Qui achètera la dette américaine si celle-ci augmente fortement ?

Qui achètera la dette américaine si celle-ci augmente fortementAdvenant que Donald Trump tienne ses promesses de réduction d’impôts en plus de hausser les dépenses militaires et d’infrastructures, la dette publique américaine pourrait augmenter rapidement au cours des prochaines années. Si la demande pour les nouvelles obligations ne suivait pas, les taux d’intérêt devraient augmenter davantage pour attirer les acheteurs. Cela s’ajouterait à d’autres facteurs poussant les taux à la hausse, tels que les anticipations d’inflation plus élevées et le risque accru d’insolvabilité.

Le gouvernement américain a généralement de la facilité à écouler sa dette. Depuis le début des années 2000, la demande étrangère a particulièrement été au rendez-vous. La part de la dette détenue par des étrangers est passée d’environ 17 % en 2002 à près de 35 % en 2012. Cette part a par contre plafonné et a même commencé à diminuer récemment. Parmi les explications de ce changement, on note que la Chine réduit maintenant ses réserves d’actifs étrangers alors qu’auparavant elle les augmentait rapidement. Ces réserves sont composées en bonne partie de titres américains. La baisse des prix du pétrole peut également être pointée du doigt, car de nombreux pays doivent maintenant puiser dans leurs réserves d’actifs étrangers pour pallier la baisse de leurs revenus pétroliers ou pour soutenir leur monnaie respective.

clip_image004

D’autres acheteurs étrangers pourraient prendre le relais, mais le potentiel apparaît tout de même limité sans des joueurs importants comme la Chine et les grands pays exportateurs de pétrole. Il faut aussi prendre en considération que Donald Trump envisage d’appliquer des mesures protectionnistes afin d’améliorer le solde commercial américain. Or, un lien étroit existe entre les flux de capitaux et les flux commerciaux. Si la nouvelle administration américaine parvient à réduire le déficit commercial des ÉtatsUnis, cela signifiera quelle aura aussi réduit les entrées de capitaux étrangers.

Le contexte risque donc de nécessiter une forte hausse de la demande nationale pour les obligations du gouvernement américain. La Réserve fédérale a été un gros acheteur durant les années où elle a accru la taille de son bilan, mais cette époque est révolue avec le resserrement monétaire qui a été enclenché. Pour compenser une hausse de l’endettement public, les entreprises et les ménages américains devront donc répondre par une réduction dans le rythme des investissements et par une augmentation de l’épargne. En sciences économiques, ce phénomène est appelé l’effet d’éviction.

Implications : Il n’a pas vraiment lieu de douter qu’il y aura des acheteurs advenant une forte hausse des émissions d’obligations américaines. On peut toutefois s’inquiéter de l’augmentation des taux d’intérêt qui serait nécessaire pour attirer ces acheteurs et des effets que cela aurait sur l’investissement et la consommation. Sans mesure protectionniste, on pourrait penser que la demande étrangère absorberait une partie des besoins financiers additionnels des Américains, mais cela risque de ne pas être le cas. Au final, l’effet bénéfique des mesures promises par Trump risque d’être freiné par une croissance plus modérée de l’investissement. La consommation pourrait bénéficier des baisses d’impôts, mais l’augmentation de l’épargne annulerait une partie de cet effet.

Desjardins Études Économiques, Hendrix Vachon Économiste senior


When It Comes to Fake News, Mass media propaganda

Extrait de: When It Comes to Fake News, the U.S. Government Is the Biggest , By John W. Whitehead, Global Research, November 23, 2016

clip_image002

We Americans are the ultimate innocents. We are forever desperate to believe that this time the government is telling us the truth.”—Former New York Times reporter Sydney Schanberg

clip_image004Let’s talk about fake news stories, shall we?

There’s the garden variety fake news that is not really “news” so much as it is titillating, tabloid-worthy material peddled by anyone with a Twitter account, a Facebook page and an active imagination. These stories run the gamut from the ridiculous and the obviously click-baity to the satirical and politically manipulative.

Anyone with an ounce of sense and access to the Internet should be able to ferret out the truth and lies in these stories with some basic research. That these stories flourish is largely owing to the general gullibility, laziness and media illiteracy of the general public, which through its learned compliance rarely questions, challenges or confronts.

Then there’s the more devious kind of news stories circulated by one of the biggest propagators of fake news: the U.S. government.

In the midst of the media’s sudden headline-blaring apoplexy over fake news, you won’t hear much about the government’s role in producing, planting and peddling propaganda-driven fake news—often with the help of the corporate news media—because that’s not how the game works.

Why?

Because the powers-that-be don’t want us skeptical of the government’s message or its corporate accomplices in the mainstream media. They don’t want us to be more discerning when it comes to what information we digest online. They just want us to be leery of independent or alternative news sources while trusting them—and their corporate colleagues—to vet the news for us.

Indeed, the New York Times has suggested that Facebook and Google appoint themselves the arbiters of truth on the internet in order to screen out what is blatantly false, spam or click-baity.

Don't Publish FAKE NEWS

Not only would this establish a dangerous precedent for all-out censorship by corporate entities known for colluding with the government but it’s also a slick sleight-of-hand maneuver that diverts attention from what we should really be talking about: the fact that the government has grown dangerously out-of-control, all the while the so-called mainstream news media, which is supposed to act as a bulwark against government propaganda, has instead become the mouthpiece of the world’s largest corporation—the U.S. government.

As veteran journalist Carl Bernstein, who along with Bob Woodward blew the lid off the Watergate scandal, reported in his expansive 1977 Rolling Stone piece, “The CIA and the Media”:

More than 400 American journalists … in the past twenty‑five years have secretly carried out assignments for the Central Intelligence Agency… There was cooperation, accommodation and overlap. Journalists provided a full range of clandestine services… Reporters shared their notebooks with the CIA. Editors shared their staffs. Some of the journalists were Pulitzer Prize winners, distinguished reporters… In many instances, CIA documents show, journalists were engaged to perform tasks for the CIA with the consent of the managements of America’s leading news organizations.

Bernstein is referring to Operation Mockingbird, a CIA campaign started in the 1950s to plant intelligence reports among reporters at more than 25 major newspapers and wire agencies, who would then regurgitate them for a public oblivious to the fact that they were being fed government propaganda.

In some instances, as Bernstein shows, members of the media also served as extensions of the surveillance state, with reporters actually carrying out assignments for the CIA.

Executives with CBS, the New York Times and Time magazine also worked closely with the CIA to vet the news. Bernstein writes: “Other organizations which cooperated with the CIA include the American Broadcasting Company, the National Broadcasting Company, the Associated Press, United Press International, Reuters, Hearst Newspapers, Scripps‑Howard, Newsweek magazine, the Mutual Broadcasting System, the Miami Herald and the old Saturday Evening Post and New York Herald‑Tribune.”

For example, in August 1964, the nation’s leading newspapers—including the Washington Post and New York Times—echoed Lyndon Johnson’s claim that North Vietnam had launched a second round of attacks against American destroyers in the Gulf of Tonkin. No such attacks had taken place, and yet the damage was done. As Jeff Cohen and Norman Solomon report for Fairness and Accuracy in Reporting, “By reporting official claims as absolute truths, American journalism opened the floodgates for the bloody Vietnam War.”

Fast forward to the early post-9/11 years when, despite a lack of any credible data supporting the existence of weapons of mass destruction, the mainstream media jumped on the bandwagon to sound the war drums against Iraq. As Los Angeles Times columnist Robin Abcarian put it, “our government … used its immense bully pulpit to steamroll the watchdogs… Many were gulled by access to administration insiders, or susceptible to the drumbeat of the government’s coordinated rhetoric.”

John Walcott, Washington bureau chief for Knight-Ridder, one of the only news agencies to challenge the government’s rationale for invading Iraq, suggests that the reason for the media’s easy acceptance is that “too many journalists, including some very famous ones, have surrendered their independence in order to become part of the ruling class. Journalism is, as the motto goes, speaking truth to power, not wielding it.”

If it was happening then, you can bet it’s still happening today, only it’s been reclassified, renamed and hidden behind layers of government secrecy, obfuscation and spin.

In its article, “How the American government is trying to control what you think,” the Washington Post points out “Government agencies historically have made a habit of crossing the blurry line between informing the public and propagandizing.”

clip_image005

 

clip_image006

Thus, whether you’re talking about the Cold War, the Vietnam War, the Gulf War, the government’s invasion of Iraq based upon absolute fabrications, or the government’s so-called war on terror, privacy and whistleblowers, it’s being driven by propaganda churned out by one corporate machine (the corporate-controlled government) and fed to the American people by way of yet another corporate machine (the corporate-controlled media).

For the first time in human history, there is a concerted strategy to manipulate global perception. And the mass media are operating as its compliant assistants, failing both to resist it and to expose it,” writes investigative journalist Nick Davies. “The sheer ease with which this machinery has been able to do its work reflects a creeping structural weakness which now afflicts the production of our news.”

But wait.

If the mass media—aka the mainstream media or the corporate or establishment media—is merely repeating what is being fed to it, who are the masterminds within the government responsible for this propaganda?

Davies explains:

TBattlefield AmericaThe War On The American Peoplehe Pentagon has now designated “information operations” as its fifth “core competency” alongside land, sea, air and special forces. Since October 2006, every brigade, division and corps in the US military has had its own “psyop” element producing output for local media. This military activity is linked to the State Department’s campaign of “public diplomacy” which includes funding radio stations and news websites.

This use of propaganda disguised as journalism is what journalist John Pilger refers to as “invisible government… the true ruling power of our country.”

As I make clear in my book Battlefield America: The War on the American People, we no longer have a Fourth Estate.

Media Illusion of choiceNot when the “news” we receive is routinely manufactured, manipulated and made-to-order by government agents. Not when six corporations control 90% of the media in America. And not when, as Davies laments, “news organizations which might otherwise have exposed the truth were themselves part of the abuse, and so they kept silent, indulging in a comic parody of misreporting, hiding the emerging scandal from their readers like a Victorian nanny covering the children’s eyes from an accident in the street.”

So let’s have no more of this handwringing, heart-wrenching, morally offended talk about fake news by media outlets that have become propagandists for the false reality created by the American government.

After all, as Glenn Greenwald points out, “The term propaganda rings melodramatic and exaggerated, but a press that—whether from fear, careerism, or conviction—uncritically recites false government claims and reports them as fact, or treats elected officials with a reverence reserved for royalty, cannot be accurately described as engaged in any other function.”

So where does that leave us?

What should—or can—we do?

I’ll close with John Pilger’s words of warning and advice:

Real information, subversive information, remains the most potent power of all — and I believe that we must not fall into the trap of believing that the media speaks for the public. That wasn’t true in Stalinist Czechoslovakia and it isn’t true of the United States.

In all the years I’ve been a journalist, I’ve never known public consciousness to have risen as fast as it’s rising today…yet this growing critical public awareness is all the more remarkable when you consider the sheer scale of indoctrination, the mythology of a superior way of life, and the current manufactured state of fear.

[The public] need[s] truth, and journalists ought to be agents of truth, not the courtiers of power. I believe a fifth estate is possible, the product of a people’s movement, that monitors, deconstructs, and counters the corporate media. In every university, in every media college, in every news room, teachers of journalism, journalists themselves need to ask themselves about the part they now play in the bloodshed in the name of a bogus objectivity. Such a movement within the media could herald a perestroika of a kind that we have never known. This is all possible. Silences can be broken… In the United States wonderfully free rebellious spirits populate the web… The best reporting … appears on the web … and citizen reporters.

The challenge for the rest of us is to lift this subjugated knowledge from out of the underground and take it to ordinary people. We need to make haste. Liberal Democracy is moving toward a form of corporate dictatorship. This is an historic shift, and the media must not be allowed to be its façade, but itself made into a popular, burning issue, and subjected to direct action. That great whistleblower Tom Paine warned that if the majority of the people were denied the truth and the ideas of truth, it was time to storm what he called the Bastille of words. That time is now.

Constitutional attorney and author John W. Whitehead is founder and president of The Rutherford Institute. His new book Battlefield America: The War on the American People (SelectBooks, 2015) is available online at www.amazon.com. Whitehead can be contacted at johnw@rutherford.org.


Lectures complémentaires:

  1. 5 Times When The Mainstream Media "Created Fake News"... And People Died As A Result

Le monde souffre d’une commotion cérébrale après l’élection de Trump (B. Smith)

Extrait de : Le monde souffre d’une commotion cérébrale après l’élection de Trump (B. Smith), Publié le 22 novembre 2016 par Olivier Demeulenaere

L’assurance de Brandon Smith se comprend : ses prédictions se sont toutes réalisées, la dernière en date étant bien sûr l’élection de Donald Trump, voulue selon lui par les élites mondialistes. Ce qu’il annonce maintenant pour la suite, on pourra bientôt en vérifier la pertinence : dès le mois de décembre, ou au plus tard début 2017, pour la hausse des taux d’intérêt par la Fed… OD

clip_image002

« Je dis cela depuis longtemps, et je le répète ici – dans la vie, il n’y a que deux genres de gens : ceux qui savent et ceux qui ne savent pas. Certains pourraient prétendre qu’il y a une troisième option : ceux qui ne veulent pas savoir. En tout cas, si vous voulez être en mesure de prévoir les tendances géopolitiques et sociales, vous devez être parmi ceux qui connaissent.

Par-dessus tout, pour savoir, vous devez être prêt à sortir de la confusion et de ce cirque et en regarder les développements d’en haut. Si vous avez des préjugés et si vous conservez trop de vaches sacrées, vous ne comprendrez jamais comment le monde fonctionne. Vous serez trop occupé à essayer de renforcer vos propres fantasmes pour voir autre chose.

Au-delà, vous devez également comprendre que les développements politiques et sociaux ne sont pas aléatoires. Ils sont soit des réactions à des politiques délibérées d’intérêts particuliers, soit des politiques d’intérêts particuliers. Par conséquent, ces développements sont prévisibles et peuvent être calculés (jusqu’à un certain point).

Je me réfère habituellement à ces «intérêts particuliers» comme aux élites mondiales, ou globalistes, parce que c’est ainsi qu’elles se réfèrent souvent à elles-mêmes. Le fait est que la plupart des événements que vous voyez dans le monde politique sont conçus pour susciter une réponse psychologique spécifique de votre part et des gens autour de vous. Vous n’êtes pas un être humain pour ces personnes ; vous êtes soit un actif à mouler, soit un obstacle à éliminer. C’est ainsi que notre monde fonctionne. Et jusqu’à ce que nous le comprenions parfaitement et que nous l’acceptions, les choses ne changeront jamais.

Donc, pour être clair, si vous comprenez l’esprit des globalistes et ce qu’ils veulent, vous pouvez comprendre la direction générale de l’avenir.

C’est cette philosophie qui m’a permis de prédire de manière cohérente et précise les événements géopolitiques et économiques que très peu d’autres personnes ont pu prédire. Par exemple, j’ai prédit correctement la diminution du QE de la Réserve fédérale, j’ai prédit l’inclusion de la Chine dans les droits de tirage spéciaux du FMI à l’avance, j’ai prédit le moment exact de la première hausse des taux de la Fed, j’ai prédit le succès du référendum du Brexit quand la plupart des analystes et le mouvement de liberté ont dit que cela n’allait jamais arriver, j’ai prédit que le projet de loi saoudien 9/11 serait adopté, que Barack Obama y mettrait son veto mais que le Congrès annulerait son veto, j’ai prédit que Hillary Clinton serait la candidate démocrate et que Donald Trump serait le candidat républicain à la présidence des États-Unis et, depuis cinq mois, je prédis que Donald Trump remportera les élections de 2016.

Les gens peuvent attribuer ces séries de prédictions réussies à de la pure «chance», ou ils peuvent envisager la possibilité que je connais ce dont je parle. Je vais leur laisser ce choix.

La vraie question, cependant, n’est pas que mes prédictions étaient correctes. Ce qui est plus important, c’est POURQUOI elles étaient correctes. Pour commencer, j’ai souvent raison parce que c’est un fait que les globalistes influencent les événements. Les globalistes sont humains (au moins partiellement) ; Ainsi, ils sont prévisibles, ce qui rend les événements prévisibles. Si vous pouvez voir à partir de la perspective d’un globaliste, vous saurez ce qu’ils veulent et ce qu’ils sont susceptibles de faire pour l’obtenir.

Dans un monde sans globalistes, j’aurais du mal à prédire quoi que ce soit.

Je ne fais jamais une prévision à froid sans une raison concrète expliquant pourquoi je tiens cette position. Je décompose toujours les raisons et les preuves qui leur donnent du sens. Certains analystes pourraient se contenter de simplement renverser une pièce de monnaie et faire une annonce sans explications. Je ne suis pas de ceux-là.

En ce qui concerne la victoire de Trump lors de l’élection, c’est ce que j’ai dit en juin de cette année :

«À la lumière du Brexit, je vais devoir le rappeler ici et maintenant et prédire que le scénario le plus probable pour les élections sera une présidence Trump. Trump a toujours averti au sujet d’une récession pendant sa campagne et avec le Brexit provoquant une baisse des marchés au cours des prochains mois, il sera probablement prouvé qu’il a eu une vision «prophétique».

… Même si Trump est un conservateur anti-establishment légitime, son entrée dans le bureau ovale scellera l’accord sur l’effondrement économique et servira bien les mondialistes. Les banques internationales ont seulement besoin de débrancher le support de vie du système de marché existant pour lui permettre d’imploser complètement, tout en blâmant Trump et ses partisans conservateurs.

Les médias mainstream ont constamment comparé les partisans de Trump à des partisans du Brexit et Trump lui-même a attelé son wagon politique au Brexit. Cela cadre parfaitement avec le récit globaliste selon lequel les populistes et les conservateurs tuent l’économie mondiale et mettent tout le monde en danger.»

Toutes mes prédictions sont enracinées dans une prémisse particulière : que les élites mondiales ont, du moins depuis 2008, délibérément jeté les bases d’une crise financière internationale en pleine évolution, plus grande que toute autre connue dans l’histoire moderne. Cette crise est un moyen pour une fin. Les globalistes utilisent une stratégie au-dessus de toutes les autres pour atteindre leurs objectifs – la dialectique hégélienne : problème, réaction, solution.

Comme je l’ai documenté depuis des années, les élites appellent ouvertement à l’éradication ultime de la souveraineté nationale et à la formation d’une économie mondiale unique, d’une seule monnaie mondiale et, éventuellement, d’un seul gouvernement mondial. Pour faire cette omelette, ils ont l’intention de casser quelques œufs (et d’effondrer quelques économies). En accusant la «souveraineté nationale» (et les gens qui la défendent) pour cette crise, ils espèrent convaincre les masses que la seule solution pratique est la centralisation totale. Vous pouvez lire mon analyse approfondie et la preuve de cela dans mon article La fin du jeu économique expliqué.

J’ai aussi spécifiquement prédit le Brexit et la victoire de Trump en me basant sur une autre prémisse : celle que les élites permettent à des mouvements conservateurs de prendre le pouvoir politique dans certaines régions, juste pour supprimer leur soutien à la relance de l’économie mondiale par la suite. C’est-à-dire que j’ai réussi à prédire la victoire du Brexit et de Trump parce que je comprends et accepte la réalité que les conservateurs et les militants de la liberté ne sont pas «gagnants» ; nous ne sommes mis en avant que comme des boucs émissaires pour un crash financier que les mondialistes ont déjà préparé.

Encore une fois, les gens peuvent dire que je suis chanceux, ou qu’il y a quelque chose de caché derrière moi, mais le fait est que j’ai eu raison et je vais probablement continuer à avoir raison. Cela nous amène à ce qui se passera en 2017.

L’élection de Donald Trump signale un changement radical non seulement dans la politique mondiale, mais surtout dans la stabilité économique mondiale et le développement social. Alors que 2016 a été frénétique et fou, 2017 sera drastiquement plus chaotique. Certains de ces changements seront évidents, certains d’entre eux seront une fois de plus visibles seulement pour une poignée de personnes dans le monde. Commençons d’abord par mes prédictions les plus heureuses…

La mort des médias mainstream

C’est facile. Les médias dominants, avec leurs aliénés régressifs-progressistes et leur parti pris élitiste, ont mal interprété la campagne «Alt-Right», la campagne de Trump et l’action des mouvements contre la justice sociale pendant toute la durée du processus électoral. Non seulement cela, mais à travers WikiLeaks, les médias de gauche ont été mis à nu et de nombreux journalistes et journaux ont alors été exposés : en collusion directe avec la tête du Parti démocrate et la campagne Hillary pour d’abord écarter Bernie Sanders, puis contrôler les débats, les sondages dans le but de faire montrer Clinton et la mettre artificiellement dans une position supérieure à Trump.

Les médias mainstream sont maintenant perçus par la majorité des Américains à gauche et à droite comme un outil de propagande en décomposition qui doit être décapité avant qu’il ne répande sa maladie à quiconque. Je prédis que le nombre de lecteurs et de téléspectateurs de ces médias (à l’exception de FOX News) s’effondrera encore plus qu’actuellement et que de nombreux journaux seront forcés de se renforcer jusqu’à ce qu’ils disparaissent.

Comme je l’ai dit depuis des années, les grands médias sont morts, ils ne le savent pas encore. Eh bien, après cette élection, tout le monde le sait. Les médias alternatifs prendront la place des grands médias. Nous obtiendrons leur audience et nous nous développerons de façon exponentielle au cours de la prochaine année, alors qu’ils fléchiront.

Ils ont décidé que leur travail n’était pas de signaler les faits, mais de manipuler l’opinion publique. Ce sont des menteurs et une honte pour le vrai journalisme. Bon débarras.

Cela dit, certains diront que ma position selon laquelle les élites voulaient une présidence Trump n’est pas tenable précisément parce que les médias libéraux ont travaillé si dur pour forcer l’opinion publique contre Trump. Je vais expliquer dans mon prochain article pourquoi ces gens manquent de recul.

La neutralisation des Guerriers de la justice sociale (SJW)

Le culte des SJW n’est pas mort, mais il a été paralysé. C’est maintenant un hémiplégique baveux cloué au lit, mangeant ses repas avec une paille ; la coquille dysfonctionnelle d’un mouvement destiné à être sorti de sa misère.

Quand je pense à eux, je pense à l’île des jouets inadaptés ; personne ne veut de ces gens. Ils sont un préjudice pour tout ce qu’ils touchent, y compris le Parti démocrate. C’est le zèle des SJW qui a permis aux conservateurs de se rassembler en colère autour de Trump. Ce sont eux qui ont réveillé le géant endormi.

Une des raisons pour lesquelles j’étais tellement certain que Clinton s’était préparée à perdre, c’était son insistance pour que les démocrates adoptent ouvertement ces générations infernales et leur idéologie. En recourant à une rhétorique politiquement correcte et en accusant toute opposition d’être des racistes «déplorables», sexistes et homophobes, Clinton a condamné sa campagne dès le début. N’importe qui doté d’un peu de bon sens aurait pu voir la marée massive croissante sur Internet contre ces SJW. En fait, je pense que les globalistes, à l’aide des analyses Web avancées à leur disposition, l’avaient vu bien avant nous.

Les SJW sont une minuscule minorité dans la société américaine. Leur seule stratégie a été d’utiliser les tactiques d’Alinsky pour faire paraître leur mouvement beaucoup plus grand qu’il ne l’est réellement. Grâce à l’aide mutuelle et aux partisans élitistes des médias populaires, les SJW présentaient un consensus artificiel. Ils se sont fait paraître comme s’ils étaient la vision de la majorité et, donc, la vision «supérieure».

Un des résultats fantastiques de l’élection de 2016 a été la réalisation par les conservateurs qu’ils ne sont pas isolés aux marges de la société. En fait, en Amérique au moins, nous sommes une force considérable à prendre en compte. Il y a une vieille histoire d’un sénateur romain d’il y a 2000 ans qui a suggéré l’idée de forcer les esclaves à porter des brassards pour les rendre facilement identifiables. Un autre sénateur a critiqué cette idée en disant : «Non, s’ils réalisent combien ils sont vraiment, ils pourraient se révolter.»

C’est ce que l’élection 2016 a fait pour les conservateurs, c’est que nous avons vu que des millions d’entre nous sont visibles, et nous sommes maintenant en révolte.

Je fais rarement de commentaires sur les problèmes de race parce que je ne vois pas vraiment la race comme très pertinente dans la plupart des cas. Mais c’est la tactique des adeptes de la justice sociale de cibler constamment et brutalement les hommes blancs comme les monstres de l’Histoire et donc responsables des maux et des échecs de chaque groupe minoritaire d’aujourd’hui et jusqu’à la fin des temps. À ce stade, je pense qu’il est sûr de dire que nous ne serons plus jamais assis les bras ballant comme victimes expiatoires pour ces tristes sires dupés clamant le statut de victimes.

La fin des sondages des médias mainstream

J’étais également confiant dans ma prédiction d’une victoire de Trump basée sur ma connaissance des incohérences dans les méthodes modernes de sondage. Le fait est que le sondage souffre du même manque d’objectivité que celui dont toute autre «science» peut parfois souffrir – les résultats seront toujours vulnérables à l’influence de l’observateur. Si l’observateur veut un résultat particulier concernant ces chiffres, il va, consciemment ou inconsciemment, manipuler la méthode pour produire le résultat désiré.

J’ai vu cela se produire à plusieurs reprises au cours des sondages sur le Brexit menant au référendum et, comme je l’ai dit maintes fois avant les élections américaines, les sondages de campagne semblaient se comporter de la même façon. C’est ainsi que vous avez des sources médiatiques comme Reuters affirmant une chance de 90% pour une victoire de Hillary Clinton juste avant les élections. Lorsque les sondeurs pondèrent leurs enquêtes d’opinion avec beaucoup plus de Démocrates que de Républicains et scrutent ces mêmes groupes à plusieurs reprises, ils ne vont pas obtenir des données variées ou honnêtes.

En fin de compte, les sondages deviennent des outils de propagande plutôt que des tests décisifs. Les médias ont essayé désespérément d’expliquer pourquoi leurs sondages étaient tellement faux, mais il est trop tard pour eux. Après les élections du Brexit et aux États-Unis, personne n’aura plus confiance dans ces chiffres.

Les groupes de liberté vont obtenir un certaine espace pour respirer (pour un petit moment)

Le roulement de tambour régulier de l’antagonisme gouvernemental contre les «groupes patriotes» va probablement disparaître pendant un court laps de temps. Je sais que beaucoup de milices et de réseaux de préparation soupirent de soulagement aujourd’hui après huit ans de présidence hostile d’Obama, l’IRS [Impôts, NdT] frappant des organisations de liberté et des militants individuellement en se basant uniquement sur le zèle politique, le DHS qualifiant les militants de la liberté de terroristes et le SPLC bavant comme des animaux enragés qui cherchent à utiliser leurs liens avec les fédéraux comme un moyen d’enfoncer leurs dents dans tous les conservateurs avec la volonté de nier leur participation au récit dominant.

Avec les conservateurs se lançant dans cette année 2017 avec un contrôle complet du gouvernement et un mandat de Trump, il semblerait que les groupes de liberté «ont gagné la lutte» et n’ont rien à craindre.

Cela dit, ne soyez pas trop à l’aise, les gars, parce que maintenant nous allons discuter de mes prédictions négatives pour l’année prochaine…

La dernière étape de l’effondrement économique

L’effondrement économique est un processus, pas un événement singulier. Les marchés boursiers n’y jouent qu’un rôle mineur. La plupart des Américains n’ont un rapport à l’économie que par la montée et la chute quotidienne du Dow Jones. S’ils voient le Dow dans le vert, ils continuent leur journée. S’ils voient le Dow dans le rouge, ils s’arrêtent et se demandent ce qui se passe. L’élection de Donald Trump a surpris beaucoup de gens avec une augmentation soudaine, plutôt qu’une baisse, sur les marchés boursiers. Mais, comme je l’ai dit à mes lecteurs avant les élections, il serait sage d’attendre quelques semaines avant d’essayer d’analyser ces marchés parce que c’est le temps qu’il faudra pour absorber les résultats des élections.

Je prédis d’abord que les banques centrales du monde entier vont encore réduire les mesures de relance et que la Fed est désormais assurée d’augmenter les taux d’intérêt, probablement en décembre, avant même que Trump n’entre à la Maison Blanche. Je crois également que le processus d’ouverture d’une crise du marché prendra environ six mois avant de devenir largement visibles au public. En raison de la pression de la Fed sur les marchés, je prédis que Trump et la Fed entameront des hostilités ouvertes l’un contre l’autre, ce qui érodera la confiance internationale dans le dollar états-unien en tant que monnaie de réserve mondiale.

Par extension, la présence de Trump à la Maison Blanche va exacerber les tensions déjà existantes avec l’Arabie saoudite. Le projet de loi saoudien 9/11 n’est qu’un début. En conséquence, je crois que l’Arabie saoudite va lâcher le dollar US comme pétro-monnaie, influençant de nombreux autres pays de l’OPEP a faire de même. Je crois que cela se fera au début de 2018.

À mon avis, pour le moment, les prix du pétrole seront le meilleur indicateur de la direction des actions au cours des prochains mois.

Ce n’est pas quelque chose que de nombreux partisans Trump veulent entendre. Dans le mouvement de la liberté, la réponse  à ma prédiction que les élites permettraient à Trump d’accéder au bureau ovale était assez prévisible pourtant. Dans mon article Pourquoi l’élection présidentielle des États-Unis a créé la confusion dans le monde entier, j’ai déclaré :

«Je n’ai pas pris cette position juste pour être contrariant. Je le pense honnêtement et ma position est vraiment une position perdante. Si je me trompe et que Clinton gagne le 8, je n’ai probablement pas fini de l’entendre, mais c’est un risque qui doit être pris, parce que ce que je vois ici, c’est un mouvement sur l’échiquier que d’autres ne considèrent pas. Si je me trompe, je me trompe.

Cela dit, si j’ai raison, je perds toujours, parce que les partisans de Trump et la moitié du mouvement de la liberté seront tellement ravis qu’ils ignoreront probablement la plus grande information – Trump est le candidat que les élites voulaient depuis le début.»

Cela semble être la réaction d’environ la moitié du mouvement de la liberté jusqu’à présent : une foi aveugle générale et un préjugé, s’accrochant à l’idée que l’élection (tout comme le Brexit) était une victoire, et que les conservateurs venaient de gagner la guerre de la culture et avaient vaincu les globalistes. C’est drôle comme ça n’a pas été une grande controverse alors que tout le monde pensait que j’avais tort de penser que Trump gagnerait.

Il y a deux principaux arguments qui viennent à ces personnes. Tout d’abord, que mon point de vue sur l’influence des élites est «irréaliste» et que les élites devraient être «omnipotentes» pour réussir à diriger le résultat de ces événements si efficacement. Je vais aborder cet argument en détail dans mon prochain article sur la présidence Trump et quelles seront les conséquences pour nous tous si Trump ne s’avère pas être un constitutionnaliste.

Le deuxième argument qu’ils présentent est que les élites «ne réussiront jamais» à culpabiliser Trump et les conservateurs par une crise économique qui a mis des décennies à venir. Aux gens qui embrassent cet argument je dis : «je comprends la psychologie de masse beaucoup mieux que vous.»

clip_image003La réalité est que la moitié de l’Amérique est DÉJÀ préposée à blâmer Trump pour tout ce qui va se produire au cours des quatre prochaines années (si cela dure aussi longtemps). C’est la finalité dans l’esprit de beaucoup. Au-delà, chaque mème dans les médias mondiaux et dans les partis de gauche est la promotion de l’idée que Trump est une apocalypse en devenir. Même l’allemand «Der Spiegel» a publié son magazine après-élection avec une couverture représentant la tête de Trump comme une comète géante se précipitant vers la Terre. Ne me dites pas que Trump ne peut pas être accusé pour une crise économique. Seul un idiot complet pourrait suggérer qu’il est autre chose que le bouc émissaire parfait.

Au fond, peu importe si les gens croient les prédictions ci-dessus ou non. J’ai des centaines de courriels de lecteurs qui m’ont traité de fou par le passé et sont maintenant en train de s’excuser. Donc, si vous prévoyez de réagir à l’idée que Trump et les conservateurs sont mis en place par les élites pour une flagellation financière finale, n’oubliez pas d’écrire deux lettres – une pour aujourd’hui disant que j’ai perdu le contact et l’autre pour demain quand vous découvrirez que j’avais raison, une fois de plus ».


Brandon Smith, Alt-Market.com, le 16 novembre 2016

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par Cat pour le Saker Francophone


The manufacturing in Canada Fading Much Faster Than In U.S. Since NAFTA

Voici un exemple d’un article qui possède une bonne introduction, mais comme conclusion devient totalement insipide, comme d’habitude, que doit-on s’attendre des mainstreams médias, de la simple propagande pour maintenir le statu quo.

Évidemment, article biaisé pour ne pas dire la vérité.

Une chance que les blogues (informations alternatives) existent, car on serait tous devenus des chinois avec des salaires de chinois.


Extrait de: Manufacturing in Canada Fading Much Faster Than In U.S. Since NAFTA, The Huffington Post Canada  |  By Daniel Tencer , 11/22/2016

As Donald Trump campaigned this fall against free trade deals like NAFTA, Canada’s government celebrated the signing of a new trade deal with the EU.

It’s a reflection, in part, of how negative attitudes in the U.S. have become about foreign trade, and a reflection of Canadians’ more positive assessment of globalization.

But a new report suggests that, at least when it comes to manufacturing, Canada has fared worse than the U.S. since NAFTA.

clip_image001

According to an analysis from National Bank Financial (NBF), the “capital stock” of Canadian manufacturing — meaning the value of all the equipment, buildings, infrastructure and intellectual property in the industry — is almost 10 per cent lower today than it was when NAFTA came into force in 1994.

Meanwhile, the U.S.’s capital stock has grown more than 45 per cent in the same amount of time.

Canada's manufacturing "capital stock" has shrunk since NAFTA, reducing the country's ability to manufacture.

“While factory capacity is still being added in the U.S., the same cannot be said on this side of the border,” NBF chief economist Stefane Marion wrote in a client note.

“The situation is particularly troubling in central Canada, where Ontario is but a shadow of its former self.”

The problem is jobs

So why is the American attitude towards free trade so much worse than the Canadian one? It may have to do not with the success (or lack thereof) of factories, but with how many jobs they’re creating.

Both the U.S. and Canada have lost factory jobs since NAFTA came into force, but the problem was worse in the U.S. earlier on. U.S. factory jobs were stable, if not impressive, through the 1990s, and began falling rapidly around 2000/2001. But Canadian factory jobs grew through the 1990s, reaching an all-time peak in 2000. (U.S. factory jobs peaked in 1980.)

"Ontario is but a shadow of its former self.”

— Stefane Marion, National Bank Financial

But since 2000, both countries have been shedding factory jobs rapidly.

Canada lost more than 23 per cent of all its factory jobs in that time, with employment falling to 1.7 million from 2.2 million.

The U.S. lost 28 per cent of its factory jobs in that time, falling to 12.2 million jobs from 17.1 million.

Is it really NAFTA’s fault?

The fact that the U.S. has grown its manufacturing base while shedding jobs suggests that this may not simply be a case of Mexico taking U.S. and Canadian jobs.

In fact, this suggests that automation is at least as responsible for job losses as offshoring.

And that could mean Donald Trump’s promise to bring those offshored jobs back will prove futile.

Toujours la petite réponse simpliste, comme conclusion.

Évidemment, la robotisation a été un facteur, mais la principale cause ce sont les salaires des pays émergents sont 3 à 8 fois inférieures à celle d’un pays occidental.

La mondialisation, contrairement à ce que cherchent à faire croire les politiciens et les oligarques, ne s’est nullement imposée aux pays occidentaux. Ce ne sont pas la disparition du bloc de l’Est et le changement de politique de la Chine qui expliquent, à eux seuls et au premier chef, les délocalisations et l’effet de dumping général qui les accompagne.

Délocalisations et dumping n’ont été rendus possibles que grâce aux décisions stratégiques évoquées plus haut, prises en toute conscience par les dirigeants occidentaux, sous l’influence des États-Unis : l’abaissement des barrières douanières et la libération des mouvements de capitaux.

L'erreur a été d’admettre la Chine à l'OMC, en 2001, sans lui demander de renoncer au contrôle des changes. C'est un minimum que l'on aurait dû demander, mais nos oligarques principalement américains se sont assurés que cette condition ne soit jamais requise pour profiter de la main-d'œuvre chinoise bon marché et sécuriser leurs investissements pour plusieurs décennies.

Expliquez-moi, chers économistes brillants et corrompus, pourquoi le Mexique jouis depuis des années des centaines de milliards d’investissements ?

clip_image003

Les robots pourraient aussi bien fonctionner au Canada ou aux États-Unis et nous sommes aussi brillants et productifs qu’un Mexicain, à ce que je sache ?

Peut-être parce que le Mexicain coûte 5 à 8 dollars de l’heure tandis que Canadien coûte 30 à 40 de l’heure avec les bénéfices marginaux, je pense que nos médias, nos économistes à la gomme et nos politiciens corrompus, nous prennent pour des imbéciles.

clip_image005

Évidemment, les emplois créés au Mexique ne se retrouve plus aux États-Unis ou au Canada.

Une chose est sûre, le peuple américain en a eu ras de bol de cette rhétorique simpliste des bienfaits de la mondialisation.

Continuez comme cela l’élite, et vous risquez d’avoir un futur Trump canadien.


Lectures complémentaires :

1.       How America Is Turning into a 3rd World Nation in 4 Easy Steps

2.       Outsource manufacturing will soon find that they have outsourced their innovative

3.       Mexico, China and the southern United States poses a big threat to wages in Canada