Dérapage Harper : D’avoir créé une économie asymétrique (4)

Depuis 2012, j’envoyais un signal d’alarme qu’on commençait avoir sérieusement une économie asymétrique, où le pétrole faisait monter le cours de notre dollar, au détriment des entreprises québécoises et ontariennes qui devenaient moins compétitives dû à une surévaluation de notre monnaie.

Le syndrome hollandais (Dutch Diseuse), une expression qui fait référence à la baisse dans le secteur manufacturier aux Pays-Bas après le développement de ses ressources pétrolières dans les années 1970 dû à une hausse de leurs devises.

«Pour une entreprise exportatrice comme la nôtre, le désavantage d'un dollar fort dépasse de beaucoup tout avantage que l'on peut tirer du fait de payer moins cher pour des choses comme de la machinerie importée», souligne Pierre Alary, directeur financier de Bombardier, troisième avionneur au monde. «Ça ne se compare même pas», ajoute-t-il.

Évidemment, l’histoire ma donnée raison, notre monnaie est bel et bien liée au pétrodollar, par contre durant cette période une panoplie de supposément expert financé par le milieu du pétrole, on voulut discréditer cette théorie, étrange on ne les entend plus (toujours vérifier la qualité d’une étude en fonction de ceux qu’ils l’ont financée).

Voici la réalité :

The Canadian Dollar

This new round of bad news for oil, which tends to drag Canada’s currency up or down in a closer correlation than any other single factor, caused the Canadian dollar to drop to its lowest level compared with the US dollar since June 2004. The Canadian dollar closed down 0.84 cents on Monday at 74 cents US, having slipped below that mark during the trading day. That is the first time that the Canadian dollar has been below 74 cents US since June 2004.

Canadian Finance Minister Bill Morneau said the low oil price is making things difficult not just for the loonie, but for the economy in general. (1)

clip_image002


Examinons certains intervenants qui avaient vu juste et d’autres totalement dans le champ.

Le gouvernement Harper

"Unlike Mr. Mulcair, our government believes resource development is an important component of the economy and creates hundreds of thousands of direct, indirect and induced jobs, as well as contributing heavily to equalization payments," Margaux Stastny said in an email.

"Mr. Mulcair's politics of division, pitting one region of the country against others, and his ill-informed remarks show that his foolish economic policy will raise prices and cost Canadian jobs."

The Harper government has vilified Mulcair for suggesting the Alberta oil sands have given Canada a case of Dutch Disease. Cabinet ministers have accused the NDP leader of pitting region against region and insulting hard-working workers in the resource sector, (1).

Ce qui est hallucinant c’est que le gouvernement Harper avait commandé une étude, et cette même étude confirmait qu’on avait perdu plus de 33% à 39 % de notre secteur manufacturier à cause d’une devise trop forte.

"We show that between 33 and 39 per cent of the manufacturing employment loss that was due to exchange rate developments between 2002 and 2007 is related to the Dutch Disease phenomenon," says the study.

Et la réponse du gouvernement Harper était ” A spokeswoman for Industry Minister Christian Paradis said the study does not reflect the views of the Harper government.”, ce qu’on ne fait pour satisfaire ces petits amis.


Mark Carney (Gouverneur de la banque du Canada 2008-2013)

Mark Carney dismisses Dutch Disease, says oil strength sign of success (1)

The strength of Canada’s resource sector is a reflection of success, not a harbinger of failure.

Canada’s central banker dismissed concerns that Canada is suffering from so-called “Dutch Disease,” saying in a speech to the oil patch Friday the strength of the country’s resource sector is a “reflection of success, not a harbinger of failure.”

Mark Carney, speaking at an economic summit in Calgary, said the logic of Dutch Disease “requires that we undo our successes it order to depreciate our currency.”

Évidemment, Mark Carney (ex de Goldman Sachs) préférait satisfaire ces petits amis de Bay Street, dollar fort, beaux profits pour les banques et le milieu pétrolifère.


IEDM (Institut économique de Montréal)

However, the long-term decrease in the relative importance of manufacturing sector jobs is not due to the strong dollar and Alberta’s oil sands. Neither is it specific to Canada. It can be observed in all of the world’s advanced economic regions, including those that produce little or no oil like Europe and Japan. It stems primarily from the manufacturing sector’s large gains in productivity, (3).

Un Think Tank de droite, donc, d’après eux, il n’y aucun lien entre le nombre d’entreprises qui ferment et un dollar surévalué, étrange d’autres confrères disent le contraire. (Des boussoles d’opinions en fonction de leurs cachets).


NDP leader Thomas Mulcair and Ontario Premier Dalton McGuinty

And yet Dutch Disease has become a rallying cry for federal NDP leader Thomas Mulcair and Ontario Premier Dalton McGuinty, who have both attacked the Harper government’s unwavering support for the oil sands. Mr. McGuinty said he’d rather have a low dollar than a fast-growing oil and gas industry – comments that enraged Alberta Premier Alison Redford and Saskatchewan Premier Brad Wall, whose provinces are enjoying an energy boom.

Mr. Mulcair has complained that the high dollar has “hollowed out the manufacturing sector” and cost a half-million jobs. “The Canadian dollar is being held artificially high, which is fine if you're going to Walt Disney World, [but]not so good if you want to sell your manufactured product because the American clients ... can no longer afford to buy it,” Mr. Mulcair told CBC Radio last week.

Évidemment, M. Mulcair et M. McGuinty ont raison, mais ils ne faisaient pas le poids par rapport au lobbying venant du milieu pétrolifère.


Vivre les lunettes roses

Après la baisse fulgurante du baril de pétrole, nos supposément experts nous disaient que nous n’avions pas besoin de nous inquiéter si le prix du pétrole baissait, notre dollar ainsi se dévaluerait et nos coûts de fabrications baisserait permettant une augmentation des produits exportés manufacturiers.

clip_image004Ainsi, avec des lunettes roses plantées fermement sur leurs visages, ils se sont assis sur leurs derrières en attendant la « grande rotation » d’une expansion économique axée sur la fabrication.

Eh bien deviner quoi ? Ce n'est pas le cas.

Le Canada a enregistré des déficits commerciaux de grande ampleur et ces déficits ne sont pas seulement le résultat de la baisse des exportations de pétrole, mais aussi du secteur manufacturier.

Les exportations de machinerie industrielle et les produits de consommation a chuté de 3,5 % dans les derniers chiffres de Statistique Canada, malgré le huard étant tombé de 10 cents américains en un peu plus d'un an.

Juste au mois février 2015, il s’est perdu plus de 20,000 emplois dans le secteur manufacturier.

Canadian manufacturing jobs plummet to near record low: Statistics Canada, Mar 13, 2015 by PressProgress

Are Canadian factory doors being locked for good?

The country lost 20,000 manufacturing jobs in February -- the single-largest decrease in any sector.

This plunge drove total employment in manufacturing down to 1,690,700 -- the second-lowest level ever recorded by the Statistics Canada Labour Force Survey, which dates back to 1976.

Vivre l’industrie des commodités, le reste pas nécessaire !

Pourquoi donc, si le dollar chute, le secteur manufacturier ne va pas mieux ?

Grâce à des années de je-m’en-foutisme, nous n’avons pas besoin du secteur manufacturier, nous avons le pétrole.

Parce que nous avons beaucoup moins d’industrie manufacturière et celle qui reste ne suffit pas pour compenser nos pertes en exportations dues au pétrole, même si le dollar canadien est en baisse.

Un rapport de CIBC World Markets, a publié cette semaine, affirme que beaucoup de la capacité de fabrication canadienne a été détruite durant la dernière décennie et que nous ne sommes pas juste capables de produire suffisamment pour reprendre là où les exportateurs de pétrole se sont arrêtés.

clip_image006

Dans l'ensemble du secteur manufacturier, la capacité production disponible a fondu au cours de la dernière décennie. Autrement dit, il n'y a plus personne autour de nous pour profiter de nos exportations moins chères maintenant. Car depuis 2002 à 2012, le dollar canadien a augmenté régulièrement en valeur, le pays a perdu environ un quart de toutes les entreprises de fabrication.

Reprise économique très difficile

Cela peut prendre quelques mois pour détruire une compagnie avec des politiques idiotes, par contre, cela prend des décennies pour la construire.

Multiples facteurs on graduellement détruit notre secteur manufacturier, il ne faut pas se limiter seulement à la hausse de notre dollar, même s’il joue un rôle très important, il y aussi la mondialisation débridée, la crise économique, une masse salariale trop élevée, un code du travail qui favorise la syndicalisation, un voisin qui fait du QE et imprime de la monnaie de singe.

Ajouté tous ces facteurs combinés nous sommes sérieusement en mauvaise posture.

Cela fait des années, que je vous dis la même chose, quand vous perdez une entreprise, cela peut prendre plus de 15 ans pour en créer une nouvelle et en plus dans un environnement économique sain, ce qui est loin d’être cas, car tous les pays s’arrachent entre eux, les emplois payants.

Donc, avant qu’on retrouve le 25 % du secteur manufacturier perdu, avec toutes les embûches, bonnes chances, tout probable ils sont perdu à jamais.

clip_image008

Inaction de Harper face à notre dollar surévalué

clip_image010Notre dollar subissait une double pression pour devenir une monnaie de refuge, notre voisin faisait du QE avec de l’argent virtuel, faisant d’évaluer le dollar US et notre dollar qui était lié au pétrodollar.

Si M. Harper avait été brillant et s’il n’avait pas couché avec ces petits amis albertains, il aurait dû tout faire pour garder notre monnaie au moins à la parité et sinon inférieure au dollar US, pour réduire l’hémorragie de notre secteur manufacturier. (Voir carnet : Dérapage : Un $ cdn surévalué trop longtemps, le Canada un désastre économique (2)), mais le lobbying albertain et financier avait préséance sur l’intérêt général du pays.

Et comme si ce n’était pas suffisant, il préférait construire des condominiums que favoriser l’industrie manufacturière, grâce au crédit facile.

Lecture: Twisted Economy: Canada Ditches Manufacturing, Builds Condos Instead


Les dérapes de M. Harper

Dérape 1 de M. Harper est la justification des baisses des impôts de société sous de fausses prémisses.

Dérape 2 de M. Harper de ne pas avoir intervenu pour forcer une dévaluation de notre $, il a préféré d’avoir un comportement irresponsable de laissez-faire même si les autres pays dévaluaient la leur sans aucun souci mettant en puéril notre propre industrie.

Dérape 3 de M. Harper d’avoir créé une économie artificielle par endettement, en baissant son taux directeur de 4,75 % (2007-07-10) à .5 % (2009-05-21) en moins de 2 ans tout en modifiant les conditions d'obtention d'un crédit immobilier par la SCHL pour qu’elle devienne moins contraignante, deux conséquences :

1)      La première une dette totale des ménages de plus de 1,923 milliard qui est le plus haut taux d’endettement des ménages de l’histoire du Canada 

2)      La deuxième une spéculation excessive particulièrement dans les centres-villes, ou après des siècles d’efforts pour les construire par nos ancêtres, seuls le 1% ou les étrangers auront les moyens d’y vivre, je ne suis pas sûr que nos ancêtres seraient d’accord avec ce dénouement.

Dérape 4 de M. Harper favoriser indûment l’industrie pétrolifère au détriment du secteur manufacturier en créant une économie asymétrique.


Lectures supplémentaires :

1. Dérapage de la gauche: Dette, Fonction publique, Peuple

2. Dérapage de la droite: Libéralisation et CDS

3. Dérapage de la droite: Mondialisation

4. Dérapage de la droite: Fiscalité, Évasion, Salaires, Subvention

5. Dérapage de la droite : Finance: cupidité excessive

6. Les gagnants : La classe moyenne des pays émergents

7. Les perdants : La classe moyenne des pays occidentaux

8. Dérapage de la droite: Banques : Trillions de profits, Peuple : Trillions de dettes

9. Dérapage de la droite: Le capitalisme de copinage

10. Dérapage de la droite : La monnaie singe des banques centrales

11. Dérapage : QE (pour maintenir son train de vie)

12. Dérapage : les taux d’intérêts à zéro sinon négatif

13. Dérapage : Les économistes scélérats

14. Dérapage : Les politiciens sont-ils ignorants ou incompétents ?

15. Dérape : Profits sans prospérité

16. Dérape : Des démocraties déresponsabilisantes

17. Dérapage Harper : Baisser les impôt de société, le Canada un désastre économique (1)

18. Dérapage Harper : Un $ cdn surévalué trop longtemps, le Canada un désastre économique (2)

19. Dérapage Harper : La plus grosse bulle immobilière pour créer une économie artificielle par endettement (3)

20. Dérapage Harper : D’avoir créé une économie asymétrique (4)

21. Dérape Harper: multiples signatures d’accords de libre-échange totalement inefficace (5)

22. Conclusions des dérapages