Couillard, 6.2 milliards de moins dans vos poches.

Quand le gouvernement Couillard se vante d’avoir réussi un équilibre budgétaire.

Il a juste oublié qu’il vous a pigé plus de 6.2 milliards dans vos poches.

Trop d'impotsTypique du Québec, cela fait des décennies que ça dure, au lieu d’attaquer le problème à la source où la plus importante dépense du gouvernement est la masse salariale des fonctionnaires, au lieu de la réduire: les salaires, leurs avantages sociaux et leurs retraites dorées (insolvables, immorales et illégales), on va toujours au plus simple, on coupe dans les services et on assomme le peuple à coûts de taxes additionnelles.

En passant, le Québec consolide sa position de bon... dernier de classe au chapitre du revenu disponible par habitant au pays!

Bien sûr, nos chers fonctionnaires vous disent qu’ils sont moins payés que le secteur privé, le seul problème quand ils font leurs comparatifs, ils ne prennent que les entreprises de 200 employés et plus, le problème avec cette logique, ils viennent juste d’éliminer 99.5 % des entreprises du Québec.

À l’intérieur de 5 ans, l’ensemble des babys boomers vont être à la retraite, imaginés le manque à gagner, et que fait-on, on fait que du bruit …


Extrait de : En 2 budgets de Leitao: taxes et impôts en hausse de 6,8 G$, Michel Girard, Journal de Montréal, 29 octobre 2016

Une forte hausse des revenus fiscaux combinée... à une grande compression des dépenses publiques, voilà le «remède de cheval» que l’argentier du gouvernement Couillard, Carlos Leitao, nous a «administré» pour redresser d’aplomb les finances de l’État.

Commençons par les revenus.

En l’espace de deux budgets, le ministre Leitao est venu chercher dans les poches des Québécois 6,82 milliards de dollars de plus que lors du dernier exercice financier (2013-14) de son prédécesseur péquiste, Nicolas Marceau.

Cela équivaut à une hausse de 9,8 % en deux ans, soit quatre fois le taux d’inflation.

RECETTES FISCALES

En comparant les résultats financiers de l’exercice 2015-16 à celui de 2013-14, voici comment se décortique la forte hausse (+6,82 G$) des recettes fiscales du gouvernement Couillard:

- Impôt des particuliers: + 2,55 milliards (+ 9,7 %)

- Cotisations pour les services de santé: + 363 millions (+ 5,8 %)

- Impôts des sociétés: + 1,39 milliard (+ 24,7 %)

- Impôt foncier scolaire: + 304 millions (+ 17,0 %)

- Taxes à la consommation: + 1,05 milliard (+ 6,5 %)

- Droits et permis (autos, ressources...): + 728 millions (+ 33,0 %)

- Revenus divers (usagers, scolarité, amendes): + 106 millions (+ 1,2 %)

- Taxes, redevances (Fonds des générations): + 332 millions (+ 29,6 %).

SOCIÉTÉS D’ÉTAT

Le ministre Leitao a cependant eu moins de succès avec les grandes sociétés d’État et les transferts fédéraux.

En deux années, les transferts fédéraux (péréquation, transferts en santé, éducation, services sociaux) n’ont rapporté que 351 millions de plus, soit une maigre augmentation de 1,9 %.

Et pour leur part, les entreprises du gouvernement (Hydro-Québec, Loto-Québec, SAQ) ont déçu en rapportant en 2015-16 quelque 327 millions de moins qu’en 2013-14. Un recul de 6,2 %.

LES COMPRESSIONS

Concernant les dépenses gouvernementales, le ministre Leitao a exercé d’énormes compressions.

En deux ans, les dépenses n’ont grimpé que de 1,54 milliard de dollars, soit à peine de 1,6 %, donc sous l’inflation.

À l’instar de tout le monde, le gouvernement a profité des bas taux d’intérêt. Résultat: la dette lui a coûté en frais d’intérêt en 2015-16 quelque 589 millions de moins qu’en 2013-14.

Au chapitre des dépenses consacrées aux missions gouvernementales (santé, éducation, services sociaux, soutien aux personnes, culture, économie, justice, gouverne, etc.), le ministre Leitao a réussi le tour de force de limiter la hausse des dépenses à seulement 2,5 % en deux ans.

Elles n’ont grimpé que de 2,1 milliards. À noter que l’augmentation de la rémunération du personnel de la fonction publique et parapublique a accaparé 85 % de cette hausse, soit 1,8 milliard des 2,1 milliards.

L’écart entre l’énorme surplus de 3,64 G$ du budget Leitao de 2105-16 et la perte de 1,66 G$ du budget Marceau de 2013-14 est de 5,3 milliards.

Ce fabuleux redressement a été rendu possible grâce à la «rigueur libérale» qui nous a tout de même siphonné 6,8 G$ en hausse de taxes, d’impôts, de frais... de tout acabit


Lectures complémentaires :

1.      47 % de hausse pour les retraites dorées illégales et immorales, 3,1 milliards.

2.      Québec trop taxé, trop de fonctionnaires, trop payés et un peuple de plus en plus pauvre

3.      Les employés d’États sont sous payés ?…, 25 à 42 % de trop