Les médias contrôlés sont en paniques, car ils ne contrôlent plus l’information.

 

Les médias alternatifs sont maintenant la source de l’information, parce qu’ils parlent de vrais sujets sans tabou.

clip_image002Depuis des années, je vous dis que la mondialisation ne fonctionne pas pour les Occidentaux, les seules entités qui en profitent, ce sont les financiers, les multinationales et les pays émergents, pour les pays occidentaux ce n’est qu’une forme de vampirisme qui détruit graduellement la richesse et détruit l’espoir.

Combien de fois avez-vous lus dans les mass médias parler contre la mondialisation, rien, silence total.

En 2012, j’avais identifié 3 tabous que les médias contrôlés ne parlaient jamais :

Les faiblesses démocratiques, la mondialisation, et le monde financier et je disais que seule l’information alternative pouvait faire contrepoids à cette propagande par l’oligarchie.

Et bien, c’est justement ce qui est arrivé avec la victoire de Donald Trump, Infowars ou Trust news a eu plus de clics que CNN, ABC, MSN et cie lors de l’élection présidentielle.

clip_image004

Pourquoi, parce que le peuple a perdu espoir, on vous racontait que tout allait bien, par contre 48 millions d’entre eux étaient sur les ‘foods stamps’, ou tu as 2 à 3 jobs pour survivre, ou tu es un étudiant finissant ayant contracté des dizaines de milliers de dettes pour tes études pour te retrouver à travailler pour un McDo.

clip_image006

Le Canada n’est pas mieux, les médias traditionnels sont lamentables, vous avez un Trudeau qui vous vante les louanges d’un libre-échange avec la Chine et pas un foutu média ne le contredit, comme si la Chine n’avait pas encore assez davantage, c’est lamentable et pathétique.

Le Québec est aussi pire, prenez juste l’exemple la semaine passée quand le secteur public vous dit qu’ils sont moins payés que le privé, pas un seul média ne vous a révélé qu’ils se sont basés sur les entreprises ayant plus de 200 employés, sauf le Post, par contre sans donner de détail, le seul problème avec cette logique c’est qu’ils viennent d’éliminer 99.5 % des entreprises du Québec, belle étude comparative, totalement bidon.

Après, il se demande pourquoi leurs torchons ne se vendent plus.

Regardez-vous dans le miroir au lieu de vous regarder votre nombril, vous allez comprendre !

Des millions de personnes lisent mon blogue et comme je l’ai déjà mentionné, il est de nouveau actif, car maintenant il y a de l’espoir.

C’est la révolution des peuples occidentaux, d’accord avec un libre échange, mais il faut qu’il soit équitable, pas seulement dans une seule direction.


Traduction de l’article du New Observer.

Les médias menteurs accusent les « fausses informations » d’avoir fait élire Trump !

La dernière allégation des médias contrôlés selon laquelle de « fausses informations » ont persuadé les Américains de voter pour Donald Trump est fausse, insultante, et scandaleuse – étant donné que les géants des médias eux-mêmes se sont lancés dans les fausses informations les plus outrancières contre Trump lors de la campagne électorale présidentielle.

Les exemples de fausses informations émises par les géants des médias abondent – de la promotion sans précaution de « sondages d’opinion » falsifiés jusqu’à des calomnies personnelles scandaleuses, mais pourtant on ne sait comment les médias contrôlés ne classent pas cela dans les « fausses informations ».

Même après l’élection, les médias contrôlés n’ont pas cessé leur avalanche de fausses informations. Il y a seulement quelques jours, Trump est allé sur Twitter pour dénoncer ce qu’il a qualifié de « faux article d’information typique » publié par CBS affirmant qu’il essayait d’obtenir des « autorisations de sécurité au plus haut niveau » pour ses enfants.

À peine cette fausse information avait elle été démontée que les médias contrôlés en produisaient une autre, affirmant que l’équipe de transition de Trump était en « désordre » et chaotique.

Le New York Times, par exemple, a publié un gros titre disant que les « Licenciements et la discorde placent l’équipe de transition de Trump dans un état de désordre ».

Trump a une fois de plus été forcé d’aller sur Twitter pour souligner que le journal du système mentait une fois encore.

Au cours de la campagne, le New York Times – et presque tous les autres grands journaux et médias en Amérique – ont diffusé les sondages d’opinion les plus falsifiés, conçus pour décourager les soutiens de Trump et soutenir Clinton.


L’aggrégat de sondage de l’Huffington Post, conçu pour maximiser l’écart entre Clinton et Trump. L’Huffington Post donnait à Clinton 98,1% de chances de gagner avant que ne commence le décompte des voix.

[…]
Les médias contrôlés ont publié sans fin des faux articles d’informations sur Melania Trump, et ont déterré
un enregistrement vieux de 10 ans d’une conversation personnelle de Trump
dans une tentative pour susciter des faux articles d’informations afin de saboter sa campagne.

Dans le même temps, les médias contrôlés ont délibérément ignoré et dissimulé les diffusions de courriels de WikiLeaks qui dévoilaient en profondeur Clinton comme un pantin à la langue fourchue.

Les courriels – tous ignorés par les médias contrôlés – contenaient tant de remarques scandaleuses que si la moindre avait été liée à Trump, les médias contrôlés en aurait fait des titres pendant des mois. [ndt : voir ici les articles que nous avons publié sur ce sujet et ici en anglais une liste très complète (en)]

Ces mensonges sans fin se sont finalement avérés être en vain, principalement parce que Trump a pu se connecter directement avec des millions d’électeurs par les réseaux sociaux et dire les choses que les électeurs blancs souhaitaient entendre.

Maintenant, frustrés par les résultats de l’élection, les médias contrôlés et leurs militants gauchistes cherchent à blâmer les réseaux sociaux et les « fausses informations  » – ignorant que leurs propres fausses informations ont joué un rôle significatif pour persuader les électeurs de qui ment véritablement.

Twitter a décidé de supprimer ce qu’il pense être des comptes de l’Alt-Right, et Google et Facebook ont promis de regarder comment les « fausses informations » sont propagées à travers leurs systèmes ce qui aurait « piégé les gens » à voter pour Trump.

Ces mensonges, bien entendu, sont loin d’être une nouveauté pour les médias contrôlés.

Pour ne lister que quelques uns des plus importants mensonges et fausses informations qu’ils ont propagé au cours des années, et aux conséquences considérables puisqu’ils ont plongé des pays entiers dans le chaos, on retrouve :

  • Le mensonge que les « rebelles » syriens seraient tous de gentils modérés qui avaient besoin d’être armés pour combattre pour la liberté contre le « diabolique » gouvernement de Bachar al-Assad.
  • Le mensonge que l’Iran construisait des « bombes atomiques » – bien que les propres agences de renseignement américaines avaient depuis longtemps écarté cela comme un canular. Ce mensonge pourrait encore avoir des répercussions, même avec le gouvernement Trump à venir, puisqu’il semble croire à cette fable promue par les médias.
  • Le mensonge que Saddam Hussein aurait eu des « armes de destruction massive » et était responsable des attaques du 11 septembre. L’invasion de l’Irak qui en a résulté à plongé tous le Moyen-Orient dans le chaos, et les effets en sont encore ressentis tout autour du globe.

En dépit de ce passif prouver et entièrement criminel de mensonge et de tromperie, les médias contrôlés ont encore l’effronterie de se plaindre des articles de « fausse information » sur les réseaux sociaux.

Le fait demeure que les géants des médias sont les plus grands générateurs de fausses informations sur la planète.

L’internet permet pour la première fois aux gens de découvrir toutes les positions sur une affaire, et de se faire leur propre avis.

C’est cette liberté à laquelle les médias contrôlés s’opposent maintenant, et leurs objections disent à tout observateur tout ce qu’il y a besoin de savoir sur les motivations derrière les actions pour censurer l’Internet.