Pourquoi les Suisses sont- ils considérés les plus heureux du monde ?

World hapinesse reporty 2015La Suisse serait le pays le plus heureux du monde

Outre l'argent, le rapport souligne l'importance de l'équité, de l'honnêteté, de la confiance et de la bonne santé, soulignant que les crises économiques ou désastres naturels n'écrasent pas forcément le bonheur.

L'Irlande et l'Islande sont les meilleurs exemples de pays ayant su rester heureux, grâce à un fort soutien social, en dépit de la crise financière qui les a durement frappées, selon le rapport qui évoque aussi la région de Fukushima au Japon, où le tremblement de terre de 2011 "a conduit à une augmentation de la confiance et du bonheur", en raison du renforcement des liens.

Une de nos recommandations est d'utiliser les mesures du bonheur (...) pour aider à guider le monde durant cette période de nouveaux objectifs de développement durable", a déclaré M. Sachs.

Il a aussi insisté sur l'importance de l'enfance, pour parvenir à des adultes heureux.

"Nous devons investir tôt dans la vie de nos enfants, afin qu'ils deviennent des adultes indépendants, productifs et heureux, contribuant à la fois socialement et économiquement", a-t-il ajouté.

L'équité, de l'honnêteté, de la confiance et de la bonne santé.

Terme connexe de l’équité : L'égalité des chances est une vision de l'égalité qui cherche à faire en sorte que les individus disposent des "mêmes chances", des mêmes opportunités de développement social, indépendamment de leur origine sociale ou ethnique, de leur sexe, des moyens financiers de leurs parents, de leur lieu de naissance, de leur conviction religieuse, d'un éventuel handicap.

Alors, est-ce que le Québec est équitable ?

·         Est-il équitable pour nos enfants de transférer 270 milliards de dettes ?

·         Est-il équitable que la moitié des gens du secteur privé à la retraite se retrouvent au seuil de la pauvreté tandis que le secteur public s’octroie une retraite dorée ?

·         Est-il équitable que nous n’ayons pas le libre choix pour la santé de choisir entre le privé ou le public pour avoir le meilleur service?

·         Est-il équitable pour un jeune professeur qu’il doit travailler contractuellement avec les classes les plus difficiles, tandis que le professeur ayant plus d’ancienneté possède une sécurité d’emploi avec les classes moins problématique ?

·         Est-il équitable que le jeune fonctionnaire paie des cotisations pour sa retraite quand on ne résout même pas les 100 milliards de déficits actuariels ?

·         Est-il équitable que nous payions autant d’impôts pour savoir que nos employés du secteur public sont d’une imputabilité et efficacité douteuse à cause de la sécurité, permanence et ancienneté acquises au cours des décennies par chantage syndical ?

·         Est-il équitable qu’un parti politique puisse devenir majoritaire avec seulement 30 % des votes ?

Ø  Alors qu’est-ce qui différencie entre nous et la Suisse pour qu’il puise être considéré le plus heureux.

Ø  Quel est le dénominateur qui a créé une société équitable, égalitaire, honnête.

La réponse est simple, mais fondamentale.

Ce sont les seuls qui possèdent une démocratie directe dans tous les paliers de gouvernements.

Avez-vous remarqué que les médias traditionnels et les politiciens parlent très peu, de nos défaillances démocratiques et de les changer, car ceux qui contrôlent et souvent propriétaires de ces conglomérats de communication sont malheureusement ceux qui profitent du système.

Je vous ai maintes fois mentionné que la problématique majeure des pays modernes est une sérieuse défaillance de notre système démocratique où les décisions politiques sont plus assujetties pour satisfaire les groupes d'intérêts que pour satisfaire le bien commun.

LES SAGES SUISSES l’avaient très bien compris, ils ont contourné le problème, ne jamais avoir totalement confiance envers eux, donnons le pouvoir aux peuples de circonscrire les politiciens au pouvoir, d'où la démocratie directe.

Ø  À tout moment le peuple peut imposer (moteur) aux politiciens des changements majeurs sur la gestion d'État ou de refuser (frein) des lois votées par le politicien qui serait préjudice aux biens communs, on appelle cela le frein ou le moteur de la démocratie directe.

Mais, aucun quotidien traditionnel n’ose en parler, car nos groupes d’intérêts utilisent justement cette défaillance démocratique pour avoir la main mise sur le pouvoir politique.

Et si vos politiciens vous disent qu’eux seuls ont l’expertise pour gérer adéquatement l’État, on peut dire qu’ils ont coulé royalement leurs examens, car en quarante ans seulement l’ensemble de tous les états providences sont rendus insolvables.

La politique du n’importe quoi

1.      Au départ, nous avons donc des pays qui ont accumulé des dettes pendant des dizaines et des dizaines d’années.

2.      Les peuples vivant dans l’illusion ou l’argent poussent dans les arbres.

3.      Bercé par les douceurs de l’État-providence  permet en obérant franchement l’avenir des générations futures, le peuple et les élites des pays auront, sans vraiment y réfléchir, fait perdurer des modèles impossibles à tenir sur le long terme en reportant à plus tard le moment de payer l’addition.

Cette époque est merveilleuse ; elle aura permis à des gens intellectuellement douteux de faire n’importe quoi, n’importe comment, et en toute impunité.

Mais en tout cas, si cela s’arrête, une chose est sûre : ce ne sera pas parce qu’on sera tombé à court de n’importe quoi ou de n’importe qui, mais plutôt à court d’argent.

Si cela vous tente de brûler quelques neurones et d’en connaître un peu plus sur la démocratie directe, il y a 5 ans, j’avais fait un cahier spécial sur le sujet.

Donc, bonne lecture : Démocratie directe

Q.D.