Trump a gagné, enfin, le début de la démondialisation.

Ce que j’avais prédit arriva, évidemment, votre blogueur ne fait pas partie de l’élite (financier, politiciens, multinationales, économistes ou journaliste biaisé qui ont oublié le jeu de rôle d’un vrai journaliste).

Il était évident qu’un jour les peuples occidentaux allaient se révolter.

Je suis juste un ex-entrepreneur à la retraite qui suit l’évolution de l’économie réelle depuis une décennie et qui voudrait bien que ces enfants et petits-enfants ne se retrouvent pas dans un pays du tiers monde.

Extrait du texte publié le 4 mai 2016, Conclusions des dérapages


4

Quatrième erreur, au début, je vous ai dit que l’État avait aussi un problème de revenus, une des raisons principales est la mondialisation débridée qui a été imposée par l’oligarchie américaine dans les années 1990.

clip_image002[9]

Supposons que vous avez une maladie grave et on vous donne un médicament et on oublie de vous mentionner que les effets secondaires du médicament sont aussi nocifs que la maladie elle-même, vous allez être en furie.

Et bien, c’est exactement la même chose avec la mondialisation débridée, ceux qui vous vantent la mondialisation sans parler des effets secondaires, telle que : l’évasion fiscale, le chantage salarial, le chantage des taux d’imposition ou le chantage des subventions à outrance par les multinationales sont des charlatans et des menteurs.

Je vous donne un exemple, il y a 20 ans, l’ouest de Montréal était un fleuron de la recherche biopharmaceutique, 20 ans plus tard, ce n’est qu’un squelette, pourquoi ? Car un PHD indien à un QI aussi élevé qu’un Canadien, mais il coûte 5 fois moins chers. Si vos salaires stagnent, c’est que vous êtres directement en concurrence avec les pays émergents, ou leurs salaires 5 à 10 fois inférieures et sans coût social et environnemental.

clip_image004[9]En termes clairs, les compagnies à fortes teneurs technologiques se délocalisent pour réduire les salaires des employés que les pays industriels ne lui permettent pas d’accomplir.

On pourrait comprendre leur décision si la compagnie était déficitaire, que la productivité était faible et que la compétition internationale était trop forte.

Or, il n’en est rien. La délocalisation vers le Tiers-monde n’a qu’un objectif : utiliser la faiblesse de la masse salariale.

Je vous invite à écouter ce vidéo, un excentrique milliardaire en 1992 nommé Ross Perot a voulu devenir président, et c’est opposé à l’accord de l’ALENA, car selon lui, cela ruinerait le pays. Évidemment, il n’a jamais réussi à devenir président, car le 1% a tout fait pour qu’il ne rendre pas à la maison blanche.

Ross Perot 1992 Presidential Debate

Perot

5

Cinquième erreur de prendre le peuple des pays occidentaux pour des imbéciles.

Trump est dans la même trempe que Perot, par contre, il y a une différence majeure, 24 ans se sont passés et le contrat social entre le peuple et la classe dirigeante s’est brisé.

clip_image006[9]

24 ans à se faire mentir en promettant au peuple qu’ils vont devenir plus riches et plus heureux. Malheureusement la globalisation a surtout boosté de façon formidable les profits des entreprises en délocalisant dans les pays émergents puisque les coûts de production sont nettement plus faibles, de plus, un double effet a eu lieu en bloquant les hausses de salaire dans les pays occidentaux grâce à l'épée de Damoclès de ladite délocalisation (chantage salarial) contribuant à expliquer pourquoi les salaires de la classe moyenne n’a pas progressé depuis 20 ans.

Donc, on se retrouve 24 ans, plus tard, ce qu’avait prédit Perot arriva, en fais on l’a toujours su, la différence c’est que le peuple vient de la comprendre.

clip_image008[9]Ce que vous obtenez est une écœurantite aiguë du peuple par rapport au 1% qui contrôle la démocratie truquée de Washington depuis décennies en imposant des présidents marionnette pour satisfaire l’ambition démesurée du 1%, il est assez incroyable que le .1% de la population est aussi riche que 90 % de la population américaine.

Devant des salaires qui stagnent, des inégalités de richesse inacceptable et une perspective d’avenir pour la génération millénium se dirigeant vers un vrai désastre, attendez-vous d’avoir une sérieuse confrontation entre le peuple et le 1%, même si ceux-ci contrôlent les médias du mainstream, l’ensemble de population a d’autres sources d’informations maintenant par l’entremise du Web, tel que les blogues pour faire contrepoids à la démagogie proposée par le 1 % d’une illusion d’un monde meilleur et heureux.

clip_image010[9]

Sanders a été supporté par les jeunes, car ils savent qu’ils se font totalement arnaquer par le système, par contre le momentum de Sanders a commencé trop tardivement pour rattraper Clinton. Hillary Clinton est supporté par les vieux, parce qu’ils ne veulent pas perdre des privilèges, classique comportement d’un État Providence.

Par contre, on ne sait pas si Sanders va supporter Clinton quand elle va atteindre la majorité pour représenter le parti Démocrate ou il va rester neutre.

clip_image012[8]Il est certain que Trump ne se gênera pas de traiter la Hilary Clinton de corrompu dans un système corrompu, et les jeunes à défaut de supporter Sanders vont supporter Trump.

L’establishment américains ne veulent pas ni Sanders ou Trump à la présidence, car pour la première fois, ils n’auront plus la main mise sur le président, c’est l’oligarchie américaine qui a imposé la mondialisation, c’est le peuple américain qui peut briser cette mondialisation perfide, qui n’a servis qu’au 1 % et au peuple des pays émergents, mais certainement pas pour les peuples occidentaux.

clip_image014[8]

1. Wall Street Is Terrified of President Trump

2. 10 more reasons Wall Street would hate Bernie Sanders


M. Trump

M. Trump a 70 ans, il est milliardaire, donc, pas achetable et tout probable c’est sa dernière intervention majeure à la fin de sa vie.

Il a promis à son peuple de le faire sortir de sa misère, il est mégalomane, donc, il va s’assurer qu’à la fin de sa vie qu’on se souvient de lui comme étant le meilleur président américain pour le peuple.

Donc, attacher votre tuque, car les négociations vont être très très difficiles, car, il va travailler pour son peuple.

J’ai suivi minutieusement la campagne de Trump depuis plus de 18 mois à défaut de publier sur mon blogue

Voici le message qu’il a envoyé à son peuple au cours des deux dernières semaines.

Donald Trump's Final $4 Million 2 Minute Ad (2016)


Pour les journalismes biaisés et corrompues, voici un vidéo qui devaient vous rappelez pourquoi vous exister.

“You are not journalism; you are an echo chamber.”

John Pilger: ‘The truth is… there was no one to vote for’
(Going Underground US election special)