Les écoles libres au Royaume Unis

Les écoles libres

·         Les écoles libres reçoivent pour chaque élève, la même somme que l’État aurait dépensée pour une école publique normale.

·         L’autonomie des écoles a également été considérablement élargie, incluant la modulation du salaire et des conditions de travail des enseignants, la décentralisation du financement des écoles et une plus grande liberté pédagogique concernant l’organisation du programme et des examens.

·         Vous avez un système d'évaluation, des pratiques de travail plus flexibles, une meilleure utilisation de la technologie, des normes communes. Ils ne sont pas parfaits, mais ils nous montrent que cela peut être fait. 

·         Ce sont des écoles sur une base volontaire, les enseignants sont volontaires, les enfants sont volontaires, et ils ont brisé le système non bénévole qui est des écoles publiques traditionnelles.

·         Automatiquement, il y a un d’écrémage naturel, les bons professeurs restent, les moins bons s’en vont, car la survie de l’école en dépend, conséquence un système éducatif reconnu mondialement et à moindres coûts.

Pourquoi, il n’y en a pas au Québec ?

Démocratie douteuse » Politiciens douteux » Gouvernance douteuse

Quand  une démocratie est faible, les décisions politiques sont prises pour satisfaire les groupes d’intérêts non pour satisfaire le bien-être collectif.

Les groupes d’intérêts font pression pour que les écoles autonomes ne prennent pas naissance, si on ne peut comparer, on ne peut évaluer, et si on ne peut pas évaluer, on ne peut pas rendre les gens imputables.

Imputable, connaît pas ?

Tant aussi longtemps qu’il n’y a pas de comparaison, les gens ne sont imputables à peu près à rien, et ils le savent très bien.

Savoir, si notre système éducatif en souffre c’est le moindre de leurs soucis, c’est de maintenir leurs acquis et leurs privilèges, c’est déplorable, mais c’est la réalité.

Nos jeunes vont souffrir, car ils ne sont pas préparés face à la mondialisation agressive, valable pour les universités ils ne sont pas assez flexibles par rapport aux besoins réels de nos industries. (Futur carnet)

Tout est sclérosé à cause de convention collective mur à mur en béton.

On protège des ‘jobs’, mais n’assure pas
à notre génération des emplois décents.

Du courage politique

Ce qu’il faut faire, c’est cassé le système, pas de petite réformette telle que réduire l’accroissement des dépenses, mais ça prend du courage politique, pas convaincu avec le type de politicien que nous avons, qu’un tel exploit est dans un proche avenir.