591 823 fonctionnaires dans la fonction publique

Il est quand même hallucinant, qu’on ne savait même pas le nombre d’employés dans la fonction publique, ce qui démontre à quel point que nos chers ministres antérieurs étaient responsables.

Demandez à n’importe quelle entreprise privée, s’il connaît le nombre d’employés, aucun souci, ils le savent, pourquoi ?

Parce qu’ils sont : IMPUTABLES

Pas besoin de vous demandez pourquoi que nous sommes rendus à plus de 276 milliards de dettes publiques, je vous l’ai toujours dit, si le Québec était un pays, il serait le cinquième pays le plus endetté du monde, donc, nous avons le plaisir d’avoir eu au cours des dernières décennies les cinquièmes politiciens les plus incompétents du monde.

En avril 2015, l’emploi au Québec se répartit entre 3 548 000 salariés et 562 900 travailleurs autonomes. Ces derniers constituent 13,7 % de l’emploi total. Avec 2 657 400 travailleurs, le secteur privé regroupe les trois quarts des salariés. Quant au secteur public, il rassemble 890 600 travailleurs.

Je ne suis pas sûr, si ces nouveaux chiffres sont inclus dans ‘L’enquête sur la population active pour le Québec’, le secteur public dans le sens large est la fonction publique, sociétés d’états et paramunicipales.

Donc, ¼ de la population active sont une dépense, le problème, ils sont sur payés, possède une sécurité, permanence et ancienneté et ont acquis par copinage une retraite dorée insolvable.

Donc, revenons aux statistiques :

·         Fonction publique : 591 823 personnes

·         Secteur publique : 890 600 travailleurs.

·         Rémunération de la fonction publique : 39,2 milliards $

·         Revenus consolidés (Québec 2014-2015) : 96 milliards

·         % pour la rémunération par rapport aux revenus : 40 %


Extrait : Le gouvernement Couillard connaît le nombre de ses employés, Argent,

Le gouvernement sait maintenant combien d'employés travaillent pour l'État, à savoir 591 823 personnes, incluant les personnes travaillant à temps plein, à temps partiel, les saisonniers et les étudiants.

Le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, était resté stupéfait, l'an dernier, quand ses fonctionnaires lui avaient révélé qu'il n'était pas possible de lui dire les effectifs du gouvernement.

«Dans un contexte où les dépenses de programmes en rémunération représentent une somme de 39,2 milliards $ et que celles-ci augmentent chaque année, cela m'est apparu inacceptable», a relaté M. Coiteux à l'occasion d'une conférence de presse, jeudi, à l'Assemblée nationale.

L'adoption en décembre du projet de loi 15 a permis d'effectuer le dénombrement et de fournir au gouvernement l'outil qui lui permettra de contrôler les dépenses de rémunération, a signifié M. Coiteux. Ainsi, l'an dernier (2014-2015), l'État québécois payait 494 528 employés équivalent à temps complet (ETC), révèle le dénombrement. Au premier trimestre de 2015, soit du 1er janvier au 31 mars, les effectifs de l'État ont diminué de 486 ETC.

Une augmentation de 136 ETC dans les réseaux de l'éducation et de la santé ainsi que dans certains organismes non assujettis à la Loi sur la fonction publique a été plus que compensée par une diminution de 622 ETC dans la fonction publique.

«Nous avons inversé la tendance, le gouvernement a repris le contrôle», s'est félicité M. Coiteux.

Il n'a pas été possible de connaître quelle économie avait générée la baisse de 486 employés équivalent à temps complet.


Public, privé : 9 différences

Quand il s’agit de comparer dans le détail les conditions de travail, de licenciement, de retraite, d’aides sociales… entre secteur public et secteur privé.

1.      Recrutement : entretiens dans le privé, concours dans le public

2.      Pas de licenciement pour les fonctionnaires titulaires

3.      Salaires : en moyenne plus élevés dans le public

4.      Temps de travail : en moyenne inférieur dans le public

5.      Mobilité : bien plus forte dans le privé

6.      Allocations familiales : les agents publics cumulent avec le supplément familial de traitement

7.      Cotisations sociales : moins chères pour les fonctionnaires

8.      Retraites : un régime plus favorable dans le public

9.      Arrêts maladie et absentéisme, fléau de la fonction publique