Québec, 5e place des pays les plus endettés

L’endettement public du QuébecLe Québec, on le sait, demeure la province canadienne la plus endettée, à environ 49 % de son PIB.

Mais lorsqu'on tient compte de sa part dans la dette fédérale et l'arriéré des municipalités, l'ardoise dépasse 307 milliards $ en 2012-2013, soit 85,8 % du PIB provincial.

Comparer la dette obligataire du Québec avec celle d'États américains est encore plus affligeant : à environ 47 % du PIB, cette dette est quatre fois plus élevée que celle de l'État de New York, par exemple.

L’endettement public du Québec - 1

L’endettement public du Québec - 2

Il y a d'abord la dette directe, que nous devons aux marchés financiers, et sur laquelle nous payons de l'intérêt. La dette directe se divise en deux, brute et nette. La dette nette s'obtient en soustrayant les actifs de l'État : valeur de ses bâtiments, devises en réserve, etc.

Si le Québec assumait une part de la dette fédérale égale à sa part dans la population canadienne, sa dette totale augmenterait de 81%. Le Québec indépendant se retrouverait avec un ratio de dette par rapport au PIB de près de 87%, ce qui lui confèrerait la 5e place des pays les plus endettés de l'OCDE, derrière le Japon, la Grèce, l'Italie et l'Islande. (1)

Ainsi, la dette directe nette du Québec est passée de 37,6 milliards $ en 1990-1991 à 175,5 milliards $ en 2012-2013.

L’endettement public du Québec - 3

Une autre mesure de la dette, indirecte, comptabilise les ententes et garanties d'État, les obligations des gouvernements futurs envers les particuliers (l'Éducation, la Santé, les prestations de retraite), etc.

Le total combiné des dettes directes et indirectes du Québec, incluant les paliers fédéral, provincial et municipal, dépassait 955 milliards $ en 2011-2012, ou plus de 276 % du PIB provincial. Comme si chaque citoyen devait plus de 119 000 $ !

Évidemment, Québec ne doit pas rembourser la dette indirecte demain matin. Filip Palda spécifie que le calcul de la dette indirecte est « un exercice spéculatif », pour cerner des tendances.

L’endettement public du Québec - 4

L'Institut Fraser a également comparé la dette obligataire (part de la dette publique représentée par des obligations) du Québec à celle 24 États américains.

L’endettement public du Québec - 5

Ce passif, au Québec, atteignait 160,8 milliards $ ou environ 47 % du PIB en 2011. Un ratio dette/PIB deux fois plus élevé que dans la plupart des États américains endettés. Notamment l'État de New York, qui déclarait une dette obligataire totale de 142,7 milliards $.

Cet État étant beaucoup plus prospère que le Québec, sa dette obligataire pèse moins lourd sur ses épaules : elle ne représentait que 12,3 % de son PIB en 2011.

« Nous sommes à la limite extrême de l'endettement en Amérique du Nord, ça ne peut pas continuer comme ça », avertit Filip Palda.