Les politiciens incapables de comprendre la réalité des entrepreneurs

Je pourrais plutôt dire incapable de prendre des décisions qui auraient des conséquences négatives sur leurs électorats.

Conclusion - 1

Conclusion - 2

Importance of export

Que vous voyez-vous en premier, nous sommes la seule économie qui est la moins diversifiée, alors ceux qui font de beaux principes économiques faciles en disant qu’il faut absolument se diversifier, c’est tout à fait normal que nous soyons moins diversifiés, c’est notre seul pays de proximité.

De plus, ils sont 314 millions d’habitants et nous, seulement 34 millions, en plus il possède un privilège unique au monde, imprimer de l’argent à l’infini, car le dollar US est la monnaie de référence, facile de payer des dettes et de donner des subventions avec de l’argent fraichement imprimé, c’est cela notre réalité, pas l’Europe, pas le Bric.

Donc, avant d’essayer d’exporter à tout rompre en constatant malheureusement le résultat lamentable après dix ans.

Pourquoi, on n’accepte pas de voir la vérité en face, les États-Unis sont peut-être notre principal client, mais aussi notre principal compétiteur.

Si les Américains ont perdu plus de 64 000 entreprises manufacturières depuis la mondialisation tout en étant toujours les plus productifs aux mondes, imaginé le Québec.

Economic freedom 2012Donc, si on ne s’arrime pas aux mêmes conditions de travail que les Américains particulièrement des États du Sud ce qui est loin d’être une panacée de richesse (salaire, fardeau réglementaire, code du travail, impôts), on va juste mourir à petit feu.

Au Québec, des facteurs tels que l'interventionnisme étatique, les impôts élevés, la puissance des syndicats ainsi que l'existence de programmes et de droits sociaux étendus ont considérablement réduit la liberté économique, nuisant ainsi aux Québécois.

Quand vous avez une province qui est sous l’emprise de la corruption, du copinage et de la collusion, le niveau de l’imputabilité et de la transparence est drôlement affecté et cette redistribution de la richesse pour favoriser certains groupes d’intérêts ne sert pas à créer de la richesse, mais plutôt à satisfaire un État parasitaire se vidant progressivement de son sang jusqu’à mort sans suivre, vers l’Insolvabilité.

En maintenant ce comportement de cancre pendant plus de 20 ans, on a détruit graduellement les entreprises, on a incité les entreprises à cesser leurs opérations, ou à se délocaliser ou empêcher des industries à vouloir investir au Québec.

Un premier ministre devrait toujours avoir à son chevet, les statistiques de la liberté économiques par rapport à ces voisins, car l’État ne crée aucune richesse, elle ne fait que redistribuer la richesse créée par l’entreprise.

Si l’État n’est plus compétitif par rapport à ces voisins directs, elle se meurt à petit feu, elle peut temporairement utiliser le crédit de ces enfants pour maintenir le système à flot, mais à toute fin, elle devient insolvable.

Le climat de l'investissement provincial comprend dix composantes:

(1) Les impôts des sociétés,

(2) La prudence budgétaire,

(3) Les impôts sur le revenu des particuliers,

(4) La qualité des infrastructures,
(5) La taxe de capital des entreprises,

(6) Taxe de vente et d’accise,

(7) Le code du travail,

(8) Le fardeau réglementaire,

(9) Coût de la masse salariale

(10) Agressivité fiscale

Le Québec est exactement dans cette position, des politiciens carriéristes depuis 20 ans qui se sont concentré à rester au pouvoir en donnant des bonbons à tout le monde en oubliant que ça prend de la véritable richesse pour satisfaire de telle promesse non une carte de crédit au nom de leurs enfants.

Ce qui est plus grave, c’est que ça prend au minimum une décennie pour rétablir une compétitivité, malheureusement les entrepreneurs et les entreprises, ça ne pousse pas dans les arbres, et cela dans un environnement sain, loin d’être le cas localement et mondialement.

Voici dix critères reliés à la liberté économique, elles sont fondamentales pour la réussite d’un entrepreneur.

Donc, le but ultime, c’est de devenir aussi compétitif que les Américains, donc, beaucoup de sacrifice à faire sur le plan budgétaire et pour le peuple, il faut revenir au principe de base de la liberté économique ou d’accepter de crever à petit feu.

Mais bien sûr, ça prend des politiciens intelligents et courageux et de le dire au peuple, cela ce n’est pas pour demain