite)

·        L'ARQ devient plus agressive à mesure que les pressions politiques se font plus vives pour accroître les rentrées fiscales de l'État.

·        L'ARQ est en train de devenir une institution hors de contrôle, qui agit comme si elle était au-dessus des lois.


Extrait de : Le fisc réclame les mêmes taxes deux fois, André Dubuc, La Presse, le 17 mai 2013

Revenu Québec lave plus blanc que blanc: il a commencé à réclamer à 1000... Agrandir

(Montréal) Revenu Québec lave plus blanc que blanc: il a commencé à réclamer à 1000 propriétaires immobiliers des taxes qui ont pourtant été versées il y a bien longtemps, a appris La Presse… (Suite)


Extrait de : Des firmes d'avocats «hors la loi» ignorées par Revenu Québec, François Bourque, Le Soleil

(Québec) Revenu Québec ferme les yeux sur des firmes d'avocats qui dérogent à l'obligation d'inscrire l'adresse privée de leurs actionnaires dans le Registre des entreprises…


Extrait de : Kitco poursuit Revenu Québec pour 122 millions, Francis Vaille, Le Presse, le 09 juin 2012

L'entreprise Métaux Kitco vient d'intenter une poursuite de 122 millions de dollars contre l'Agence du revenu du Québec (ARQ).

La firme de Montréal soutient que l'Agence a eu une conduite abusive et a agi de mauvaise foi dans un litige fiscal qui oppose les parties. Les perquisitions à l'endroit de Kitco et les enquêtes pour fraude menée par l'ARQ ont miné la crédibilité de Kitco et lui ont causé des dommages totalisant 122,2 millions, soutient la requête déposée au palais de justice de Montréal…


 

Quand le fisc attaque: vérification ou extorsion?

Bonjour,
 
Je vous contacte car j'aimerais publier l’article suivant sur Québec Droite.
 
Je veux soumettre cet article de façon anonyme puisque je ne suis pas convaincu que l’on puisse ouvertement critiquer les pratiques du gouvernement du Québec sans qu’il n’y ait de représailles.
 
Je tiens aussi à ce que cet article soit publier tel quel sans aucune altération sans mon consentement.
 
N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions.
 
Merci,
 
Ironman
 
 
Quand le fisc attaque: vérification ou extorsion?
 
À propos de cet article
 
L’auteur a décidé d’écrire cet article à la suite de deux vérifications en série au niveau de son entreprise : une première de Revenu Canada et une seconde de Revenu Québec.
 
Le titre de cet article est inspiré du livre de Maitre Paul Ryan intitulé « Quand le fisc attaque : acharnement ou nécessité? » Ce livre est écrit par un spécialiste en litiges fiscaux qui a plus de 30 ans d’expérience dans ce domaine. Le présent article est écrit par un entrepreneur québécois qui a subit les attaques du fisc. L’auteur ne prétend pas être un spécialiste en matières fiscales. Cependant, il possède un bon sens de l’analyse et de la synthèse, et il sentait le besoin de partager ses réflexions sur son expérience ainsi que de présenter ses recommandations et ses conclusions. À vous lecteurs de faire votre propre réflexion sur le sujet.
 
Même si le titre de cet article est inspiré du livre de Maitre Ryan, l’auteur confirme que Maitre Ryan n’a en aucun cas participé de près ou de loin à son écriture.
 
Les chiffres présentés dans cet article s’appuient sur deux documents officiels publiés par Revenu Canada et Revenu Québec sur l’exercice financier 2010-2011 :

1. « Rapport annuel de l’Agence du revenu du Canada au Parlement 2010-2011 » de Revenu Canada.

2. « Rapport annuel de gestion 2010-2011 » de Revenu Québec.

Des liens sont disponibles en références à la fin de cet article pour retrouver ces documents sur le Web.
 
À propos de l’auteur
 
L’auteur est propriétaire d’une petite entreprise qu’il a fondée il y a de ça plus de 10 ans à partir de rien du tout. Il a fait ce choix car il pensait avoir les compétences nécessaires ainsi que la détermination pour prospérer comme entrepreneur au Québec. Il croyait aussi que le Québec était un environnement propice à l’entreprenariat ce qui semble devenir de moins en moins vrai.
 
L’auteur a décidé de soumettre cet article de façon anonyme pour se protéger et protéger sa famille puisqu’il n’est pas convaincu que l’on puisse ouvertement critiquer les pratiques du gouvernement du Québec sans qu’il n’y ait de représailles.
 
Vérification de Revenu Canada
 
La vérification de Revenu Canada concernait deux années : X et X+1. L’auteur a d’abord reçu un coup de téléphone de la vérificatrice lui annonçant qu’il se faisait vérifier pour ces deux années et lui demandant de le rencontrer. La vérificatrice a passé une journée à son bureau où elle a posé une série de questions, a pris le temps de répondre aux questions de l’auteur, et a passé au peigne fin les états financiers de l’entreprise ainsi que toutes les pièces justificatives (factures clients, reçus de dépenses et autres). Elle a complété la vérification dans les semaines qui ont suivi. Résultat : Pas de cotisation.
 
Considérant le niveau d’éthique d’affaires qui règne au Québec dans certaines industries et qui a été exposé au grand jour durant la dernière année, l’auteur aurait quand même apprécié une petite tape sur l’épaule, un high-five ou une lettre le remerciant de contribuer positivement à la société canadienne, de payer ses impôts et de marcher droit. Mais bon.
 
Il n’est jamais agréable de se faire vérifier par le gouvernement. Cependant, basé sur cette expérience, Revenu Canada le fait avec professionnalisme et respect.
 
Vérification de Revenu Québec
 
La vérification de Revenu Québec concernait trois années : X+1, X+2 et X+3. L’auteur a d’abord reçu une lettre d’un vérificateur de Revenu Québec lui annonçant qu’il se faisait vérifier pour ces trois années et lui demandant de fournir certains renseignements. Pas de coup de téléphone. Pas de conversation. Aucune question. Aucune possibilité de poser des questions. Rien. Résultat : Avis de cotisation au niveau de la compagnie et au niveau personnel pour les trois années en questions pour des dépenses considérées comme étant non-admissibles. Donc, double imposition.
 
L’auteur est allé en opposition. Revenu Québec a laissé tomber les avis de cotisation de l’année X+3 mais a maintenu ceux des années X+1 et X+2. Selon son avocat, l’auteur aurait pu aller en appel de la décision de Revenu Québec et aurait eu de bonnes chances de gagner. Cependant, les frais légaux auraient été de beaucoup supérieurs aux montants cotisés. L’auteur a donc décidé de payer et de fermer sa gueule.
 
Le fait que Revenu Québec a décidé de cotiser pour l’année X+1 après une vérification vite faite tandis que Revenu Canada n’a pas cotisé après une vérification très méticuleuse pour la même année démontre à quel point Revenu Québec peut faire preuve « d’imagination » quand il s’agit d’extirper de l’argent des contribuables.
 
Et dans le cas de Revenu Québec, pour le respect, on va passer.
 
La Game
 
Voici comment la Game fonctionne : Revenu Québec ne vérifie pas, elle cotise. Avant même que la vérification commence, c’est déjà décidé que des avis de cotisation seront émis. Le but de la vérification ne consiste pas à déterminer SI vous devez payer Revenu Québec mais plutôt COMBIEN vous allez payer. Revenu Québec a maintenant des quotas à rencontrer pour éponger les déficits du gouvernement et elle profite du « floue » de la fiscalité des entreprises pour l’interpréter à son avantage que ce soit justifié ou non. Dans bien des cas, elle cotise des entreprises pour des montants significatifs mais pas assez pour justifier que celles-ci aillent en appel puisque les frais légaux seraient de beaucoup supérieurs aux montants cotisés. Donc les contribuables payent et ferment leurs gueules comme l’auteur. Et puisque les quotas vont augmenter dans les prochaines années, la situation ne va qu’empirer pour les entrepreneurs québécois en particulier et tous les contribuables en général.
 
Revenu Canada et Revenu Québec
 
Selon le « Rapport annuel de l’Agence du revenu du Canada au Parlement 2010-2011 »(1), Revenu Canada employait environ 40,000 fonctionnaires avec un budget annuel d’environ 4.4 milliards pour cette période donc $110,000 par fonctionnaire. Selon le « Rapport annuel de gestion 2010-2011 »(2), Revenu Québec employait environ 11,000 fonctionnaires avec un budget annuel de 1.7 milliards pour la même période donc $155,000 par fonctionnaire. Au prorata du nombre de fonctionnaires, Revenu Québec coûte donc 40% plus cher que Revenu Canada ou $45,000 par fonctionnaire pour un total de presqu’un demi-milliard par année. Qu’est-ce qui justifie cet écart? On parle de deux entités qui font sensiblement la même chose. Où est-ce que Revenu Québec dépense ce demi-milliard de plus annuellement? Où va cet argent?
 
Toujours selon le « Rapport annuel de gestion 2010-2011 »(2), il y avait environ 6.1 millions de contribuables au Québec en 2010-2011. Vu d’un autre angle, ce demi-milliard d’écart représente un peu moins que $100 par contribuable. Donc si Revenu Québec opérait suivant les standards de Revenu Canada, on pourrait éliminer la « très populaire » taxe santé et chaque contribuable québécois aurait $100 de plus dans ses poches à la fin de l’année.
 
Revenu Québec emploie 11,000 fonctionnaires. Revenu Canada en emploie 40,000. Au prorata de la population, si on considère que 25% des fonctionnaires de Revenu Canada s’occupent des contribuables québécois, ça en fait 21,000 qui couvrent le Québec et 30,000 pour le reste du Canada. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’on est très bien encadré au Québec. Cependant, cet encadrement n’a pas empêché des individus, des entreprises et des fonctionnaires de commettre des actes de corruption, de collusion et de fraude fiscale à grande échelle pendant des années qui se chiffrent en centaines de millions sinon en milliards de dollars. Que faisait Revenu Québec durant toutes ces années?
 
11,000 fonctionnaires
 
11,000 fonctionnaires ça représente donc des coûts d’opérations de 1.7 milliards par année pour le gouvernement. C’est beaucoup pour une agence qui fait exactement la même chose que Revenu Canada. Considérant que l’Ontario avec ses 13.5 millions d’habitants n’a pas sa propre agence de revenu, il n’y aucune raison pour laquelle le Québec devrait avoir la sienne avec ses 8 millions d’habitants. Si on fermait Revenu Québec, le gouvernement sauverait 1.7 milliards par année. Mais ça évidemment, il ne faut pas en parler. Les fonctionnaires et leurs gros plans de pension, il ne faut pas toucher à ça. Et puis, c’est tellement plus simple d’aller chercher de l’argent dans les poches des contribuables.
 
Le gouvernement demande aux québécois de faire leur juste part pour les aider à remettre les finances publiques sur les rails. Il serait grand temps qu’il fasse la sienne en commençant par faire un sérieux ménage dans la fonction publique. Posez-vous la question : Revenu Québec, ça sert à quoi? Qu’est-ce que Revenu Québec fait que Revenu Canada ne fait pas déjà ou pourrait facilement faire à bien moindre coût?
 
En passant, Revenu Québec a augmenté ses effectifs de 1000 nouveaux fonctionnaires pour l’exercice 2011-2012. Ils sont donc maintenant 12,000, et non plus 11,000, à assurer notre bonheur.
 
Abus
 
L’Internet est un outil incroyable. Faite une recherche avec Google sur les mots « Abus Revenu Québec », « Abus Revenu Canada » et « Abuse Revenue Canada » (en anglais). Vous y trouverez des pages et des pages d’histoires d’horreurs sur les démêlés de contribuables québécois avec Revenu Québec et presque rien avec Revenu Canada. Il semble y avoir plus d’abus de Revenu Québec envers 8 millions de québécois qu’il y en a de Revenu Canada envers 35 millions de canadiens. Et ça dure depuis des années.
 
Revenu Québec force des entreprises à la faillite, ruine la vie de gens honnêtes, et cause de l’angoisse et de la frustration à des contribuables qui ne leur doivent rien mais qui doivent payer quand même. Ils attaquent les particuliers comme les entreprises, les jeunes comme les moins jeunes, les gens seuls comme les familles. Il ne semble pas y avoir de limite qu’ils ne sont pas prêts à franchir pour saigner à blanc les contribuables québécois.
 
Revenu Québec fait sentir aux québécois qu’ils ont des comptes à leur rendre quand c’est complètement l’inverse : 40% de dépassement de coût annuellement par rapport à une agence équivalente qui offre les mêmes services au Canada, fraude fiscale à grande échelle pendant des années sans que rien ne soit fait, et abus sur des entreprises et citoyens honnêtes qui n’ont rien à se reprocher.
 
Le Québec
 
C’est vraiment beau le Québec et ses gens sont incroyables. Le Québec possède un potentiel sans limite pour exceller dans tous les domaines possibles et imaginables. Malheureusement, tant que les dirigeants vont persister à étouffer sa population avec des taxes et des impôts trop élevés simplement pour maintenir des institutions couteuses et inutiles, ce potentiel ne sera jamais pleinement réalisé.
 
Les révolutions
 
Les révolutions commencent souvent par une seule action abusive de trop d’un gouvernement envers sa population. Il suffit qu’un seul individu organise une résistance pour que la population suive et que le gouvernement tombe, ou certaines de ses institutions. Après le printemps arabe, est-ce qu’on n’est pas dû pour un printemps québécois?
 
Recommandations
 
Si vous considérer devenir entrepreneur au Québec, oubliez-ça. Devenez plutôt fonctionnaire chez Revenu Québec. Là il y a de l’avenir.
 
Si vous êtes déjà entrepreneur au Québec, déménagez en Ontario ou ailleurs si vous le pouvez. Devenez Franco-Ontarien. Tout est moins cher en Ontario : les impôts personnels, les impôts des corporations, la taxe de vente, le vin et l’essence. Seul exception : la bière. De plus, vous ferez affaire avec une seule agence de revenu. Vous serez donc moins à risque de vous faire vérifier en plus de n’avoir qu’à produire un seul rapport d’impôt par année plutôt que deux. Avec le prolongement de l’autoroute 30, il est maintenant possible de se rendre sur la rive-sud sans passer par Montréal à partir de l’Ontario. Avec le pont d’Hawkesbury, vous pouvez vous rendre sur la rive-nord ou dans les Laurentides aussi sans passer par Montréal. Certaines villes ontariennes comme Hawkesbury, Alexandria et Lancaster sont à environ une heure de voiture du centre-ville de Montréal, de la rive-sud et de la couronne nord.
 
Si vous êtes déjà entrepreneur au Québec et que vous n’avez pas la possibilité de déménager en Ontario ou ailleurs, bon courage. Les prochaines années ne seront pas faciles.
 
Si vous avez été injustement cotisé par Revenu Québec, faite-le savoir. Contactez les médias. Publiez vos expériences sur le Web, les forums, les blogues, les réseaux sociaux. Si vous avez les moyens de vous opposer, opposez-vous. Si vous avez les moyens et le courage d’aller en cours, allez-y. Si vous avez la possibilité de déménager hors du Québec, faite-le. Peut-être que quelqu’un va se réveiller à Québec un jour.
 
Remerciement
 
L’auteur aimerait remercier Monsieur Jean-Yves Archambault qui intente présentement une poursuite contre Revenu Québec à la suite des abus que son entreprise et lui ont subi. Monsieur Archambault fait preuve d’un courage, d’une détermination et d’une ténacité à toute épreuve pour se battre ainsi contre le fisc. Bon courage Monsieur Archambault. Vous méritez de gagner.
 
Conclusion
 
L’extorsion est défini comme étant « l’action d'extorquer, d'obtenir quelque chose contre la volonté de celui qui la détient, en utilisant la violence, la ruse, la menace ». Donc, vérification ou extorsion? À vous de tirer vos propres conclusions.
 
Bon courage à tous et vive le Québec.
 
Références
 
1. Rapport annuel de l’Agence du revenu du Canada au Parlement 2010-2011 :
 
http://www.cra-arc.gc.ca/gncy/nnnl/2010-2011/prfrmnc-f/rc4425-11-fra.pdf
 
2. Rapport annuel de gestion 2010-2011 :
 
http://www.revenuquebec.ca/documents/fr/publications/adm/adm-500(2011-12).pdf


 

 

Les nouvelles du 03/07/2013

Hydro et l'avertissement de Labeaume

Francis Vailles, La Presse

(Montréal) Voici la première de deux chroniques sur Hydro-Québec et son régime de retraite. Aujourd'hui, il est question du monstrueux déficit du régime, payé par les contribuables, et demain, des conditions incroyablement avantageuses des employés d'Hydro.

C'est connu, Régis Labeaume ne fait pas dans la dentelle. Toutefois, ses sorties publiques soulèvent souvent des questions fort pertinentes. (Suite)


Les conditions incroyables des retraités d'Hydro

Francis Vailles, La Presse

Tout de même, le régime d'Hydro a aujourd'hui un déficit de solvabilité de 4,6 milliards de dollars, ce qui oblige l'entreprise à verser 394 millions par année pour l'éponger. C'est autant d'argent qui n'est pas versé au gouvernement du Québec et dépensé dans la santé, les routes et autres besoins. Quand on parle d'un effort de tous pour combattre le déficit au Québec, Hydro et son régime en or n'en font clairement pas partie.

Il reste qu'un employé de 30 ans qui entre chez Hydro cette année obtiendra encore une rente annuelle à 65 ans qui sera entre 39 et 53% plus généreuse que celle des autres régimes au Canada... grâce aux contribuables québécois. (Suite)


Nigel Farage: "Une tempête électorale l'année prochaine lors des élections

Nigel Farage dénonce les milliards d'euros que l'Union Européenne s'apprête à dépenser pour « résorber » le chômage chez les jeunes et dénonce le caractère anti-démocratique de l'UE avec l'entrée de la Croatie dans l'Union sans réel appui du peuple et sans vrai débat. Farage prévoit une tempête électorale l'année prochaine lors de l'élection européenne.


La croissance illimitée est un cul de sac

Par Corentin de Salle, depuis la Belgique

Ne voyons pas dans le ralentissement voire la stagnation de la croissance le signe que notre modèle serait à bout de souffle. L’endettement excessif des États et des collectivités territoriales, l’interventionnisme et les politiques monétaires ruineuses, soucieuses de « stimuler » ou de « relancer » la croissance pour tenter d’équilibrer le budget, sont des procédés artificiels qui provoquent des bulles génératrices de crises et de récessions. La croissance n’a besoin ni d’incantations ni d’adrénaline. Elle décolle systématiquement si on réduit les dépenses et si l’on s’abstient de fausser le marché.

Par ailleurs, il ne faut pas confondre croissance et développement. L’ONU mène chaque année une vaste enquête qui évalue, en fonction d’un certain nombre de critères confectionnés et affinés à partir des travaux de l’économiste libéral Amartya Sen, le « développement humain » de chaque pays (ces critères sont le taux d’alphabétisation, le niveau des soins de santé, le taux de mortalité, l’éducation, l’égalité hommes/femmes, etc.). Les deux sont corrélés mais pas identiques : ainsi, la croissance de l’Inde est inférieure à celle de la Chine mais l’Inde se développe plus vite car ce pays démocratique réinvestit chaque année une partie de sa richesse dans la santé et l’éducation. La croissance économique n’est donc pas une finalité mais un instrument de développement. Quoi qu’il en soit, prétendre que la croissance est nécessairement limitée est une erreur. Vouloir la limiter, c’est manquer de foi en l’homme, c’est entraver ou enrayer le développement, c’est interdire ainsi à une majorité d’humains d’accéder aux standards dont nous jouissons et c’est, en un mot, priver l’humanité d’accomplissements aussi grandioses qu’insoupçonnés. (Suite)


Cash for classrooms: Michael Gove plans to let firms run schools for profit

A spokesman for Mr Gove re-confirmed the target of converting all English schools to academy or free status, but later said that profit-making was not needed, adding: "More than half of all secondary schools are academies with hundreds more in the pipeline and the number of primary academies is increasing fast and now stands at more than 1,000."

This still leaves the vast majority of England's schools as council-run. (Suite)


Les nouvelles du 02/07/2013

L’économie américaine est un bordel complet et total.

Si vous connaissez quelqu’un qui croit réellement que l’économie américaine va mieux, montrer lui les statistiques présentées dans  cet article. Le pourcentage d’Américains qui sont des travailleurs indépendants est à son plus bas record, et le pourcentage d’Américains qui dépendent du gouvernement est à un niveau record. L’économie américaine est un bordel complet et total, et il est temps que nous fassions face la vérité.

# 1 En 1980, la dette nationale américaine était de moins d’un billion de dollars . Aujourd’hui, il se rapproche rapidement de 17 billions de dollars …

# 2 Pendant le premier mandat d’Obama, le gouvernement fédéral a accumulé plus de dettes que  sous les 42 premiers présidents américains combinés .

# 3 La dette nationale américaine est maintenant plus de 23 fois plus grande qu’elle ne l’était lorsque Jimmy Carter est devenu président.

# 4 Si vous aviez commencé à rembourser uniquement la nouvelle dette que les Etats-Unis ont accumulé avec  l’administration Obama et ceci à raison d’un dollar par seconde, cela prendrait plus de 184.000 années à rembourser.

# 5 Le gouvernement fédéral américain continue de voler plus de 100 millions de dollars à ses  enfants et à ses  petits-enfants chaque heure de chaque jour qui passe. (Suite)


The consequences of monetary union on the destruction of French manufacturing industry.

Since the launch of the euro, French and German industrial productions have extremely diverged. French manufacturing production decreased while German manufacturing industry very strongly increased. The decrease or stagnation of exports of French products contrasts with the strong increase of German exports. France lost market shares on the foreign markets. This evolution is a direct consequence of the flaws of the monetary union as it has been organized. Also, due to sharp differences in the average degree of sophistication of French products, sharing a common currency with Germany inevitably had to lead to a loss of competitiveness of France on foreign markets. (Suite)


Fiscalité : ce qu'en pense Ron Paul              

Il n'y a pas de petit impôt. L'État ne fait qu'augmenter la taxation et multiplier les justifications à l'impôt - services publics, santé, enseignement, dépenses militaires. Il en va de notre liberté de ne pas associer taxation et civilisation.

Extrait de Liberty Defined, Ron Paul, 2011. Traduction : Thierry Falissard

« Les impôts sont le prix que nous payons pour la civilisation », affirme Oliver Wendell Holmes [1] Voilà une affirmation qui nous a coûté bien cher. La civilisation découle du développement économique, moral et social. La liberté en est une condition préalable. Les impôts et le pouvoir de taxation sont destructeurs de la civilisation et de tout progrès. Régir l'économie, dominer le monde et faire financer tout cela, sous la contrainte, par des individus productifs, est un viol du principe des droits naturels ; poussé à l'extrême, ce système détruit les moyens de production et la richesse du pays. (Suite)


Les 21 pays auxquels Edward Snowden a demandé l’Asile

Une nouvelle carte du monde se dessine.  Cette liste de 21 pays représente t’elle les derniers pays libres du monde, ou pour le moins ceux qui refusent les relations incestueuses avec  Oncle Sam désormais (Big) Brother Sam ?

Pour mémoire, ces pays sont :

  -  La république d’Autriche

  -  La Bolivie

  -  Le Bresil

  -  La République Populaire de Chine

  -  La  République de cuba

-  La  Finlande

-  La France

-  L’Allemagne

-  L’Inde

-  L’Italie

-  L’Irlande

-  Les Pays Bas

-  Le  Nicaragua

-  La Norvège

-  La Pologne

-  La Fédération de Russie

-  L’Espagne

-  La  Suisse

 -  Le  Vénézuela

 -  L’Equateur

 -  L’Islande

Les pays du Commonwealth, Grande Bretagne, Canada, Australie, Nouvelle Zélande font partie des grands absents, tout comme le Japon.  

Dans son dernier communiqué, Edward Snowden déclare :  

« Au bout du compte, l’administration Obama n’a pas peur des dénonciateurs comme moi, comme Bradley Manning ou Thomas Drake.  Nous sommes bannis, emprisonnés, sans le moindre pouvoir.   Non.  L’administration Obama a peur de vous.  Elle a peur d’un peuple informé, en colère, qui demande le respect des garanties constitutionnelles qui lui appartiennent de droit, comme cela devrait être.

Je reste ferme dans mes convictions et impressionné par les efforts de tant de personnes pour m’assister ». (Suite)