Dérapage : QE (pour maintenir son train de vie)

  QE

Perdant :

·       Le peuple particulièrement dans le secteur privé et les générations futures.

Gagnant :

·       Le 1 % qui contrôlent le capital.

·       Les parasites qui vivent aux dépens de l’État en maintenant des privilèges qu’on n’avait jamais eu les moyens.

En fait le QE n’est fait que pour gagner du temps
avant que les pays fassent faillite.

Le Quantative easing (QE) permet de financer en totalité, et même au-delà, le déficit budgétaire des principaux pays !

Le déficit des comptes publics devient totalement indolore : si les investisseurs fuyaient subitement un pays, la banque centrale pourrait sans problème prendre le relais et pourrait faire tourner sa planche à billets de façon à financer l’intégralité de son déficit budgétaire.

Une politique en général digne des régimes au bord de la faillite.

Au fur et à mesure que les anciens emprunts sont remplacés par de nouveaux émis à des taux proches de zéro, ou même négatifs, le coût de la dette va diminuer ; alors, pourquoi se fatiguer à réduire les dépenses publiques, et à se fâcher avec ses clientèles électorales ?

·       avec une dette qui augmente,

·       un déficit qui ne baisse pas,

·       mais un coût des emprunts qui reflue.

Bulle obligataire et prix sans rapport avec la réalité, gouvernements déresponsabilisés refusant toute réforme structurelle, voici le résultat de ce QE !

Redisons-le : faire tourner la planche à billets pour un montant nettement supérieur au déficit budgétaire est une politique digne d’un pays en déroute.

clip_image002Plus qu’on imprime de l’argent, plus qu’elle vaut moins et tout coûte plus cher, cette inflation générée par le QE est un impôt indirect camouflé de l’État sur le dos du peuple.

Donc, chers peuples, vous allez devenir de plus en plus pauvres, car toutes coûtent plus chers, entre-temps les jeunes vous êtres justes des dommages collatéraux sans importance.

Le problème de fond est que la liquidité mondiale ne cesse d'augmenter à un rythme bien plus élevé que la croissance économique réelle.

Alors, où va cette liquidité ?

On spécule, car il nettement plus payant de spéculer que d’invertir dans l’économie réelle qui est moribonde, surtout qui veut placer son argent dans une banque avec des taux d’épargne anémiques, voire négatifs en termes réels, que leur proposent ces mêmes banques.

Car la seule issue pour les capitaux privés, c’est la spéculation.

Par contre, elle a cette fâcheuse tendance à créer de l’inflation, tout coûte plus cher, vous avez de moins en moins de pouvoir d’achat et de moins en moins de marge de manœuvre. Celle qui est invisible aujourd’hui dans les statistiques bidon des États en la sous-estimant grossièrement, mais visibles aux yeux des consommateurs et évidents dans les prix des actions et de l’immobilier.

Pourquoi le marché des actions augmente telles ?

Si on regarde la hausse des cours de ces dernières années, la majorité de ces hausses a été alimentée par les rachats d'actions. Et une bonne partie de cet argent ne revient pas dans l'économie réelle, mais sert uniquement à alimenter l'économie casino.

Les sociétés cotées, que ce soit aux États-Unis ou en Europe, sont assises sur une montagne de cash.

Et généralement, quand une entreprise se trouve dans ce cas-là, elle a trois possibilités: garder ce cash, faire de nouveaux investissements, ou rémunérer un peu plus ses actionnaires. Devinez ce qu'elles choisissent ?

Je vous le donne en mille: ces sociétés redonnent le cash à leurs actionnaires, soit en distribuant de gros dividendes, soit en rachetant les actions de la société, ce qui dope le cours, et constitue donc une autre manière de remercier les actionnaires.

clip_image004

Si nous devions dresser la liste des blessures mortelles que la FED a infligée à l'économie réelle :  nous pourrions commencer par: l'inondation de la Fed de crédit pas cher qui n'a pas stimulé la productivité, il a seulement stimulé la spéculation.

Pourquoi est-ce fatal?

La productivité est le moteur de création de richesse. La spéculation est le moteur de l'inégalité de la richesse, car ce sont ceux qui ont le capital qui peuvent spéculer, le peuple entre temps essaie juste de survivre.

Une drôle de chose arrive quand vous donnez le pouvoir d'emprunt illimité à près de zéro les taux d'intérêt à des financiers et des sociétés:  ils utilisent l'argent libre de ne pas embaucher plus de gens (ce serait incroyablement stupide - employé coûtent de l'argent!) Mais pour acheter des actions dans leurs propres entreprises.

1 billion $ de rachats d'actions ne crée aucun emploi

Emprunt $ 1000000000000 de rachat d'actions (et donc augmenter la richesse personnelle des gestionnaires et propriétaires) ne crée pas un seul emploi . Le rachat des actions de la société réduisant le nombre d'actions en circulation, permets d’augmenter la valeur de l’action sans augmenter les ventes ou le bénéfice net.

Nous avons d'un côté, des sociétés cotées qui gagnent de l'argent, mais qui n'investissent pas dans de nouveaux projets, car elles ont peur de l'avenir et préfèrent donc redonner ce cash à leurs actionnaires et d’une autre coté un peuple qui consomment de moins en moins, car il surendetté.

clip_image006

La seule chose que nous savons, c'est que plus on attend, plus le "retour de bâton" sera douloureux.

La dépression qui s'annonce et que VOUS et gouvernants avez créée en refusant obstinément de réduire votre train de vie on a préféré de donner du crédit facile à l’ensemble de la population pour créer une économie d’illusion, une économie par surendettement.

Mais toutes ces magouilles à une fin, un vrai foutu bordel, car il n’y a plus d’échappatoire.

Nous avons accumulé tellement de dettes qu’il faut masquer
notre insolvabilité par la création de monnaie.


Mais l’inflation n’augmente pas ?

Les taux d’inflations émissent par les instances gouvernementales sont totalement bidon, la preuve est relativement simple, vous avez de plus en plus de difficulté à joindre les deux bouts.

Comment réussissent-ils à avoir une inflation si basse, rien de très compliqué, changeons la méthodologie pour la calculer, technique similaire dans le milieu scolaire pour faire passer tout le monde, normalisons les notes.

Pourtant, chacun sent bien que l'inflation officielle ne rend compte que très partiellement de l'augmentation du coût de la vie que nous ressentons au quotidien.

clip_image008

Certes, me direz-vous, Ô lecteur sagace et exigent, chacun a son inflation : celle qui est vécue par un jeune étudiant n'est pas la même que celle d'une famille avec de jeunes enfants, qui n'est pas la même que celle d'un foyer de retraités. C'est d'ailleurs la thèse que défendent les organismes officiels : il s'agit d'une moyenne et il est normal que votre "ressenti" soit différent. Sauf que le "ressenti" est plutôt toujours "plus" que toujours "moins".

En dehors des chiffres officiels, quelques autres tentatives de contre-mesures existent depuis déjà un certain temps.

INFLATION CONNAIT PAS

En dehors des chiffres officiels, quelques autres tentatives de contre-mesures existent depuis déjà un certain temps. Ces initiatives sont le plus souvent anglo-saxonnes et ce qui suit traite de l'inflation américaine, mais la logique est la même pour les autres pays, les chiffres officialisés sont toujours inférieurs à la réalité quotidienne du peuple moyen.

Ne jamais oublié que l’inflation est toujours cumulative, le 2 % de l’année passée s’additionne sur le 2 % de cette année et le futur 2 % de l’année prochaine.

Alors qu’arrive -t-il si vos salaires stagnent et l’inflation cumulative augmentent vous devenez de plus en plus pauvres !


Alternate Inflation Charts

The CPI chart on the home page reflects our estimate of inflation for today as if it were calculated the same way it was in 1990. The CPI on the Alternate Data Series tab here reflects the CPI as if it were calculated using the methodologies in place in 1980. In general terms, methodological shifts in government reporting have depressed reported inflation, moving the concept of the CPI away from being a measure of the cost of living needed to maintain a constant standard of living.

clip_image010


Lectures supplémentaires :

1. Dérapage de la gauche: Dette, Fonction publique, Peuple

2. Dérapage de la droite: Libéralisation et CDS

3. Dérapage de la droite: Mondialisation

4. Dérapage de la droite: Fiscalité, Évasion, Salaires, Subvention

5. Dérapage de la droite : Finance: cupidité excessive

6. Les gagnants : La classe moyenne des pays émergents

7. Les perdants : La classe moyenne des pays occidentaux

8. Dérapage de la droite: Banques : Trillions de profits, Peuple : Trillions de dettes

9. Dérapage de la droite: Le capitalisme de copinage

10. Dérapage de la droite : La monnaie singe des banques centrales

11. Dérapage : QE (pour maintenir son train de vie)

12. Dérapage : les taux d’intérêts à zéro sinon négatif

13. Dérapage : Les économistes scélérats

14. Dérapage : Les politiciens sont-ils ignorants ou incompétents ?

15. Dérape : Profits sans prospérité

16. Dérape : Des démocraties déresponsabilisantes

17. Dérapage Harper : Baisser les impôt de société, le Canada un désastre économique (1)

18. Dérapage Harper : Un $ cdn surévalué trop longtemps, le Canada un désastre économique (2)

19. Dérapage Harper : La plus grosse bulle immobilière pour créer une économie artificielle par endettement (3)

20. Dérapage Harper : D’avoir créé une économie asymétrique (4)

21. Dérape Harper: multiples signatures d’accords de libre-échange totalement inefficace (5)

22. Conclusions des dérapages


 

  1. gravatar

    # by Appeler un plombier à Paris - 21 mars 2016 à 06 h 32

    Pour être franc j'ai vraiment du mal avec ce type de courbe mais bon heureusement qu'il y a l'article et les explications qui vont avec. En tout cas tout ca me fait un peu peur. On vit dans une société où le plus faible se faire dévorer sans pitié par les plus forts.