Canadians' Household Debt exceed GDP of Canada

Comment est-on arrivé à tel niveau d’endettement ?

Relativement simple, le crédit facile par nos gouvernements en baissant les taux d’intérêt.

En baissant volontairement les taux d’intérêt et en réduisant les normes de la SCHL, nous avons créé une bulle immobilière, pour faire un faux semblant d’économie.

Quand nous savons que plus de 50 % de la croissance de l’économie est dû à la construction, nous avons créé une économie par endettement.

Fonctionne, jusqu’au moment que les particuliers sont tellement endettés qu’ils ne consomment plus.

Solution facile à court terme pour des politiciens en se gargarisant avec une croissance d’un PIB, mais à moyen long terme, une destruction massive du pouvoir d’achat du peuple, car il est surendetté.

Alors un peuple sur endetté, des déficits sur l’ensemble des provinces et du fédéral, une économie stagnante, une mondialisation sauvage qui réduit les salaires du peuple, un protectionniste plus sévère de l’administration Trump.

Rien ne s’annonce de bon augure.

Et un ministre canadien qui ne connaît rien en économie réelle, ‘Sauf de promouvoir le libre échange avec la Chine’, ouf ! on n’est pas sortis du bois.


Extrait de: Canadians' Household Debt Now Worth More Than Entire Economy, The Huffington Post Canada, Daniel Tencer, 11/10/2016

Canadian consumers’ debt has hit a dizzying symbolic milestone: For the first time ever, it’s now worth more than the entire Canadian economy.

Total household debt amounted to 100.6 per cent of Canada’s gross domestic product in the second quarter of this year, according to Statistics Canada.

clip_image002

Noting that Canadians now carry more debt than people in any other G7 country, Desjardins economist Benoit P. Durocher called this “a fairly troubling snapshot” of Canadians’ finances.

“The high level of household debt is undermining the Canadian economy and this represents a significant risk over the medium and long terms,” he wrote in a recent client note.

Durocher noted that Canadians’ large debt burdens are offset by Canadian governments’ relatively low debt levels — but that actually makes Canada’s economy more vulnerable to a shock.

Consumers are more sensitive to changes in interest rate hikes than governments, so rising interest rates would hit Canada harder than they would other countries.

Durocher blamed rising house prices, which have inflated the size of Canadian mortgages in recent years.

Canadians' total household debt now exceeds the size of Canada's economy. (Photo: Shutterstock)

But it’s not just mortgages.

Canadians continued to pile up non-mortgage debt compared with a year ago though delinquency rates remained low, according to credit monitoring agency TransUnion.

Average consumer non-mortgage debt balances rose to $21,686 at the end of the third quarter, up from $21,195 in the same quarter last year.

“The recent government outlook of weak economic conditions may have led some consumers to believe low interest rates will be here for a long time, which could result in pushing balances even higher due to low expected borrowing costs,'' said Jason Wang, TransUnion's director of research and analysis in Canada.

“With the latest data in hand, we think it's especially important for lenders to continue monitoring and stress testing their portfolios to ensure they can maintain stable performance when interest rates do eventually rise.''

Finance Minister Bill Morneau announced new mortgage rules in October meant to prevent Canadians from taking on too much debt. (Photo: The Canadian Press/Nathan Denette)

TransUnion raised concerns earlier this year that up to one million Canadian borrowers may have problems if interest rates rise by one full percentage point.

The federal Liberal government appears to agree. It instituted new mortgage borrowing rules last month that require a “stress test” for borrowers of the five-year fixed-rate, the most common mortgage in Canada.

The stress test requires borrowers to qualify at the Bank of Canada’s posted rate, which is about 2 percentage points higher than current offered rates.


Extrait de : La dette élevée des ménages fragilise le pays, Études Économiques Desjardins, 8 novembre 2016

L’endettement des ménages canadiens a fortement augmenté au cours des dernières années, en grande partie en raison de l’impact de la hausse soutenue des prix des propriétés sur l’encours du crédit hypothécaire. Selon Statistique Canada, le total de la dette des ménages en proportion du produit intérieur brut (PIB) a ainsi dépassé la barre symbolique des 100 % au deuxième trimestre de 2016, pour atteindre 100,6 %. En termes plus simples, l’ensemble de la dette des ménages dépasse donc légèrement la taille de l’économie canadienne.

Selon des données internationales harmonisées compilées par le BIS (Bank for International Settlements), le Canada affiche le taux d’endettement des ménages par rapport au PIB le plus élevé parmi les pays du G7. Cela dresse un portrait assez préoccupant de la situation financière des Canadiens. La crainte est que certains ménages rencontrent des difficultés à respecter leurs obligations financières advenant une éventuelle augmentation des taux d’intérêt.

Implications : Même si le ratio global d’endettement du Canada est comparable à la plupart des autres pays industrialisés, la composition de la dette canadienne au sein des différents agents économiques soulève certaines préoccupations. La capacité d’emprunt des gouvernements étant très élevée, ces derniers sont moins fragiles aux effets néfastes d’une éventuelle remontée des taux d’intérêt. À l’opposé, les ménages et les entreprises sont plus sensibles aux fluctuations des taux d’intérêt. Dans ces conditions, l’endettement élevé des ménages fragilise l’économie canadienne et constitue un risque important à moyen et à long terme. Le gouvernement fédéral est d’ailleurs très concerné par cette problématique, comme en témoignent les mesures additionnelles de restriction sur le crédit hypothécaire qu’il a récemment annoncées.  

Benoit P. Durocher Économiste principal


Lectures complémentaires :

1.       Dérapage Harper : La plus grosse bulle immobilière pour créer une économie artificielle par endettement (3)

2.       Trop de crédit : la destruction de l’économie réel, les gens se ruinent !

3.       Faible hausse du PIB parce que vous êtres cassées.